Version classiqueVersion mobile

Le sport

 | 
Jean-Paul Callède

Séance d'ouverture

Intervention de Jean-François Bazin

Jean-François Bazin

Texte intégral

Intervention de Jean-François BAZIN
Président du Conseil Régional de Bourgogne

1Madame la Vice-Présidente de l'Université ; Mesdames et Messieurs les Présidents, chers amis ; cher Bernard, la Région de Bourgogne est très heureuse d'accueillir la 12ème Université sportive d'été, dont j'ai entendu parler il y a maintenant plusieurs mois par les organisateurs régionaux que je félicite pour leur acharnement à réussir cette opération à Dijon, en Bourgogne ; pour en faire une bonne rencontre, à la fois intéressante sur le plan intellectuel et aussi conviviale, dont nous garderons le meilleur souvenir.

2Merci également d'avoir choisi la Bourgogne et Dijon.

3Le Conseil régional s'intéresse au sport depuis maintenant plus de dix ans et de façon très régulière, par de nombreuses orientations de sa politique et en bon accord, je crois, avec l'ensemble du mouvement sportif. Nous l'aidons à travers les comités régionaux et les ligues régionales. Nous l’aidons pour le recrutement de collaborateurs, pour l'équipement, pour des investissements importants présentant un caractère régional, pour l’organisation de manifestations diverses plus ou moins importantes. On parle assez souvent de sport à la Région ; vous ne serez donc pas dépaysés lorsque vous y viendrez lundi. Comme nous parlerons ce jour-là de tout ce qui concerne le sujet précis de votre Université d'Eté, j'en parlerai peu ce matin. Je dirai simplement qu'à travers l'organisation française, parfois originale par rapport à d'autres pays (la place des différents pouvoirs dans l'organisation du sport, dans la règlementation de la pratique du sport également), on a pu s'étonner ces dernières années de l'absence de toute référence au sport dans les lois de décentralisation ou dans l'organisation de la société de façon plus décentralisée.

4Or, ce silence ne peut pas masquer l'importance du rôle et de l'intervention des collectivités territoriales en ce domaine, qu'il s'agisse soit de la construction d'équipements sportifs, de leur fonctionnement, de leur entretien ; de l'animation sportive ; de la coordination souvent nécessaire ou de l'aide financière apportée au mouvement sportif. C'est un rôle de tout premier plan dans le développement du sport, dans la mise au point d'un cadre adapté à ces activités sportives ainsi qu'à leur promotion. On évalue en effet à quelque trente milliards de francs l'aide consentie en France au sport par l'ensemble de ces collectivités et notamment par les communes.

5Le sport est un centre d'intérêt soumis à des contingences multiples qui influent sur la qualité de vie du citoyen, qu'il s'agisse de la démographie, du niveau de vie, des effets de mode, etc.

6Cette mouvance se répercute sur l'organisation institutionnelle du sport, la nature du mouvement ou des mouvements sportifs, le niveau de compétition et j’en passe. L'organisation assez originale du sport en France présente certaines inadéquations qui peuvent devenir préjudiciables et dont nous sommes bien conscients. Plusieurs antagonismes peuvent en effet être répertoriés et j’en ai souvent les échos dans ma propre assemblée. Une cohabitation qui n'est pas toujours simple entre l'Etat, le mouvement sportif, les collectivités territoriales dans une décentralisation où l'Etat a parfois tendance à dire : "C'est la décentralisation. Les Régions vont maintenant s'occuper de tout et tout financer !" Les Régions perçoivent l'impôt que vous payez vous aussi et il y a des limites à nos ressources... Par ailleurs, ce n'est pas la circulaire d'un ministre qui organise la vie publique. Il y a des lois, un cadre qui doit être respecté et le sport ne figure aucunement dans les compétences transférées aux collectivités territoriales par les lois de décentralisation.

