Version classiqueVersion mobile

Le sport

 | 
Jean-Paul Callède

Thème 1. L'athlète et son environnement humain au quotidien - entre logique du devoir et logique du pouvoir

Intervention préliminaire de Michel Lenguin

Michel Lenguin

Texte intégral

Intervention préliminaire de Michel LENGUIN,
Président de Bordeaux Etudiants Club.

Présentation des Intervenants

1Caroline CARPENTIER : ancienne sportive de haut niveau, entraîneur cadre technique régional dans le Nord-Pas-de-Calais, et entraîneur d'une structure fédérale universitaire d'entraînement, puis passage à la Direction des Sports, bureau de la vie de l'athlète (4 ans), le 1er septembre 1995 entrée à l'INSEP, département de haut niveau comme adjointe au chef de département.

2Pierre VILLEPREUX : professeur d'EPS à l'Université de Limoges, conseiller du club de Limoges. Entraîneur pendant dix années du Stade Toulousain, qui aura dominé le rugby français pendant cette période et jusqu'à aujourd'hui.

3International de renom, il a été sacré meilleur arrière du monde (40 sélections). On se souvient de P. Villepreux s'intercalant dans la ligne d'attaque autrement plus fringante qu’elle ne l'est aujourd'hui, le buste haut, la foulée ample, le regard serein : image du sportif de haut niveau. Pouvoir de l'image qui reste et qui fait rêver.

4Martine RENEAUD : maître de conférences à la faculté des sciences du sport de Bordeaux et actuellement directrice-adjointe chargée de la coordination des études. Ex-athlète internationale, à l'ASSPT Bordeaux, puis sociétaire du BEC.

5Georges GACON : entraîneur du DUC, professeur d'EPS à l'UFR STAPS. Passion annexe : l'informatique. A créé une société d'informatique avec des logiciels de sport, pour mieux optimiser les entraînements. Il rappelle que P. Villepreux était un excellent coureur de 110 m haies (Toulouse).

6Charles Suaud dans sa remarquable conférence nous a fait découvrir la complexité des pouvoirs et des espaces sportifs, mouvants, en expansion.

7Pour bien comprendre et saisir le thème développé aujourd'hui, rappelons ici quelques éléments de définition de ce même conférencier, nous permettant de cerner l'espace dont l'athlète et son environnement humain au quotidien sont une des composantes.

8Charles Suaud a distingué — j'espère ne pas le trahir — l'espace interne : le mouvement sportif proprement dit, et l’espace externe, c'est-à-dire tout ce qui gravite autour du sport. Il nous rappelle que l’espace du sport peut être considéré comme une organisation permanente à pratiques spécifiques normalisées, gérée par des spécialistes.

9Cette spécificité lui confère une autonomie qui, paradoxalement, le rend totalement dépendant d'autres espaces. Il se situe dans un rapport de force, mais lui-même présente une force d'adhésion extraordinaire. Il fait les individus. Il traduit le monde social selon une logique, une pratique, des schémas culturels et sociaux qui lui sont propres. C'est un espace, d'une vitalité, d'un pouvoir peu ordinaire, qui est arrivé à imposer qu'une pratique corporelle soit une fin en soi.

10Voilà l'écosystème dans lequel va baigner l'athlète et son environnement humain. Tout ceci va sans doute nous permettre de mieux nous interroger sur des comportements dans un champ d'observation certes réduit, mais qui n'évacue pas la complexité du jeu des pouvoirs réciproques.

11Nous nous adressons à une population bien précise, celle dite du haut niveau, de l'athlète confirmé, et par ailleurs, à l'athlète en devenir et cela dans des espaces institutionnels considérés tels que : Sport-études et INSEP. Cet environnement implique des exigences, des contraintes, et échafaude des projets souvent très personnalisés.

12Ces différents espaces « clos » vont générer des ambiances, des types de relations particuliers selon un affect plus ou moins prononcé, qui nous renvoie à la notion d'interdépendance : pouvoir de séduction qui biaise l'affrontement mais à quel prix ? Dans cet environnement structurel, l'environnement humain pèse fortement sur l'athlète. « Le sport fait les individus », nous a dit Charles Suaud. Reste à savoir, et là est le nœud du problème, comment l'on considère cette RÉALISATION, résultats comptables ou épanouissement ? Ce que l'on proposera à l'athlète sera-t-il propice à d'autres envols, dans d'autres espaces sociaux, non sportifs, comme le souhaitent les athlètes allemands, qui répètent que : « la réussite, c'est s'en sortir..., du sport », ou au contraire, va-t-on « nourrir » l'athlète pour un temps et dans un espace limité ?

13L'environnement de l'athlète proche ou plus éloigné est sociologiquement différent de celui d'hier. Cela peut se vérifier, nous a dit Charles Suaud, au niveau de ceux qui occupent les pouvoirs de décision dans le sport : après le pouvoir des notables, celui des industriels, aujourd'hui celui du show-biz... les incidences ne sont pas nulles.

14Pour conclure, l'environnement de l'athlète exerce-t-il, pour reprendre la terminologie de Bernard Jeu, un pouvoir de type « maître-esclave » ou au contraire, comme dans les gymnases grecs, la philosophie accompagne-t-elle les défis corporels ?

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search