Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le tournant numérique des sciences humaines et sociales

 | 
Valérie Carayol
, 
Franck Morandi

Autonomie et automatisation dans l’épistémè numérique

Bernard Stiegler

Résumé

La solidarité historique des systèmes techniques et sociaux fait place à un système d’automatisation numérique généralisé conduisant à une reconfiguration organologique de tous les savoirs. L’autonomie, opposée à la prolétarisation et au désapprentissage généralisé de l’autonomisation, suppose une nouvelle épistémè pour « penser par soi-même », renouant avec un savoir transindividué. L’article appelle à une politique repensant les critères d’une action publique dans le domaine du numérique.

The historical solidarity of technical and social systems makes way for a widespread numerical automation system, leading to an organological reconfiguration of all knowledge. Autonomy, as opposed to the generalized proletarianization and unlearning of the automation, suppose a new episteme to « think by oneself », reviving with a transindividual knowledge. The article calls for a policy rethinking the criterias of a public action in the digital domain.

Texte intégral

1La « destruction créatrice », qui a dominé le XXe siècle et fondé sa prospérité, en particulier celle des fameuses « Trente Glorieuses », est devenue vers la fin du XXe siècle, et plus encore depuis le début du XXIe siècle, une destruction destructrice.

2Pour le comprendre, et pour enchaîner sur ce qui devrait sans doute constituer non seulement un nouvel âge de l’innovation – dont, au-delà de l’open innovation et de la social innovation, l’innovation contributive serait un élément fondamental (je préciserai tout à l’heure ce que j’entends par là) –, pour enchaîner sur ce qui devrait constituer non seulement un nouvel âge de l’innovation, dis-je, mais une véritable mutation globale de toutes les formes de savoir, il faut tout d’abord se retourner vers l’histoire industrielle des techniques telle que Bertrand Gille l’a instruite en 1978.

3Bertrand Gille montre que :

  1. Toute société est fondée sur un système technique. dont les systèmes sociaux sont des adoptions régies par des règles – règles dont la cohérence est la condition de l’unité de la société ;
  2. Le système technique évoluant en permanence, mais par à-coups, il se produit durant ces à-coups des désajustements, et c’est particulièrement vrai au moment de la Révolution industrielle – époque à partir de laquelle le rythme de ces à-coups ne va cesser de s’accélérer ;
  3. Ces à-coups vont dès lors devoir être régulés par la puissance publique, pour éviter que les transformations du système technique ne détruisent les systèmes sociaux, c’est-à-dire la société, et tout ce qui la compose – et donc l’économie industrielle elle-même –, cohésion intersystémique dont le garant est alors, en France, l’État napoléonien.

4Au début du XXe siècle, aux États-Unis, Henry Ford, Edward Bernays et Joseph Schumpeter inventent un nouvel âge du fondé sur l’innovation permanente dans le système technique et sur une politique de marchés de masse qui donne naissance au marketing et aux industries culturelles qui véhiculent ses messages.

5Ce nouveau modèle, appelé consumer capitalism, connaît tout d’abord de grandes difficultés économiques, et menace de s’effondrer en 1929. Il ne trouve qu’en 1933 et avec Theodor Roosevelt ses conditions de fonctionnement pérenne – et il se maintiendra jusqu’à la fin des années 1970, qui, après le choc pétrolier provoqué au début de ces mêmes années, constituent un tournant.

6Les années 1980 sont la sortie de ce modèle économico-politique hérité de Roosevelt, appelé Welfare State, et fondé sur le modèle industriel hérité de Ford. Cette sortie ouvre le temps de la mondialisation, c’est-à-dire de la délocalisation des unités de production et de la planétarisation des marchés et des entreprises par le marketing stratégique – be global, or desappear.

7Il en résulte une période hyperconsumériste qui devient dangereuse pour les systèmes sociaux tout aussi bien d’ailleurs que pour les systèmes psychiques, biologiques et géographiques : outre l’accélération forcenée de l’innovation, dont le rythme est désormais piloté non plus par l’entrepreneuriat, mais par le management au service des stratégies spéculatives des actionnaires issus de cette financiarisation, le retour de l’ultralibéralisme qui dominait avant Roosevelt met en œuvre une dérégulation et une déréglementation systématiques qui conduisent à ce que de fait, sinon de droit, la puissance publique, qui était en charge de socialiser l’innovation que jusque vers ces années-là on appelait le progrès, a été remplacée par le marketing globalisé.

8En 1993, se produit cependant un événement majeur dans l’histoire technologique et industrielle qui va à la fois accélérer ces évolutions et ouvrir une nouvelle perspective : le 30 avril de cette année-là, la socialisation mondiale du web est engagée. Avec elle s’installe un nouveau système technique, qui devient essentiellement fluide, en constante transformation, et qui forme pour la première fois un système technique véritablement mondial – c’est-à-dire globalement intégré. Or ce nouveau système technique industriel, planétaire et dominé par la technologie numérique, est basé sur le système mnémotechnique mondial que constitue le réseautage numérique, et je vais tout à l’heure revenir sur ce point qui est au centre de mon propos d’aujourd’hui.

