Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, fête et société

 | 
Jean-Paul Callède

Thème 4. La fête sportive : un enrichissement culturel et social

Intervention de Michel Lenguin

Michel Lenguin

Texte intégral

Intervention de Michel LENGUIN

Président du Bordeaux Etudiants Club

1Il peut sembler paradoxal de "décortiquer" la fête. Quand on fait la fête, est-on en mesure de l'objectiver ? Et quand on est capable de le faire, on n'est peut-être pas de la fête.

2Le sport donne au corps sa vitalité ; générateur d'émotions fortes, il s'adresse également à l'affectif... Et l'esprit qui doit agir selon une sagesse, que l'on pourrait qualifier de conservatrice, ordonne et limite l’expression parfois excessive du corps et de l'affectif.

3Dans ce discours, on peut aisément remplacer le mot sport par le mot fête. Le corps, l'affectif, le mental et l'imaginaire retrouvent naturellement leur place.

4On peut donc défendre l'idée que le sport est une fête. Ils sont tous les deux un paroxysme, déchaînement de vie.

5Temps des émotions intenses et des métamorphoses, s'ils participent en effet de la même veine, il serait bien sûr dommage de confondre le temps pour faire du sport avec le temps pour faire la fête.

6Comme la plupart des activités de la société, le sport est régi par les deux dimensions du temps. Celui qui passe... irréversible, puis le temps répétitif, qui rythme le temps qui passe. Pour imager le propos disons, que ce pourrait être le "Temps des Cerises"..., pour nous, sportifs, ce sont les cycles des compétitions... championnats de France, Jeux olympiques, etc...

7La fête qui, dans le club comme ailleurs, suspend le temps "qui passe", le temps ordinaire, peut être une étape préparatrice à un autre avenir, à un rajeunissement. Mieux qu'enterrer les scories du passé, la fête devrait générer un avènement.

8La fête s'inscrit différemment dans le temps selon qu'elle est spontanée, conjoncturelle ou bien préparée, placée à des moments caractéristiques comme un événement : la clôture d'une saison, une fête anniversaire et commémorative.

9Comme dans les temps religieux, ces temps sont le plus souvent consécutifs à des temps d'austérité, d'angoisse ou de stress, que connaît le sportif.

101) Dans le cas de la fête imprévisible, il s'agit d'expressions peu contrôlables, un déchaînement, une effervescence dûs à un "trop plein" !

112) Intermédiaire entre la manifestation spontanée et celle bien préparée, ordonnée, conceptualisée, on peut placer ce qui est convenu d'appeler la troisième mi-temps. Elle est alors libération de "forces" ou de violences, contenues jusque-là par les règles de la compétition, c'est à dire les limites d'une réalité qu'elle veut désormais nier. Cette libération aussi explosive soit-elle, ne s'inscrit peut-être pas dans un rituel systématique, mais dans une forte tradition et, semble-t-il, au rugby mieux qu'ailleurs. La nature de ce sport, la solidarité exigée, contractée dans une formule célèbre "Comme dans les enterrements, la famille devant", favorise à la fois l'offrande et la consommation, la communion dans un embrasement qui tend à la consumation. C'est peut-être aussi la libération d'une peur avouée ou non, après des moments vécus comme des mélodrames. Cette exaltation, entonnée par un cercle d'initiés, peut devenir parfois une contagion, une invitation, un élargissement à d'autres cercles parcourus par des ondes sensibles au même "ricochet". Quoi qu'il en soit, cette troisième mi-temps, facteur d'ambiance et de bonne humeur pour le club présente une grande importance dans une structure associative.

123) Après la fête spontanée, après celle plus conjoncturelle de la troisième mi-temps, un troisième type de fête s'insère dans une finalité, celle de la fête des sections en fin d'année. On fête ses succès, ses champions, son palmarès ; la fête s'apparente à une rupture nécessaire pour évacuer regrets, amertumes, aigreurs, et dans un temps convivial les métamorphoser pour un avenir meilleur.

13A cette occasion, "les plus petits", associés à leurs parents, sont également conviés à participer et, par-là, à adhérer à la grande famille, celle du club. C'est à la fois une fête initiatique et de retrouvailles, la reconstitution et la régénération d'une communauté. C'est aussi l'occasion de sonner le réveil à l'encontre d'une somnolence provoquée par le temps qui use.

144) La fête peut être également associée à la création ou l'organisation d'un événement sportif. Je prendrai comme exemple vécu celui du challenge international d’escrime réalisé chaque année au B.E.C. Challenge international de grande importance, au-delà de la rigueur et du sérieux d'une organisation "bien léchée", contraignante, il devient prétexte de festivités.

