Version classiqueVersion mobile

Le sport

 | 
Jean-Paul Callède

Séance d'ouverture

Conférence introductive

Charles Suaud

Texte intégral

Charles SUAUD
Professeur de Sociologie à l'Université de Nantes

L'ESPACE DES POUVOIRS DU SPORT

1Le thème autour duquel vont se dérouler les débats de cette 12e Université Sportive d'Été, demande à être pris avec beaucoup de sérieux, ce qui ne signifie pas que je le prendrai "à la lettre". Afin d'ouvrir quelques pistes d'analyse sociologique touchant au "sport dans tous ses pouvoirs", je voudrais faire plusieurs remarques préliminaires qui cherchent à éviter les considérations trop générales sur "le (ou les) pouvoirs", sans que l'on ne sache vraiment de quoi, et encore moins de qui, il s'agit ; ces réflexions répondent également au souci de suggérer un cadre théorique que vous puissiez vous approprier et mettre en œuvre à partir de votre propre expérience. C'est dans cet esprit que je voudrais justifier le déplacement du titre proposé, qui me conduit à traiter de l'"espace des pouvoirs du sport".

2L'expression "le sport dans tous ses pouvoirs" contient l'idée fondamentale que le sport engage une pluralité de pouvoirs. Cette proposition perd un peu de son évidence première lorsqu'on s'interroge sur la nature de ces pouvoirs. Spontanément, on est amené à faire une opposition entre ce qui relèverait d'un pouvoir spécifiquement attaché aux organisations sportives — appelons-le le "pouvoir sportif" —, et des instances qui engagent des forces "autres", pouvant s'exprimer à travers le sport, ou inter-agir avec lui. On aura reconnu la coupure que l'on instaure entre un pouvoir interne, sportif, et des pouvoirs externes qui sont de nature différente, politique, économique, religieuse, etc. Or, par delà sa simplicité, cette opposition demande à être traitée avec beaucoup de précaution. Parce que l'univers des sports s'est historiquement construit selon cette opposition interne/externe, on risque de l'accepter d'autant plus facilement qu'elle agit comme une "catégorie indigène", à partir de laquelle les valeurs sportives sont organisées. On risque alors de s'enfermer dans une pensée circulaire, comme chaque fois que l'on puise dans le monde que l'on étudie, les catégories avec lesquelles ce monde se pense, ce type d'"analyse" ne faisant alors que prolonger les images que l'espace sportif développe sur lui-même. Du coup, la confusion peut s'installer, faisant que les conclusions "sociologiques" seront d'autant mieux reçues, — une fois n'est pas coutume —, qu'elles emprunteront, sous des allures scientifiques, la pensée commune imposée par la pratique sociale. À titre d'exemple, je terminerai cet exposé en évoquant certains travaux qui "dénoncent" le pouvoir de l'argent dans le sport, au nom précisément d'une extériorité de principe entre l'argent, l'externe, et le sport qui serait l'interne. Je montrerai que, pour louables qu'elles soient, ces "analyses" sont totalement prises par l'objet d'étude qu'elles sont censées construire, faute d'une interrogation théorique suffisante, qui ne doit accepter comme acquise aucune situation de fait, pas même celle par laquelle le sport s'impose comme un monde en soi, coupé des réalités et des "valeurs de l'argent".

  • 1 On trouvera une présentation et une mise en œuvre de ces hypothèses dans BOURDIEU P., "Programme p (...)
  • 2 Les recherches actuellement menées avec Jean-Michel Faure, à l'Université de Nantes, m'amèneront à (...)

3Poser la question des pouvoirs du sport — ou des pouvoirs sur le sport —, c'est immanquablement soulever le difficile problème de l'autonomie relative du sport. L'introduction du concept d'espace répond à cette exigence. Je ne peux pas reprendre ici tout le jeu d'hypothèses attachées à la notion d'espace1. Je me limiterai à faire trois remarques autour de ce qui a été désigné, et étudié, comme un espace des sports. Première remarque : parler d'un espace des sports, c'est désigner l'existence d'organisations stables chargées de mettre en œuvre des pratiques spécifiques, en l'occurrence des pratiques corporelles codifiées et normalisées, gérées par des spécialistes qui vivent pour et parfois par le sport. Pour des raisons de clarté et d'efficacité du propos, je me limiterai à la définition institutionnalisée du sport2. À cet espace des sports, sont attachés des enjeux, des intérêts, des savoirs, et des stratégies tout à fait particuliers qui laissent parfaitement indifférents ceux qui n'y sont pas engagés.

