Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, fête et société

 | 
Jean-Paul Callède

Synthèse des travaux

Que la fête continue...

Ernest Gibert

Texte intégral

Ernest Gibert

Vice-Président de l'U.N.C.U

1La clôture de l'Université Sportive d'Eté, comme la fête, comme le sport, a ses rites. L'un des plus constants consiste à désigner, de préférence en son absence, une victime chargée de ce qu'il est convenu d'appeler, pompeusement, une synthèse finale. Celle-ci est parfois agrémentée d'un titre. Ce n'est donc pas une figure libre.

2La victime, pas toujours innocente à défaut d'être consentante, s'adresse alors à un auditoire mélangé, original, hétéroclite par sa structure. Il y a d'abord ceux qui ont choisi d'assumer leur devoir jusqu'au bout et de suivre l'Université d'Eté jusqu'à la fin. Contrairement à ce que l'on pourrait croire, ceux-là ne sont pas désignés d'office. Viennent s'y ajouter ceux qui subissent les effets prolongés du déchaînement d'une nuit terminale, sur lesquels le sommeil ne parvient plus à avoir de prise et qui trouvent, dans leur présence à la clôture, une transition utile qui leur évite d’avoir à compter les moutons. Il y a surtout ceux qui nous font l'honneur et l'amitié de marquer leur intérêt pour notre manifestation en assistant à la clôture. Ce sont d'abord eux que je veux remercier de leur participation, en les priant de bien vouloir accepter la présence de tous les autres.

3Un rite appelle l'autre. Le second, propre à l'officiant, consiste à expliquer à l'assistance combien l'exercice auquel il se livre est périlleux. Pour être franc, la nature du sujet choisi par les organisateurs justifie très souvent, par avance, une pareille affirmation. Le thème de la 11ème Université Sportive d'Eté : "Sport, Fête et Société", ne déroge pas à la règle. Il est confus par nature et non point par volonté. C'est une observation qui n'avait d'ailleurs pas échappé à Jacques Ardoino qui, lors de sa conférence d'ouverture, a insisté sur le fait que les éléments du sujet se présentaient sous une forme contradictoire.

4Les termes de fête et de sport sont souvent source de malentendus et de confusion. La fête, comme le sport, ne sont pas des concepts abstraits qui se prêtent à des définitions univoques et ultimes. Chacun d'entre nous a sa conception de la fête ; même si — au cours de cette semaine — nous avons été capables de pratiquer l'exercice avec une remarquable harmonie. Cette conception de la fête est perçue différemment au plan personnel et dans sa dimension collective. On l'a rappelé à plusieurs reprises : fête, joie, jouissance, plaisir, épanouissement, ne sont pas des synonymes car la fête est sans doute tout cela et plus encore à la fois. Il y a donc bien une ambiguïté sur l'usage du mot. Un peu comme l'auberge espagnole : chacun y trouve ce qu'il y apporte.

5Quant au mot sport, on sait combien — peut-être ici plus qu'ailleurs — la définition de son contenu et de ses limites est devenue un exercice difficile. Difficile en raison des modifications continues qui touchent la nature du sport, les pratiques qu'il recouvre, le champ social qu'il occupe. A tel point que nous avons pris l'habitude de parler de système sport. Ce manque de clarté sur le sens des mots est source de confusion, involontaire mais quelquefois entretenue, dans les faits comme dans les discours.

6Notons encore que la fête, comme le sport, sont souvent considérés comme les contradicteurs les plus sérieux de ce qui fut pendant longtemps, et demeure encore aujourd'hui, notre valeur essentielle de référence : le travail. Dans l'esprit de beaucoup, le temps du sport, comme le temps de la fête, sont des temps de non travail ou des temps d'affranchissement du travail. Ainsi, le sport et la fête sont-ils à la fois la meilleure et la pire des choses. On retrouve là le vieil antagonisme entre travail et loisir. Antagonisme trop manichéen pour être irréfutable et honnête ; antagonisme trop ancien pour avoir conservé sa signification d'origine.

