Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, fête et société

 | 
Jean-Paul Callède

Thème 4. La fête sportive : un enrichissement culturel et social

Fête, Sport et Culture

Bertrand During

Texte intégral

Bertrand DURING

Doyen de la Faculté des Sciences du Sport - Université de Picardie. Jules Verne

Un hommage

1Martine Gauquelin, qui devait traiter ce matin de la fête sportive comme "enrichissement culturel et social", s'est tuée sur la route alors qu'elle se rendait à une séance de travail du Centre Lillois de Recherche en Analyse du Sport, créé par Bernard Jeu à l'Université de Lille III. Ayant moi-même assuré quelque temps la direction scientifique de ce centre après la disparition de Bernard Jeu. j'y ai trouvé l'accueil d'une équipe chaleureuse, soucieuse de poursuivre son travail de recherche et de formation en l'absence de son fondateur, et où Martine Gauquelin jouait un grand rôle.

2Professeur agrégé d'éducation physique et sportive, spécialiste en athlétisme et en histoire des activités physiques qu'elle enseignait à la Faculté des Sciences du Sport de l'Université de Lille II, elle avait aussi une formation philosophique. Son apprentissage du chinois s'était confronté à l'épreuve de longs séjours en Extrême Orient, et ses analyses anthropologiques, prolongeant les perspectives ouvertes par Bernard Jeu, tiraient leur richesse de comparaisons d'autant plus fécondes quelles jouent sur des différences majeures, saisies dans des contextes culturels radicalement étrangers. Cette dimension faisait la singularité d'un projet de recherche et de vie : il faut la souligner, en souhaitant qu'il se trouve quelqu'un pour poursuivre dans cette voie. Je vais pour ma part tenter d'en maintenir l'esprit, en cherchant des possibilités de comparaison dans le temps, faute de pouvoir m'appuyer, comme elle l'aurait fait, sur celles que fournit l'espace.

3La mort, rupture du temps d'une vie. La fête, qui jette la trame d'une continuité par dessus la brisure. Le sport, enfin, dont le tragique fonde la portée culturelle : nous tenterons de montrer la solidité de leurs liens.

Un projet

4Comment, cet hommage trop vite rendu, préciser notre projet ? Un bref regard sur les jours qui viennent de s'écouler permet d'esquisser un cheminement : tout commence par un travail de définition, "à la recherche de la fête". Viennent ensuite les analyses thématiques : fête et médias, fête et finances : il s'agit de caractériser la fête sportive dans son contexte le plus actuel. Et, pour finir, par l'interrogation sur la dimension politique et sur la portée culturelle, programme d'hier et d’aujourd'hui, de revenir sur la question du sens. Associer sport et fête permet-il de les mieux comprendre ? La fête sportive est-elle un temps d'enrichissement culturel et social ?

5Après quelques remarques générales, nous tenterons une mise en perspective historique des relations entre sport et fête, telles que les ont considérées quelques-uns des auteurs qui les ont envisagées. Cela nous conduira à mettre en évidence la présence du tragique au coeur des manifestations ludiques et à évoquer la présentation de la classification des pratiques sportives selon les émotions qu'elles suscitent, proposée par Bernard Jeu. Cet examen de ce qui se joue dans les pratiques et pour les spectateurs devrait permettre de mieux saisir les relations entre fête sportive, culture et société.

Quelques précautions

6"La fête, cette hantise" : c'était le titre d'un remarquable numéro de la revue Autrement, paru en juillet 1976. Il commençait par une mise en garde, qu'il peut être utile d'avoir en mémoire : "La fête est aujourd'hui l'objet d'incantations obsessionnelles où chacun projette sa mémoire et son imagination : ici la nostalgie des rites et des symboles d'un ordre perdu, la crainte du changement, l'appel à l'unanimité, au consensus et aux célébrations collectives, là, l'attente d'une libération, d’une rupture, d’un mode d'être poétique nourri de spontanéité et de participation, la quête de nouveaux rituels intimes et d'une nouvelle fantaisie sociale." La fête est une réalité complexe, prise entre deux séries de concepts opposés. D'un côté, elle peut être cérémonie collective, officielle, participant au sacré ou à la mise en scène de valeurs qui transcendent l'individu. Dans ce cas elle joue un rôle d'intégration, et se présente organisée, adulte, contrôlée. De l'autre elle est divertissement profane, spontané, d'ordre privé, sous le signe de la fantaisie contestataire. Le discours actuel valorise plutôt le second visage de la fête, comme il valorise l'enfance et sa capacité d'invention, la jeunesse et sa capacité de révolte. Par cette triple valorisation s'exprimerait la même angoisse profonde, le même désir d'exorciser l'ennui du quotidien, l'exclusion et son cortège de solitudes, la mort. Reste à savoir si les dichotomies qui organisent notre pensée en la matière sont fondées, ou si l'examen des fêtes sportives ne doit pas plutôt conduire à les dépasser, comme se dépasse l'opposition de l'acteur et du système, de l'individuel et du collectif. Le caractère simplificateur des oppositions tranchées, surtout lorsqu'il s'accompagne de valorisations affectives doit inciter à la prudence. Nous aurons à la fois — dans l'indistinction tous les chats sont gris — à marquer des oppositions et en même temps à les questionner. En évitant de conférer à nos hâtives constructions plus de stabilité et de valeur explicative quelles ne peuvent espérer en avoir.

