Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, fête et société

 | 
Jean-Paul Callède

Synthèse des travaux

Intervention de Denis Masseglia

Denis Masseglia

Texte intégral

Intervention de Denis MASSEGLIA

Vice-Président du C.N.O.S.F. - Président de la Fédération Française des Sociétés d'Aviron

1J'aurais aimé aussi commencer mon propos en provençal. Cette région est très accueillante et vous avez pu bénéficier de conditions matérielles particulièrement intéressantes. J'ai su aussi que vous avez mis en pratique ce dont vous avez discuté depuis un certain temps.

2Je vous transmets les amitiés de Monsieur Serandour qui est actuellement au Centenaire du Comité International Olympique, grand moment pour le sport et le concept de l'olympisme.

3Il faut souligner que les travaux, que vous menez, sont intéressants à plus d'un titre. Il faut prendre le temps de réfléchir sur le sujet comme ne donnant pas lieu à des discussions sans fin. Qu’il y ait autant de possibilités de discuter sur le thème est indéniable. J'ai pris connaissance de la richesse des propos transcrits depuis le démarrage de cette Université Sportive d'Eté. Je remercie Ernest Gibert pour cet exercice de synthèse et de haute voltige.

4Objectivement, je pense que sur le thème "Sport, Fête et Société", les mots sur lesquels on pouvait se centrer étaient sport et fête. L'évolution de la société y a une incidence considérable. De plus, dans le mot sport, j'aurais fait le distingo entre sport de masse et sport de haut niveau.

5Dans le sport de masse, lié à la pratique, celui qui fait du sport pour son plaisir, le fait avec l'idée d'un certain non-être et cela doit déboucher sur une certaine fête.

6J'ai pu lire qu'en ce qui concerne le sport de haut niveau, il y a toujours une limite au-delà de laquelle on a du mal à retrouver le concept de la fête. Il y a toujours un moment où il faut prendre soin que l'enjeu ne dépasse pas les valeurs.

7La fête sportive est différente de la fête en général. La notion de fête a considérablement évolué depuis quelques années car l'organisation d'une fête programmée nécessite des précautions différentes d'il y a dix ans. Un exemple de fête : la répétition de Woodstock. Le concept est tout à fait différent d’il y a vingt-cinq ans. L’argent est dorénavant en jeu, la sécurité maximum par exemple, cela enlève le caractère spontané des réactions.

8Il y a également distinction entre acteur et spectateur qui parfois se rejoignent. L'acteur ressent les effets du résultat sur le bonheur et les effets du stress qu'il évacuera. Le sport cherche un exutoire à ses problèmes pour s'exprimer.

9Je dirai un mot sur le football. Les dirigeants ne doivent jamais perdre de vue la mission éducative qui est la leur.

10Au Stade Vélodrome, les sportifs crient à l'arbitre "Oh hisse" …. Si c'est une manière de se préparer à la fête, quelque part, je dois dire que ce n'est pas une bonne image pour la Ville.

11Si l'on compare les populations des stades de football et de rugby, ce n'est pas la même façon de réagir. Au niveau des supporters de football, on essaie d'organiser la fête pour que la canalisation du public passe de la manière la plus... possible... Ou bien, si c'est aussi une façon de récupérer, une manière de promotion personnelle, on ne peut pas s'empêcher de poser la question...

12En conclusion, je dirai que fête, sport et société ont de plus en plus de mal à se positionner ensemble mais ils sont intimement liés. La fête n'a de valeur qu'au service de l'homme...

13Les fêtes sont liées à une émotion sportive pour les spectateurs où les performances qui sortent de l'ordinaire sont toujours les plus belles.

Auteur

Vice-Président du C.N.O.S.F. - Président de la Fédération Française des Sociétés d'Aviron

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540