Version classiqueVersion mobile

Le sport

 | 
Jean-Paul Callède

Séance d'ouverture

Le débat par Sylvie Hamez

Sylvie Hamez

Texte intégral

Le débat par Sylvie HAMEZ,
Journaliste à La Voix du Nord

1La conférence introductive sur "L'espace des pouvoirs du sport" traitée par Charles Suaud a permis de délimiter un cadre d'analyse. Certes, il existe un espace des sports autonome, mais en même temps, ce dernier est dépendant d'une multitude d'autres espaces ayant chacun leur logique propre, et avec lesquels il est en relation permanente : politique, économique, juridique, médiatique, éducatif, religieux...

2Si l'on distingue ces deux niveaux, toute une série de questions se pose naturellement sur les interactions, les marges de jeux, les dépendances, les impositions de problématique, etc, qui se déroulent entre tous ces espaces.

3Cela ne manqua pas de susciter une première remarque de Jacques Marchand intéressé plus spécifiquement par la relation entre l'espace des médias et l'espace des sports. Ces deux espaces se confondent beaucoup actuellement, mais, rappela Jacques Marchand, ce phénomène n'est pas nouveau. En effet, depuis que le sport existe, la presse sportive existe. Ils sont nés ensemble, se sont développés ensemble et se sont soutenus. Les premiers journaux de sport ont été les premiers organisateurs d'événements sportifs.

4À ce sujet, deux sports échappent plus ou moins, de nos jours, à l'autorité sportive : le cyclisme et la boxe. Les instances fédérales n'organisent pas de compétitions. Leur rôle, dans ce cas, est de contrôler et de veiller au respect des règles. Pourquoi ? Pour des raisons historiques. Ces deux fédérations n'ont vu le jour que bien après le début de la pratique de ces sports. Et ce sont les journalistes, détenteurs du pouvoir médiatique, qui ont créé ces fédérations. Rousseau, directeur du journal Le Vélo à la fin du siècle dernier, devint à la fois Président de la Fédération de Cyclisme et de Boxe.

5La plus grande organisation cycliste qu'est le Tour de France, échappe totalement à l'autorité fédérale si ce n'est pour l'application du règlement. Cet événement est organisé par une structure privée qui, comme par hasard, est un support de presse.

6L'évolution se fait par la télévision qui intervient désormais dans la construction du spectacle mais surtout met cette construction à sa disposition et à son profit. Les médias ont influencé les changements de règles. Le Tour de France, organisé par Le Parisien et L'Équipe, favorise la presse écrite quant aux heures d'arrivée. Si la télévision en était le maître d'œuvre, les arrivées se feraient sans doute à 20 heures, pour le journal. La base de ces interférences serait donc, souvent, d'ordre commercial et particulièrement quand il y a exclusivité.

7Jacques Marchand exprima une dernière crainte sur l'idée de Philippe Tesson reprise dans l'exposé de Charles Suaud : "Le sport télévisé est condamné au scénario". Dans ce cas, on abandonne la logique sportive pour une logique purement commerciale. Le danger est que, dans un futur proche, en l’absence d’un scénario naturel, les responsables des télévisions seront tentés de falsifier un peu la vérité et remplaceront l’image réelle par l’image virtuelle.

8La communication en matière de pouvoir est un art difficile. La "qualité" d’un pouvoir se mesure aussi à l’ensemble des messages délivrés. Charles Suaud a ouvert quelques pistes d’analyse sociologique. Poser la question des pouvoirs du sport, c’est immanquablement soulever le délicat problème de l’autonomie relative du sport.

9Ce qui ne manqua pas d’interpeller Ernest Gibert : à mesure que l’espace des sports s'étend, se diversifie, se complexifie, le degré d'autonomie de l'espace sportif en général se réduit. Il pourrait y avoir une relation intéressante entre l'évolution du champs d'extension de l'espace du sport et le degré d'autonomie c'est-à-dire la réduction des degrés de liberté.