7Le sport et la fête sont pour certains de leurs acteurs un travail et uniquement un travail. A contrario, il existe une minorité privilégiée pour laquelle le travail constitue une fête et quelquefois même un sport. Pour le plaisir de compliquer les choses, constatons également que le sport ne constitue que l'un des supports, ou l'un des prétextes, de la fête. Très souvent, le sport est absent de la fête. Dans le domaine qui nous intéresse, il arrive — trop fréquemment à notre gré — que la fête soit absente du sport. Ce constat s'applique à bien d'autres pratiques sociales que le sport. Il vaut probablement pour toutes les pratiques au travers desquelles se forment la conscience individuelle et l'inconscient collectif. On pourrait enfin, sans épuiser pour autant toutes les contradictions possibles sur le thème, s'amuser à explorer le triangle traditionnel Fête, Sport, Société, en s'interrogeant sur la nature des causalités et, pour compliquer un peu les choses, placer à l'intérieur du triangle un quatrième élément : la notion de crise. On arrive ainsi au carré infernal : crise, société, fête, sport. La société est en crise, le sport est en crise, les fêtes ne sont plus ce qu'elles étaient. Sommes-nous arrivés au terme de la fête et du sport ?

8Tout cela nous a conduits à poser des questions du genre : comment retrouver la joie perdue ? Ou, sous une forme plus concrète, à se demander : la fête pour qui ? la fête avec qui ? la fête pourquoi ? Ce sont des questions qu'il est beaucoup plus facile de poser que de parvenir à résoudre. Elles conduisent inéluctablement à s'interroger, comme l’avait fait Jean-Paul Schneider le premier jour, sur la spécificité de la fête sportive. La fête sportive a-t-elle une spécificité dans sa nature, dans les objectifs qu'elle vise, dans ses finalités, dans son contenu, dans ses formes de perception ? Cette spécificité de la fête sportive est-elle liée ou non à une spécificité du sport ? Le sport est-il une pratique sociale comme les autres, en dehors des autres, voire, comme le soutiennent certains aujourd'hui, au-dessus des autres ? Notre intérêt tendrait à nous conduire à affirmer spontanément que la fête et le sport sont en dehors du champ commun. Ne soyons pas surpris, dans ces conditions, de nous trouver isolés.

9Ce sont ces quelques questions qui ont sous-tendu les différents thèmes abordés au cours de cette Université Sportive d'Eté.

10Dire que nous avons apporté autant de réponses que nous avons formulé de questions serait présomptueux. Le fait que nous ne soyons peut-être même pas parvenus à poser toutes les bonnes questions s'explique aussi bien par notre souci de respecter nos propres rites que par le désir de se retrouver pour approfondir le sujet afin de prolonger la fête.

11Cette présentation n'avait d’autre but que de vous rappeler combien le sujet qui nous a réunis à Aix était plus compliqué que nous l'avions pensé lorsque nous l'avons choisi. Plus encore qu'à l'habitude, j'éprouve — avant d'entrer dans le fond du sujet — le besoin de vous dire combien la richesse et la diversité des contributions, comme celles de nos discussions, rendent délicat et hasardeux l'exercice de la synthèse.

12Pourtant, à considérer simplement, et de façon très globale, le fruit de vos réflexions, une ligne directrice me semble s'imposer nettement au terme de cette semaine provençale.

13Nous sommes partis d'une perception ou d'un constat, selon lequel Fête, Sport et Société avaient de plus en plus de mal à fonctionner ensemble. Sans doute parce que la fête et le sport, comme la société d'ailleurs, sont sources de paradoxes et de contradictions.

14Si nous voulons préserver, dans le sport, la part de la fête à laquelle nous sommes attachés, il faut que nous en soyons conscients. On ne peut donc pas faire l'économie d'une réflexion sur ces paradoxes, sur ces contradictions illusoires ou réelles, entre la fête et le sport. Mais on ne peut pas oublier non plus que la fête et le sport associés sont l'un des facteurs d'équilibre, ou de rééquilibration, de la société. Il faut donc organiser nos efforts pour développer entre la fête et la société, la société et le sport, ce que l'un d'entre vous a appelé le premier jour "une nouvelle alliance". C'est ce fil qui m'a semblé prédominer au cours de cette U.S.E. et que je vais m'efforcer de dévider pour conclure.

1. Paradoxes et contradictions : Fête et Sport, reflets de la société

15Sur le sujet qui fut le nôtre, les paradoxes ne manquent pas, les antagonismes sont fréquents et les contradictions sont souvent évidentes. Mais il arrive toutefois que nos perceptions se brouillent et que les vérités qui nous semblaient indiscutables ne soient, en réalité qu'illusions ou dérisoires. Chercher à les repérer rapidement amène à souligner le rôle capital de l'observation et de l'analyse.