9Cette socialisation des réseaux IP qui commence en 1993 à travers la technologie des hyperliens constituant une interface de navigation et d’éditorialisation révolutionnaire – qui voit proliférer tout à coup ce que l’on appelle dès lors les sites web identifiés par leur URL – ouvre un processus de transition entre deux mondes industriels :

  • Celui du temps carbone (fondé sur l’exploitation combinée 1) de la métallurgie du moteur Lenoir produit à la chaîne à Detroit à partir de 1913, 2) du pétrole, qui commence alors à être massivement prospecté, extrait et raffiné, et 3) des ondes hertziennes qui sont émises pour la première fois à l’échelle mondiale également en 1913 à partir de la tour Eiffel) ;
  • Celui du temps lumière, où la captation, le traitement automatique et la circulation opto-électronique de ce que l’on va de plus en plus appeler des data devient la base de l’économie, dès lors dominée par ce que Christian Fauré appelle les industries de transfert1.

10Cette transition est cependant traversée par d’immenses contradictions qui sont avant tout héritées du XXe siècle, et qui apparaissent lorsque ce modèle atteint ses limites (comme l’anticipe René Passet dans L’Économique et le vivant, Economica, 1979, en approfondissant le rapport Meadows), mais qui sont intensifiées et portées en quelque sorte à incandescence par l’appropriation du numérique tel que, par exemple, l’industrie financière l’exploite comme calcul et traitement automatisé de la décision spéculative – ce qui conduit à la catastrophe de 2008.

11L’electronic financial trading n’a certes pas commencé avec le web : le crack de 1987 avait déjà été rendu possible par les programmes d’achat et de vente automatique d’actions, comme l’a montré Catherine Distler. Mais en 2008, le système des Subprimes, l’interconnexion des bourses, et mille autres aspects issus de la généralisation du numérique produite par le web, et conduisant aux big data, font passer la question de l’automatisation de la vie économique à une tout autre échelle.

12Un élément fondamental de cette crise est, en effet, l’effacement du long terme par la calculabilité (et le long terme n’est jamais réductible à la détermination automatique), où la spéculation est devenue la norme économique – alors même que toute la théorie économique avait toujours défini la spéculation comme un mal inévitable qui devait demeurer exceptionnel. Une spéculation hyperconsumériste s’installe en effet à partir des années 1990, qui repose sur une exploitation de plus en plus addictive de comportements de consommation fondés sur l’obsolescence chronique et sur le gaspillage énergétique et matériel tout aussi bien que mental et attentionnel (c’est le problème que soulève Nicholas Carr dans The Shallows).

13Il en résulte un malaise majeur dans la consommation (analysé en 2004 par le cabinet de marketing IRI), d’innombrables dysfonctionnements, et une impuissance publique devenue la règle, et induite non seulement par les courts-circuits provoqués par le marketing, comme on l’a déjà vu, mais par l’insolvabilisation généralisée des banques, des consommateurs et des États – ces derniers n’ayant plus alors pour fonction que de socialiser les pertes, c’est-à-dire de s’appauvrir encore, et de devenir de moins en moins crédibles pour garantir la cohésion intersystémique des systèmes sociaux, et, à travers elle… le crédit.

14Le numérique, qui est sans aucun doute un accélérateur de cet effondrement du système du XXe siècle, ouvre cependant aussi une tout autre. perspective. Je me positionne ici à la fois comme directeur de l’Institut de Recherche et d’Innovation (IRI) et comme président d’Ars Industrialis. Ce qui relie ces deux groupes, c’est la conviction que recherche

  1. Le numérique déclenche simultanément des tendances opposées ;
  2. Les contradictions dynamiques qu’il provoque nécessitent un pilotage par une puissance publique elle-même entièrement réinventée, et qui doit sans doute sortir des cadres de l’État ;
  3. Le processus de numérisation est encore de nos jours limité, et il va s’accélérer très sensiblement dans les années prochaines, pour atteindre ce vers quoi je m’achemine ici, à savoir : une automatisation généralisée, articulant étroitement les automatismes technologiques avec les automatismes psychiques, et ouvrant l’ère d’un « neuropouvoir »2 – après celle de ce que Foucault appelait le « biopouvoir », puis de ce que j’ai moi-même tenté de décrire comme un « psychopouvoir » (celui des médias tels que décrits par Patrick Le Lay).
  4. Dans ce contexte, et à brève échéance, une nouvelle conception doit être mise en œuvre, fondée, comme on va le voir, sur une nouvelle conception de la et c’est là une tâche pour la « vieille Europe », et, en France, pour l’ANR en tout premier lieu.
  • 3 Cf. Francis Jutand et al., La Métamorphose numérique, Paris, Éditions Alternatives, 2013.

15Mais pour tenter de cerner ces dynamiques complexes, il faut préciser tout d’abord comment on doit définir le numérique d’un point de vue historique, et pourquoi lui-même modifie de façon décisive la trajectoire historique de l’humanité, constituant ainsi ce que Francis Jutand décrit comme une bifurcation3.