4Deuxièmement, la spécificité de l'espace des sports ainsi comprise s'accompagne d'une dépendance totale vis-à-vis d'autres espaces qui ont des logiques différentes, et qui sont le fait d'autres spécialistes ayant d'autres intérêts à s'occuper du sport, qu'il s'agisse d'intérêts économiques, politiques, culturels ou éducatifs, si l'on pense que les investissements pédagogiques dans le sport ne sont pas plus désintéressés, bien qu'étant d'une autre nature, que les engagements économiques. Tel est l'enjeu fondamental du concept d'autonomie relative du sport qui permet de penser les relations de dépendance tout en refusant d'identifier — ou de réduire — les forces internes à des forces externes, pourtant bien réelles. Ainsi, la sociologie des sports prend comme objet les rapports de force internes aux organisations sportives, ainsi que les relations de dépendance vis-à-vis des autres espaces de pratiques et des groupes professionnels avec lesquels le sport a partie liée.

  • 3 Le Monde, 16 août 1995. L’un des membres du comité d'organisation du meeting de Lausanne (5 juille (...)

5Enfin, troisième principe : l'état des relations entre ces espaces dépend, bien entendu, de la force avec laquelle chacun impose aux autres sa logique, ses intérêts, matériels ou symboliques. Quand le sponsor d'un meeting privé d'athlétisme dresse lui-même la liste des athlètes qu'il veut voir entrer en compétition3, il ne fait aucun doute que les considérations économiques l'emportent complètement sur le point de vue sportif. Il reste que les relations entre tous ces espaces dépendent également du poids d'instances compétentes, le plus souvent de nature juridique, politique ou même sportive, qui exercent leur pouvoir à l'échelle nationale ou internationale (européenne ou mondiale). La seule manière de vraiment traiter cette question est de procéder à de la comparaison internationale. Il apparaît alors très vite que les voies qui conduisent à l'autonomie de l'espace des sports ne sont pas les mêmes d'une nation à l'autre, et que l'un des principes de variation les plus puissants réside dans le rapport qui s'est historiquement établi entre l'État et l'espace des sports.

6C'est à l'aide de ce modèle théorique que je voudrais interroger, sous quatre angles différents, la structure et le fonctionnement des espaces de pouvoirs agissant dans et sur le sport.

1. Au fondement du pouvoir du sport : l'autonomie de l'espace sportif

  • 4 Dans son allocution d'ouverture, Pierre Hartmann a rappelé que le DUC (Dijon U.C.) avait été agréé (...)
  • 5 BREDEKAMP H., Le football florentin. Les jeux et le pouvoir à la Renaissance. Paris/New York/Amste (...)

7En réalité, que faut-il entendre par "pouvoir autonome du sport" ? Il s'agit du pouvoir de faire en sorte qu'une pratique corporelle normalisée devienne en elle-même sa propre fin. Ce pouvoir consiste à produire une abstraction, en imposant une pratique compétitive efficace, détachée de toute fonction utilitaire, et finalisée sur la victoire qui respecte l'intégrité de l'adversaire en dehors de toute connotation militaire4. En ce sens, le pouvoir constitutif du sport passe par la production d'une croyance collective dans l'autonomie de ses propres valeurs et de ses fins. Jacques Defrance a parfaitement décrit ce lent et difficile processus de conquête de l'autonomie de l'espace des sports, qui se réalise tout au long du xixe siècle, contre les gymnastiques inféodées au pouvoir politique. Quand Horst Bredekamp, cet historien allemand, nous décrit le calcio florentin durant la période qui va du xive au xviie siècle, on se dit que ce jeu ressemble fort à un sport moderne, joué en espace et temps limités, selon des règles assez lâches mais néanmoins codifiées, si ce n'est sa totale intégration aux rituels du pouvoir exercé par les princes de cette ville5. Conformément aux thèses développées par Norbert Elias, l'auteur classe cette activité corporelle dans la catégorie des jeux traditionnels, sans aucune autonomie par rapport aux pratiques évergétiques des Médicis. En revanche, on sait avec quelle facilité n'importe quel sport moderne peut être réinvesti de fonctions politiques, souvent à finalité nationaliste, au point de voir bafouées les règles sportives les plus élémentaires. La perspective historique qui s'impose ici a le grand mérite de montrer que l'autonomie du sport que l'on a toujours tendance à prendre comme un absolu ("le sport pour le sport", "l'amour du sport" comme on a pu parler de "l'amour de l'art", etc.), est une production sociale bien tardive, et toujours provisoire. Elle est une conquête incessante, jamais définitive.

  • 6 WAHL A., Les Archives du football. Sport et société en France (1880-1980). Paris : Gallimard/Julli (...)