1. Brève histoire des jeux et des fêtes : la célébration du beau allié à l'efficace ?

7Aujourd'hui le sport et les activités physiques tiennent dans toutes les formes de fêtes une part importante. Ils s'inscrivent dans le temps de vacance et de loisir — fête privée du rapport aux éléments, jeux de plage, de mer, de neige... ; ils sont au cœur des fêtes locales sous forme de courses, souvent cyclistes, et de concours, souvent de boules ; enfin, ils créent des fêtes, comme peuvent l'être les grands événements du football, du tennis, de l'athlétisme... Dans une perspective que ne démentirait pas un Pierre de Coubertin, ces fêtes peuvent apparaître comme une célébration de la rencontre de l'efficacité et de la beauté dans l'action qui les rassemble. Et cela explique le rôle qu'on leur assigne alors, au service de la diffusion d'un nouvel idéal éducatif, d'une nouvelle vision sociopolitique.

8Dans la mesure où la fête sportive attire pratiquants et spectateurs, il est clair qu'elle suscite l'intérêt : c'est le versant de l'efficacité, en même temps qu'elle provoque et oriente de puissantes émotions : c'est le versant de la célébration. Que cette célébration soit celle du beau, mérite questionnement, en tout cas au regard de l'histoire : il se pourrait en effet que la célébration, l'efficacité et le beau ne trouvent à se rejoindre que rarement, et de manière fugitive. Il se pourrait même que le ressort des fêtes sportives soit ailleurs.

9C'est d'abord à une mise en perspective historique nécessairement schématique que nous demanderons les éléments d'une compréhension des rapports entre jeux et fêtes. Nous emprunterons à Jacques Ulmann les quatre étapes principales du cheminement, qu’il désigne par les termes qui conviennent à chaque époque : "Agon, ludus, jocus et sport" (Science et Motricité, no 6, nov. 1988). Nous ajouterons une cinquième étape, celle des gymnastiques, qui nous semble faire la transition entre les deux dernières.

* Efficacité, beauté au service d'une célébration qui les dépasse : agôn

10On a d'abord la conception grecque. Les compétitions grecques s'inscrivent dans la logique d'une civilisation guerrière, où l'homme libre est d'abord celui qui est capable de porter les armes pour défendre sa Cité. La gymnastique (de gumnazein, se mettre nu pour pratiquer) comprend la course, le saut en longueur, le lancement du disque, celui du javelot et la lutte. Boxe et pancrace s'y ajouteront par la suite. Il s'agit bien de préparation au combat — et d'une éducation de ce "principe courageux" sans lequel on n'est pas homme d'action. L'idéal qui guide l'éducation est celui de l'accomplissement (arétè). Il se traduit par la recherche d'une perfection que les compétitions servent à éprouver. Le vainqueur qu'elles permettent de désigner est celui qui se rapproche le plus de celle des dieux. Il est kalos kai agathos, à la fois bon et beau. Et les grandes compétitions, aux origines mythologiques, sont aussi des cérémonies religieuses.

11Tous ces éléments permettent, à l’âge classique, de souligner le poids des normes morales ou religieuses, dont on pourrait dire qu'il s'illustre dans les épreuves d'athlétisme bien plus que dans celles du pugilat par exemple. L'absence d'affrontement direct, la recherche de la perfection individuelle par l'ascèse de l'entraînement mettent ces épreuves sportives en accord avec les productions culturelles caractéristiques de cette époque. Et surtout avec la tragédie, où l'homme se dresse, défiant le désordre du monde, l'arbitraire des dieux et des cités.