16Le numérique est le stade le plus avancé d’un processus de « grammatisation » (je reprends cette expression à Sylvain Auroux en lui donnant une extension nouvelle) qui a commencé au paléolithique supérieur il y a plus de 30 000 ans. Ce processus, très ancien, est à l’origine de toutes les formes d’écritures, et le numérique est lui-même une forme de l’écriture. L’écriture numérique est opto-électroniquement enregistrée et véhiculée, elle est partiellement automatisée, elle fait appel à des ressources algorithmiques, c’est-à-dire computationnelles, dont les traitements sont effectués en réseau et transmissibles par ces mêmes réseaux, ce qui transforme très rapidement et radicalement la plupart des aspects caractéristiques de l’existence humaine en général, y compris dans ce qu’elle a de plus intime.

17Cet extraordinaire bouleversement, d’ampleur à ce jour encore impensée, nécessite une approche épistémologique radicalement nouvelle de toutes les formes de savoirs. Avec un réseau d’échanges que j’ai constitué autour de l’Institut de Recherche et d’Innovation et d’Ars Industrialis, nous appelons cette approche, en anglais, digital studies, et, en français, études numériques. Ces études numériques ne peuvent être réduites à ce qui se développe déjà à travers les digital humanities – les humanités numériques sont un aspect des études numériques, mais elles ne sont pas autosuffisantes : pour prendre la mesure de leurs objets propres, elles ont besoin des études numériques transdisciplinaires qui dépassent en particulier l’opposition entre sciences de l’exactitude (plutôt que sciences « exactes ») et sciences de l’homme et de la société.

18Les digital studies ainsi conçues posent comme leur principe de base qu’un support du savoir n’est jamais un simple moyen de conservation, de transmission, de mesure, d’observation, de calcul, etc. : il reconfigure en profondeur le savoir dont il n’est donc pas simplement le support, parce qu’il en est aussi et surtout le milieu mnémotechnique. Les savoirs sont en quelque sorte « trans-formés » par les milieux mnémotechniques qui les supportent, un peu comme les organismes le sont par les variations des milieux qui forment leur niche écologique (il faudrait évidemment s’appesantir ici sur ce que veut dire ce « peu », mais le format de ce texte ne le permet pas).

19Les milieux mnémotechniques des savoirs sont constitués par des organologies : l’organologie d’un savoir est le système des artefacts qui le rendent possible. L’étude de l’organologie des savoirs suppose elle-même une organologie générale, laquelle étudie les rapports entre les organes psychosomatiques des individus, les organes artificiels qui constituent les systèmes techniques, et les organisations sociales qui définissent les règles régissant les pratiques des organes artificiels. Ceux-ci sont en effet toujours à double face : ils sont à la fois curatifs et toxiques. Ce sont des pharmaka au sens de Platon, pour qui l’écriture est un pharmakon, c’est-à-dire un poison tout autant qu’un remède.

  • 4 Sylvain Auroux, La Révolution technologique de la grammatisation, Liège, Mardaga, 1993.

20Pour étudier ces milieux mnémotechniques, il faut les considérer dans la perspective du processus de grammatisation par lequel tous les contenus mentaux et comportementaux issus de la vie humaine sont progressivement reproduits, discrétisés, formalisés et rendus manipulables. C’est au fil du déroulement de ce processus que les milieux des savoirs se transforment – et les savoirs avec eux. Sylvain Auroux montre, par exemple, que, contrairement à une fable qui aura eu la peau dure – et on n’a toujours pas tiré les conséquences théoriques et pratiques de son caractère fabulaire –, ce n’est pas la grammaire comme science du langage qui est à l’origine de l’écriture alphabétique telle qu’elle rend possible la synthèse graphique et technique du langage oral : c’est au contraire l’émergence technique de l’écriture qui rend possible la grammaire4. Nous verrons tout à l’heure pourquoi ceci a de nos jours d’immenses conséquences.

21Ces conséquences doivent être désormais examinées avec la plus grande minutie parce que l’avenir économique, politique, culturel, épistémique, psychologique, affectif et même biologique passe de plus en plus par le numérique – sinon en totalité. Le numérique, qui est le stade le plus avancé de la grammatisation, nous conduit irrésistiblement vers l’intégration de toutes les formes antérieures de grammatisation par le calcul et l’automatisation : vers l’automatisation généralisée. Ce fait est porteur de bouleversements encore presque totalement impensés.

22L’automatisation généralisée, qui a déjà amplement commencé à faire sentir ses effets dans les relations sociales, mais qui n’a pas encore du tout révélé ses conséquences économiques et sociales, qui pourraient être désastreuses – même si je crois comme Michel Volle que l’automatisation de la production, par exemple, est inévitable –, cette automatisation généralisée, donc, est traversée par d’innombrables contradictions qui sont autant de menaces. Mais elle permet également d’imaginer, de concevoir, de vouloir et finalement de réaliser une société très profondément différente de la nôtre – et fondée sur un tout autre partage du temps.

23Durant deux siècles, l’analyse et la critique économique et politique de la société industrielle a été conçue à partir d’une considération de la division industrielle du travail en fonction de la redistribution de plus-values monétaires qui devait en être faite. Le fordisme fut à cet égard une innovation sociale redoutable pour l’analyse marxiste lorsque, se combinant avec le Welfare State, il imposa comme idéal et à tous les partenaires sociaux le pouvoir d’achat conquis en vue de la consommation.

