Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, fête et société

 | 
Jean-Paul Callède

Thème 4. La fête sportive : un enrichissement culturel et social

Le Marathon du Médoc ou le Carnaval de la course à pied

Du sport apollinien au sport dionysiaque

Olivier Bessy

Texte intégral

Olivier BESSY

Maître de conférences à la Faculté des Sciences du Sport et de l'Education Physique, Université de Bordeaux II - Laboratoire Sciences Sociales, Innovation et Sport

1Je remercie l'Union Nationale des Clubs Universitaires de m'avoir invité à leur onzième Université Sportive d'Été intitulée : "Sport, Fête et Société". C'est un thème qui me passionne car l'association de ces trois concepts laisse entrevoir des analyses et des mises en relation particulièrement riches et originales. Plusieurs pistes de réflexion peuvent être empruntées. Je choisirai pour ma part de montrer comment l'idée de fête participe à l'évolution des pratiques sportives dans notre société.

2Si le mythe d'Apollon continue de saturer l'imaginaire sportif à travers la recherche éperdue de la performance, de plus en plus de pratiques, de lieux et d'événement sportifs déclinent aujourd'hui les valeurs dyonisiaques du plaisir et de la fête. Les sports de glisse et de vertige (surf, escalade...) ont les premiers participés à cette évolution hédonique de la culture sportive en se positionnant en rupture avec l'univers sportif traditionnel fondé sur la norme, la rationalité et la mesure. Aujourd'hui des domaines d'activités qui ne s'imposent pas d'emblée comme festifs s'inscrivent aussi dans cette perspective. La course à pied est un bon exemple. Elle est le plus souvent étiquetée comme une pratique ascétique et austère qui a contribué au début du siècle au développement du mouvement sportif. Or son éclatement récent révèle de nouvelles modalités de pratique plus intimes, plus ludiques et plus festives en (cf. fig. 1. Spectre des hybridations ci-contre).

  • 1 Cet article est extrait de l'ouvrage 10 ans de fête réalisé par Olivier BESSY à l'occasion du 10ème (...)

3De nombreuses courses hors stade participent à ce renversement des pratiques athlétiques en privilégiant des slogans tels que : "La perf d'accord, la fête d'abord". Une épreuve se distingue car elle symbolise, à elle toute seule, cette évolution de la course à pied, il s'agit du marathon du Médoc1.

1. Un événement sportif original et au succès croissant

4Très concrètement le marathon du Médoc est une boucle de 42,195 km qui part de Pauillac et arrive dans cette même localité, après avoir traversé de prestigieux vignobles et être passé devant 47 châteaux.

5Créé en 1985 avec comme objectif d'associer le sport et la fête, le marathon du Médoc est devenu aujourd'hui une référence car il se positionne de façon originale dans le champ des pratiques athlétiques.

6Le Marathon du Médoc privilégie la logique d'intégration et de participation maximale à la logique sélective et compétitive de nombreux marathons traditionnels. Même si quelques similitudes avec l'épreuve olympique sont observables (heures et ligne de départ, port d'un dossard, obligation de suivre un parcours, respect d'un règlement et classement final par catégorie), elles restent purement formelles et n'influencent pas l'esprit de la course. Car c'est bien d'une philosophie différente qu'il s'agit, comme en témoigne l'objectif annoncé et confirmé par les organisateurs dans les différentes plaquettes de présentation de la manifestation. En 1985 lors de la première édition on pouvait déjà lire : "Favoriser le sport pour tous, faire de cette épreuve une fête aux multiples facettes....". En 1992, le "Médoc" comme on l'appelle maintenant "se veut promouvoir l'esprit sport santé et plaisir pour tous".