* Efficacité d'abord : ni beauté ni célébration ne sont essentielles : ludus

12Après la conception grecque que nous venons d'évoquer brièvement, vient celle de la Rome impériale : ici c'est le terme ludus qui convient. A Rome, les Jeux sont ceux du cirque et de l'amphithéâtre. Ils sont dès les débuts conçus comme des spectacles : courses de char, luttes, font place à des épreuves plus complexes et toujours plus violentes. "En 80, l'inauguration du Colisée est accompagnée de cent jours de jeux qui rassemblèrent toutes sortes de spectacles : chasses, combats d'hommes et d'animaux, batailles navales, courses, duels de gladiateurs" (Grimal : La Civilisation Romaine. Paris, Arthaud, 1960, p. 295).

13Les jeux du cirque tiennent dans la civilisation romaine et dans sa décadence une place croissante. Une foule de spectateurs avide de nouveauté, et d'affrontements cruels (gladiateurs, chrétiens jetés aux lions...) s'y presse. Les jeux sont devenus le moyen de gouvernement des empereurs qui offrent à la plèbe ce puissant dérivatif, un véritable "opium du peuple". Comme l'écrit J. Ulmann, "ainsi dégénèrent les ludi. Jeux, ils ne le sont plus que pour des spectateurs, et même, des spectateurs dépravés. L'attente d'une jouissance sadique a remplacé le défi que le jeu adresse à l'adversaire..." L'efficacité atteint ici son point culminant : il y va pour le joueur, de sa vie. Mais, en l'absence de normes morales, elle est purement technique, et les moments de vif intérêt sont autant d'éclairs sur fond de barbarie, déchaînement de violence. Cette absence de transcendance au-delà du spectacle n'en fait pas une cérémonie : ce qui s'y joue n'a de sens qu'au moment où les faits se produisent, et la violence des émotions éprouvées discréditent celles du quotidien. La réalité du spectacle se substitue à celle de l'existence. Mais elle l'amplifie et la rend spectaculaire plus qu'elle ne la sublime, comme le ferait le drame par rapport à la tragédie. Si bien que la fête n'est plus rupture d'un quotidien qu'elle finit par remplacer.

* Célébration religieuse et régulation de l'efficacité : jocus

14Le troisième terme retenu par J. Ulmann nous fait passer de l'Antiquité au Moyen-Age. "Des hommes de ce temps, on a pu dire que leurs seules joies profondes sont la fête et le jeu. Mais le nom de ludus a cessé de caractériser le jeu qu'ils pratiquent. C'est celui de jocus qui le remplace désormais. Le changement n'est pas seulement verbal. Il correspond à une transformation du jeu lui-même". Autres temps, autres sociétés, autres jeux. L'influence du christianisme se traduit par une double conséquence. Les anciens jeux sont condamnés, soit pour leur barbarie — c'est le cas des jeux du cirque — soit parce qu'ils sont liés à des cultes païens — c'est le cas des Jeux olympiques. Et "le plaisir du jeu est assujetti au respect de règles morales". "Moyennant quoi, ajoute J. Ulmann, le jeu s'insère dans tous les comportements sociaux".

15Compagnon de toutes les fêtes chômées, dont le nombre ira sans cesse croissant, les jeux, facteurs de cohésion sociale, diffèrent peu selon les lieux et les classes. Certes, on ne joue pas de même au château, à la ville, dans les villages. Pourtant, tout le monde joue, adultes et enfants souvent mêlés, et on se divertit, on se "desporte" dès que l'occasion s'en présente. On y engage une énergie considérable : tout est prétexte à "joute", "tournoi", "débat", "dispute", "défi". La paume, la soule, par exemple, firent l'objet de multiples interdictions tant on s'y engageait avec fureur. On joue aussi au mail, et dans certaines régions prospèrent la lutte, le tir à l'arc... D'une manière générale il s'agit de pratique, beaucoup plus que de spectacle. Ce qui explique que le jeu pénètre l'ensemble des activités culturelles, jusqu'aux cérémonies religieuses, qui devenant fêtes, font l'objet d'une mise en scène complexe.