Du mauvais usage des contradictions...

16* La contradiction est apparue, par exemple, lorsque nous avons abordé le problème de la définition des règles du jeu, ou celui des moyens nécessaires pour faire la fête.

17Règle et fête ne sont pas, par nature, des notions contradictoires. Certes, la règle contraint la fête — notamment lorsqu'elle est destinée à en préserver la sécurité — mais elle est d'abord conçue pour favoriser son organisation. Sauf exception, la fête ne peut pas être entièrement spontanée et exige toujours un minimum d'organisation. Il y a trop souvent des règles sans fête, surtout lorsqu'on se limite à leur interprétation littérale. Il existe, exceptionnellement, des fêtes sans règles, même si se pose toujours le problème de la canalisation des débordements.

18Il faut donc trouver un équilibre entre les exigences de l'une et de l'autre. L'exercice est délicat ; comme pour toutes les manifestations sociales dans lesquelles les hommes cherchent à associer la spontanéité et l'organisation, l'ordre et la liberté. Le but de l'ordre n'est pas que l'ordre règne par principe. L'ordre n'a de sens que dans la mesure où il permet à la fête d'aller à sa fin, de battre son plein, de préparer les conditions de sa renaissance. La contradiction n’en existe pas moins et son poids semble devenir plus sensible à mesure que le sport prend une place croissante dans notre société.

19* La question des moyens pose, plus que celui de l'argent, le problème de la place de l'économie dans la fête comme pour le sport. Source, elle aussi, de paradoxes et de contradictions, cette question très complexe a été abordée dans sa dimension historique par Alain ArvinBérod, de façon plus théorique dans la contribution distribuée de Wladimir Andreff, et d'une manière très concrète par Carmine Calzonetti et Patrick Cham.

20Pour éclairer notre compréhension, deux points — au moins — méritent d'être clarifiés. La première porte sur l'évaluation du rapport coûts-avantages. Encore faut-il pour procéder à une telle évaluation s'entendre sur la définition précise du champ observé. Qu'entend-on par fête sportive ? Le simple déroulement de l'événement, et/ou tout ce qui l'a précédé et ce qui le suivra ? Se limitera-t-on à une analyse à court terme, ou introduira-t-on dans l'analyse la dimension longue permettant d'intégrer des notions aussi essentielles que l'investissement et son délai de récupération ? Tant que l'on n'aura pas tranché clairement, on continuera à parler de tout et de rien.

21Un second point mérite notre attention, celui de l'exploitation de la fête, car il détermine la place que nous souhaitons donner à l'économique dans la fête sportive. Derrière exploitation, il y a exploit. La fête comme la performance sportive, réussie ou manquée, vise l'exploit. Dans l'acte d'exploitation, il convient aussi de distinguer clairement autour de l'exploit, exploitant et exploiteur. A qui profite la fête ? Ou plutôt à qui doit-elle profiter ? Cette interrogation ne peut trouver de réponse sans référence à la finalité et aux valeurs du sport.

22Le signe de l'économie est présent dans le sport comme il l'est aussi dans la fête. Seul un approfondissement de leur analyse permettra de dépasser le stade des contradictions.

23* On ne peut évoquer les contradictions sans parler des déviations de la fête sportive, ou plus largement de la fête et du sport. Les "gredins dans les gradins", la formule de Christian Bromberger est intéressante, moins par sa sonorité que par les réflexions qu'appelle son contenu. Dans le spectacle sportif, le profil type du spectateur, passif ou actif, a changé. Le poids de la jeunesse, sinon en nombre, du moins en capacité d'influence, est beaucoup plus fort que ce qu'il était naguère. Le constat est d'importance car c’est par la jeunesse que nous transmettons le sport, comme c’est par elle que nous transmettrons la fête. Doit-on, pour autant, admettre tous les débordements ? Peut-on aller jusqu'à accepter la thèse selon laquelle la fête et le sport, par conséquent la fête sportive, constituent un mode de traitement de la violence pour nos sociétés. Je n'en suis pas persuadé, bien que mon opinion ne présente qu'une légère importance. Ce qui est sûr, en revanche, c'est qu'aujourd'hui comme dans l'histoire ils en constituent un moyen privilégié d'expression.