7Cet esprit se retrouve dans les actes, à savoir dans l'organisation dont l'objectif prioritaire n'est pas de gonfler artificiellement le peloton en faisant venir des vedettes mais d'accueillir tous les participants, du premier au dernier, de la même façon. C'est ainsi qu'il n'y a pas de promesses pécuniaires pour les premiers mais une égale répartition des récompenses et des souvenirs au profit de tous. Mieux, il n'y a pas de délai, de temps limite pour arriver, ce qui résume assez bien aussi l'esprit d'ouverture présent sur ce marathon que l'on peut faire vraiment à sa guise, à son rythme.

8Une autre particularité de cette manifestation est d'être "le marathon le plus long du monde", c'est-à-dire celui où il est quasiment impossible, en raison de la configuration du parcours et des diverses sollicitations (dégustations, orchestres, spectateurs...) de faire un temps, de battre un record. Cette caractéristique éloigne les professionnels au profit des amateurs désireux avant tout de vivre une aventure qui se veut la plus longue possible.

9"Non, votre marathon n'est pas le plus long du monde, il est beaucoup trop court. Pourtant, Dieu sait que nous avons économisé les kilomètres, profité de tous les spectacles et testé le Bordeaux... mais il a fallu, au bout de 5 heures de course, se résoudre, la mort dans l'âme, à passer la ligne d'arrivée..."

  • 2 Réactions de participants notées dans le courrier du marathon du Médoc 1992.

10"J'ai failli en pleurer à l'arrivée quand j'ai réalisé que la fête était déjà finie" ; "C'est si beau qu'on en reprendrait bien un petit peu"2.

  • 3 Sur la plaquette de présentation de la deuxième édition (13 septembre 1986), la mention Championnat (...)
  • 4 Participeront au challenge les athlètes ayant terminé au moins deux des cinq épreuves suivantes : 6 (...)

11Enfin, le caractère hors norme du Marathon du Médoc, se retranscrit dans l'établissement, en parallèle avec le classement au temps, d'un classement du meilleur déguisement qui donne lieu aussi à de belles récompenses. Cette façon de procéder est totalement novatrice et prend à contre-pied la logique compétitive fondée uniquement sur le chronomètre. Il est intéressant de noter que la progression des effectifs s'est accompagnée d'une évolution de moins en moins compétitive du marathon. En effet, lors de la première édition (1985) le temps était limité et il n'y avait pas de classement pour le déguisement. Les seconde et troisième éditions (1986 et 1987) étaient inscrites dans le calendrier fédéral (championnat d'Aquitaine), servaient de sélection pour le championnat de France3 et étaient intégrées dans le challenge Atlantique des Marathons4. Cet ancrage fédéral cessa en 1988. Le Marathon du Médoc chercha à s'internationaliser, servit de support à des classements plus folkloriques (challenge médocain des journalistes marathoniens, classement par couple, récompense spéciale aux cinq meilleurs déguisements) et prit alors une orientation résolument festive qui allait donner au "Médoc" son originalité et lui assurer un succès sans pareil.

  • 5 Président de l'Association pour le Marathon des Châteaux du Médoc.

12"On ne vient pas au Médoc pour faire un temps mais pour s'amuser, d'ailleurs nous ne cherchons pas l'élite", nous déclarait, à ce propos, H. Rocher5.

13La progression régulière du nombre d'inscrits : 500 lors de la première édition en 1985, 1000 en 1986, 1400 en 1987, 1850 en 1988, 2230 en 1989, 2876 en 1990, 3700 en 1991,4700 en 1992, 6200 en 1993 et plus de 7000 en 1994, témoigne de l'intérêt manifesté par les coureurs pour ce type d'épreuve à consonnance festive (cf. graphique ci-dessous).

2. 42,195 km de fête

14"Il s'agit d'une épreuve à laquelle nous tenons à donner un caractère de fête en insistant plus sur la joie de courir que sur la performance pure".

15"Le Médoc c'est pas pareil. Un marathon c'est la fête. Le Médoc c'est deux fois la fête".

16Dans les propos des organisateurs, comme dans ceux des participants, l'idée de fête est omniprésente. Elle est effectivement le concept clef autour duquel s'est construite et développée cette épreuve. La fête est l'âme du Marathon du Médoc, ce qui fait son plus. Elle dure trois jours et prend de multiples facettes.