16Avec quelques illusions parfois quant à la permanence et à la stabilité du phénomène — les fêtes et les jeux s'interrompaient ou déclinaient en période d'épidémie, de famine, ou de guerre — on fait, à juste titre, de cette époque médiévale un âge d'or des jeux et des fêtes. Ainsi, Philippe Ariès écrit-il "nous avons peine à imaginer l'importance des jeux et des fêtes dans l'ancienne société... Ils formaient l'un des principaux moyens... pour resserrer les liens collectifs". (L'enfant et la vie familiale, Points, 1975, p. 104).

17Ce rôle central des jeux et des fêtes témoigne d'un équilibre entre règle et fantaisie, contrôle moral et engagement physique, célébration du beau et efficacité. Les possibilités d'engagement sont largement ouvertes à tous, sans que pour autant les possibilités d'expression individuelles soient niées. Si bien que l'on peut penser aux formes prises par le jeu théâtral, mystères et fabliaux joués sur le parvis des cathédrales, au contact direct du public et avec sa participation. L'efficacité est présente, mais seconde. La célébration vient d’abord, mais ce n'est pas nécessairement celle du beau, dans la mesure où les critères sont ceux d'une religion et non ceux d’une esthétique.

18Trois époques, trois grands types de société — la cité grecque, l'empire romain, la société féodale — il apparaît bien que les jeux et les fêtes changent avec le temps et les formes d'organisation sociale. Reste à se demander comment, sur ces bases, apparaît le sport moderne. Dans notre petit ouvrage intitulé Des jeux aux Sports (Vigot, 1984, 3ème éd., 1993) nous avons abordé cette question en montrant que les changements qui interviennent dans la définition de l'enfance et de l'éducation, comme ceux qui caractérisent le statut et la compréhension du travail sur fond de transformations économiques et techniques fournissent un ensemble d'hypothèses intéressantes. On pourrait y ajouter la construction de l'Etat centralisé, et l'intériorisation de la piété qui, comme le note Yves-Marie Bercé "viendront en deux ou trois cents ans dispersé ou transformer la cohorte des joyeusetés populaires traditionnelles". (Fête et Révolte. Hachette, 1994, p. 8).

* Célébrations républicaines, ordre et beauté : gymnastique

19Dans le prolongement de ces hypothèses, les grandes gymnastiques organisées en systèmes mériteraient analyse. Leurs fêtes, à l'instar de celles des Révolutionnaires étudiées par Mona Ozouf "n'aiment pas le désordre" (Autrement, no 7, 1976), et consistent à magnifier les valeurs républicaines par d'impeccables défilés et parades, et par l'exécution collective d'exercices soulignant la force disciplinée. Ici, l'efficacité motrice n'atteint au beau que dans la mesure où elle sert des objectifs de célébration qui la dépassent. Prouesses et acrobaties sont laissées au monde peu recommandable des funambules et des saltimbanques : ne sont acceptés que les exercices définis comme utiles, et dans la mesure où ils illustrent une vision du peuple assagi. En inscrivant l’activité motrice dans l'espace des villes, dans la rationalité des sociétés industrielles, dans leur système de relations sociales et de valeurs, les gymnastiques préparent les sports.

* Le style, relation de l'efficace et du beau, et sa célébration : sport

20Ceux-ci s'en distinguent pourtant. Du point de vue du système d'idées qui les fonde, J. Ulmann, situant la naissance du sport moderne dans la Grande Bretagne du début du xix e siècle met l'accent sur un registre explicatif proprement philosophique : avant le sport, les normes de civilité, les principes moraux sont imposés aux jeux de l'extérieur. Le sport, au contraire "va sécréter ses propres principes moraux. On méconnaîtrait la véritable nature du sport, en effet, si l'on s'imaginait qu'il tient d'ailleurs que de lui-même ses propres exigences morales. On laisserait échapper ce qui fait son originalité".

21"Ce qui est utile à l'abeille est utile à la ruche. Sous l'une ou l'autre de ses variantes, d'Adam Smith à John Stuart Mill, l'utilitarisme a inspiré la politique et l'économie anglaise. Il ne semble pas aventureux de voir dans l'utilitarisme et le libéralisme qu'il inspire un des facteurs les plus importants de l'avènement du sport".

22Deux traits principaux caractérisent l'utilitarisme : dans une équipe les intérêts particuliers ne peuvent s'opposer, l'affrontement est impossible. Entre les équipes la concurrence n'est pas la guerre : elle vise au contraire le progrès, au travers de l'acceptation de règles communes : l'intérêt collectif englobe et dépasse les intérêts particuliers de chaque équipe.