24L’automatisation remet inévitablement en question un tel modèle d’abord parce que généralisée dans le monde de la production, elle ne permet plus de fonder la consommation sur ce pouvoir d’achat issu de la redistribution des « fruits de la croissance » aux partenaires sociaux reliés par la division industrielle du travail. Ce que l’automatisation numérique généralisée et encore à venir promet en effet, c’est un nouveau partage non pas du pouvoir d’achat, mais du temps – et notamment du temps fondant, ce que j’appellerai, un nouveau savoir, et notamment un savoir d’achat mais aussi un savoir non-monétarisable et produisant cependant une valeur d’un nouveau genre, qui n’est ni la valeur d’usage ni la valeur d’échange, mais la valeur pratique.

25Pour préciser ces thèses et hypothèses, il me faut cependant me retourner vers la question de savoir ce que le milieu mnémotechnique numérique fait au savoir sous toutes ses formes : savoir faire, savoir vivre, mais aussi et d’abord, savoir académique.

  • 5 http://fkaplan.wordpress.com/2011/09/07/google-et-le-capitalisme-linguistique/(consulté le 03/10/2 (...)

26À ce jour, et faute d’une nouvelle considération des conditions de constitution des savoirs à l’époque des technologies mnémotechniques numériques, les effets induits par l’automatisation, outre les questions bien connues quoique trop peu débattues de nos jours sur l’emploi, posent une question plus fondamentale qui est celle du désapprentissage généralisé. C’est, par exemple, la question qui résulte des analyses avancées par Frédéric Kaplan à propos des algorithmes de correction orthographique indispensables pour le modèle de Google, mais qui posent la question d’une dysorthographie croissante et donc d’une incapacitation accrue (d’une perte de capacité – et je prends ce mot au sens d’Amartya Sen)5.

27Derrière ce cas, il y a la question beaucoup plus générale du rapport entre autonomie, c’est dire capacitation d’un côté, et, de l’autre, automatisation et risque de prolétarisation (c’est-à-dire de désapprentissage). Pour me faire bien comprendre, je voudrais rappeler ici que lorsque Alan Greenspan a dû rendre compte à la chambre des représentants des États-Unis de ce qui avait conduit à l’effondrement de Lehmann Brothers en passant par les Subprimes et Madoff, son système de défense avait consisté à répondre que, dans un tel monde automatisé, il n’était plus possible de comprendre les conditions du fonctionnement économique. En signalant ce fait, je veux dire que le désapprentissage, c’est-à-dire la prolétarisation conçue comme perte de savoir, incapacitation et donc perte d’autonomie de la pensée, concerne l’ensemble des acteurs d’une économie industrielle hautement automatisée. Dès lors, comment mettre l’automatisation au service d’un développement des apprentissages, et non de leur destruction ?

  • 6 Aristote, De l’Âme, Paris, Vrin, 1995.

28Tel est le sujet dont je voudrais vous parler pour ouvrir des perspectives alternatives à l’époque des big four, des MOOCs et du neuromarketing. Je voudrais vous convaincre du fait que, pour pouvoir répondre à ces questions, et d’abord, pour pouvoir les poser correctement, il faut engager un très vaste programme d’études numériques qui devrait constituer la nouvelle épistémè de la vie académique au sens large, et où la question primordiale, qui fut aussi celle du fondement de la pensée logique par Aristote, est celle de la formation, de la production et de la mise en œuvre des catégories sans lesquelles il n’y a pas de vie de l’esprit – ce qu’Aristote appelait « la noèse »6.

  • 7 Dans, « Les données, puissance du futur », Le monde du 7 janvier 2013, http://www.lemonde.fr/idees (...)

29Dans un article remarquable7, Stéphane Frénot et Stéphane Grumbach ont récemment fait apparaître le retard très préoccupant de l’Europe et de la France dans le domaine des data – qui sont une époque de la catégorisation. Par data, il faut entendre données produites par des systèmes automatiques de catégorisation.

  • 8 Mission d’expertise sur la fiscalité de l’économie numérique, http://www.redressementproductif.gou (...)

30Dans le même temps, Nicolas Colin et Pierre Colli8 ont rendu évident – pour la première fois à ma connaissance dans la fonction publique – que le numérique bouleverse l’économie (comme économie des data), et doit conduire à une redéfinition radicale des axiomes qui fondent l’action publique dans le domaine de la fiscalité, mais aussi dans la vie économique en général). Christian Fauré signalait en ce sens, dans une note interne à Ars Indutrialis, comment Michael Mandel « souligne explicitement que les activités économiques et industrielles qui passent par les data ne rentrent pas dans les métadonnées c’est-à-dire dans les catégories de l’économie traditionnelle. C’est donc un enjeu de re-qualification et de re-catégorisation de l’économie politique dont il s’agit. »

31Je voudrais insister ici particulièrement sur cette question de la catégorisation numérique– et telle qu’elle nécessite une requalification généralisée de tous les axiomes qui sont à la base des savoirs quels qu’ils soient. Ainsi, par exemple, on ne peut pas repenser la fiscalité à l’époque du numérique sans voir que le numérique nécessite une redéfinition des buts mêmes de la fiscalité. Il en va de même des catégories d’analyse plus ou moins communes à l’action publique et aux SHS du côté de la statistique par exemple, dans la mesure où les open data changent le statut même des données et rendent possible une sorte de recherche-action politico-académique permanente et contributive, en temps réel et en grandeur nature – sinon au « un unième », comme on le sait avec Borgès que citent Frénot et Grumbach.

