Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, fête et société

 | 
Jean-Paul Callède

Thème 4. La fête sportive : un enrichissement culturel et social

Intervention de Jacques Lambert

Jacques Lambert

Texte intégral

Intervention de Jacques LAMBERT

Directeur Général du Comité Français d'Organisation pour la Coupe du Monde de Football 98

1Cette page du cahier des charges de la Coupe du Monde 1998, nous nous préparons bien évidemment à y répondre positivement. Je crois que, les uns et les autres, vous avez bien posé le problème : comment aller au-delà de la dimension sportive d'un événement de l'ampleur de la Coupe du Monde, par exemple, pour en faire autre chose qu'un événement simplement sportif ? C'est là l'un des défis qui nous est posé.

2Je resitue en quelques mots ce qu'est exactement une Coupe du Monde de Football. En 1998, compte tenu de l'augmentation du nombre des équipes qualifiées, de 24 à 32 équipes, ce sera 64 matches, se déroulant sur une période de cinq semaines, devant environ 2,5 millions de spectateurs et devant — c'est le chiffre le plus impressionnant — une audience télévisée cumulée de 37 milliards de téléspectateurs. Pour la dernière Coupe aux Etats-Unis, cette audience était de l'ordre de 31 à 32 milliards de téléspectateurs.

3La Coupe du Monde de Football est donc, avant même les Jeux olympiques d'été, l'événement sportif le plus regardé au monde. Ceci signifie qu'à travers son organisation, son déroulement et son esprit, ce n'est pas seulement le Comité d'Organisation qui sera jugé, mais aussi le pays organisateur. C'est la capacité de notre pays à donner une ambition autre que strictement sportive à cet événement qui sera appréciée.

4Alors, que peut-être la fête dans une manifestation comme la Coupe du Monde ? Et en faveur de qui faut-il l'organiser ?

5Je commencerai d'abord par le deuxième aspect de la question. La fête, on peut l'organiser au bénéfice des spectateurs et des participants, c’est-à-dire de ceux qui, physiquement, participeront à un moment ou à un autre au déroulement de la Coupe du Monde.

6On peut aussi essayer de l'organiser avec une ambition plus large, au bénéfice de tous ceux qui regarderont à un moment ou à un autre l'événement par le truchement de la télévision.

7Or, la télévision a, tout à la fois, un pouvoir réducteur et un pouvoir grossissant.

8Un pouvoir réducteur, parce que lorsque vous regardez un match de football à la télévision, vous avez une vision détaillée de ce qui se passe sur la pelouse, une vision approximative de ce qui se passe dans les tribunes, mais pas de vision du tout de ce qui se passe autour du stade. Et encore, pour ce qui se passe dans les tribunes, il y a une assez grande différence d'appréciation entre la perception qu'en a le spectateur présent dans le stade et la perception que vous en avez devant votre téléviseur. La dernière Coupe du Monde aux Etats-Unis a été révélatrice à ce sujet : on avait le sentiment, à la télévision, que c’était une épreuve réussie en termes d'ambiance, alors que dans tous les matches de la Coupe du Monde 1994 auxquels j'ai assisté, y compris la finale, je n'ai jamais rencontré une ambiance comparable à celle que l'on vit lors des rencontres les plus disputées de la Coupe d'Europe ou du Championnat de France. Ceci tenait à un ensemble de facteurs (absence de passion des spectateurs américains pour le football, configuration très "ouverte" des stades, dispersion des supporters dans toutes les tribunes, etc...) qu'il serait trop long d'analyser ici.

9Donc, réduction de la dimension de fête de l'événement à travers la télévision, mais en même temps pouvoir grossissant de celle-ci. Si je vous demandais aujourd'hui quel souvenir majeur vous conservez des Jeux olympiques d'Albertville, je suis sûr que la plupart d'entre vous mentionneraient la cérémonie d'ouverture. Il est singulier de constater que ce qui est regardé comme le principal facteur de succès des Jeux d'Albertville, c'est d'abord un événement extra-sportif. Seuls les vrais amateurs de sport seraient sans doute en mesure de citer un nom d'athlète ou une performance sportive.

10Il faut avoir ces considérations présentes à l'esprit pour apprécier ce qu'il convient de faire pour la Coupe du Monde de 1998.

11La fête du football en 1998, ce doit être la fête du sport sur le terrain. Il ne faut pas oublier cette dimension fondamentale de la fête dans le sport qui est la qualité du sport lui-même, c'est-à-dire la qualité du jeu et l'éradication de la violence.