23Certes, le sport prolonge le jocus moyenâgeux : en ce sens la paume annonce le tennis, le mail prépare le golf, la soûle préfigure le rugby. En même temps, il revendique une source grecque, une parenté avec l'athlétisme classique. Mais il ajoute une conviction en l'existence du progrès, caractéristique de l'avènement des sociétés industrielles, et qui n'existait ni pour les hommes de l'Antiquité, ni pour ceux du Moyen Age. A la différence des formes de jeux qui l'ont précédé, le sport apparaît donc comme fondé sur une relation étroite entre l'efficace, le bien et le beau, relation qui fonde des cérémonies originales vouées à sa propre célébration. Ce qui ne va pas sans paradoxe : alors que les fêtes édifiantes, les parades orchestrées tombent rapidement en désuétude, le sport continue d'être un élément moteur des fêtes de nos sociétés. Morale utilitariste et philosophie du progrès peuvent sembler singulièrement loin du réel aujourd'hui : il n'empêche que les sports survivent aux fêtes gymniques, les remplacent et atteignent une portée universelle. Alors que tout ce qui moralise semble discrédité, la cérémonie d'ouverture et celle de clôture des Jeux olympiques sont une des fêtes mondiales les plus suivies, avant même les finales des principales épreuves. Quant aux grandes compétitions des disciplines "populaires", loin d'afficher ce caractère édifiant que pourrait leur conférer leur définition comme "cérémonies vouées à la célébration du beau et de l'efficace", elles présentent souvent plus de traits dyonisiaques qu’apolliniens.

24Ce paradoxe peut, dans un premier temps s'expliquer par l'enchevêtrement de ce que nous avons séparé pour l'approche chronologique. En effet, agôn, ludus, jocus, sport peuvent apparaître comme quatre temps bien distincts de l'histoire des pratiques physiques, dans leur relation avec des sociétés différentes. Pourtant ces quatre formes d'organisation des activités physiques sont liées entre elles puisque le "desport" n'est pas loin du jocus du Moyen-Age. Du moins est-ce le cas au début lorsque le sport est essentiellement un divertissement de "gentlemen”. Cependant très vite les affrontements deviennent plus intenses, à mesure que les enjeux croissent : source de plaisir, le sport devient aussi source de prestige pour l'athlète, pour le club, l’université, le pays... On se rapproche de l'agôn des Grecs, mais dans un contexte économique et social, technologique aussi, où le public ne se réduit pas, comme aux Jeux olympiques antiques, à un petit nombre d'hommes libres venus assister en connaisseurs à ce qui pour eux est non seulement sportif, mais aussi religieux. Le public qui s'assemble aujourd'hui dans les stades est en effet plus proche, bien souvent, de celui du cirque romain. Et ce retour au ludus n'est pas sans conséquences pour l'athlète lui-même : le jeu n'est plus distraction, passe-temps élégant. Il devient une activité, un travail, qui porte leurs caractéristiques en eux-mêmes, indépendamment de ce qu'éprouve le sportif : le sport s'éloigne du jeu, et dans ses formes les plus spectaculaires, devient affaire de professionnels. En tout cas, il est loin, pour ceux qui s'y adonnent, du "divertissement" où domine l'évasion du quotidien et le refus des contraintes.

25Si bien qu'au terme de cette approche apparaît toute la complexité de phénomènes qui, s'ils se laissent approcher dans l'ordre de la succession — "agôn, ludus, jocus, sport" — semblent bien, somme toute, relever d'une approche par système, où l'on se trouve, selon les époques, plus ou moins près de tel ou tel des quatre pôles.

2. Mises en perspectives anthropologiques : la fête sportive, un temps de réorganisation du monde ?

26Si les historiens du sport abordent rarement le thème de la fête, les spécialistes des jeux et des fêtes ne font quant à eux qu'une place réduite au sport. Pire, chez l'un des premiers d'entre eux, le sport, tant est affirmée sa relation incontestable avec les sociétés industrielles, apparaît comme la négation même du ludique et du festif. Nous aborderons cependant, pour une présentation rapide, les conceptions de Huizinga et de Caillois, avant de nous tourner vers les analyses de Bernard Jeu pour définir la fête sportive comme temps de réorganisation du monde.

* Le sport, déclin du ludique ?