  • 9 Dominique Cardon, « L’ordre du Web ». Médium, 1 octobre 2011. Vol. 29, no 4, p. 191-202.

32Ce que l’on appelle les big data désigne un nouvel âge de la catégorisation, computationnel, mis en œuvre par la modélisation, la visualisation et la simulation effectuées à partir de très vastes bases de données, elles-mêmes produites en temps réel par l’activité des gens et des agents, y compris artificiels, et par l’intermédiaire d’organes eux-mêmes artificiels. Mais ce qui est peu interrogé dans ces processus dominés par les mathématiques probabilitaires, c’est la question de la catégorisation initiale c’est-à-dire implémentée dans les modèles, et ses conséquences sur l’interprétation et la pratique des résultats – question que pose régulièrement Dominique Cardon9.

33Ces dispositifs permettent, de nos jours, à des acteurs économiques géants de conquérir une intelligence de la vie publique telle qu’elle discrédite les puissances publiques, et j’ai indiqué pourquoi cela ne me paraît pas pouvoir durer. Les pouvoirs économiques sont inévitablement entropiques ou, la poursuite de leurs intérêts à court terme les enferme nécessairement dans une tendance hégémonique, monopolistique et donc entropique – même s’ils peuvent tenter de cultiver et de sponsoriser eux-mêmes des contre-pouvoirs qui visent à reconstituer de la néguentropie.

34Je vous parle ici de la question que posent Stéphane Frénot et Stéphane Grumbach dans l’article que j’ai déjà mentionné, telle que les mésaventures de la société AppGratis avec Apple, dont Fleur Pellerin s’est émue en est un exemple éloquent. Que disent Frénot et Grumbach ? :

  • 10 Article cité.

Sans entrer dans la compétition internationale, sans disposer de géants du stockage et du traitement des données et des services, et en particulier d’un moteur de recherche, de réseaux sociaux, de systèmes de blogs et de micro-blogs, de cloud, détenant des parts de marché importantes, non seulement en Europe, mais également dans le reste du monde, il est peu probable que la voix de l’Europe puisse se faire entendre et qu’elle contribue à façonner les grandes orientations de la société de l’information. […] Pour réussir, l’Europe doit promouvoir un modèle original compatible avec ses principes, mais qui répond autant à des besoins que les systèmes que les Américains ont développés et qui ont changé le monde10.

35Mon propos est ici de contribuer à définir en quoi pourrait et devrait consister une telle originalité – hors de laquelle en effet le seul destin possible est la colonisation numérique par le contrôle catégorial.

36Pour l’Europe, et en Europe, pour la France, et en France, pour l’ANR, l’un des enjeux majeurs ouverts par la perspective des big data, c’est la constitution d’une industrie de ces mmnémotechnologies qui sont évidemment aussi des technologies d’anticipation, de prospective et donc d’intervention sur le cours des choses, c’est-à-dire de performativité au sens de John Austin, et donc de pouvoir, c’est-à-dire de puissance.

37Mais l’automatisation pose une question catégoriale majeure que les dispositifs d’où sont extraites les big data consistent à mon sens pour le moment surtout à refouler, à savoir que la mise en œuvre massive des technologies numériques nécessite une redéfinition catégoriale généralisée pour surmonter la contradiction que le numérique provoque entre deux modèles industriels qui divergent, entre lesquels se produit donc une bifurcation, et qui deviendra de plus en plus dangereusement conflictuelle si elle n’est pas prise en charge par de nouveaux savoirs, c’est-à-dire par des capacités de controverses logiques et pacifiques.

  • 11 Cf. le Vocabulaire d’Ars industriais, op. cit.

38Le numérique nécessite de changer non seulement de catégories axiomatiques dans toutes les disciplines, mais de changer de pratiques catégoriales si je puis dire, ce qui veut dire : de changer les conditions dans lesquelles les catégories sont élaborées – et c’est ce que j’appelle le processus de transindividuation11.

39Il en va ainsi avant tout parce que le numérique est lui-même formé par un ensemble de technologies dont la mise en œuvre consiste essentiellement à catégoriser et à discrétiser des flux c’est une technologie de grammatisation à travers laquelle celle-ci atteint un formalisme exceptionnel tout simplement parce qu’un système informatique ne fonctionne qu’à la condition de désambiguïser ce dont il traite, et donc de le formaliser en vue de le rendre calculable d’une manière ou d’une autre.

40Et, ici, la question se pose des conditions dans lesquelles des changements axiomatiques, hypothétiques ou herméneutiques peuvent être engendrés par un tel milieu mnémmotechnique du savoir, s’il est vrai qu’un savoir rationnel étant essentiellement ouvert, c’est au moment où il met en question ses catégories qu’il « sait » quelque chose, c’est-à-dire « apprend » ou « découvre » vraiment quelque chose. Sinon il ne fait que confirmer et parfois enfermer le réel sans ses certitudes – dont on sait combien elles peuvent devenir dangereuses dans ces cas-là : elles déréalisent ce réel en le refoulant. Or le refoulé revient toujours un jour ou l’autre…

41Dans l’écriture numérique, la question de la catégorie et de sa formalisation se pose technologiquement à tous les niveaux du processus mnémotechnique, depuis la saisie jusqu’à la diffusion et à la représentation des traitements, des data engendrées par l’activité même des réseaux aux algorithmes d’extraction et d’exploitation des big data en passant par les metadata en tout genre qui prolifèrent avec le web 2.0 ; le tout sur la base des langages formels, des formats de données et d’échange et des normes industrielles qui constituent les couches élémentaires de ce milieu mnémotechnologique intégralement industrialisé.