12Depuis plusieurs années, le football était engagé dans une lente évolution qui rendait le jeu moins intéressant et moins spectaculaire : de moins en moins de buts, un poids croissant des tactiques défensives sur les tactiques offensives, etc... La Fédération Internationale a réfléchi, depuis la dernière Coupe du Monde en Italie en 1990, à une modification des règles du football pour redonner de l'attrait spectaculaire au jeu. La principale innovation a été l'interdiction de la passe au pied au gardien de but, afin de limiter les temps morts et l'attentisme dans le jeu.

13Les premiers résultats enregistrés lors la Coupe du Monde 94 sont positifs : un temps effectif de jeu plus important, un football plus vivant, des occasions de but plus nombreuses. Il faut poursuivre dans cette voie.

14Dans le même temps, la FIFA a entrepris de lutter contre la violence sur le terrain, contre les actes de violence entre joueurs, et plus généralement contre les comportements d'anti-jeu. Les consignes de sévérité données aux arbitres, l'application que ceux-ci en ont faite, ont produit, là aussi, des effets positifs et probants. D'ici 1998, il faut créer un nouvel état d'esprit sur les terrains, où la loyauté et la sportivité l'emportent sur l'importance de l'enjeu.

15La fête, ce sera ensuite la fête dans le stade, dans les tribunes. En ce domaine, beaucoup d'éléments divers interviennent. Quand vous accueillez dans un stade les supporters d'un club, vous ne constatez pas les mêmes comportements que lorsque vous accueillez les supporters d'une équipe nationale et, a fortiori, d'une équipe nationale ne jouant pas dans son pays. L'ambiance sera, en règle générale, moins passionnée dans un stade où se joue un match de Coupe du Monde que dans un stade où se joue une rencontre entre deux équipes de championnat, avec leurs groupes organisés de supporters, leurs traditions, leur histoire, mais aussi parfois, malheureusement, leurs excès.

16Nous aurons à réfléchir, au cours de ces quatre années, à la façon de faire naître ce surcroît d'ambiance dans les stades de la Coupe du Monde 1998, pour que l'on n'ait pas ce sentiment, que j'ai eu personnellement aux Etats Unis, de matches intéressants au niveau sportif mais se jouant dans une ambiance en définitive relativement réservée. Créer l'ambiance tout en préservant le calme dans les tribunes, voilà l'enjeu.

17S'il y a violence dans les stades, il n'y a pas de fête. C'est une évidence. L'ambiance dans les stades sera très dépendante de l'efficacité du dispositif de sécurité que l'Etat et le Comité d'Organisation mettront en place pour la Coupe du Monde.

18J'ai, sur ce point, une appréciation plutôt optimiste par rapport à celle que l’on entend généralement. Et ce, pour deux raisons. La première est que, au niveau international, les phénomènes de violence sont, me semble-t-il, plutôt en voie de régression : les pays qui étaient les plus touchés (l'Angleterre, les Pays-Bas, voire l'Allemagne) ont réussi à juguler l'essentiel des actes de violence grâce à des mesures très coercitives. La seconde tient au fait que les poches de violence qui subsistent sont avant tout concentrées autour d'un certain nombre de clubs, plutôt qu'autour d'équipes nationales.

19Pour autant, la sécurité pendant la Coupe du Monde sera l'une des préoccupations essentielles du Comité d'Organisation. L'évolution du droit de la Communauté Européenne, l’ouverture des frontières, la libre circulation des personnes entre les pays de la Communauté rendent et rendront plus difficiles le contrôle des déplacements des supporters. Il y aura donc des mesures spécifiques à prendre, notamment des mesures préventives grâce à une collaboration étroite entre les polices de France et des principaux pays d'Europe.

20Enfin, l'ambiance sera dépendante de ce que nous saurons faire en dehors des stades. C'est là que je rejoins un certain nombre des préoccupations évoquées par Jean-Pierre Pradié.

21Depuis un certain nombre d'années, toutes les grandes manifestations sportives mondiales, qu'il s'agisse des Jeux olympiques, des Championnats du Monde d'Athlétisme, des Coupes du Monde de Football, sont organisées avec une double ambition : d'abord réussir l'organisation de l'événement sportif proprement dit, ensuite accompagner celui-ci de manifestations d'autre nature, culturelles notamment.