27Dans son livre intitulé Homo Ludens (1938), l'historien néerlandais Johan Huizinga (1872-1945) propose de définir l'homme par le jeu, et d'étudier les sociétés en observant leurs manières de jouer : "Notre conception, écrit-il, est la suivante : la culture naît sous forme de jeu, la culture, à l'origine, est jouée. Même les activités visant directement à la satisfaction des besoins vitaux, telle la chasse revêtent volontiers la forme du jeu dans la communauté archaïque... Dans ces jeux, la communauté exprime son interprétation de la vie et du monde..." (p. 84).

28Le jeu, parce qu'il est libre, sans but utilitaire immédiat, affranchit l'homme de la tyrannie des besoins, de l'urgence de la production. Il crée un espace pour éprouver en commun, ressentir, imaginer, essayer. Il crée un moment pour mimer, c'est-à-dire s'approprier ce que l'on subit sans comprendre : l'alternance du jour et de la nuit, le rythme des saisons, la maturation des récoltes, le pouvoir de la flèche qui tue le gibier... Il crée un temps pour reprendre l'ordre social, les hiérarchies, et s'affranchir du quotidien. A la fois, il dramatise par la mise en scène des problèmes, en même temps, il rassure, par les solutions qu'il apporte, renversant le rapport de l'homme et des contraintes qu'il affronte. Il est, sous des formes différentes, de tous les temps, de tous les peuples. Et les pratiques motrices y tiennent une place essentielle. Dans les sociétés archaïques, ou traditionnelles, essentiellement rurales, les jeux peuvent être classés en fonction de l'âge et du sexe des joueurs. Ceux des plus jeunes préparent à la vie d'adulte — et, bien sûr, on ne forme pas de la même façon les guerriers et leurs futures épouses. Ceux des adultes participent aux temps forts de l'existence. Liés à la vision du monde, à la régulation de la vie familiale et sociale, on les trouve chaque fois qu'il faut faire face à l'anxiété d'un changement de statut, à un déséquilibre, une menace, un désordre. Ainsi certaines tribus indiennes jouent-elles, à l'occasion du décès d'un de leurs membres, une sorte de match de football où l'équivalent du ballon figure l'âme du mort, et les buts la porte qu'elle doit trouver pour changer de monde. Ainsi, plus près de nous, les soûles sont généralement provoquées par le mariage de deux jeunes qui n'appartiennent pas au même village et peuvent s'expliquer comme la recherche d'un équilibre perdu : les garçons de la communauté du "ravisseur" donnent à ceux du village de la jeune fille une occasion de revanche.

29Une analyse des danses, des pratiques acrobatiques et de l'ensemble des jeux traditionnels ne peut que souligner leur relation à l'univers des mythes, des contes, ainsi qu'à la fonction des fêtes et des cérémonies. Ils expriment une vision du monde et servent à la transmettre, de même qu'ils renforcent la cohésion sociale. Par rapport aux sports modernes, ils présentent à la fois des points communs et des différences. Les différences sont dans la forme, l'organisation. Les jeux ont des règles souples et locales, les sports tendent à l'universalité, ce qui passe par une grande stabilité. Les jeux se déroulent dans l'espace de vie, peu ou sommairement aménagé. Les sports construisent des espaces qui leur sont propres. Les jeux sont souvent sans limites de temps, les épreuves sportives obéissent à un chronométrage. Enfin, le calendrier des jeux est celui des fêtes, le plus souvent religieuses, alors que les sports ont leur propre calendrier. Toutes ces caractéristiques (règles, espace, temps) ont pour conséquence un faible souci du score d'un côté, une comptabilité précise de l'autre, ce qui conduit à l'émergence de techniques élaborées. Leur présence fonde le caractère spectaculaire du sport, alors que les jeux ne sont pas faits pour être regardés, mais vécus.

30D'une manière plus générale, il apparaît, si l'on suit les analyses de J. Huizinga, que le passage des jeux aux sports et la nette distinction qu'il établit entre eux, illustre le recul de l'importance du ludique. Ainsi écrit-il : "En résumé, on peut affirmer du xixe siècle, que dans presque toutes ses manifestations culturelles, le facteur ludique passe notablement à l’arrière-plan. L'organisation spirituelle et matérielle de la société entrave une action manifeste de ce facteur. La communauté était devenue trop consciente de ses intérêts et de ses efforts. Elle avait pris une trop haute idée d'elle-même. Elle travaillait avec des visées scientifiques à son propre confort terrestre. Les idéaux de travail, d'éducation et de démocratie ne laissaient guère de place au séculaire principe du jeu" (p. 311).