42Cette prolifération est décrite comme une activité remontante, c’est-à-dire bottom up, et celle-ci viendrait littéralement faire exploser les institutions en général, et les institutions académiques en particulier.

43C’est face à cette question que la France et l’Europe peuvent et doivent apporter un nouveau modèle de développement industriel fondé sur le numérique, original et contribuant à spécifier la 3ème époque du web. Dès le début de ses activités, l’IRI s’est attaché à agencer le bottom up et le top down à travers des technologies de transindividuation – un savoir en général, et un savoir académique en particulier, étant un processus de transindividuation dont les opérations de catégorisation sont explicites, et toujours exposées à la critique des pairs, et une science est un système pair à pair qui engendre des catégories et qui est régi par ces catégories. Cette parité est rendue possible par la publication alphabétique, qui rend également possible la catégorisation scientifique.

  • 12 Émile Benveniste, Problèmes de linguistique générale, 1, Paris, Gallimard, 1966.
  • 13 Aristote, L’Organon, livre 1, Paris, Vrin, 1994.

44Dans un article célèbre, le linguiste Émile Benveniste12 avait soulevé la question de savoir en quoi consistait la table des catégories que propose Aristote dans le premier livre de ses Analytiques13. Benveniste soutient que ce sont des catégories de la grammaire grecque : Aristote croyant découvrir les catégories de la pensée aurait en réalité mis au jour celles de sa langue.

45Si Aristote peut mettre au jour de telles catégories, c’est parce que l’écriture le lui permet. L’invention catégoriale (que je prends au vieux sens du mot : le dé-couvrement des catégories) est la principale activité d’un savoir académique, et elle est conditionnée par l’état de la grammatisation où elle se produit – et qui la rend donc possible, mais qui peut aussi la rendre impossible : c’est la question du pharmakon, qui est celle du rapport entre automatisme et autonomie, Socrate reprochant à l’écriture de « court-circuiter la vie de l’esprit » telle qu’elle doit être fondée, comme savoir, par la capacité de penser par soi-même, ce que Platon appelle l’« anamnésis ».

46L’« anamnésis », c’est la capacité de re-tracer l’ensemble d’un parcours de transindividuation (par exemple le savoir géométrique qui nous a conduit là où nous en sommes de la théorie) en ayant intériorisé ce parcours, et c’est, par ce parcours reconstitué, la capacité d’en proposer une interprétation nouvelle mettant en œuvre le caractère essentiellement ouvert du savoir académique. Ce que l’automatisation mal socialisée menace, c’est cette possibilité d’interprétations nouvelles que rend toujours possibles un support mnémotechnique nouveau, tout aussi bien qu’il rend possibles de nouveaux moyens d’empêcher toute interprétation – c’est-à-dire : d’exercer une nouvelle hégémonie.

47Lorsqu’il est académique, le savoir est conditionné par le système de publication qui rend possible la formation de ces communautés de pairs que sont les disciplines et les disciples, c’est-à-dire les scholars, mais aussi et plus généralement les citoyens – s’il est vrai que la citoyenneté est en principe basée sur la formation académique des citoyens qui est la condition de leur autonomie, c’est-à-dire de leur responsabilité.

48De nos jours, le numérique a fait émerger une technologie de publication contributive qui redistribue très en profondeur les relations entre savoirs, savants, étudiants et élèves, c’est-à-dire futurs citoyens. Si l’on regarde de près comment se constituent les savoirs académiques issus de ce raisonnement à la lettre qu’est le logos grec, base de la logique d’Aristote, elle-même base de toute pensée scientifique et rationnelle, on constate :

  • Qu’ils procèdent d’une production de catégories que l’on appelle des concepts ;
  • Que ceux-ci sont eux-mêmes issus des gloses produites par les savoirs qui se forment à partir des publications des savoirs antérieurement constitués ;
  • Et que cette activité de commentaire, d’annotation et d’indexation est évidemment un circuit qui forme des boucles, c’est-à-dire des mouvements ascendants et descendants, c’est-à-dire bottom up et top down.

49C’est à travers ces boucles que se forment les circuits de transindividuation spécifiques aux disciplines académiques. Un circuit de transindividuation est, d’une façon très générale, issu d’échanges dialogiques entre des individus, locuteurs, chercheurs, professeurs, étudiants, etc. qui tendent à converger vers un consensus formant un état de l’art, c’est-à-dire un savoir constitué et reconnu comme tel, mais dont la genèse provient de polémiques et de controverses intellectuelles – scientifiques, philosophiques, critique au sens large, y compris au sens artistique.