10Une dernière question fut posée sur la sociologie du sport. Charles Suaud répondit brièvement mais efficacement : "La sociologie du sport passe par une sociologie des émotions. Cette dimension psycho-sociologique doit être récupérée pour comprendre comment, ce qui, au départ, est un positionnement social se retraduit sous forme magique, mythique à travers l'amour du sport ou d'un sport. C'est par cette pratique, avec tout ce qu'il y a d'adhésion individuelle, totale, immédiate, qu'en même temps on se positionne".

POUVOIR, CAUSE ET FORCE 1
(...) Nous voudrions ici rappeler à grands traits les orientations majeures qui ont guidé notre réflexion (...). Ces orientations peuvent être, nous semble-t-il, résumées en quatre propositions :
1°) Il n'est guère fécond de ne voir dans le pouvoir qu'une simple variable intermédiaire entre un stimulus et une réponse, susceptible dès lors d'une application générale à l'examen des modifications dans les conduites ou à l'analyse, déjà plus ambitieuse, des mécanismes de choix social.
2°) Il convient de ce fait de dépasser la notion générique — et commune — de pouvoir, en vertu de laquelle il ne désignerait qu'une capacité de parvenir à ses fins, pour tenter de cerner, à travers une analyse de son mode — ou ses modes — d'action, les effets de son exercice sur autrui. Dans cette perspective, nous avons cru pouvoir affirmer que le pouvoir se traduit par une réduction de la gamme des cours d'action ouverts à autrui.
3°) Cette limitation, A (Ego) l'impose à B (Alter) soit en le menaçant d'user de sanctions soit en procédant à leur application effective. Le pouvoir ne se réduit donc pas à la menace, encore qu'elle lui soit aussi essentielle que le châtiment ; et bien entendu, il ne se ramène pas davantage à ce dernier. C'est par l'utilisation conjointe — qui ne veut pas dire simultanée — de la menace et de la punition que se définit le pouvoir : A passe ainsi de l'un à l'autre en fonction des exigences de la situation. Signalons enfin que, pour n'être pas toujours manifestée, c'est-à-dire directement employée, la force n'en est pas moins présente, en tant que fondement de la menace ou que garantie des autres sanctions.
4°) Les sanctions liées à l'exercice du pouvoir affectent négativement la situation de B ; on les appellera en conséquence des sanctions situationnelles négatives.
Il nous a paru utile, en terminant, de proposer, à titre d'illustration, une définition du pouvoir destinée à rassembler les principaux éléments de la conception que nous avons tenté d'esquisser. Notre formulation — évidemment hypothétique — est la suivante :
Le pouvoir consiste en la probabilité, pour une unité sociale A, d'obtenir la soumission à sa stratégie propre d'une unité sociale B (ou des unités sociales B et C, etc.) en réduisant la gamme des cours d'action ouverts (ou permis) à cette dernière sous l'effet de sanctions situationnelles négatives, qu'elles soient simplement invoquées à titre de menace ou qu'elles fassent l'objet d'une application effective.
Cette définition est construite autour de trois critères essentiels :
1 ° La probabilité de la soumission ;
2° La réduction des possibilités d'action offertes à B ;
3° La menace ou la mise en œuvre de sanctions situationnelles négatives, ce qui permet très aisément de mesurer l'importance des privations encourues ou réellement subies.
On peut également, à partir du nombre de personnes appartenant à l'unité sociale B, déterminer l'extension (the extent) du pouvoir ; et il est encore possible d'affiner cet indicateur, en tenant compte non seulement des membres de B, mais des objets valorisés que cette unité sociale détient. Rien n'interdit enfin, dans le point de vue adopté ici, de chercher à apprécier la rapidité avec laquelle B se soumet ou même le degré de réorientation de sa conduite à la suite de l'annonce menaçante ou au contraire de l'utilisation des sanctions.
(...) Peut-être (cette définition) demanderait-elle cependant à être éclairée par une analyse plus générale, consacrée à une confrontation des "modèles de choix" et des "modèles de contrainte" dont les immenses difficultés nous ont, plus encore que le manque de temps, jusqu'à présent détourné.
1. CHAZEL François, "Pouvoir, cause et force", Revue française de Sociologie, XV, 1974, p. 441-457 (cit. p. 456-457).

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search