Version classiqueVersion mobile

Le sport

 | 
Jean-Paul Callède

Séance d'ouverture

Intervention de M. Jacques Marchand

Jacques Marchand

Texte intégral

Intervention de M. Jacques MARCHAND
Président Honoraire de l'Union Syndicale des Journalistes Sportifs de France

1Il s'agit là d'une autre ouverture, donc du stage de communication. Beaucoup d'entre vous, enfin les habitués de nos universités, savent déjà de quoi il s'agit, mais je vais le répéter une fois de plus pour les nouveaux et peut-être aussi pour les anciens. On peut faire un petit effort de mémoire et revenir un peu sur l'histoire du stage de communication. Stage, pourquoi et pour qui ?

2Pourquoi ? Je crois qu'il faut remonter à l'origine. En 1984, nous étions à la 2e Université Sportive d'Été au CREPS de Poitiers et les dates de cette université correspondaient exactement avec les dates des Jeux olympiques. D'où une certaine inquiétude de la part des organisateurs que nous étions qui s'interrogeaient sur le fait que les participants pouvaient être tentés d'abandonner un peu, travaux et débats, pour venir se précipiter vers les télévisions et se tenir au courant de l'évolution de ces Jeux. C'est la raison pour laquelle nous avons, pour éviter cet inconvénient, créé un bulletin d'informations proposant aux participants, lorsqu'ils sortiraient de leurs travaux de leur faire le point sur les résultats et le point sur les médailles des Jeux de Los Angeles, il s'agissait des Jeux de Los Angeles à cette époque-là.

3Et nous avons ainsi créé tout naturellement la première cellule, c'était vraiment une cellule de communication, avec quelques jeunes qui étaient pour la plupart, les enfants ou les amis des participants. Nous sommes vraiment partis à l'aventure.

4Nous avons fait ce que nous pouvions et cela a plu, alors nous avons décidé de continuer et l'année suivante de reprendre le principe bien qu'il n’y ait pas de Jeux olympiques tous les ans. Il y avait d'autres raisons, ce stage était un apport pour l'Université Sportive d'Été. Et c'est ainsi qu'à la 12e Université, je viens de faire le bilan de dix ans d’activités tout de même de cette petite cellule qu'est le stage de communication. Dix ans, c'est beaucoup, et c'est pour nous un anniversaire. Dix ans au cours desquels nous avons vu défiler à peu près (j'ai fait le calcul hier soir) entre 80 et 90 stagiaires venus d'horizons divers.

5Alors, aujourd'hui, si je pouvais définir ce stage de communication, je dirais que c'est une communication à trois niveaux :

6La première qui était donc la raison même, le point de départ, c'était une communication interne, à usage interne, simplement pour les participants pour leur donner des nouvelles à la fois de l'extérieur et aussi en même temps, c'était normal, des nouvelles, des informations, sur la vie de l'Université elle-même.

7Et puis nous avons réalisé que nous étions de notre temps et, très rapidement nous nous sommes aperçus qu'avec le matériel dont disposait le CREPS, nous pouvions nous lancer dans l'aventure audiovisuelle. Comme nous avions quelques jeunes déjà sur place qui avaient une certaine expérience, une petite formation, nous nous sommes lancés dans la télévision, dans le journal télévisé. De plus, nous avions un jeune que vous connaissez bien qui a fait carrière depuis, un de nos premiers stagiaires qui est venu nous aider, Eric Cachar. À l'époque, il débutait effectivement à FR3-Poitiers, Nous nous sommes aperçus en faisant une cassette que finalement on atteignait un deuxième niveau de communication, qui était, à travers les cassettes, de faire connaître l'Université, de la faire connaître à des gens qui n’étaient pas venus à l'Université. C'est le deuxième niveau.