8La compréhension de ce qu'est l'autonomie de l'espace des sports est par conséquent inséparable d'une sociologie historique des organisations sportives. Pour chaque période, il faut savoir à quel groupe social appartiennent ceux qui ont cherché à monopoliser les postes de direction, à partir desquels il était possible d'agir concrètement sur les formes à donner à la pratique, et d'imposer des valeurs et des significations sportives conformes à leur ethos de classe. Par exemple, l'historien Alfred Wahl montre comment l'évolution du football vers le professionnalisme en France (1932) s'opère à la faveur d'un déplacement du recrutement social des dirigeants des clubs qui, composés d'enseignants et d'éducateurs au début des années vingt, ont de plus en plus compté de "professions libérales, contraintes à leur tour de céder la place au profit des industriels"6.

9Telle que je viens de la définir, l'autonomie de l'espace des sports qui est au fondement d'une adhésion collective puissante, répond à des conditions invariantes, quels que soient les cultures ou les systèmes politiques. Elle présuppose par exemple une organisation bureaucratique, dotée de spécialistes qui se consacrent entièrement aux intérêts et aux valeurs du sport. En revanche, les manières selon lesquelles ces administrations bureaucratiques se sont constituées et ont trouvé leurs principes de légitimité, changent fortement, y compris entre pays proches. La comparaison entre la France et l'Allemagne est très parlante sur ce point. Les différences dans les façons de concevoir et d’organiser pratiquement l'autonomie de l'espace des sports pourraient se résumer de la façon suivante.

10Parfaitement intégrées au système des valeurs culturelles de la nation allemande, les pratiques sportives relèvent de la sphère privée et contribuent à la formation générale de l'individu pris dans ses particularités nationales. Dans un tel contexte, le sport de haut niveau auquel je m'intéresse plus particulièrement participe de ce qu'on pourrait appeler un nationalisme culturel, et les sportifs célèbrent à travers leurs exploits les vertus du peuple allemand. Du coup, le sport de haut niveau reste largement indépendant de l'administration publique. Même si l'État apporte une forte contribution financière, celui-ci reste extérieur à l'organisation du sport de haut niveau et ne régente pas la carrière des athlètes, pour qui le projet sportif n'est pas le tout de leurs perspectives de vie personnelle. En Allemagne, on trouve cette tradition forte au nom de laquelle l'État reste étranger aux individus, ainsi qu'à la sphère privée des activités humaines auxquelles se rattachent les activités sportives.

  • 7 Récemment, le contrat unique avec Adidas imposé par la Ligue de football à tous les clubs professi (...)

11En France, c'est pratiquement la logique opposée qui prévaut. En forçant un peu le trait, tout en respectant bien entendu les règles de délégation d'autorité entre les pouvoirs publics et les fédérations sportives, il n'est pas faux de dire que les sportifs de haut niveau, en paraphrasant l'un d'eux, sont des créatures d'État. C'est de l'État qu'ils tiennent leur statut (liste signée du premier ministre), leurs revenus (via les fédérations)7, et le plus souvent leurs carrières comme fonctionnaires sportifs au sein des fédérations ou des collectivités locales.

12Ces considérations plus abstraites commandent des observations empiriques relevant d'une comparaison sur le mode de fonctionnement des espaces nationaux des sports. La façon dont l'autonomie de l'espace des sports est conquis, peut conduire à des modalités très différentes de financement, qui combinent de manière très contrastés l'origine de fonds privés et publics. Sous ce rapport, on peut aller jusqu'à dire que ce qui fonde le plus sûrement l'autonomie de l'espace sportif en France, à savoir l'origine publique des fonds, serait perçu comme une atteinte à cette même autonomie en Allemagne. La comparaison pourrait se prolonger par la description du déroulement de la carrière des athlètes, jusque dans ses aspects les plus quotidiens comme la relation qui prévaut entre entraîneur/entraîné, la façon de gérer le corps ou encore, la manière de concevoir ce qu'est la réussite sportive.

2. Le pouvoir du sport de faire le monde social

13Le détour par la théorie de l'autonomie relative de l'espace des sports s'impose si l'on veut comprendre la force d'adhésion que le sport suscite non seulement dans ce qu'il est (en tant que pratique ludique, agonale), mais aussi dans ce qu'il fait aux individus. Ce pouvoir de faire les individus, et de contribuer, à travers cette transformation, à la reproduction du monde social, est rarement pris à sa juste mesure. Plus souvent dénoncé qu'analysé, il fait l'objet de propositions souvent caricaturales qui reposent sur un refus de prendre en compte les spécificités de la pratique sportive ainsi que les propriétés de l'espace sur lequel les sports sont organisés.

