Version classiqueVersion mobile

Le sport

 | 
Jean-Paul Callède

Thème 1. L'athlète et son environnement humain au quotidien - entre logique du devoir et logique du pouvoir

Intervention de Georges Gacon

Georges Gacon

Texte intégral

Intervention de Georges GACON
Ex-entraîneur national d'athlétisme
Entraîneur du DUC

1L'entraînement est une interaction entre l'athlète et l'environnement. Finalement, c'est un dialogue permanent : l'athlète doit faire face aux contraintes issues de l'environnement et inversement, l'environnement lui envoie des informations. C'est donc pour essayer d'élever son potentiel à travers cette double relation que va commencer la pratique sportive de compétition.

2Comme vous pouvez le voir sur cette photo humoristique, le sport de haut niveau n'est pas accessible à tout le monde. L'île est très petite, il n'y a pas la place pour tout le monde et encore dans ces six personnes, il y en a trois de trop. En bas, il y a les requins, les crocodiles.

3Cela veut dire que, finalement, l'entraînement, c'est faire face aux contraintes du milieu environnant pour progresser. Ces contraintes, il va falloir les assimiler, les détourner une après une et c'est comme cela que va se construire ce que j'appelle le pouvoir sportif, le pouvoir de l'athlète en tant que possibilité d'action. C'est-à-dire que l'entraînement, ce n'est ni plus ni moins que passer d'un pouvoir actuel à un pouvoir nouveau et de préférence supérieur.

4Cela va prendre un certain temps et la difficulté pour l'entraîneur sera de ne pas aller "plus vite que la musique", de prendre son temps et c'est tout le problème politique sportif que soulignait P. Villepreux précédemment : si on n'a pas une politique sportive globale depuis l'école d'athlétisme ou de rugby jusqu'au plus haut niveau, ce schéma-là ne peut pas être valide, puisque l'on va construire par interactions. À la place "athlète environnement", on a maintenant "pouvoir actuel" qui va devenir "pouvoir supérieur".

5Agir sur le milieu, c’est d'abord capter un message. Il doit être décodé et retranscrit dans un langage que l'athlète est capable d’assimiler. C'est la grande difficulté pour que ce message devienne une information. Au niveau de l'entraînement, le grand problème va être "comment utiliser à bon escient ces messages pour les transformer en informations".

6Dans ce cas-là l'information devient pouvoir d'action et elle est créatrice de pouvoir. C'est en ce sens que je dis que l'athlète n'est pas déconnecté, il est partie prenante, car c'est lui qui va décider de s'engager dans la voie du haut niveau. S'il ne veut pas le faire, il ne le fait pas, mais s'il n'a pas l'information qui va générer sa motivation, il ne pourra pas créer son pouvoir.

7Je vais vous parler du quotidien, c'est-à-dire au plan humain, comment l'information est la clef de l'entraînement. Elle est la clef de l'entraînement parce qu'elle permet de décider une stratégie d'action. Cela est important parce qu'il faut l'inculquer à l'athlète et c'est à l'athlète qui doit se prendre en main pour créer sa stratégie d'action qui va lui permettre d'actualiser son potentiel physique.

8Ce potentiel physique qu'il a eu par la loterie génétique, s'il en a le pouvoir et s'il décide de le faire, il pourra le transformer en capacité réelle.

9Pour pouvoir créer chez son athlète ces fameux pouvoirs nouveaux, l'entraîneur devra retranscrire le message en information significative pour l'athlète, et c'est cela le quotidien.