17La fête commence la veille de l'épreuve avec une animation dans la ville de Pauillac et l'organisation, dans un château de renom, d'une soirée "mille pâtes" particulièrement animée et arrosée. Devenue un véritable rituel, elle est le rendez-vous de tous les épicuriens de la course à pied qui animeront le lendemain le marathon.

18La fête bat son plein le jour de la course, sur les quais de Pauillac où se situent le départ et l'arrivée, mais aussi et surtout sur l'ensemble du parcours. Chaque foulée amène sa cuvée de sensations, d'encouragements, de déguisements originaux et de paysages nouveaux. Chaque ravitaillement exacerbe les sens grâce aux animations musicales et folkloriques mais aussi aux dégustations des plus grands crus médocains. Chaque village traversé est décoré et animé par de nombreux spectateurs dont les enfants des écoles qui vous tendent leurs mains dans l'espoir d'un contact. Tout cela vous donne des frissons de bonheur, vous fait oublier l'effort et vous donne envie d'aller jusqu'au bout malgré la souffrance qui augmente. Les déguisements, tous plus insolites les uns que les autres, sont portés par un nombre croissant de participants. Quatre lors de la première édition, 1700 en 1992 et plus de 3800 coureurs ont annoncé la couleur pour 1994, soit plus de la moitié de l'effectif. Des clowns, des indiens, des marins, des bagnards, des fantômes, des diables, des hommes préhistoriques, des guerriers maoris, des corsaires, des travestis, des danseuses, des pilotes d'avion avec leur appareil animent la course. Cet étrange défilé carnavalesque contraste avec les pelotons classiques composés de concurrents sérieux qui ne "fixent que la pointe de leurs chaussures".

19Mais ce qui donne sans doute au marathon du Médoc son caractère festif suprême : c'est le vin. Présent dans l’appellation même du marathon, avant, pendant et après la course, le vin du Médoc imprègne l'ensemble du marathon et alimente constamment l'imaginaire hédoniste des participants. Parcourir les vignobles les plus prestigieux du monde, traverser des communes aussi illustres que Saint-Julien, Pauillac et Saint-Estèphe, passer devant 47 châteaux plus célèbres les uns que les autres (Latour, Ducru-Beaucaillou, Léoville Las Cazes, Beychevelle, Pontet Canet, Mouton Rotschild, Cos d'Estournel, Haut Marbuzet...) et s'arrêter pour goûter un de ces grands crus, fait rêver d'avance et provoque durant l'épreuve un sentiment de plénitude. Le vin est aussi présent lors des repas qui précèdent et clôturent le marathon afin de créer une ambiance digne des agapes antiques. Même les bulletins d'inscription (appellation pour le nom, millésime pour l'âge, cépage pour le sexe, terroir pour l'adresse, nom du château pour le club...), les récompenses (bouteilles de vins) et les diplômes (récolte 1985, propriétaire M…. en… h… mn… s, contenance : 42,152 km, mis en bouteille le 14 septembre 1985 en Médoc, cette bouteille porte le n°…. sur…) déclinent le vocabulaire et l'imaginaire du vin. Enfin cette référence à la fête et au vin prend une dimension particulière lorsque la date du marathon coïncide avec la grande fête traditionnelle du ban des vendanges ou, encore mieux, avec les vendanges elles-mêmes.

3. Une manifestation sportive en phase avec notre société postmoderne

20Ce souci d’installer le marathon dans une ambiance de fête répond à une demande sociale d'émotions, de liberté et de rêve. Cette recherche d'un nouveau lien social manifestée par les participants au Médoc emprunte à la fois à la tradition et à la modernité. Elle s'inscrit parfaitement dans notre culture post-moderne qui fonctionne sur un métissage complexe et parfois contradictoire de valeurs.