  • 8 SCHMITT J.-C., La raison des gestes dans l'Occident médiéval. Paris : Gallimard, 1990.
  • 9 Dans la conclusion de son livre L'excellence corporelle, Jacques Defrance exprime très clairement (...)

14Les gestes sportifs ont leur raison propre. À la différence des gestes religieux que Jean-Claude Schmitt analyse si bien pour la période médiévale8, les gestes sportifs n'ont pas comme finalité première d'exprimer du sens (en l'occurrence moral et religieux). Ils ne sont pas insérés dans un système symbolique explicite qu'un corps de spécialistes seraient chargés d'élaborer et d'où ils tireraient leur signification. Et pourtant les gestes sportifs parlent à leur façon, de manière silencieuse si l'on peut dire. Pour en trouver la raison, il faut non pas se reporter à des traités de "théologie sportive", pour prendre une image, mais bien poser l'hypothèse qu’il existe un espace des sports qui retraduit, dans une logique particulière, les grands principes de structuration de l'espace social qui se trouve ainsi réaffirmé d'une manière parfaitement méconnaissable9. Par la retraduction du jeu social et jeu sportif, il se trouve qu'adhérer au sport est un acte qui dépasse la simple acceptation du jeu sportif ; pour reprendre une expression de Bernard Grœthuysen, le sportif croit à plus de choses qu'il ne pense, en adhérant en même temps à des principes de structuration sociale qui sont implicitement, mais réellement, engagés dans la pratique sportive.

  • 10 BOURDIEU P., Le sens pratique, Paris : Editions de Minuit, 1980, p. 116-124.

15L'intérêt de la notion maussienne de techniques du corps n'est pas seulement de traiter le sport comme un fait social total comme on le trouve rituellement exprimé ; il est aussi de rappeler que l'usage sportif du corps répond à une logique pratique et qu'il exprime à ce titre des schémas culturels et moraux profondément enfouis, clandestinement inculqués à travers des actes apparemment purement techniques et des manières d'être strictement corporelles. Ce qui est vrai de la politesse conçue comme une "mythologie politique réalisée, incorporée" pour reprendre l'expression de Pierre Bourdieu10, devrait l'être a fortiori de la pratique sportive où tout ce qui est appris est moins de l'ordre du savoir objectivable que de ce qui contribue à définir l'identité de l'individu. L'opposition entre les sports, mais aussi entre les modalités de la pratique d'un même sport, se charge alors d'une multitude de significations propres à exprimer, mais aussi à faire, des différences non seulement entre des groupes sociaux, mais aussi entre les sexes, les âges, les communautés d'appartenance de divers types, etc., ainsi qu'entre les systèmes d’attitudes et de valeurs qui leur sont socialement attachées. On peut penser que les pratiques sportives agissent comme de puissants identificateurs sociaux avec lesquels les individus peuvent jouer pour construire, sans trop le savoir, des personnalités adaptées aux trajectoires qu'ils parcourent dans l'espace social et aux positions qu'ils y occupent. Ainsi le sport ne fait pas qu'exprimer une réalité préexistante, il fait le monde social, en contribuant à faire l'identité des individus.

  • 11 On peut se reporter aux articles de Bill MURREY, "Celtic et Rangers. Les Irlandais de Glasgow", et (...)

16Parce que l'espace des sports est à la fois structuré et structurant, la manière de s'y introduire, de s’y placer, de s'y comporter ouvre un jeu extrêmement ouvert d'affirmation d'identités — ou de contre-identités —, que l'on peut observer à tous les niveaux de pratiques. On peut de la sorte chercher à comprendre les choix de sports par une population de scolaires en fonction du sexe et du positionnement dans l'école. J'ai par exemple observé comment les adolescentes en situation d'échec scolaire, donc marquées négativement par l'école, développaient des stratégies de contre-identité, en choisissant des sports qui sont de forts marqueurs masculins, comme si elles puisaient dans l'éventail des sports disponibles, les plus aptes à affirmer la contre-position qu'elles occupent sur les espaces scolaire, et le plus souvent, social. On pourrait également étudier les orientations prises par les sportifs de haut niveau français et allemands, ou encore les comportements des supporters d’équipe de football en situation de derbys véritables11.