10Le milieu va vous fournir une immensité de messages, le problème c'est qu'il va falloir, à travers tous ces messages, choisir celui ou ceux qui conviennent pour qu'ils soient à la base de la décision qui va générer le pouvoir. La difficulté c'est que cette information n'a pas la même signification pour tous les athlètes. L'information peut être nettement différente suivant les messages. Avec Rémi Geoffroy, athlète du DUC ici présent, nous étions aux championnats du Monde à Rome en 1987. Il passe brillamment les séries, et tout va bien. Ce qui n'est pas le cas pour un autre athlète de l’équipe de France qui s'appelle Pascal Thibaut, que j'estimais supérieur à Rémi. J'accompagne alors celui-ci à la chambre d'appel, et je l'informe que Rémi s'est qualifié et que ce sera donc pour lui une simple formalité. Catastrophe, parce que mon message a été générateur d'une information complètement perturbatrice pour Pascal. Pourquoi ? Parce que Rémi l'avait battu aux championnats de France un mois avant et du coup j'ai rappelé à Pascal Thibaut le plus mauvais souvenir de sa saison, celui d'avoir été battu pour la première fois, alors qu'il était invincible, par Rémi Geoffroy le jour des championnats de France. Alors, quand Pascal est ressorti de la chambre d'appel, car il faut dire que les athlètes sont réunis dans un espace, avant d'être conduits sur le lieu du stade, et comme à Rome le couloir doit faire 800 m environ, Pascal a eu le temps de "gamberger", se rappelant tous ses plus mauvais souvenirs. Il est arrivé livide sur la piste et il est sorti au premier tour.

11Vous voyez la responsabilité de l'entraîneur, lorsqu'il va essayer de donner des messages, s'il ne les maîtrise pas tous, ainsi que tout le vécu correspondant. J'en ai reparlé après avec lui. Il ne l'avait pas digéré. Pour vous dire combien est complexe le briefing d'avant match ou à la mi-temps car les messages que l'on va fournir vont être retranscrits en informations dont on ne maîtrise pas toujours les aboutissants. C'est pour moi la grande difficulté de l'entraînement.

12Message et information, c'est quoi ? L'athlète récupère un message, et on va lui donner une information qui va peut-être changer complètement. Finalement au plan pédagogique, l'information, c’est la différence entre deux incertitudes. La difficulté pédagogique, c'est maîtriser l'incertitude, c'est-à-dire que lorsque l'on va donner un message, faire en sorte que l'incertitude, pour aboutir au but que l'on s'est fixé, soit la plus petite possible. Avec Pascal Thibaut j'ai donc fait une erreur pédagogique énorme, puisque je n’ai pas maîtrisé cette incertitude-là. J'ai cru que je donnais une bonne information et, au contraire j'en ai donné une très mauvaise.

13Finalement, pour chaque athlète il faut arriver à être capable de donner l'information la plus adéquate, afin qu'il maîtrise le mieux la situation. Cela est quelque chose qui demande beaucoup de tact.

14J'ai résumé sur le plan pédagogique quatre éléments importants qui vont être à l'origine des informations.

15Au plan pédagogique, la première option, c'est une option approbative, c'est-à-dire que l'on va complimenter un athlète après une performance, un exercice. C'est un vecteur assez important, mais il faut être capable aussi de le combiner avec une option désapprobatrice. C’est-à-dire qu'à un moment donné, on doit être capable d’apporter des critiques. Le problème pédagogique à ce niveau est de trouver le juste équilibre. Là, ce n'est peut-être pas un équilibre, puisque l'on sait historiquement qu’il vaut mieux que le vecteur approbatif soit nettement supérieur à son inverse.

16À un moment donné, on ne peut pas faire que des compliments, parce que, à force de faire des compliments à un athlète, il vous dit que c’est bien, alors que ça ne l’est pas. Si on ne sait pas combiner ces deux aspects, l’athlète voit très bien que vous lui mentez et il n’y a rien de plus mauvais que de mentir à un athlète. Alors, il faut être capable à la fois de lui donner des compliments qui vont l’aider à transformer le message en information judicieuse, et aussi de le critiquer.

17Voilà une première partie sur deux options pédagogiques. Ensuite, il y a toutes les interventions techniques et notamment intensificatrices d'efforts. Là aussi, il faut dire à l'athlète : attention, il faut que l’on monte en régime, attends-toi à des difficultés d’entraînement, parce que les championnats vont arriver. On part sur une trajectoire montante et il faut t’attendre à souffrir.