* Le sport comme résultat d'une évolution des jeux

31Dans le prolongement des perspectives ouvertes par J. Huizinga, R. Caillois propose en 1958 un ouvrage intitulé Les Jeux et les Hommes. Après avoir reconnu tout le mérite de son prédécesseur qui a "magistralement analysé plusieurs des caractères fondamentaux du jeu" et mis en évidence "l'importance de son rôle dans le développement même de la civilisation", Caillois regrette cependant que l’étude des jeux fasse la part trop belle à une partie seulement d’entre eux.

32Pour lui l'univers des jeux, du fait de son étendue, de sa complexité, nécessite une approche selon plusieurs axes. "Je propose, écrit R. Caillois,... une division en quatre rubriques principales selon que dans les jeux considérés prédomine le rôle de la compétition, du hasard, du simulacre ou du vertige. Je les appelle respectivement Agôn, Alea, Mimicry et Ilinx. Tous les quatre appartiennent bien au domaine des jeux : on joue au football, ou aux billes ou aux échecs (agôn), on joue à la roulette ou à la loterie (alea), on joue au pirate ou on joue Néron ou Hamlet (mimicry), on joue à provoquer en soi, par un mouvement rapide de rotation ou de chute, un état organique de confusion et de désarroi (ilinx)". (Les Jeux et les Hommes, p. 27)

33R. Caillois ajoute que l’on peut encore déceler pour chacune des rubriques ainsi définies deux pôles opposés. Celui du divertissement, de la turbulence, de l'improvisation libre fait face à celui des conventions, des règles de plus en plus complexes. D'un côté le jeu en ce qu'il a de simple, d'originel et d'enfantin — païdia ; de l'autre le jeu construit qui exige "une somme constamment accrue d'efforts, de patience, d'adresse ou d'ingéniosité". Cet autre pôle est désigné par ludus.

34Ce découpage de l'univers des jeux en permet une approche riche et nuancée, pour laquelle R. Caillois évoque de nombreux exemples, dans les sociétés les plus diverses. Bien plus, il met en évidence un clivage entre, d'une part les sociétés qui combinent agôn et alea, et d'autre part, celles qui associent mimicry et ilinx. D'un côté la compétition et le hasard, de l'autre le masque et le vertige. Cette séparation est très ancienne dans la culture occidentale. "Dans le même temps où la Grèce s'éloigne des sociétés à masques, remplace la frénésie des anciennes fêtes par la sérénité des processions, fixe à Delphes un protocole jusque pour le délire prophétique, elle donne valeur d'institution à la compétition réglée et même au tirage au sort. Autrement dit, par la fondation des grands jeux (olympiques, isthmiques, pythiques et néméens) et souvent par la façon dont sont choisis les magistrats des cités, l'agôn et, en composition avec lui, l'alea, prennent dans la vie publique la place privilégiée qu'occupe le couple mimicry-ilinx dans les sociétés à tohu-bohu". (In : Les jeux et les Hommes, p. 170)

35Cette distinction de deux logiques opposées conduit R. Caillois à une conclusion bien différente de celle à laquelle aboutit Huizinga : il n'y a pas déclin du facteur ludique à mesure que l'on avance dans le temps. Mais ce ne sont pas les mêmes jeux qui dominent. Nos sociétés s'éloignent du masque et du vertige — jamais totalement absents cependant — pour privilégier l'agôn et l'alea : sports et jeu de hasard y tiennent en effet une place considérable. En celà, et le fait mérite d'être souligné, il y a continuité plutôt que rupture entre le sport grec et le sport moderne puisque chaque fois triomphe Apollon sur Dyonisos.

* Le sport aux sources de la culture

36Cette position est partagée par Bernard Jeu, dont les analyses prolongent celles que nous venons d'évoquer. Certes, il ne s'agit pas de nier l'originalité du sport moderne dans nombre de ses caractéristiques, qui s'expliquent par sa naissance dans la société industrielle. Mais cela n'est pas contradictoire avec une analyse soucieuse du sens profond, qui considère que l'origine est aussi lointaine que celle de la culture, et que rien n'interdit de demander à la connaissance des origines une meilleure compréhension du sens des manifestations actuelles.

