Version classiqueVersion mobile

Le sport

 | 
Jean-Paul Callède

Séance d'ouverture

Intervention de Bernard Depierre

Bernard Depierre

Texte intégral

Intervention de Bernard DEPIERRE
Maire Adjoint de la Ville de Dijon

1Le thème de ce colloque organisé par l'U.N.C.U. et l'U.S.J.S.F. "Le sport dans tous ses pouvoirs" illustre bien le souci qu'ont les dirigeants sportifs universitaires d'analyser, de partager et d'essayer de trouver des solutions aux problèmes réels, actuels du sport dans ce pays, de trouver sa place, sa reconnaissance, ses moyens d'exister.

2A Dijon, nous avons essayé d'être au cœur de ce débat depuis déjà une douzaine d'année, en cherchant les synergies car dans le monde sportif, plus précisément les fédérations, les ligues, les comités et les associations veulent, dans leur indépendance, rester seuls, quelquefois trop seuls et donc les moyens financiers nécessaires à l'exercice du sport leur manquent.

3Nous avons essayé très naturellement de développer une politique de partenariat avec l'Université dans le domaine du sport en partageant les mêmes préoccupations. 25 000 à 30 000 étudiants dans la ville, c'est une charge, c'est aussi une chance. Un club universitaire, c'est une chance de pouvoir disposer dans une même structure d'une multitude de sections sportives. Le DUC a su à Dijon, en Bourgogne, je n'oublie pas qu'il s'agit de l'Université de Bourgogne, être un club à la fois pour tous et être un club qui développe le sport de haut niveau. En particulier, sa section athlétisme brille, chaque année, au plus haut niveau du sport français, et sa section tennis compte dans ses rangs régulièrement de très bonnes et de très bons tennismen dont la jeune Carolina Sagienak qui n’a échoué qu'en finale des championnats de France cadettes.

4Naturellement, la ville s'est mise au service du DUC, comme de tous les autres clubs, avec en fait une politique très simple. Les clubs dijonnais sont accueillis, en suivant l'ordre du tableau hiérarchique dans nos installations, avec l'arbitrage du comité dijonnais des sports qui est notre véritable Office municipal des sports dans une politique de concertation régulière. Le club universitaire, le DUC, s'est inscrit parmi les organisateurs des grandes épreuves annuelles très impliqué dans l'organisation de l'Euromeeting de Dijon, il organise lui-même les 20 km de Dijon, ainsi que le cross Bernard Santona, le tournoi international jeunes de tennis qui a lieu en début d'été ; la ville est partenaire de toutes ces épreuves.

5Le DUC compte dans ses rangs des athlètes qui ont été ou qui sont parrainés par la ville de Dijon, car nous avons développé le parrainage individuel. Le parrainage, c'est quoi ? C'est mettre à disposition de sportives ou de sportifs, sans les embrigader dans un système tortueux d'un sponsoring quelquefois trop compliqué, des moyens pour pouvoir exercer normalement leurs compétitions, se déplacer et vivre leur sport.

6Puis, nous avons essayé avec l'Université d'être un partenaire permanent. L'Université a investi dans le domaine du sport, à l'UFR STAPS, un centre de régénération tout à fait exceptionnel dont nous sommes naturellement partenaires. Elle a investi en partenariat étroit avec les différentes composantes, et le DUC, dans des courts de tennis couverts, nous avons été également partenaires et cette politique a fait tache d'huile. Le Conseil régional a eu une politique très incitative en la matière, puisqu'il a participé pratiquement à tous les investissements.

7J'ai aujourd'hui aussi la responsabilité de représenter le Président du Conseil général de Côte d'Or. La politique sportive du Conseil général est encore naissante. J'espère que dans les temps qui viennent nous pourrons développer aussi cette politique de partenariat, de synergie et de mise en relations des moyens. Sinon, je suis persuadé que nous ne pourrons pas continuer dans le monde du sport à dépenser sans compter, à assister à des essaimages de toute nature et nous croyons, à Dijon en tout cas, que pour réussir dans le domaine du sport, il faut travailler ensemble. C'est la devise que nous avons faite nôtre, et je souhaite qu'à travers cette université sportive, où les chercheurs, les spécialistes du sport, les responsables de clubs universitaires que vous êtes, vont trouver des remèdes à ces problèmes, des pouvoirs ou des contre-pouvoirs dans le sport. Car, si nous avons résolu certains problèmes qui nous ont permis d'avoir quelques résultats, le chemin qui nous reste à parcourir est encore long. Je vous souhaite à toutes et à tous un excellent séjour à Dijon. Découvrez nos installations sportives ; si vous souhaitez en visiter, deux collaborateurs de la direction des sports qui participent à vos travaux sont à votre disposition. Ils se feront un plaisir de vous faire visiter le Palais des Sports ou la Base Nautique et d'autres installations.

8Nous avons aussi à Dijon quelque fierté d'avoir essayé de développer une politique autour de trois grands pôles d'animation : le lac Kir et ses installations remarquables, le Palais des Sports et le Parc des Sports, mis à la disposition des associations en jouant le plein emploi, en s'adaptant aux besoins des scolaires, des universitaires, des civils et des corporatifs, car en fait le sport ne doit pas être morcelé comme il l'est trop souvent mais au contraire être une unité, ne pas opposer celles et ceux qui défendent telle ou telle discipline, et celles et ceux qui partagent d'autres disciplines ; notre ambition est grande mais à la mesure de ce que nous avons essayé de faire.

9En tout état de cause je remercie les organisateurs d'avoir choisi Dijon. Ce soir nous aurons le plaisir de nous retrouver à l'hôtel de ville. Je remercie Pierre Hartmann qui a beaucoup travaillé sur cette organisation et vous dis qu'à Dijon vous serez toujours bien accueilli. Surtout n'oubliez pas de visiter notre côte, elle est très belle, il y a d'excellents vins, la réflexion sur le sport et ses pouvoirs passe aussi par les caves en Bourgogne. Bonne Université Sportive à tous.

Auteur

Maire Adjoint de la Ville de Dijon

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search