Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, fête et société

 | 
Jean-Paul Callède

Thème 4. La fête sportive : un enrichissement culturel et social

Intervention de Jean-Pierre Pradié

Jean-Pierre Pradié

Texte intégral

Intervention de Jean-Pierre PRADIÉ

Chargé de Mission au Ministère de la Jeunesse et des Sports

1Après l'excellente présentation de Bertrand During, je souhaite évoquer la démarche que je suis en train de mettre en œuvre, et qui est en étroite relation avec notre sujet, puisqu'il s'agit de proposer des mesures contribuant à l'aire de la Coupe du Monde de 1998 une grande fête.

2Je l'ai remercié tout à l'heure de l'opportunité de son exposé, dans la mesure où, si la Coupe du Monde doit se projeter dans la modernité, il est peut-être intéressant, pour savoir ce qu'on y fait, qu'on reconnaisse nos racines dans l'histoire du jeu, de la fête, de la naissance du sport. Je ne pense pas qu'on puisse préparer un tel événement, si on n'a pas quelques notions de ce qu'il a évoqué.

3Comme la plupart d'entre vous, je ne suis pas un chercheur, je suis un praticien. J'ai été enseignant d'éducation physique jusqu'en 1978, et ensuite responsable de l'U.N.S.S.

4A ce titre, j'ai eu l'occasion de vivre des fêtes, des fêtes scolaires et sportives : les premiers Jeux de l'U.N.S.S. à Bordeaux, puis les suivants, les premiers Jeux de l'Avenir que nous avons organisés avec les fédérations sportives en 1985. A cette époque-là, j'étais directeur du Sport Scolaire à Paris, et j'ai gardé la nostalgie de l'ambiance qui y régnait.

5Ils étaient organisés avec des moyens modestes. Les jeunes, les enseignants dormaient sur des lits de camps, sous des couvertures de l'armée qui n'étaient jamais assez nombreuses.

6J'ai un souvenir attendri de cette cohabitation entre les régions, les jeunes et les enseignants qui subissaient parfois des tornades, comme à Fontainebleau, lors des quatrièmes jeux, revenaient chez eux, dans leur ville et proclamaient : "c'était magnifique, on s'est éclaté", etc...

7C'est un peu ce vécu qui me motive pour accomplir une mission qu'on peut résumer ainsi : "cherchons des procédures, inventons une méthode de travail, créons une grille d'analyse, ayons une approche, telles que la Coupe du Monde de 1998, qui de toutes façons sera une réussite sportive, médiatique, économique, puisse devenir une fête, une aventure humaine, une aventure culturelle, au sens de ce que les gens sont et de ce qu'ils font".

8Ce qui m’a intéressé dans le discours de Bertrand During c'est qu'on trouve tous les ingrédients d'une fête possible. Le problème sera de les organiser, de les doser pour que chacun puisse y trouver ce qu'il est venu y chercher.

9"Sport, fête et société". Je ne pense pas que le sport soit un fait isolé de la société. On peut encore se poser une question pour les années à venir : y a-t-il encore des occasions, des possibilités de fête dans la société ? Voit-on encore beaucoup de fêtes dans nos villes et dans nos villages ? Les conditions sont-elles réunies pour que les gens soient heureux ensemble, à une époque où chacun consomme son plaisir devant son petit écran ?

10Lorsqu'on réfléchit à "Sport, Fête et Société", il faut qu’on intègre que le sport est, en fin de compte, un indice de la culture d'un pays.

11A ce titre, ce qu'on a vu aux Jeux olympiques en Norvège me parait très instructif. L'éditorialiste de L'Equipe, aux lendemains des Jeux, et l'ensemble des médias qui sont plus généralement orientés vers la haute performance, ou le fait divers, ont salué ce mariage fabuleux entre un peuple, un environnement, et une activité qui correspond à la culture de ce pays, et qui a fait des Jeux olympiques de Lillehammer une véritable réussite, quasiment unique dans les annales des Jeux d'Hiver.

12Sans doute Albertville a été un fabuleux succès, mais a-t-il été un succès populaire pour les Français ? A-t-il touché la France profonde ?

13Concernant le football en France, on peut affirmer qu'il y a une culture foot en France qui embrasse les différences régionales, aux multiples facettes. Marseille et Lens ne se ressemblent pas mais on y vit les mêmes émotions, on y ressent les mêmes joies.

14Le peuple français est complètement immergé dans cette culture, qu'il soit jeune, âgé, amoureux du foot ou non. On peut chercher les causes dans la mythologie, l'anthropologie ou autre. Certains attribuent ce phénomène aux médias. Je pense au contraire que les médias ne sont qu'un miroir d'une société.