3. Espace des sports et espace des médias

17Tant que les activités corporelles à caractère ludique ont été immergées dans la vie de communautés restreintes, la séparation entre les pratiquants et les spectateurs a été réduite au maximum. Tous les membres de la communauté locale en possédaient également les secrets et les enjeux. L'extrême variabilité des règles interdisait la possibilité, et annulait l'intérêt d'une diffusion des jeux traditionnels au-delà des aires culturelles homogènes. Dans son livre sur le football florentin, Horst Bredekamp montre que les seules représentations des parties de calcio qui se déroulaient sur les places de Santa Maria Novella, puis de Santa Croce, à Florence, ont été l'œuvre d'artistes, peintres ou graveurs, qui n'avaient d'autre intention que de se mettre au service du Prince. Et l'on sait fort bien aujourd'hui que les sports modernes se sont constitués, en rupture avec ces jeux, au prix d'une normalisation des règles effectuée dans le but explicite d'instaurer une compétition égalitaire et universelle coupée de la vie sociale, basée sur la négation de tout particularisme. En ce sens, considérée dans son principe même, la médiatisation des sports modernes, n'est pas une dérive, comme certains pourfendeurs aiment à le proclamer, mais constitue plutôt un prolongement objectivement impliqué dans l'invention de ce type d'activités physiques. De ce point de vue, il n'est sans doute pas étonnant de constater que les premières grandes compétitions sportives ont été promues par des organes de presse.

  • 12 Ceci est encore plus vrai quand un média se fait lui-même promoteur de spectacle sportif.

18Cette façon de concevoir les choses ne cherche aucunement à présenter les médias comme étant partie intégrante de l'espace des sports. C'est le reproche que l'on pourrait adresser aux analyses conduites selon la problématique d'une certaine sociologie de la communication. Les médias ne feraient que transmettre des messages émis par la pratique sportive, dont il s'agirait d'étudier les effets sur les récepteurs. Les médias sont ainsi pris à leur face concrète de médium entre un événement originel et des destinataires dont les attitudes, voire les comportements, peuvent être modifiés. Sans être dénuée d'intérêt, cette perspective ne pose pas de manière efficace la question du pouvoir des médias. Pour ce faire, il semble plus pertinent de transposer à l'espace du sport, les analyses que Patrick Champagne a développées à propos des rapports entre les espaces des médias d'une part, de la politique d'autre part. Il montre que c'est à la condition expresse de respecter la logique de chacun de ces espaces, — à savoir leur structure interne, leurs objectifs, les intérêts qui y sont attachés, etc. —, que l'on peut expliciter les interactions entre eux, dont les effets peuvent aller jusqu'à bouleverser les règles internes de la compétition politique. De la même manière que le traitement par les médias des questions politiques a eu pour effet de changer en profondeur et les enjeux et les formes de la compétition électorale, il faut se donner les moyens de penser comment la médiatisation moderne des sports a contribué à agir sur les règles de la compétition sportive. Pour être plus précis, on pourrait reformuler cette hypothèse en posant que l'implication des médias intervient à un double niveau dans la construction sociale des événements sportifs. Une première fois, dans la définition des conditions d'organisation matérielle des rencontres sportives12, une seconde fois, plus déterminante, dans la mise en forme de cet événement qui survient au travers des techniques de retransmission. Ainsi l'espace des médias a le pouvoir de faire l'événement sportif, et cela, bien entendu, de façon très inégale suivant la nature et l’importance de la manifestation.

  • 13 Françoise Papa est chercheuse au Groupe de Recherche sur les Enjeux de la Communication (GRESEC), (...)
  • 14 Comme celui fait par TF1 de ne diffuser qu'en différé les J.O. de Barcelone, en 1992 (hormis la sé (...)
  • 15 Texte de travail présenté en séminaire de recherche à l'université de Nantes, janvier 1995.

19En se référant aux travaux extrêmement minutieux que Françoise Papa13 a réalisés sur les modalités et les fonctions de la médiatisation des J.O. d’Albertville, de Barcelone et de Lillehammer, on voit au moins deux directions dans lesquelles la recherche peut s'orienter. Premièrement, vers une analyse de la structure de l'espace des médias qui couvrent un événement sportif. Comment la télévision l'emporte de loin sur l'écrit, quelle division du travail s'instaure entre ces médias, quels moyens sont engagés par les différentes chaînes et quels choix sont réalisés par elles14 ? Comment les médias sont eux-mêmes liés à des sponsors, de sorte que ces derniers, selon l'expression de Françoise Papa, sont promus au titre étonnant, et jamais interrogé, de "partenaire des J.O." ! La seconde direction conduit à interroger tout le processus de négociation des conditions de fabrication (le "signal olympique"), puis de diffusion des images. Pour illustrer cette dépossession de l'espace sportif de la représentation qui est donnée des manifestations sportives, je ne peux que rapporter cette citation de C. Tesson dans les Cahiers du Cinéma de septembre 1992 : "Il est vrai que le sport télévisé est condamné au scénario. On l'a vu à Barcelone, au saut en longueur, entre Lewis et Powell. Même si les commentateurs voient bien que le duel n'a pas lieu, ils sont bien obligés de nous vendre ce scénario jusqu'au bout, puisqu'ils n'avaient rien d'autre, et parce que c'est la télévision qui nous l'avait prévendu". Et Françoise Papa d'ajouter : "La narration est découpée, hachée : les images et les événements se bousculent, s'entrechoquent et en définitive s'annulent dans le flot. Le commentateur n'a plus le temps de son commentaire, irrémédiablement zappé, happé par une nouvelle image qui lui vient de la régie : le maître du temps et du rythme n'est plus sur le stade"15.