7Un antagonisme fréquent, fonctionnel, selon des logiques différentes, qu'elles soient sportives, économiques, ou professionnelles. Nous nous trouvons là aussi face à des réglementations, ou à des absences de réglementation, qui peuvent poser problème. C'est peu le cas en matière universitaire, il est vrai, mais davantage dans des domaines voisins et en tout cas liés au sport.

8Nous sommes amenés à aider des clubs professionnels. Je pense en particulier au football. Il y a eu un projet de décret sur les subventions. Le décret n'est jamais paru. Lorsque vous demandez aux autorités administratives si on a le droit de faire ceci ou cela, on vous répond : "On n'en sait rien, voilà le projet de décret". Projet signifie-t-il un texte devant s'appliquer ? C'est soit un décret, soit pas de décret du tout, soit un autre décret. Je vois difficilement la possibilité d'appliquer un projet de décret, et c'est pourtant ce qu'on nous demande officiellement de faire. "Laites comme si !" C'est un mode d'organisation de la vie publique assez étrange. Ce sont des exemples choisis naturellement parmi les difficultés rencontrées car quand les choses vont bien, l'antagonisme n'existe pas. Je suis amené, très souvent, à inciter nos collègues à réfléchir sur la possibilité de maîtriser, à tout le moins d'atténuer les effets de mode inhérents à certaines activités pour déterminer celles qui seront pérennes et celles qui ne le seront pas. On nous demande parfois des investissements très importants pour des sports qui disparaissent au bout de cinq ans. Cela arrive. Sans doute, le sport est-il le sport, la vie, et la vie change, je le comprends bien. Il faut cependant essayer de peser le rapport qualité/prix.

9Comment gérer et intégrer la multitude des disciplines qui présentent des finalités différentes ? Les intéressés disent toujours qu'il n'y a pas de finalité différente. Il est bien vrai que même le sport le plus spectaculaire et le plus médiatique peut avoir, a très souvent des effets éducatifs et incitatifs. Mais il est bien vrai aussi qu'il existe des familles de sport plus orientées vers le loisir, vers la détente, et d'autres plus orientées vers le professionnalisme ou le quasi-professionnalisme, sinon vers le pur spectacle et nous sommes amenés dans des cas fréquents à devoir arbitrer et trancher sans avoir beaucoup d'éléments de réflexion pour le faire.

10C'est pourquoi votre Université sportive d'été nous intéresse. Si vos réflexions permettent de mieux exprimer le langage si possible "univoque" du mouvement sportif auprès de nous (ce n'est pas toujours le cas, et il m'arrive bien souvent d'entendre des représentants sportifs qui parlent assez différemment quand ils parlent seuls ou quand ils parlent en groupe !), il y aura un utile progrès.

11La nécessité de parler si possible d'une seule voix conduit à nous expliquer ce qui vous paraît prioritaire. L'argent a ses limites surtout quand il est public. Nous sommes amenés à faire des choix, à fixer des priorités ou des options. Nous avons besoin de vos conseils et votre approche nous sera utile, tout en s'interrogeant aussi sur la façon de développer le sport à l'Université en milieu étudiant. Celui-ci a beaucoup changé depuis vingt ans, il n'a plus aucun rapport avec ce que les gens de ma génération ont connu. Le sport a-t-il changé aussi vite ? Oui. En grande partie, mais probablement pas assez, comme tout dans la vie. Quand on voit les difficultés parfois psychologiques, des étudiants, des jeunes, leurs difficultés à s'intégrer, même à l'Université qui a elle aussi ses "exclus", (un ensemble de plusieurs dizaines de milliers de jeunes), on se dit que le sport peut leur apporter une réponse très efficace. Encore faut-il lui en donner les moyens et que lui-même sache rayonner.

12C'est vous dire que la plupart des questions que vous aborderez au cours de cette Université rejoignent les préoccupations de vos élus, en Bourgogne et dans les régions où vous vivez. Je ne doute pas que les choses se passent à peu près de la même manière dans l'ensemble des régions françaises.

13Merci d'avoir pensé nous associer ce matin à votre première séance de travail. À lundi, où nous nous retrouverons au Conseil régional !

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search