24On aurait probablement tort de s'en tenir à une image purement négative de ces "gredins dans les gradins". Sans doute sont-ils porteurs de menaces très lourdes et très anciennes, mais ils trouvent dans leur présence au stade un moyen d'expression et une forme d’identification. Est-on en mesure de le leur offrir ailleurs, et cet ailleurs est-il substituable ?

25Les déviations de la fête ne se limitent pas à celles des spectateurs. Certains, parmi vous, ont insisté sur l'importance de la mise en scène dans la fête sportive ; en particulier, dans les grands événements. A tel point que certaines cérémonies, d'ouverture et de clôture des J.O. par exemple, combinent à la fois l'art du spectacle et celui du sport. Il est des détournements heureux, lorsqu'ils contournent les phénomènes d'exclusion. Ambiguïté cependant, car le cérémonial s'adresse bien davantage aux absents — les téléspectateurs — qu'à ceux qui sont présents dans le stade et qui seront les acteurs de la fête.

26Du détournement à la manipulation, le pas est aisément franchi. Triste souvenir que celui des Jeux olympiques de Berlin ; morne rêve — bien que plus bénin — que celui des futurs J.O. de Coca-Cola City.

27* Pourtant, l'ouverture du sport, la participation directe ou indirecte du plus grand nombre à la fête, exigent des vecteurs puissants. Intervient alors le dernier paradoxe, celui du réel et de l'imaginaire. Nous avons tous besoin d'imagination ; c'est l'une des raisons pour lesquelles nous sommes attachés à la fête et au sport. Mais le sport et la fête ne peuvent se passer du concret. On peut courir son 100 mètres nage libre dans sa tête, c'est même l'une des formes de l'entraînement. Vient un moment où l'imagination ne suffit pas, où l'on éprouve le besoin de se jeter à l'eau. Symétriquement, on ne peut rêver perpétuellement de la fête sans la faire. Le passage à l'acte est-il source de sublimation ou de déception ?

28Il ne s'agit nullement d'opposer le réel et l'imaginaire, mais de trouver dans la fête sportive l'équilibre harmonieux dans la part de l'un et de l'autre. La nécessité d'une approche poétique du réel, préconisée par Betty Lefevre, devient alors un argument qui va plus loin que le rêve sous les cocotiers à Honolulu. Entre les deux conceptions, apollinienne et dionysiaque, chères à Nietzsche et reprises par Bertrand During, les relations sont probablement davantage de complémentarité que de substitution.

29Il n'est pas utile d'enfermer, ni la fête ni le sport, dans une conception univoque. On ne peut enfermer la fête sportive dans une définition unique. Il serait dangereux pour l'esprit, pour l'éthique, de chercher à écrire un ouvrage du type "La fête sportive : mode d'emploi".

30Avec le temps, Bertrand During l'a très heureusement rappelé, ont évolué le sens, l'objectif et le contenu de la fête. De l'idéal esthétique à la recherche de l'efficacité totale, ne tentons pas d'asservir la fête et le sport aux techniques de la sémantique différentielle. Cherchons plutôt à faire un bon usage de toutes ces contradictions.

... Au bon usage de l'observation et de l'analyse

31Sur le rôle et l'avenir de la fête dans le sport, le discours et l'incantation n'ont de sens que s'ils s'appuient sur l'observation et l'analyse solide des faits de société. Ce constat constitue l'un des points marquants, bien que sans surprise, de cette Université Sportive d'Eté. La contribution de l'historien, celle de l'ethnologue, la place tenue par le journaliste sont essentielles pour mieux comprendre le présent et dégager les contours de l'avenir.

32* Le rôle de l'historien, comme celui du spécialiste de cet extraordinaire champ généraliste que forment les sciences du sport, est capital car il permet de souligner la multiplicité des fonctions et des formes de la fête et du sport. En ce domaine, l'analyse des mécanismes qui ont présidé au développement de la fête sportive, ainsi que son évolution, n'en est encore qu'à ses débuts en dépit de l'intérêt des travaux déjà engagés. Du constat de la multiplicité des formes, il faudra sans doute passer à celui des constantes, des points communs, des éventuelles régularités dans la mécanique d’attente, de préparation, de déroulement et de retombées de la fête sportive.