4. Capital économique, marché et capital sportif

  • 16 On peut citer comme exemple le livre, au demeurant fort remarqué par la presse, de BOURG J.F., L'a (...)

20Le fait d'aborder, en dernier, le "pouvoir de l'argent" sur le sport ne signifie pas que j'en relativise les effets, mais qu'on ne peut appréhender le poids de l'économie que par rapport à la théorie de l'autonomie du champ sportif. Il est frappant de constater que bon nombre d'"analyses", à prétention scientifique, ne sont que des indignations morales, légitimes par certains côtés, mais qui n'ont quasiment aucun pouvoir d'explication de la réalité16. À quoi cela sert-il, par exemple, de brandir pour elles-mêmes les sommes gagnées par des sportifs, de pratiques différentes, si l'on n'analyse pas les conditions qui rendent possibles de tels gains et les espaces sur lesquels ils sont réalisés ? Un revenu devient-il immoral par le seul fait d'atteindre des sommets impressionnants, et si tel est le cas, qui a le pouvoir de définir quels sont les seuils de moralité ? Comme on le voit immédiatement, toutes ces questions mal posées ne peuvent recevoir de réponses satisfaisantes. Il n'est pourtant pas aisé de rompre avec ce point de vue moral particulièrement convaincant dans un pays comme la France où le sport peut se prévaloir légitimement d'exercer "une mission de service public", et qui l'est davantage encore dans des milieux professionnels comme les vôtres (les nôtres) où la possession d'un capital culturel universitaire "prémunit" contre les excès toujours condamnables de l'"auri sacra fames" ! Pour bien marquer le changement de point de vue que l'on propose, on peut interpréter le caractère particulièrement crédible des dénonciations de "l’argent dans le sport" comme l'effet d’une crise institutionnelle de l'espace sportif qui n'a plus l'autonomie suffisante pour retraduire les pressions externes (dont celles du pouvoir économique), en enjeux internes, proprement sportifs.

  • 17 FAURE J.M., SUAUD C., "Un professionnalisme inachevé. Deux états du champ du football professionne (...)

21Afin de comprendre les rapports de force économiques qui s'exercent de manière inégalitaire dans le sport, il faut rappeler que l'obtention d'un quelconque résultat, du plus modeste au titre de champion du monde, est la réalisation d'un capital sportif acquis (compris comme ensemble de propriétés proprement physiques et sportives acquises par un individu ou un collectif) dont la production demande une consommation de capital économique et/ou d'énergies humaines. Le problème se pose alors dans un double sens. D'une part, dans le sens de l'inégale répartition du capital économique que les clubs ont à convertir en capital sportif, le seul qui soit efficient sur l'espace sportif. Le cas du football professionnel français est exemplaire pour montrer que la légitimité d'un club tient moins à l'importance de son budget, qu'aux formes de transformation du capital économique17. Dans la concurrence qui oppose les clubs qui recourent à la logique du marché (par achat de joueurs) à ceux qui forment leurs joueurs (selon une logique d’école), il est clair qu'en France ce sont les clubs de la seconde catégorie, là où la dénégation de l'argent est la plus forte, comme à Nantes et Auxerre, qui attirent sur eux la plus forte légitimité du point de vue des valeurs sportives internes, au point même que l'importance des sommes engagées finit par ne plus être perçue. D'autre part, la question doit être posée dans le sens de la conversion en capital économique du capital sportif acquis par la compétition. Conversion qui, à son tour, peut se faire de multiples manières, par la spectacularisation (importance du public direct), par la médiatisation, par l'échange sur le marché des sportifs (quand il existe).

  • 18 L'Équipe, 12-13 août 1995, p. 3.