15De toute façon, c'est un sujet qui mérite d'être approfondi pour contribuer à mieux cerner les conditions de la réussite, pour promouvoir le concept fort qui soutiendra la Coupe du Monde. Il n'est sans doute pas aisé d'organiser une Coupe du Monde, mais le plus difficile est qu'un peuple entier y participe.

16Organiser 60 matches, recevoir 32 équipes, c'est très complexe. Mais, compte tenu des techniques modernes, des hommes de qualité qui en sont chargés, et les moyens financiers qui sont mis en jeu, je crois que c'est jouable. Le problème est de mobiliser les réseaux, ceux qui ont déjà une expérience, de les mettre en synergie à cette occasion.

17Il y a des leviers. C’est d'abord cette culture commune que je viens d'évoquer qu'il faut affiner. Il y a, ensuite, le sentiment de créer quelque chose d'immense avec les salariés de la Coupe du Monde et avec les bénévoles (les bénévoles seront indispensables à la vie opérationnelle, à l'ambiance aussi).

18Ce sentiment d'appartenir à un corps d'élite qui va réussir un événement, nous paraît être intéressant. Il y a aussi le levier régional, la fierté : on l'a vu en Savoie en 1992, on l'a encore plus ressenti en Languedoc-Roussillon lors des Jeux Méditerranéens en 1993. Ce sentiment de fierté régionale de participer à un événement mondial, de l'enrichir d'une sensibilité locale, nous paraît être un élément fort de la réussite.

19Il y a aussi la volonté qu'ont les gens de s'approprier une part de l'événement et pouvoir proclamer : "j'y étais, et vous voyez, j'ai eu mon pin's". Cet engouement fait tache d'huile, se répand dans les familles, dans les quartiers. Il est source d'une reconnaissance sociale qui perdure bien après l'événement.

20De plus, les événements de la médiatisation sont uniques en France. La presse quotidienne régionale, les radios locales, sont très proches des citoyens et relatent volontiers tout ce qui ressemble à la culture locale, même les petites choses qui n'auront aucune chance de sensibiliser les médias nationaux. Elles pénètrent chaque village, et seront un support indispensable de l'animation.

21Un autre atout appartient aux huit cents joueurs de football professionnels qui sont connus, aimés, dans leur région, et qui ne seront pas sélectionnés dans l'équipe de France pendant la Coupe, et seront peut-être disponibles pour susciter et soutenir des projets et des actions de type sportif, culturel, voire éducatif.

22Un des points-clés d'une manifestation sportive voulue comme une fête est le partage des valeurs qu'est censé véhiculer le sport dans notre société.

23Est-on capable de passer de la pensée coubertinienne à une pensée moderne exprimée par ceux qui vont vivre les temps modernes ? La génération jeune qui est en train d'éclore a un vrai problème de communication avec les adultes, et inversement. Les sondages le montrent. Les valeurs éthiques morales qui sous-tendent le sport doivent être rénovées, mais surtout transcrites dans la langue originale que les jeunes emploient. Il y aura un décalage énorme entre ceux qui parlent et ceux qui font. Les valeurs communes sont à réinventer dans le vocabulaire de ceux qu'on souhaite mobiliser.

24Un autre élément de la réussite sera de permettre, dans des conditions à définir, l’accès facile aux stades pour ceux qui y créent l'ambiance le samedi en soutenant leur équipe fanion. Ce lieu privilégié de la fête hebdomadaire ne pourra leur être fermé lorsque la fête deviendra mondiale.

25Monsieur Christian Bromberger travaille sur les populations en difficulté et sur ce que peuvent apporter une activité et une fête. La mobilisation financière de l'Etat, du mouvement sportif, de la Fédération Internationale de Football, est telle qu'on ne peut imaginer que ce public n'accède pas à l'événement. Le Ministère a rappelé qu'il était très attaché à impliquer le maximum de jeunes, à créer un mariage heureux entre la Coupe du Monde et la population.

26J'ai énuméré en désordre quelques éléments de la réussite, quelques ingrédients indispensables à la tenue d'une fête. Cependant, le dosage des ingrédients implique des procédures, nécessite une organisation, des moyens en personnels, une déconcentration, nécessite tout ce que vous imaginez dans les organisations dont vous avez la charge.

27C'est donc à une grille de lecture des manifestations sportives internationales passées que je travaille à l'heure actuelle. L'évaluation croisée avec la perception et les attentes des milieux associatifs est susceptible de nous donner un éclairage et des enseignements quant à la réussite de la Coupe du Monde.

28Nous serons très attentifs à ce que vous voudrez bien, maintenant ou plus tard, nous communiquer, voire à votre propre mobilisation. Vous pouvez être parmi les pionniers de cette aventure humaine qui est souhaitée par le Comité d'Organisation.

Auteur

Chargé de Mission au Ministère de la Jeunesse et des Sports

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540