33* Le rôle des ethnologues n'est pas moins essentiel que celui des historiens, ou des spécialistes en STAPS, même si leur intérêt pour la fête sportive s'est manifesté plus tardivement. Christian Bromberger nous a offert une présentation du spectacle sportif, qui n'est que l'une des multiples variantes de la fête sportive, remarquablement claire. Il était utile de rappeler en quoi et pourquoi le spectacle sportif abolit les frontières traditionnelles de la représentation. Les spectateurs sportifs sont ainsi les acteurs d’un drame dont la fin n'est généralement pas écrite à l'avance.

34L'usage du mot généralement n'est pas tout à fait innocent. Il rappelle que le spectacle peut être l'objet de manipulations ou de déviations cachées au public. Surtout, il relativise l'incertitude portant sur l'issue. Car, dans le spectacle sportif, ce ne sont habituellement pas les acteurs les moins experts ou les moins entraînés qui l'emportent. De sorte que si l'issue n'est jamais automatique, la fin du spectacle est souvent imaginable.

35Enfin, et ce n'est sans doute pas la moindre contribution de la vision ethnologique, cette approche confirme par l'extérieur — il vaut mieux l’entendre dire par d'autres que de l'affirmer soi-même — que le spectacle sportif est un lieu de création. Le constat vaut, plus largement, pour la fête sportive quelle que soit sa forme car elle est un lieu de recréation et de récréation à la fois.

36* L'importance des médias, le rôle des journalistes notamment, devient croissant dans la réalisation de la fête, comme pour sa réussite. Une question préliminaire mériterait d'être posée : la fête sportive, pour être réussie, ne peut-elle se passer de la médiatisation ? La réponse spontanée, et affirmative, des acteurs concernés (journalistes et organisateurs) est trop nette pour être entièrement dépourvue d'ambiguïté. Certes, on peut organiser des fêtes sportives sans le support de la médiatisation. On peut faire, et réussir la fête, sans que la presse y participe ou s'en fasse l'écho. Pourtant, dans le domaine du sport, les médias tendent de plus en plus, même si le phénomène remonte au début de ce siècle, à se transformer en organisateurs. Quant au monde du sport il a, à l’égard des médias, une attitude d'attente qui n'est pas toujours désintéressée.

37C'est peut-être ce qui explique que dans nos souvenirs, les plus belles fêtes ne sont pas toujours celles qui furent les plus médiatiques. Celles dont nous parlons le plus ne sont pas nécessairement celles dont on a le plus parlé.

38Nous ne sommes pas à une contradiction près sur un sujet pour lequel les paradoxes ne manquent pas. Au moins serons-nous rassurés : le sport et la fête sont bien les reflets fidèles de notre société. Nous le serions sans doute davantage, si nous nous sentions capables de faire en sorte que l'un et l'autre gouvernent mieux une dérive qui tend davantage à les éloigner qu'à les rapprocher.

2. A la recherche d'une nouvelle alliance : fête et sport, forces d'équilibration de la société

39Sur ce sujet, comme dans bien d'autres, il est peut-être plus important d'aller vers que de se hâter d'arriver. En raison d'abord de la force des paradoxes et du poids des contradictions qui viennent d'être évoqués, trop longuement dans le temps, mais trop brièvement sur le fond. Ensuite, parce qu'on attend du sport et de la fête à la fois de la mesure mais aussi de la démesure. Entre les deux, l'équilibre n’est pas facile à trouver. Pourtant, ce n'est pas parce que le point d'équilibre est délicat à réaliser qu'il faut pour autant le déclarer introuvable.

40Il existe entre la fête et le sport des liens suffisamment forts pour plaider en faveur d'une nouvelle alliance sans verser dans l'angélisme. Lorsque le pire n'est jamais sûr, le mieux n'est pas à exclure. Avant de justifier, à partir de deux exemples concrets, l'idée que le sport et la fête peuvent constituer deux forces utiles pour l’équilibration de notre société, je voudrais reprendre trois arguments généraux avancés au cours de cette semaine de réflexion.

41* Le premier argument vient de ce qu'il existe des similarités fortes, des analogies nettes entre la fête et le sport. Il n'est pas possible de les évoquer toutes ; on se limitera donc à l’énoncé de quelques exemples. Ainsi le fait que toutes deux exigent, pour réussir et tout simplement pour vivre, un minimum d'organisation. Encore faut-il s'entendre sur le niveau de ce minimum qui n'exclut pas, pour autant, toute spontanéité. Il existe aussi, probablement, un niveau maximum d'organisation à ne pas dépasser pour ne pas tuer la fête et maintenir la "glorieuse incertitude" du sport.