22On retrouve quasi systématiquement dans ces grands événements deux types de programme d'animation. Souvent, une grande cérémonie d'ouverture, voire de clôture, mais essentiellement d'ouverture, généralement très télévisuelle, destinée plutôt aux téléspectateurs qu'aux spectateurs. Ensuite, de façon moins spectaculaire, des programmes culturels mis en place par les villes d'accueil, ou conjointement par les villes, les régions et le Ministère de la Culture pendant la durée de la compétition, afin d'offrir aux spectateurs et aux résidents des sujets d'intérêt extra-sportif. Ce fut, par exemple, l'ambition du Festival olympique des Arts organisé en région Rhône-Alpes pendant les Jeux olympiques d'Albertville.

23La spécificité d'une Coupe du Monde par rapport à des Jeux olympiques sur ce plan, c'est que la Coupe du Monde se déroule dans une dizaine de villes, alors que les J.O. se déroulent dans une seule agglomération. Notre ambition est de bâtir avec les villes organisatrices un programme dense d'activités de fête et de culture pendant le Mondial en France. Je dis avec les villes organisatrices parce qu'une telle initiative ne pourra pas être le fait du seul Comité d'Organisation. Ce n'est pas sa vocation première et nous n'avons ni les moyens, ni la compétence pour monter seul ces opérations parallèles à la compétition sportive. Nous devons donc nous reposer très largement sur le tissu que constituent le milieu culturel et le milieu associatif local. Nous aurons la chance d'organiser notre Coupe du Monde dans des villes qui sont très importantes : Marseille, Lyon, Bordeaux, Nantes, etc... et qui disposent toutes d'un potentiel d'animation extrêmement fort, capable de mobiliser autour de lui les énergies locales. C'est dans ce sens que nous agirons.

24Et je réponds par la même occasion à la question que posait Jean Pierre Pradié. Bien évidemment la Coupe du Monde 1998 ne se fera pas sans que soit directement associé le public traditionnel et notamment le public populaire du football français. Il est hors de question que la Coupe 1998 soit une Coupe élitiste, réservée soit aux spectateurs étrangers ayant la possibilité de s'offrir un séjour en France, soit aux spectateurs français aisés exceptionnellement attirés par la notoriété de la Coupe du Monde. Les principes de notre politique de billetterie sont simples : il y aura bien sûr des places très chères, accessibles à ceux qui sont disposés à payer le prix fort pour participer à un événement exceptionnel dans des conditions privilégiées, mais il y aura aussi des places à tarif modeste pour permettre à ce public populaire, jeune notamment, du foot français de fréquenter les stades de la Coupe du Monde. Cette orientation est d'ores et déjà clairement arrêtée dans notre esprit. La fête du Mondial 1998 sera une fête ouverte à toutes les catégories sociales.

25La Coupe du Monde 1998 sera placée sous l'égide de trois valeurs essentielles : l'universalité, le partage et l'émotion.

26L'universalité, parce que le football est de loin, le sport le plus populaire dans le monde. C’est un sport qui conquiert aujourd'hui des continents nouveaux : l'Afrique ces dernières années, maintenant l'Asie. Actuellement, la progression sportive, médiatique et économique du football au Japon, en Corée, dans le Sud-Est asiatique est considérable. C'est en raison de cette extension de la notoriété internationale du football, en raison aussi de la multiplication du nombre des nations affiliées à la Fédération Internationale, que celle-ci a décidé de porter de 24 à 32 le nombre des équipes qualifiées pour la phase finale de la compétition. La Coupe du Monde de 1998 en France sera donc, par le nombre des équipes participantes, la plus universelle des Coupes du Monde jamais jouées.

27Le partage, parce que nous voulons partager cette Coupe du Monde avec le plus grand nombre. Nous ne voulons pas en faire une épreuve élitiste, nous voulons la partager avec tous ceux qui aiment le foot. Nous voulons aussi en faire partager le spectacle grâce à des retransmissions télévisées d'exceptionnelle qualité. Cette Coupe du Monde 1998 sera symbolique : créée par des Français dans les années 1920, elle revient en France à la fin de ce siècle. Nous voudrions la rendre ensuite au monde, améliorée, magnifiée, forte d'un certain nombre de valeurs qui donnent au jeu de football la dimension de fête sportive que son développement accéléré et le poids des considérations économiques lui ont peu à peu fait perdre.

28Et enfin — et c'est là que l’on rejoint le plus directement les grands thèmes de vos réflexions au cours de ce séminaire — l'émotion : l'émotion créée par la qualité du jeu, l'émotion née de la performance sportive, l'émotion qui résulte de la communion des spectateurs de toutes nationalités autour d'un même sport, l'émotion qui émerge d'une fête vécue ensemble pendant cinq semaines.

Auteur

Directeur Général du Comité Français d'Organisation pour la Coupe du Monde de Football 98

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540