15Sont présentes presque toutes les nations européennes des pays comme Cuba, le Canada, le Brésil et parfois le Japon. Cette diversité, ces particularismes ethniques rassemblés dans un projet à la fois sportif et festif donnent à l'événement, une dimension, un spectre culturel extraordinaire. Malgré les difficultés de perpétuer un événement aussi important (plus de 200 tireurs), l'entreprise est possible grâce aux liens tissés entre les acteurs et les organisateurs. Les engagements sont presque automatiques d'une année sur l’autre, tant est grand le plaisir de se retrouver à l'occasion du challenge Damestoy.

16Ce "lustre" attaché à une section gratifie toutes les sections confondues : c'est-à-dire le club omnisport. Il devient un interlocuteur "intéressant", aussi bien auprès des collectivités qu'auprès des fédérations. Liée à l'utilitaire cette considération peut apparaître vulgaire.

17Pourtant, si nous créons, si nous réalisons la fête, devons-nous avoir des scrupules pour l'exploiter ? Nous sommes les exploitants et non les exploiteurs diraient Ernest Gibert. La section organisatrice retire dûment des bénéfices de ce style d'événement. Le côté attractif, accompagnant le haut niveau de compétition sportive lui vaut beaucoup d'adhésions non sollicitées.

185) Enfin, la fête dans le club, c'est aussi l'exceptionnel, jamais vu ou rarement vu. Ce sont les fêtes anniversaires : 25, 50, 75, 100 ans, qui peuvent se situer par rapport à la naissance du sport universitaire ou à celle d’un club.

19A cette occasion, selon l'esprit des fondateurs, on se réfère aux principes fondamentaux du club. C'est la mise en perspective du chemin parcouru : le palmarès, les effectifs, le patrimoine foncier ou immobilier. C'est la mobilisation collective qui fixe des objectifs en fonction des échéances. C'est le rassemblement des générations, les rencontres des "vieilles gloires" qui ont nourri la mythologie du club. C'est pour les Anciens, éloignés, l'occasion de renouer avec l'ambiance, curieux de considérer si l'essentiel a été sauvegardé.

20C'est une alchimie réalisée grâce à la fête et à sa résonance affective jusque-là enfouie dans le quotidien... C'est l'événement haut de gamme, stimulant pour l'imagination qui campe des projets d'avenir pour un renouveau. Au B.E.C., la réalisation du club-house était un défi lancé pendant la préparation du 75ème anniversaire. A cette occasion nous avons planté les germes du projet réalisé cinq ans plus tard !

21Ce type d'événement permet d'exporter la fête dans la ville et d'entraîner le citadin dans la farandole. La rencontre des acteurs vers les spectateurs fait basculer la fête dans une joie confondue, en sarabande selon le mot d'Antoine Blondin.

22Faire adhérer les citadins, c'est aussi les rendre partenaires de situations bouffonnes, provocatrices. Durant le 75ème anniversaire du B.E.C. à Bordeaux, on a assisté à une confiscation, une usurpation des pouvoirs accompagnés d'un pied de nez. Je ne sais si je pourrai restituer le décor et l'esprit de ces moments exceptionnels...

23L'inauguration de la fête a lieu devant le Grand Théâtre de Bordeaux. Depuis longtemps les journaux et la télévision annoncent la venue d'Anne d'Angleterre pour cet anniversaire. Les liens... Eléonore, les Plantagenêts, l'Aquitaine imposent un tel choix.

24Très peu de gens étaient dans la confidence. Le journaliste complice avait fort bien joué le jeu. Articles, interviews dans le journal Sud-Ouest précisent que la princesse se fait une joie d'emboîter les pas d’Eléonore d'Aquitaine sur cette terre que les Anglais ont longtemps vendangée.

25Le jour venu, les autorités de la Ville, du Département, de la Région sont là, alignées en face du péristyle du Grand Théâtre afin d'accueillir l'invitée de marque.

26Quelques dirigeants du B.E.C. travestis en Préfet ou autres militaires, bardés de décorations, participent à une confusion surréaliste où les "titulaires" essayent de décrypter les visages des nouveaux promus.

27Un formidable cortège déboucha de la grande avenue de l'Intendance pour venir se garer devant l'aréopage raidi par l'importance du moment.

28Les motards de l’escorte font taire leurs bruyantes machines. Un personnage distingué ouvre la portière de la majestueuse Bentley d’où sort Anne, revêtue d'une longue robe, d'un rose très anglais. Les personnages du consulat descendent de la voiture suiveuse et accompagnent Anne vers la place qui lui est destinée.