18Il est donc très important aussi de préparer l’athlète à ce qui l’attend. Cela change également la façon dont il va percevoir le message, parce qu’il sait que cela va être dur, donc il s’y prépare. Il va se préparer au contrat qu’on lui demande de remplir à l’entraînement, exemple un 1 000 mètres en tant de temps. Il sait ce qui l’attend.

19Enfin, le dernier élément qui peut servir aussi à l’entraînement comme en compétition, c’est le non-verbal. Par exemple aux championnats de France, j’ai fait un clin d’œil à Rémi Geoffroy avant qu’il entre sur la piste et je ne me suis pratiquement pas occupé de lui. Quelques minutes après, il était champion de France.

20Un lavage de cerveau n’était pas utile, puisque l’on se connaissait depuis plusieurs années, et un simple clin d’œil a donc suffi pour déclencher chez lui une sûreté incontournable.

21Autre exemple de non-verbal : l'an dernier, j'ai senti que j'avais une athlète un peu fragile. Je lui ai fait un baiser et elle a réussi.

22Tous ces éléments doivent être présents à l'esprit, en arrière plan, et lorsqu'on est entraîneur on va choisir l'un de ces vecteurs pour mieux transformer le message en information adéquate. C'est au plan pédagogique la difficulté majeure, parce que finalement cette information va être la pièce maîtresse de la prise de décision.

23L'athlète ne doit pas subir le milieu, mais c'est son pouvoir qui va lui permettre d'agir sur le milieu, à bon escient.

24Sur cette photo, on voit Rémi Geoffroy aux championnats du Monde. La consigne était d'être aux avant-postes pour ne pas subir, etc... Là encore, c'est quelque chose que l'athlète doit générer et l'entraîneur est là pour le mettre sur les rails, pour qu'il puisse générer ces bonnes informations.

25À propos de l'information, je me rappelle encore Rémi Geoffroy après son dernier entraînement à la compétition, à Rome. Il m'a dit : "je suis prêt". Il avait intégré tout ce qui précédait, les entraînements, tous les messages et l'information finale, c'était : "je suis prêt, donc je serai dans le coup".

26Finalement cette information, c'est ce qui va nous permettre de regarder les aspects menaçants d'une autre manière. C'est très important pour générer les pouvoirs chez les athlètes. Par exemple, pour la préparation des championnats de France de Cross, j'ai misé sur la pluie et sur la boue et j’ai préparé pendant plusieurs mois mes jeunes filles dont je savais qu'elles avaient un potentiel pour être championnes de France, à courir dans la boue. Lorsque nous sommes arrivés aux Championnats de France, il y avait de la boue et elles étaient aux anges, car les aspects menaçants avaient été maîtrisés. L'information permet de positiver sur les aspects menaçants et l'on devient performant. En fait, il s'agit d'apprendre à gérer et organiser ses actions. C'est le fruit d'une très longue pratique puisque Rémi a mis dix ans pour arriver au plus haut niveau et je pense que lorsque l'on a cette attitude positive, responsabilisante, on crée chez l'athlète de nouveaux traits de caractères, de nouvelles attitudes. Il ne vient pas à l'entraînement "subir", il se prend en charge et il crée chez lui ses attitudes.

27Pour pouvoir réaliser cette pédagogie-là, on doit avoir l'impression que l'entraîneur n'est pas là, il ne faut pas qu'il soit "mère-poule". Je crois à cette démarche. Il est vrai que l'athlète qui a besoin de l'entraîneur "mère-poule" qui porte le sac, qui fait tout, n'offre pas le meilleur profil pour un jour pouvoir faire du haut niveau.

28Il est très important de pouvoir actualiser ces traits de caractère construits à l'entraînement.

29Décider, c'est être maître de son action ; être maître de son action, c'est avoir le pouvoir ; avoir le pouvoir, c'est être efficace et appliqué au sport, c'est pouvoir réaliser une performance.

Auteur

Ex-entraîneur national d'athlétisme
Entraîneur du DUC

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search