50Or le modèle actuel du web est inadapté à la constitution de savoirs via le nouvel espace de publication en quoi il consiste parce qu’il tend structurellement à araser cette activité catégoriale issue de ce que j’appelle des orages sémantiques, et qui arrive tel le soleil après la pluie. Les modèles d’affaires des acteurs économiques du numérique sont fondamentalement orientés vers une calculabilité qui ne peut pas prendre en compte la production catégoriale issue des conflits entre de telles catégories nouvelles, qui sont précisément ce qui vient perturber les modèles constitués – et en particulier, ceux qui sont implémentés dans les automates.

51Un fort mouvement s’est constitué au cours de la dernière décennie dans le monde entier en faveur d’une société plus « participative » et plus ouverte en ce sens. Ce mouvement s’est exprimé dans le monde informatique, avec le logiciel libre, dans le monde politique, ce que devrait renforcer les initiatives des open data, dans le monde artistique, qui fut un déclencheur majeur de la question dans le champ de la musique tout d’abord, dans le monde scientifique, qui, dans certaines disciplines, fait des communautés d’amateurs des partenaires pertinents – et l’INRIA en avait fait un enjeu de sa stratégie 2008-2012. Ce mouvement est porteur d’une nouvelle conception du réseau qui porte en elle-même une nouvelle conception des conditions de formation et de transmission des savoirs.

52Les MOOCs ignorent tout de cela. Ils constituent une automatisation absurde et stupide de la transmission des savoirs, qui ne peut que conduire à aggraver le discrédit des sciences et des idéaux académiques. C’est par une approche du web fondée sur une organisation contributive des disciplines académiques – et en relation étroite avec les nouvelles sociétés savantes qui sont apparues à travers les pratiques sociales contributives dans le champ des savoirs dans tous les domaines – que l’originalité d’une politique européenne des mnémotechnologies numériques doit être mise en œuvre. C’est tout à fait possible parce que la technologie est mature pour cela. Ce qui y fait obstacle, ce n’est pas un verrou technologique ou scientifique quelconque : c’est une sclérose sociale, institutionnelle et épistémique qu’il faut résolument surmonter.

  • 14 Cf. http://digital-studies.org/wp/

53L’IRI travaille à spécifier les primitives d’un langage d’annotation et d’indexation contributive fondé sur les polémiques, controverses et activités en tout genre qui se forment de nos jours sur la base de la glose numérique14, comme autrefois des commentaires écrits, et qui tirent pleinement parti des automates pour intensifier le débat public et la confrontation des idées et des concepts, et leur convergence à travers des circuits de transindividuation repensés en profondeur en fonction de cette organologie nouvelle des savoirs.

  • 15 Cf. http://www.arsindustrialis.org/vocabulaire-dars-industrialis

54L’organologie est ce qui constitue les milieux mnémotechniques. L’étude de l’organologie des savoirs suppose une organologie générale15 qui a pour principe d’appréhender tout fait humain comme un complexe associant organes psychosomatiques de l’individu, organes artificiels qui constituent le milieu mnémotechnique de cet individu, et organisations sociales qui, comme systèmes sociaux, règlent les pratiques individuelles et collectives afin de limiter les effets toxiques que tout artefact, ou ensemble d’artefacts techniques, faute d’une « thérapeutique » prescrivant la pratique de chaque pharmakon, a toujours sur les individus et les sociétés.

55Pour spécifier les nouveaux organes numériques des savoirs et les nouvelles règles contributives qu’ils requièrent, il faut mettre en œuvre une méthode de travail tout à fait nouvelle de recherche et de transfert des résultats de cette recherche. J’ai suggéré que chaque année, 500 thèses soient financées dans toutes les disciplines en vue de réinventer l’ensemble des champs de recherche dans le contexte du milieu mnémotechnique numérique. L’attribution des bourses devrait être conditionnée à :

  • La conception d’un dispositif de recherche contributive, qui serait aussi un atelier contributif pour la conception d’une organologie numérique nouvelle, alimentant la réflexion sur un standard industriel d’annotation contributive ;
  • L’éditorialisation et la publication de ces travaux sous toutes les formes possibles et pertinentes autorisées par les supports numériques – ce à quoi pourrait et devrait être associé l’audiovisuel public à travers France télévisions et France culture.

56En outre, une telle démarche devrait contribuer à relancer une industrie éditoriale (au sens large) qui, si l’on ne fait rien, s’effondrera à brève échéance – cependant qu’une industrie éditoriale de qualité est aussi la condition d’un enseignement de qualité, que son support soit livresque ou numérique. Les travaux de thèses et l’atelier de recherche contributive devraient permettre l’apport de jeunes auteurs académiques de l’ère numérique publiant les nouvelles formes de savoirs issues de la nouvelle organologie dans toutes les disciplines.

57Je parlais d’un nouveau partage du temps dégagé par l’automatisation. Cela suppose une organologie qui renouvelle en profondeur et élargisse très amplement la production des savoirs – et donnant le temps de savoir. Une telle politique contributive de production des nouveaux savoirs suppose une économie contributive organisant ce partage du temps non pas pour réduire le temps de travail, mais pour définir et financer très différemment le travail. La question est celle de la rémunération de la contribution, c’est-à-dire de sa valorisation – ce pour quoi j’avance la catégorie de valeur pratique.