42Même si la fête et le sport ne font pas obligatoirement appel à des valeurs identiques, elles s'appuient souvent sur des références analogues ou cherchent à déclencher des sentiments communs. Appel à l'émotion ou à la passion, sont des caractères communs d'une fête et d'un sport qui n'en ont pas l'exclusivité. Sport et fête sont aussi en dehors des règles conventionnelles ou, plutôt, du champ traditionnel et des règles ordinaires. Toutes deux visent le paroxysme. Elles sont rencontre avec soi-même et rencontre avec les autres.

43Le sport et la fête, en particulier la fête sportive, sont également — on l'a déjà mentionné — des activités de création. En cela, elles appartiennent à la culture, c'est-à-dire, pour reprendre la belle formule de Ralf Linton, à l'héritage social des individus. Peut-être est-ce pour cette raison qu’elles font une consommation importante, certains disent même effrénée, de signes et de symboles.

44Toutes deux remplissent des fonctions sociales nécessaires : permettre à l'homme d'évacuer sa peur, de s'évader, d’aller au bout de soi-même seul ou avec l'autre, de se rassurer ; et l'on pourrait ainsi longtemps poursuivre un inventaire qui n'épuiserait pas pour autant les similarités entre le sport et la fête dont la combinaison harmonieuse est le facteur-clé de réussite de la fête sportive. L'alchimie de la fête sportive réside dans l'association de valeurs altruistes et égotiques, combinées à des degrés divers selon les particularismes locaux, culturels et le temps.

45* Le deuxième argument justifiant la croyance en l’idée d’une alliance nouvelle entre le sport et la fête tient au rôle particulier du temps dans ces deux champs atypiques de la vie sociale

46Le temps du sport, comme celui de la fête, ne sont pas des temps ordinaires. Ils interrompent la linéarité de la vie sociale. A partir d'exemples empruntés au folklore de la vie universitaire, mais dont la portée démonstrative va bien au-delà, Michel Lenguin a montré comment la fête sportive suspendait le temps ordinaire. Elle interrompt le temps, sans en arrêter pour autant le cours, pour rompre avec la rigidité des habitudes, des statuts ou des pratiques et des rôles.

47La fête est dans le non-temps, dans la mesure où elle fournit à ses acteurs l'opportunité de rompre temporairement — à moins qu'ils en soient les organisateurs — avec les contraintes de la vie de tous les jours. Elle ne nie pas le rôle du temps mais lui donne seulement un nouveau visage, d'autant plus attrayant que chacun le sait fugace.

48De la même manière, et ce n'est pas le moindre des paradoxes, la fête ponctue le temps. Elle est un soupir, avec une signification qui n'est pas exclusivement musicale, dans le temps contraint de la vie sociale. Les fêtes sportives s'inscrivent, pour la plupart, dans une célébration calendaire avec une régularité et une faculté d'attente dont on ne trouve, semble-t-il, l'équivalent que dans les grandes cérémonies historiques ou religieuses. Sans doute est-ce pour cette raison qu'elle est si attentive au respect de ses rites, car il n'est pas de fête sportive réussie si elle n'associe la part d'inconnu ou de spontanéité nécessaire à la vertu rassurante des traditions respectées.

49* La fête sportive est une force d'enrichissement culturel, économique et social. Des trois arguments généraux avancés pour évoquer le rôle de la fête et du sport comme facteurs d'équilibration, ou de rééquilibrage de la société, ce dernier n'est pas le moindre.

50La fête sportive est multidimensionnelle. Non seulement parce que la dimension festive, qui a toujours eu un contenu social, prend de plus en plus un caractère économique où la notion de service — qui n'exclut pas le concours des biens — tend à étendre son influence. Mais encore parce que la fête a une signification, une portée individuelle qui ne peuvent se passer d'une perception et d'une adhésion collectives. La coïncidence des deux n'est pas automatique ; c'est pourtant à la conciliation de ces deux aspects que se mesure la force de sociabilisation de la fête sportive.