29Gravissant les marches avec la lenteur due à toute majesté, le pied plus pressé d'un accompagnateur freine malencontreusement la légère traîne. La robe princière s'affale jusqu'aux pieds laissant apparaître à tous sa royale nudité. Regards affolés, murmures, interrogations, tohu bohu... la situation prend des dimensions "diplomatiques" d'autant que militaires et préfets déguisés interpellent les vrais avec une fausse ingénuité.

30L'ambiguïté n'en étant plus une quant à la royale qualité de notre Anne, l'aréopage éclata tous azimuts.

31De stupeur ou de colère, les visages arborent le blanc, le rouge écarlate, et en tous les cas un jaune rictus. Un moment de vraie folie s'en suivit, dans un fracas de rires et de quolibets.

32Anne portée en triomphe passera à la "postérité" ! !

33Ce type de manifestation fait partie de la tradition estudiantine et la Cité raffole de ce type de canular.

34Une autre manifestation aura largement dépassé les frontières régionales : celle des vrais-faux Ecossais jouant un match international de rugby contre des vrais universitaires bordelais.

35Tout ce beau monde vrai ou faux était en fait des étudiants bordelais bécistes.

36Ce match se déroule à Bergerac. Echange de correspondance Edimbourg-Bergerac (grâce à des amis Ecossais), Télévision, Journal Sud-Ouest, tout concourt à l'authenticité de l'Evénement.

37Photos truquées, Ecossais en kilt descendant de l'avion de la compagnie Air-Line à Mérignac, Paseo ostentatoire de ces mêmes Ecossais sur la grande avenue bordelaise de l'Intendance, furent abondamment commentées sur le journal. Bergerac attendait ses invités. Match sérieux, dont les spectateurs commentaient à l'envie les comportements et le fighting très Ecossais... "bien autrement que Nous Morbleu !" (air connu !).

38La réception au château Montbazillac précédée d’un accueil extraordinaire à la Mairie, le banquet et le bal en soirée furent des morceaux d'anthologie.

39Le discours du maire, traduit par le professeur d'anglais du lycée, ne devait être apprécié bruyamment qu'à la deuxième élocution.

40Heureusement trois anglais authentiques, sociétaires du BEC, précédaient la "meute" pour prévenir toute interrogation en anglais.

41Le bal du soir se termina par des chants gascons. Le masque tomba et le maire de Bergerac tira un nez cyranesque !

42Ce morceau de bravoure fût relaté dans un livre intitulé Histoires du rugby. C'est la photo des vrais-faux Ecossais descendant de l'avion qui en constitue la couverture !

43A la lumière de ces événements, il me semble très important de bien situer le club universitaire qui devrait être l'ambassadeur d'un Esprit différent. La fête n'a presque plus besoin de se référer exclusivement et bruyamment au sport puisque le sport selon Bernard Jeu est fondateur de la culture et la référence devient naturelle. Le club universitaire doit démontrer qu'à tout moment il est capable de susciter autre chose que des manifestations sportives, et que d'autres expressions culturelles peuvent accompagner l'Evénement.

44Un vers du poème du B.E.C. le dit naïvement : le B.E.C. c'est Milon de Crotone, mais c'est aussi Pindare.

45Ainsi nous nous situons en marge des préoccupations plus étroites de la plupart des clubs, et occupons un espace concurrentiel moins fréquenté se situant ailleurs, ORBI, et pourtant dans la Cité.

46En conclusion il n'est pas possible de "figer" en quelques phrases la fête qui suppose des excès, des débordements, des transgressions, qui sont sa nature même.

47Toutefois, il n'est pas impossible de réfléchir au rapport improvisation/élaboration, au rapport perturbation/construction. Car selon Caillois, la fête est "une aspiration à la destruction, mais c'est une sagesse conservatrice qui l'ordonne et la limite".

48La fête est à la mesure et à l’image des groupements sportifs qui la prennent en charge : fête publique ou fête confidentielle, fête simplement perturbatrice ou porteuse d'un développement du club.

49La fête au sens où nous l'entendons est un élément indispensable à l'épanouissement de la culture sportive qui se nourrit d'imaginaire, d'émotion et de communion.

50La fête introduit dans le cadre de l'association et du bénévolat une sorte d'expérience de la transcendance, c'est un sacré du club en quelque sorte.

51La fête boucle un cycle de vie et elle en prépare un autre. Elle est récréative et elle est recréatrice.

52Comme le dit Bertrand During : "même si la barbarie les menace, les fêtes sportives ne sont pas mortes. Certes le stade grec n'est pas loin du cirque romain. Mais c'est peut-être de la rencontre d'Apollon et de Dionysos que surgissent les plus grandes fêtes".

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540