  • 6 J. DUVIGNAUD, Fêtes et civilisations, Actes-Sud, 1991.

21Les valeurs traditionnelles sont présentes dans le rassemblement massif, générateur d'exaltation que constitue cet événement. Elles trouvent un écho dans l'atmosphère de kermesse qui règne pendant trois jours dans la ville de Pauillac et les communes traversées par le parcours à l'instar des grandes fêtes populaires d'antan. Elles s'expriment aussi dans "l'espace sacré de transgression"6 que symbolise cette manifestation à travers notamment le recours aux déguisements et à la consommation de vin. De plus en plus travaillés, voire osés, les déguisements permettent d'incarner un autre personnage, de laisser libre cours à sa sensibilité, à ses fantasmes. A l'image des carnavals d'autrefois, le marathon du Médoc est un moment privilégié de désordre et de renversement des interdits sociaux. De même, la référence constante au vin témoigne de l'ancrage traditionnel du marathon dans la mesure où ce breuvage divin est associé à un terroir ancestral et à la mythologie grecque :

  • 7 Marathon des Châteaux du médoc, Marathon de la Vigne..., par René Pijassou, Plaquette de présentati (...)

22"Cette manifestation se place hors de toute considération officielle, sous le signe de Dionysos ou de Bacchus, le gaillard dieu grec puis romain, de la vigne et du vin. Elle n'est pas sans rappeler les "dionysies", ces fêtes populaires automnales d’Athènes, placées sous le signe de la joie, de la vigne et du vin, au cours desquelles tout un peuple de citoyens libres, après forces libations, communiait dans le vin et dans les débordements joyeux et enivrants, voire enivrés de la fête"7.

23Mais si le marathon du Médoc est aujourd'hui si couru, c’est parce qu'il symbolise une forme contemporaine de la fête qui se démarque de la fête rituelle, rythmée par un cérémonial bien précis, et de la fête spectacle, synonyme de consommation de masse structurée par les médias. Il s'agit d'une fête construite de manière spontanée et vécue intensément par chacun des participants dans un espace-temps libre et ouvert.

24L'auto-détermination de la modalité festive correspond au désir très clairement exprimé aujourd'hui de choisir par soi-même son mode d'investissement et de comportement en toutes circonstances. Le marathon du Médoc, c'est la fête à la carte. Rien n'est imposé, tout est permis. Chacun est libre de sa partition. Les participants peuvent seulement profiter de la fête ou y participer activement à différents degrés. Dans le second cas, ils décident par eux-mêmes de leur mode de regroupement (individuel ou en groupe), du thème de leurs déguisements, du nombre d'arrêts-dégustations, ainsi que de leurs relations avec les autres coureurs et les spectateurs. Ils déterminent aussi la durée de la fête, en venant ou pas la veille au repas mille pâtes et en restant ou pas à la soirée sans pattes et le lendemain aux festivités prévues au programme.

25Cette fête favorise aussi la fusion dans une immense fraternité par opposition à la compétition athlétique traditionnelle qui classe et sépare et à la vie sociale moderne trop compartimentée et individualiste. C'est la victoire de l'hédonisme convivial. Au "Médoc", la plupart des participants ne courent pas côte à côte ou encore moins l'un contre l'autre mais ensemble l'un avec l'autre dans le double souci de s'entraider et de s'amuser avec ses amis mais aussi avec les autres coureurs et spectateurs qui font partie intégrante de la fête. L'idée est de s'identifier à la masse, à cette foule bigarrée et euphorique, plutôt que de s'en détacher. Peu importe le temps, le classement, ce qui compte avant tout c'est de vivre ensemble un grand moment d'émotion, de se fabriquer de bons souvenirs qui alimenteront les discussions d'après marathons et laisseront des traces positives dans la mémoire.