58Le modèle fiscal actuel, dont l’obsolescence lèse gravement les États en admettant en quelque sorte une évasion fiscale légale, n’est pas mis au service de la formation d’externalités positives non seulement solvables, mais crédibles et rationnelles – et constituant cette valeur pratique qui ne s’use pas (qui n’est pas une simple valeur d’usage) et que l’on appelle le savoir. Il faut repenser toute la comptabilité nationale selon ces perspectives, mais aussi redéfinir en totalité le débat public sur la redistribution pour spécifier cette comptabilité en fonction de nouveaux modèles et de nouveaux critères. Pour cela, il faut mettre en place une stratégie industrielle performative (pour « prédire l’avenir en l’inventant », devise de Xerox), en ouvrant dans une économie de transition des perspectives d’investissements à long terme.

59Faute d’une politique très ambitieuse dans le domaine de l’organologie numérique, de la vie académique numérique et des critères d’une action publique entièrement repensée dans ses finalités, l’investissement dans des infrastructures numériques sur tout le territoire à partir de politiques publiques soumises à des axiomes inspirés par le dehors consiste à financer sur ses propres deniers sa propre colonisation – où la production nationale de données est exportée et exploitée ailleurs par des puissances économiques qui court-circuitent la puissance publique. C’est ce qui se passe en France et en Europe depuis des années. Cette politique adaptative est une politique suicidaire à long terme (même si elle peut être nécessaire à court terme).

60Comme le disent Frénot et Grumbach, il est possible de mener une politique industrielle originale et par là de reconquérir une avance – par une recherche qui prenne pleinement en compte ces enjeux, et qui soit capable de produire de la néguentropie dans un système planétaire hautement entropique.

61Un monde prend fin tandis qu’un autre monde émerge – ce dont le rapport de Louis Gallois ne dit pas un mot, alors que l’ouverture d’un avenir repose avant tout sur une politique du numérique, soutenant une économie du numérique, elle-même basée sur une industrie du numérique, et sur un effort de recherche sans précédent et transdisciplinaire dans le numérique.

62Une telle politique devrait en premier lieu permettre à la France et à l’Europe de refonder le monde académique, et non seulement l’école : au moment où se développe hors d’Europe le nouveau stade de la géopolitique de l’esprit, à savoir le smart power, l’avenir industriel original souhaité par Frénot et Grumbach dépend fondamentalement de l’organologie des savoirs qu’une politique du numérique sera capable de mettre en place.

Notes

1 Cf. http://www.christian-faure.net/2011/10/25/le-propre-du-transfert-et-le-tranfert-dupropre/ (consulté le 06/11/2013) et http://polemictweet.com/enmi2012-seminaire-1/polemicaltimeline.php#t=31.72 (consulté le 06/11/2013).

2 J’ai développé ce point dans Bernard Stiegler, Pharmacologie du Front National, suivi du Vocabulaire d’Ars industrialis, Paris, Flammarion 2013.

3 Cf. Francis Jutand et al., La Métamorphose numérique, Paris, Éditions Alternatives, 2013.

4 Sylvain Auroux, La Révolution technologique de la grammatisation, Liège, Mardaga, 1993.

5 http://fkaplan.wordpress.com/2011/09/07/google-et-le-capitalisme-linguistique/(consulté le 03/10/2011).

6 Aristote, De l’Âme, Paris, Vrin, 1995.

7 Dans, « Les données, puissance du futur », Le monde du 7 janvier 2013, http://www.lemonde.fr/idees/ article/2013/01/07/ les-donnees-puissance-du-futur_1813693_3232.html (consulté le 08/01/2013).

8 Mission d’expertise sur la fiscalité de l’économie numérique, http://www.redressementproductif.gouv.fr/files/rapport-fiscalite-du-numerique_2013.pdf (consulté le 8/05/2013).

9 Dominique Cardon, « L’ordre du Web ». Médium, 1 octobre 2011. Vol. 29, no 4, p. 191-202.

10 Article cité.

11 Cf. le Vocabulaire d’Ars industriais, op. cit.

12 Émile Benveniste, Problèmes de linguistique générale, 1, Paris, Gallimard, 1966.

13 Aristote, L’Organon, livre 1, Paris, Vrin, 1994.

14 Cf. http://digital-studies.org/wp/

15 Cf. http://www.arsindustrialis.org/vocabulaire-dars-industrialis

Auteur

Philosophe, docteur de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, est président de l’association Ars Industrialis et directeur de l’Institut de Recherche et d’Innovation du Centre Georges-Pompidou. Il est également professeur à l’Université de Londres (Goldsmiths College) et professeur associé à l’Université de Technologie de Compiègne. Il a été directeur de programme au Collège international de philosophie, directeur de l’unité de recherche Connaissances, Organisations et Systèmes Techniques de l’Université de Compiègne, qu’il y a fondée en 1993, directeur général adjoint de l’Institut National de l’Audiovisuel en 1996, directeur de l’IRCAM en 2001 et directeur du département du développement culturel du Centre Georges Pompidou en 2006. Il est l’auteur de très nombreux ouvrages sur la question technique et travaille actuellement travaille à élaborer le concept d’une économie politique de l’esprit et de ses instruments qui passe par une étude des spécificités des technologies cognitives et culturelles numériques.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540