22Dans tous les cas, la réalisation d’un capital économique à partir de performances sportives nécessite l'existence d'un (ou de plusieurs) marché(s), et l'importance du capital ainsi accumulé va dépendre et des modes d'organisation interne (je pense en particulier à l'opposition entre amateurisme et professionnalisme), et de la force de la croyance collective dans la valeur symbolique des performances atteintes. Le sport de haut niveau est ainsi l'objet de transactions incessantes par lesquelles les intérêts économiques sont légitimés à travers des opérations de conversion symbolique par lesquelles les valeurs sportives sont, au moins formellement, respectées. À titre d'exemple, ce commentaire du journal L'Équipe après le doublé historique de Michael Johnson : "Certes, il y a l'argent, et pour lui cela compte énormément. Il l'a d'ailleurs toujours clairement dit, allant même jusqu'à avouer qu'il ferait autre chose que de l’athlétisme s'il n'y avait pas autant d'argent dans ce sport. ‘Je sais que ces propos ont choqué. Mais je ne vois sincèrement pas où est le problème. L’athlétisme est un métier pour moi'. Dit sans aucune provocation. Un métier, mais aussi une passion. Celle qu'il voue à Jesse Owens par exemple"18.

23Ces quelques réflexions avaient pour but de montrer que le "pouvoir de l'argent" sur le sport ne s'exerce pas indépendamment de tout un jeu de relations et de rapports de force entre tous les individus qui occupent l'espace des sports ainsi que les autres espaces qui interagissent. Les turbulences que le rugby mondial a connues cet été en donneraient un autre exemple fort convaincant.

Conclusion

24Il n'est pas étonnant que ce soit au moment où le sport de haut niveau est traversé par des forces contradictoires (entre l’argent et la morale du sport), et où celui-ci intègre un nombre croissant de pays aux cultures et systèmes de valeurs variés, que les instances sportives compétentes déclarent qu'il est temps de se doter d'une éthique du sport. La sociologie n'est pas prescriptive par nature, et ce n'est pas son rôle de se substituer à ces instances. Elle peut, en revanche, apporter une contribution en analysant les mécanismes réels par lesquels les sportifs, ancrés dans leurs cultures, sont ce qu'ils sont, font ce qu'ils font, compte tenu de l'espace sportif national et international sur lequel ils sont. Par cette connaissance des conditions de la pratique sportive de haut niveau (que Alain Badiou appellerait le processus de vérité du sport), la sociologie laisse entendre ce que devrait être une éthique du sport qui intégrerait dans ses principes les conditions de son applicabilité universelle, compte tenu des écarts qu'il y a nécessairement entre la rationalité technique qui ajuste froidement les moyens aux fins, et la rationalité par rapport à des valeurs (Max Weber).

25Le problème central qui se pose aujourd'hui n'est peut-être pas prioritairement celui des athlètes, pris en eux-mêmes, et d'une hypothétique perte des valeurs affirmées pour elles-mêmes. Mais bien celui d'un espace sportif dont les instances de régulation n'auraient plus le pouvoir suffisant pour affirmer et maintenir la croyance dans l'autonomie parfaite des valeurs sportives, spécifiques et universelles. Devant l'imposition croissante de logiques concurrentes, en particulier économiques et politiques, les règles et les valeurs sportives qui prévalaient sur le mode de l'évidence, sans travail d'inculcation explicite, autrement dit sur le mode implicite de l'ethos, doivent désormais être énoncées et affirmées de façon explicite, sur le mode de l'éthique. Il s'agit d’un problème institutionnel qui concerne l'espace sportif tout entier, avec toutes ses composantes, l'enjeu étant d'avoir le pouvoir suffisant de dire ce que doivent être au xxie siècle, le sport en général, et le sport de haut niveau en particulier. Parce que le corps est en jeu, on peut comprendre que, dans un réflexe de légitimité et selon une philosophie positiviste qui date un peu, les dirigeants se tournent vers la médecine pour trouver une parole susceptible de faire autorité dans un espace sportif en quête d'éthique. Mais on peut voir cette attitude comme une nouvelle preuve de la crise d'institution qui fait que les instances dirigeantes se tournent parfois vers des autorités extra-sportives, entre autres médicales, qu'elles estiment être en mesure de pouvoir exercer le pouvoir de régulation qui leur échappe en partie.

26La sociologie ne cherche pas à jouer le rôle de médecin du sport. Le meilleur service qu'elle puisse rendre est de dévoiler le plus complètement possible les enjeux cachés et contradictoires qui sont engagés dans la pratique sportive aujourd'hui. C'est sans doute là le meilleur moyen de redonner à ceux qui gèrent l'espace sportif les armes les plus efficaces pour que celui-ci conserve son autonomie et continue d'affirmer ses valeurs.

Notes

1 On trouvera une présentation et une mise en œuvre de ces hypothèses dans BOURDIEU P., "Programme pour une sociologie du sport", Choses dites, Paris : Editions de Minuit, 1987, p. 203-216, et SUAUD C., "Espace des sports, espace social et effets d'âge. La diffusion du tennis, du squash et du golf dans l'agglomération nantaise", Actes de la recherche en sciences sociales, 79, septembre 1989, p. 2-20.

