Version classiqueVersion mobile

Le sport

 | 
Jean-Paul Callède

Séance d'ouverture

Intervention de Michel Lenguin

Michel Lenguin

Texte intégral

Intervention de Michel LENGUIN
Président du Bordeaux Etudiants Club

1Rendons-nous à l'évidence, je vais prononcer ce discours d'ouverture de l'Université Sportive d'Été 1995. Jusqu'ici c'était un littérateur qui était responsable de cet exercice II avait le pouvoir du savoir et le pouvoir du verbe. Je pensais qu'un sociologue, un philosophe ou un historien du sport serait pressenti.

2On s'est adressé à un géologue, celui qui ne sait que faire parler les pierres ; ce géologue "dont la science est archaïque", disait notre ami Ernest Gibert.

3Le Comité d'Organisation m'ayant délivré le POUVOIR de présenter cette 12ème édition de l'Université d'Été, je vais DEVOIR m'en acquitter selon l'exercice périlleux qui voudrait associer ces deux "logiques", tirant le plus souvent à hue et à dia. Elles feront l'objet de notre réflexion dominicale ce 26 août 1995.

4Le POUVOIR et le DEVOIR n'étant pas des préceptes exclusivement jansénistes, c'est avec plaisir que je remercie tous ceux qui sont ici et ont la charge de gérer et d'animer l'espace collectif rejoignant ainsi nos préoccupations, puisque l'espace collectif "intersecte" l'espace sportif dont on connaît la réalité complexe.

5Partenaires de multiples pouvoirs, en sommes-nous nous sportifs, les complices, selon l'acception ambiguë de ce qualificatif ?

6Esprit sportif es-tu là ? Qui fera tourner la table ronde de ce lundi 28 août et animer les discours dont les deux foyers — Pouvoir et Contre-pouvoir — tenteront de dessiner l'ellipse d'une construction sociale et culturelle.

7Aussi bien que les espaces infinis, les espaces mal définis tendraient à nous conduire vers le trou noir. Les champs d'influences doivent être mieux précisés, pour appréhender avec quelques chances de réussite, cette fameuse construction qui reste notre credo.

8Au sein même de la pratique sportive, "les cadres institutionnels", nous disait Jean-Paul Callède, "doivent être pris en termes de complémentarité et non d'exclusivité ou de monopole" en sachant qu'à l'amont des clubs ou des associations classiques se dessinent de nouveaux périmètres institutionnels : partage des pouvoirs.

9Si le sport peut créer des situations dans lesquelles privilégiés et défavorisés issus d'espaces sociaux très différents se retrouvent dans une société plus rassemblée, plus œcuménique, il peut aussi, comme on l'a indiqué d'une manière un peu provocatrice, générer despotes et esclaves. Nous ne sommes plus au temps des gymnases grecs qui permettaient que jeunes en formation et adultes se rencontrent et que l'on philosophe.

10C'est bien parce ce qu'il y a affrontement, que le sport est affirmation de la liberté. Selon Bernard Jeu, "les défis corporels suivis des joutes de l'esprit sont la forme jouée entre la dialectique du maître et de l'esclave". Quand le journal Le Monde ce 9 août, écrit que l'Algérienne Assiba Boulmerka, championne du monde de 1 500 m constitue, je cite : "un affront pour les islamistes", il traduit textuellement la pensée de Bernard Jeu : cet affrontement, cette affirmation de la liberté.

11L'argent, la politique, la médecine, les médias, l'entraîneur sont autant de pouvoirs, qui souvent pressent et oppressent le sportif. Ces sollicitations peuvent le rendre redevable et l'éloigner de son devoir de dignité, affectant du même coup, tous ceux qui sont attachés à ces valeurs essentielles et dont ils véhiculent l'image.

12En dehors des situations exceptionnelles extrêmes évoquées plus haut à propos d'Assiba Boulmerka, le sportif a-t-il conscience de ce pouvoir ? L'athlète qui se bat contre le temps qui passe, maîtrise-t-il l'avenir ? Le champ de la performance le mène vers des temps inconnus, des temps nouveaux, le temps de l'aventure alors que beaucoup de pouvoirs qui ne l'embrassent que pour mieux l'étouffer, se résument à lui offrir un simple horizon comptable.

13Lorsqu'il devient la seule et unique proposition, le confort matériel que l'on ménage à l'athlète n'est-t-il pas un esclavage doré ? N'est-t-il pas le signe de quelque retour obscur de pouvoirs occultes dont on perçoit ailleurs d'autres formes, certes, bien plus spectaculaires et extrêmes : intolérance, fanatisme, barbarie.

14Ce temps du retour des choses, que l'on pourrait appeler le temps circulaire, s'oppose au pouvoir du temps linéaire, celui de la performance qui est en fait le temps du progrès, celui "des Lumières".

15Solitaire, esseulé, au milieu des marchands du stade, l'athlète est alors managé au sens du "managere" italien signifiant faire tourner en rond, à des fins de dressage, comme le rappelait l'an dernier Jacques Ardoino. C'est le pouvoir de M. Loyal, — peut-on l'appeler ainsi —, maître du jeu et du spectacle, spectacle qui n'a rien à voir avec la fête activée par les sportifs eux-mêmes, pouvoir subversif, insolent, rafraîchissant, capable de décadenasser les pouvoirs établis, desséchants. Sans joie personnelle, pas de création. Ceci a été dit à Aix-en-Provence l'an dernier. La fête sportive est aujourd'hui déviée, détournée, selon des rites plus romains que moyenâgeux, n'y a-t-il pas là confiscation de pouvoirs ? A propos d'Aix et de son Université d'Eté, rappelons les troubadours provençaux qui trouvaient, au sens vrai du terme, les moyens d'exprimer un pouvoir courtois et subtil sur des puissants qui pensaient les détenir sans partage.

16Bons, Hardis, Sans peur étaient successivement les pouvoirs de Bourgogne. Téméraires enfin, au faîte de la gloire, au point, l'histoire nous l'apprend, de laisser entrer le renard dans le poulailler... et le Grand Duc de se laisser plumer, tel le coq du mouvement sportif ! Ne s'est-il pas lui aussi laisser dépouiller de son vrai pouvoir, de son projet éducatif ?

17Nous sommes en Bourgogne, pays détenteur de cent ans de pouvoirs extraordinaires. Qui étaient les Ducs de Bourgogne ? Dès ma première année d'humanités bordelaises, les anciens m'avaient fait un portrait pointu du Duc de Bordeaux. À quoi ressemblait-il ?... Est-ce bien séant de le chanter...et "comme deux gouttes d'eau"... La réputation des Ducs de Bourgogne est suffisamment assise pour que la comparaison puisse être avancée. Mais comme deux gouttes d'eau dans un pays où l'on boit sec !...

18Ceci est un simple clin d'œil à la tradition estudiantine. Pouvoir de provoquer, puisque voilà 75 ans, un grand D.U.C. singulier nous a été donné pour le bonheur de Dijon, de la Bourgogne, de son Université, pour notre bonheur aussi, car grâce à lui, grâce aux responsables politiques des collectivités, de l'Université, du mouvement sportif, nous allons vivre six jours laborieux et joyeux.

19La 12e Université d'Été est ouverte,

20Qu'on se le dise !

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search