8Et maintenant, je m'aperçois, après dix ans, que nous avons atteint, sans beaucoup nous en rendre compte d'ailleurs, un troisième niveau de communication qui est peut-être le plus important, c'est une communication directe avec la profession elle-même. Et je me suis amusé à faire ce petit bilan, je vous ai dit en dix ans, deux fois nous avons supprimé le stage. La première année, il n'y avait pas de stage de communication tout simplement parce qu'on n'y avait pas pensé, qu'il n'y avait pas de raison d'en avoir, et puis nous avons dû arrêter une fois, je crois que c'était en 1988, si j’ai bonne mémoire parce que nous étions à Boulouris et que nous n'avions pas l'équipement nécessaire pour faire un stage de communication. Et cela nous a tellement manqué que l'année suivante, mes amis m'ont demandé de refaire ce stage de communication et alors on a distingué et séparé deux stages, j'ai fait un stage avec les étudiants de communication à Poitiers et ensuite le stage de l'Université a eu lieu à Boulouris. C'est la seule année, si vous voulez, où nous nous sommes trouvés un peu séparés dans le temps. Après nous sommes revenus à l'unité de lieu.

9Donc, il n'y a que deux fois sur les douze ans d'université que nous n'avons pas eu ce stage de communication.

10En dix ans, je m'aperçois que nous avons maintenant dans la presse quatorze journalistes professionnels. Ce que j'appelle un journaliste professionnel, c'est un journaliste qui dispose de sa carte professionnelle. Quatorze journalistes professionnels ont fait leurs débuts, je ne dis pas leurs classes, loin de là, puisque c'est un stage d’initiation, pas un stage de formation ; les journalistes savent que pour se former, il faut deux ans d'études. On n'a pas la prétention en huit jours de faire ce qu'on doit faire en deux ans.

11Mais c'est un stage d'initiation, c'est un stage d'éveil, c'est un stage qui permet de voir si on a des aptitudes, si au moins ça intéresse et même si ça passionne.

12Et donc, nous avons effectivement quatorze journalistes professionnels qui ont commencé leur carrière avec nous, qui ont découvert en tous les cas leurs aptitudes en passant au stage de l'Université Sportive d'Été.

13Sur ces quatorze, quatre, dont un est pigiste, mais quatre sont à la télévision, en particulier à Canal +, quatre sont dans la P.Q.R., c'est-à-dire la presse quotidienne régionale, et six travaillent dans des magazines. Quatre dans la P.Q.R., dont deux qui n'ont pas fait d'autres études, c'est-à-dire qui sont partis du stage de Boivre, et ensuite se sont directement lancés dans la profession.

14Il y en a une qui devrait être parmi nous, puisqu'il se trouve qu'elle est embauchée depuis déjà quelques années, qu'elle assure la rubrique des sports au Bien Public, le journal local, le journal de Dijon. Coïncidence, elle attend d'un jour à l'autre, un heureux événement, donc évidemment elle n'est pas parmi nous sinon Marie-Jo Masniére aurait aujourd'hui pu faire les comptes rendus d'une Université qu'elle a fréquentée, il y a maintenant une dizaine d'années.

15Et puis, je dirai que si nous avons quatorze professionnels, il est inutile de vous dire qu'on entre dans la profession au bout de quelques années et dans les promotions des trois dernières années, c'est-à-dire depuis Lille, nous en avons quatre qui sont pigistes, dont deux à La Voix du Nord et nous avons un ancien stagiaire qui vient d'être admissible au concours d'entrée des deux grandes Ecoles de Journalisme, c'est-à-dire à la fois admissible au CFJ et admissible à Lille et qui devra décider entre ces deux écoles après avoir fait la deuxième partie.

16Et enfin, nous avons trois anciennes stagiaires qui actuellement travaillent dans des services de communication dont deux à la télévision (une à TF1 et l'autre FR2) et une autre Corinne Regazzacci dont vous vous souvenez peut-être, elle était championne de France de gymnastique. Marseillaise, elle a actuellement un poste important au service de communication du Conseil régional des Bouches du Rhône.

17Voilà si vous voulez le petit bilan qui prouve effectivement que nous avons atteint ce troisième étage et que finalement notre communication, elle est aussi avec la profession.

18Alors, il faut rester très modeste, il faut rester humble. Bien sûr, nous ne prétendons pas former directement des professionnels de l'information, que ce soit Sylvie Hamez qui, aujourd'hui, m'apporte son précieux concours et Roger Pureur, surtout pour tout ce qui est technique, qui se dévoue beaucoup pour ce stage de communication.

19Nous n'avons pas, encore une fois, la prétention de former des journalistes, ou de former des techniciens, nous avons simplement la prétention peut être de leur passer ce virus qu'est celui de la presse.

20Voilà, je crois que je vous ai résumé la situation le plus rapidement possible. Merci.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search