26Enfin, durant cette fête, le coureur vit des moments intenses, il baigne dans un poly sensualisme caractéristique de notre société postmoderne. Si le visuel a, pendant plusieurs siècles, affirmé sa prééminence sur les autres sens, accompagné d'une prépondérance du clairement représenté, du logique et du rationnel, aujourd'hui l'appréhension spontanée du monde incite à l'expérience auditive, olfactive, visuelle, gustative et tactile. A la fois lieu d'expansion subjective et "univers dionysiaque", le marathon du Médoc favorise ce poly sensualisme. L'oreille écoute la musique des orchestres et les cris d’encouragements des spectateurs, le nez s'imprègne des odeurs mêlées de la vigne et du vin, l'œil est sensible à la beauté des châteaux et allumé par les déguisements multicolores, les papilles se délectent de savoureux nectars et le corps tout entier est stimulé par de multiples contacts avec l'eau, la vigne et les mains tendues des enfants ou encore des massages et le réconfort de l'équipe tendresse. Le "Médoc" est un véritable festival des sens. Il permet aux participants de vivre une aventure sensorielle incomparable, de s'extraire du quotidien et d'oublier pour quelques instants l'artificialisation et le rationalisme de la vie moderne.

27Grâce à cette cohabitation de valeurs traditionnelles et modernes, la fête sportive que représente le marathon du Médoc, attire un public de plus en plus nombreux car elle satisfait des imaginaires corporels variés et privilégie l'expérience proche et émotionnelle. En bref, elle réussit à transformer l'image que l’on se fait habituellement d'un marathon, en le rendant très attractif et accessible.

  • 8 J.-M. FAURE, L'éthique puritaine du marathonien, Le Nouvel âge du sport, Revue Esprit, avril 1987.
  • 9 M. MAFFESOLI, Au creux des apparences. Pour une éthique de l'esthétique, Paris : Plon. 1990.

28Le marathon du Médoc a incontestablement fait basculer cette épreuve mythique d'une éthique "puritaine"8 à une éthique festive. C'est un nouveau rapport au corps, aux autres et à son environnement, fondé sur l'imagination et le plaisir des sens, qui est ici à l'œuvre. Cette épreuve est une illustration pertinente du passage "du centrifuge au centripète, du glissement du projectif à l'expérience vécue ici et maintenant" comme l'écrit M. Maffesoli9. D'une manière plus générale, c'est une nouvelle façon de faire du sport qui est proposée où l'émotion collective prend le pas sur la performance personnelle où Dyonisos se substitue à Apollon.

Notes

1 Cet article est extrait de l'ouvrage 10 ans de fête réalisé par Olivier BESSY à l'occasion du 10ème anniversaire du marathon du Médoc, Septembre 1994. Contact : Olivier BESSY, Faculté des Sports 33405 Talence, Tél : 56-84-52-00.

2 Réactions de participants notées dans le courrier du marathon du Médoc 1992.

3 Sur la plaquette de présentation de la deuxième édition (13 septembre 1986), la mention Championnat d'Aquitaine apparaît et on peut lire un article de Christian Dubreuilh alors président de la ligue d'Aquitaine d'Athlétisme et Vice-président de la FFA.

4 Participeront au challenge les athlètes ayant terminé au moins deux des cinq épreuves suivantes : 6 avril, Marathon de Nantes ; 11 mai, Marathon du bocage ; 6 Juillet, Marathon de Vendée, 10 Août, Marathon de la côte de Lumière, 13 septembre. Marathon du Médoc. Classements individuels et collectifs.

5 Président de l'Association pour le Marathon des Châteaux du Médoc.

6 J. DUVIGNAUD, Fêtes et civilisations, Actes-Sud, 1991.

7 Marathon des Châteaux du médoc, Marathon de la Vigne..., par René Pijassou, Plaquette de présentation du marathon, année 1990.

8 J.-M. FAURE, L'éthique puritaine du marathonien, Le Nouvel âge du sport, Revue Esprit, avril 1987.

9 M. MAFFESOLI, Au creux des apparences. Pour une éthique de l'esthétique, Paris : Plon. 1990.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/13427/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 101k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540