Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, fête et société

 | 
Jean-Paul Callède

Thème 4. La fête sportive : un enrichissement culturel et social

Le débat

Texte intégral

1Montrer toute la richesse culturelle du sport, c’est essayer de répondre à ceux qui considèrent que le sport existe à l'extérieur du monde culturel. De mettre en parallèle, lors d'un grand événement sportif (comme les Jeux olympiques ou une Coupe du Monde), des fêtes culturelles n'ayant rien à voir avec le sport, n'est donc pas curieux. Telle fut la réponse de Bertrand During à la première question du débat émanant d'un participant sceptique sur le fait d'associer des manifestations culturelles à une grande fête sportive.

2En créant, autour de l'événement sportif, une animation plus large, on concerne plus de monde. On cible ainsi un autre public que celui dont l'unique préoccupation est l'épreuve sportive. On les associe à la grande fête du sport. Il défendit ainsi l'idée de Jacques Lambert qui offre une fête plus large, aux multiples facettes. La facette artistique, dramatique, n'existe que pour rehausser l’éclat de la fête sportive en satisfaisant un public différent qui aura peut-être envie de participer finalement à la fête sportive. La fête est placée en facteur commun devant toutes ces facettes.

3Bertrand During ne manqua pas de rappeler aussi que : "Pierre de Coubertin a bataillé toute sa vie pour inscrire des épreuves d’art aux Jeux olympiques. Il a lui-même concouru et obtenu une médaille pour un poème épique. Par contre vouloir faire entrer deux genres différents dans un même cadre est une erreur".

4Le débat, s’il ne resta pas toujours fidèle au thème du jour, n’en fut pas moins intéressant pour autant. Participants et intervenants ayant manifesté leur curiosité sur la Coupe du Monde Football 1998 et inondé Jacques Lambert et Jean-Pierre Pradié de questions. La question essentielle restant : comment faut-il faire pour que cette Coupe du Monde soit celle des joueurs, des spectateurs mais surtout celle de tous les citoyens d’un pays ? Un souci auquel souhaite répondre le cahier des charges de l’organisation.

5Robert Denel souleva ensuite le problème de la sécurité. Dans le domaine du sport, il y a une approche de la sécurité qui semble ne pas correspondre du tout à ce qu'elle doit être. La sécurité est un élément favorable pour faire que la fête soit belle et non pas quelque chose qui prend le pas sur tout, du moins dans son approche.

6Si l'absence de sécurité entraîne des catastrophes, elle ne doit pas être que l'affaire des services de sécurité. Elle est également une affaire de prise de responsabilités collectives. La sécurité représente deux domaines distincts : d'une part, le respect d'un certain nombre de normes dans les équipements, et d'autre part, le maintien de l'ordre. Ces dernières années, on a donné une trop grande place à la présence policière pour assurer la sécurité au détriment du dialogue et de la concertation avec ceux qui sont à l'intérieur des stades (éléments perturbateurs et éléments rassurants). Il faut créer une pédagogie entre la présidence des clubs et les supporters.

7L'esprit des Universités Sportives d'Eté a le sens des contrastes et après les questions sur la Coupe du Monde, le débat reprit pour approcher plus précisément des concepts de confrontation, d'échange et de communion grâce à la fête sportive.

8En termes festifs, dans les espaces privés, la fête semble être, logiquement, plus individuelle alors que dans les espaces publics et dans les associations, les fêtes sont plus collectives.

9Robert Denel ne manqua pas de souligner qu'une notion dans la fête n'avait pas encore été abordée, celle dans l'organisation de manifestations nécessitant des compétences différentes. La fête existe aussi pour ceux qui l'organisent. "J'ai trouvé une certaine joie à ce que les circonstances m'obligent à travailler avec d'autres partenaires et avec d'autres compétences pour monter des manifestations. On a parlé de la joie des acteurs, athlètes et joueurs, de la joie des spectateurs mais pas de celle des organisateurs ; cette forme de joie existe quand on arrive à concrétiser une idée, à cristalliser des forces de nature différente pour un projet qui rassemble. C’est aussi une des conditions du succès de la fête. Réussir non seulement la compétition sportive mais aussi réussir la manifestation festive. C'est de l'hétérogénéité que naîtra la créativité dans ce domaine".

10Michel Lenguin, qui préside aux destinées de l'aîné des clubs universitaires : le B.E.C., nous a montré comment la fête sportive suspends le temps ordinaire. Elle construit son temps propre qui projette les acteurs dans un espace fabuleux et inoubliable...

11Après avoir remercié l'assemblée et après avoir évoqué les bons souvenirs d'antan des fêtes universitaires, Bertrand During esquissa en quelques mots évocateurs les principaux moments de la matinée.

12"Les points saillants que j'ai retenus, avec toute la subjectivité que j'ai dû y mettre, sont les différentes pistes qui s'ouvrent à nous. Dans les propos de Jacques Lambert, une piste intéressante est tracée : celle sur l'importance des cérémonies, et plus exactement la mise en scène de valeurs par les cérémonies. Le choix des trois valeurs pourrait être objet de débat : il y a, comme pour les Jeux olympiques, l'excellence c'est-à dire la transcendance des limites individuelles par des athlètes, la fraternité et l'universalité.

13En ce qui concerne les propos de Jean-Pierre Pradié, j'ai retenu un concept d'une grande richesse : celui de culture. Les perspectives sont intéressantes. On dit souvent que l'école républicaine avait, grâce aux fables de Lafontaine et à sa façon de raconter l'histoire, donné aux français une culture commune. Quand on étudie la presse d'avant-guerre, on s'aperçoit qu'elle emprunte ses titres aux fables. Aujourd’hui, si l'on fait une étude analogue, c'est bien souvent du côté du sport qu'il faut se tourner et le langage commun des français emprunte énormément à l'expérience sportive".

14Le pessimisme n'était plus de rigueur... mais ne s'agit-il pas d’une argutie ?

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540