2 Les recherches actuellement menées avec Jean-Michel Faure, à l'Université de Nantes, m'amèneront à prendre de nombreux exemples dans le sport dit "de haut niveau". Conscient de l'enjeu social et politique qui se trouve engagé dans les oppositions entre ces différents modes de pratique, je m'attacherai néanmoins à prendre en considération d'autres modalités de la pratique sportive.

3 Le Monde, 16 août 1995. L’un des membres du comité d'organisation du meeting de Lausanne (5 juillet 1995) affirme que "maintenant, les directeurs de meeting sont bien organisés, ce sont eux qui imposent leurs vues aux managers".

4 Dans son allocution d'ouverture, Pierre Hartmann a rappelé que le DUC (Dijon U.C.) avait été agréé en 1922 par le Ministère de la Guerre et des Pensions, au titre de Société d'instruction Physique et de préparation au service militaire. Il s'agit donc d'une histoire récente.

5 BREDEKAMP H., Le football florentin. Les jeux et le pouvoir à la Renaissance. Paris/New York/Amsterdam : Diderot Editeurs, Arts et Lettres, 1995. "Avec la fin du calcio médicéen officiel, ce jeu tomba peu à peu en désuétude. Il avait trouvé une aire de développement magnifique dans l'art de la représentation cultivé par les Médicis, mais cette osmose avec la lignée régnante fit que, les patrons disparus, on perdit toute envie de continuer sans eux. Lorsque le Discorso de Bardi fut imprimé à Livourne en 1766, pour la cinquième et-provisoirement - dernière fois, l'impulsion ne venait plus de Florence", p. 57-58.

6 WAHL A., Les Archives du football. Sport et société en France (1880-1980). Paris : Gallimard/Julliard, Archives, p. 219.

7 Récemment, le contrat unique avec Adidas imposé par la Ligue de football à tous les clubs professionnels illustre parfaitement la tension suscitée par l'existence d'une morale publique au sein d'un sport professionnel, relevant d'un marché totalement privé. En prenant cette décision, la Ligue a déclaré "être restée strictement dans son rôle d'organisateur du football professionnel et dans la mission de service public qui est la sienne", L'Équipe, 24 juillet 1995.

8 SCHMITT J.-C., La raison des gestes dans l'Occident médiéval. Paris : Gallimard, 1990.

9 Dans la conclusion de son livre L'excellence corporelle, Jacques Defrance exprime très clairement ce principe de la méconnaissance du social, objectivement attaché au degré d'autonomie de l’espace des pratiques corporelles et sportives : "Ces mécanismes deviennent plus complexes, moins directs et moins aisés à reconnaître pour ce qu'ils sont à mesure qu'un champ spécifique se forme et s'autonomise. Une des conditions de formation de la valeur sociale des pratiques d'exercice change alors profondément : toutes les dimensions du rapport au social sont, à l'image du rapport au politique, désormais structurées suivant ce processus de dénégation qui ne permet à cet univers de pratique de fonctionner qu'à la condition de se penser comme un monde social inversé où la peine est transfigurée en plaisir et le travail en jeu", op. cit., p. 182.

10 BOURDIEU P., Le sens pratique, Paris : Editions de Minuit, 1980, p. 116-124.

11 On peut se reporter aux articles de Bill MURREY, "Celtic et Rangers. Les Irlandais de Glasgow", et de Christian BROMBERGER et Jean-Marc MARIOTTINI, "Le rouge et le noir : un derby turinois", in "Les enjeux du football". Actes de la recherche en sciences sociales, no 103, juin 1994.

12 Ceci est encore plus vrai quand un média se fait lui-même promoteur de spectacle sportif.

13 Françoise Papa est chercheuse au Groupe de Recherche sur les Enjeux de la Communication (GRESEC), Université de Grenoble 3.

14 Comme celui fait par TF1 de ne diffuser qu'en différé les J.O. de Barcelone, en 1992 (hormis la séance d'ouverture).

15 Texte de travail présenté en séminaire de recherche à l'université de Nantes, janvier 1995.

16 On peut citer comme exemple le livre, au demeurant fort remarqué par la presse, de BOURG J.F., L'argent fou du sport, Paris : La Table Ronde, 1994.

17 FAURE J.M., SUAUD C., "Un professionnalisme inachevé. Deux états du champ du football professionnel en France. 1963-1993". Actes de la recherche en sciences sociales, no 103, juin 1993, p. 7-26.

18 L'Équipe, 12-13 août 1995, p. 3.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search