51Pour qui croit aux vertus du sport, l'argument peut être poussé très loin. Faut-il aller aussi loin que Bernard Jeu et considérer que le sport est fondateur de la culture ? S'il n'en est pas nécessairement à l'origine, le sport appartient assurément aux sources de la culture. La fête sportive, aujourd'hui, est partie intégrante de la culture en ce qu'elle est partie de l'héritage social des individus, évoqué il y a quelques instants.

52Pourquoi ne pas se poser la question : le sport peut-il être facteur de réorganisation du monde ? Il est tentant pour ses militants, de répondre par l'affirmative ; surtout s'ils sont conscients des forces de désorganisation que suscitent ses déviations ou ses perversions. Sans aller aussi loin, on peut au moins souligner qu'il est au cœur de nos préoccupations actuelles dans la recherche délicate d'un sentier d'équilibre entre la beauté et l'efficacité.

53Des points communs évidents, une manière particulièrement privilégiée de considérer le temps, une dynamique culturelle, sociale et économique de la fête sportive, voilà peut-être des supports sur lesquels il est possible de s'appuyer pour développer une nouvelle alliance de la fête et du sport.

54* De cette nouvelle alliance nous avons eu deux exemples. Le premier sur un événement déjà consacré, le Marathon du Médoc ; le second en cours de préparation : l'organisation par la France de la Coupe du Monde de Football.

55Le Marathon du Médoc, présenté par Olivier Bessy, semble l'exemple idéal de combinaison heureuse entre la performance sportive et la performance festive. Aux difficultés et aux joies de la course pédestre se superposent les vertus et la répétitivité des exercices proposés aux centres de ravitaillement. En dépit de la rudesse de l’effort, les images vout ont montré que la fête était présente avant, pendant et après l'événement.

56En apprécier les délices requiert deux formes de virtuosité dont seuls peuvent se prévaloir ceux dont le portrait-type se rapproche du profil de Germino Lagadec. L'équilibre des qualités pédestres et des aptitudes oenologiques conduit à un état subtil dans lequel la sublimation touche à la fois les acteurs et les spectateurs de la fête. Equilibre délicat à maintenir car son dépassement risquerait de conduire au dévoiement de la fête et à la caricature du sport. Fort heureusement, nous n'en sommes pas encore là et Géronimo n'est pas mort.

57Dans un autre domaine, et sur un autre registre, Jean-Pierre Pradié et Jacques Lambert, hommes de terrain et d'organisation, sont venus nous faire partager leur conviction que la prochaine Coupe du Monde de Football pouvait être, pour la France, une opportunité de fête exceptionnelle. Elle le doit, parce que le football est un sport populaire. Elle le peut, parce que la délocalisation des rencontres jusqu'à la finale fournit l'occasion de démultiplier la fête en jouant sur les particularismes régionaux. Surtout, la fête par le football doit, par un phénomène de constellation ou de cascade, devenir le support de toute une série d'autres manifestations culturelles, artistiques et sportives.

58Le projet ne manque ni d'ambition, ni de séduction. Il ne peut que mobiliser l'attention et susciter la participation de tous ceux qui croient à la portée culturelle et sociale de la fête sportive et au sport comme support de culture et de sociabilité.

59Il n'est point interdit de rêver et de penser au jour où nous saurons enfin associer la beauté et l'efficacité évoquées par Bertrand During. La place du sport et celle de la fête seront celles que nous saurons leur donner dans la société. Du discours à l'action, le fossé est souvent difficile à franchir. Gardons-nous de penser que cette semaine de réflexion nous dispense de passage à l'acte dans la réalité de chaque jour. Ce n'est pas parce qu'en sept jours nous avons su faire la fête et du sport que la démonstration est réglée.

60La nouvelle alliance ne doit pas être une illusion ou un mythe, ou si vous permettez cette comparaison, l'Arlésienne de l'Université Sportive d'Eté. Ce n'est pas parce que la tâche est difficile qu’il faut se laisser aller au doute sur sa raison d'être et son existence. Comment, après Mistral, ne pas penser ici, à Aix en Provence, à Antoine de Saint Exupéry. "Demandez aux hommes de construire une cathédrale et vous les rassemblerez".

61C'est notre volonté, notre croyance dans la place des valeurs du sport et de la fête au sein des valeurs de la société qui nous permettront de faire en sorte, demain, que la fête continue.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540