37Partons, pour un bref résumé, des titres. Vient d'abord Le sport, la Mort, la Violence (Editions Universitaires 1972). Si, pour Huizinga, les jeux sont à l'origine de la culture, pour B. Jeu, ce rôle revient à l'affrontement sportif, qu'il définit comme une forme jouée de la dialectique du maître et de l'esclave. Dans les affrontements sportifs, le vaincu n'est mort que symboliquement. Il se relève, travaille, et peut reprendre le combat. L'épée de Damoclès est écartée, les projets deviennent possibles et légitimes. Et s'ils le sont en matière de défis corporels, ils le seront aussi pour les joutes de l'esprit par lesquelles commence la philosophie.

38Dans la civilisation grecque, après avoir été au cœur des rituels funéraires (que l'on pense aux funérailles de Patrocle organisées par Achille sous les murs de Troie), le sport fournit à la pensée non seulement le modèle de son fonctionnement, la dialectique, mais encore les conditions de celui-ci. On philosophe dans les gymnases, et c'est dans ces lieux que se fait la rencontre de jeunes en formation et d'adultes qui les dirigent, sans lesquels le "miracle grec" n'aurait pas pu exister. Bref, parce qu'il est affrontement, le sport est affirmation de liberté, et la première classification proposée par B. Jeu groupe les sports sur une échelle dont les degrés figurent l'accès à une forme supérieure de liberté : l'homme lutte contre lui-même par la médiation de l'espace, stable ou incertain, lutte contre l'animal ou sa part d'animalité, lutte enfin contre un ou d'autres hommes. "Le principe de cette classification n'est autre que la progression de la liberté. Il symbolise tout simplement la marche historique et logique de la civilisation. L'homme entend être libre par rapport aux forces de la nature, c'est-à-dire les dominer. Il entend ensuite dompter l'animalité en lui et hors de lui... Il entend enfin être libre dans la société" (1972, p. 64).

39Reste à considérer que l'homme et la culture étant inséparables, cette progression de la liberté est présente dès l'aube de l'humanité. C'est bien ce qui ressort du deuxième ouvrage, intitulé Le Sport, l'Emotion, l'Espace (Vigot, 1977), où les émotions qu'il procure et les mythes qui les organisent définissent le sport, et où leur diversité s'ordonne en fonction des rapports à l'espace qui caractérisent chaque groupe de sports. Ici encore, apparaît une hiérarchie. Vient d'abord l'épreuve, descente aux enfers, retour au monde des vivants, où se côtoient l'affrontement des éléments naturels (navigation, plongée, alpinisme) et l'affrontement du miroir, enfer féerique d'où l'on ne sort qu'en état de grâce (patinage, danse, gymnastique). Vient ensuite la performance, où B. Jeu situe horizontalement (Citius) essentiellement les courses, qu'il inscrit dans la mythologie des poursuites, verticalement vers le bas (Fortius) les combats, effort pour ramener vers la terre, tenir à distance, et verticalement vers le haut (Altius), en direction du ciel. Vient pour finir, après l'épreuve et la performance, la compétition, définie comme "sortie du labyrinthe et constitution triomphale d'un axe du monde. "Tout en haut de l'échelle des situations sportives, les jeux de balle où s'affrontent deux équipes apparaissent comme" le combat obscur des vertus et des pouvoirs. Forces du cosmos, et forces obscures du chaos s'affrontent. Les uns veulent construire un axe du monde, les autres le détruire, et chaque camp veut sauver son âme" (1977, p. 247).

40En résumant l'ensemble de ces analyses. B. Jeu souligne que "sous des formes et des normes toujours plus élaborées, le sport emprunte les voies que lui suggèrent les rituels anciens. Il mime la descente dans un milieu hostile,... simule la fuite, la poursuite et le sacrifice... Il représente surtout la victoire de ses champions qui, sur la base d'un sacrifice, construisent un axe du monde au milieu du chaos." (1977, p. 253).

41Il puise aux sources les plus profondes et les plus anciennes de l'imaginaire, alors même qu'en perfectionnant ses structures de manière à établir l'égalité des chances que les mythes ignorent, il masque derrière leur symétrie rationnelle l'importance de ses emprunts : "Ainsi, on joue avec le jeu et, en opposant la structure du sacrifice à elle-même par l'effet de la symétrie, on dissimule ce qu'on simule, et on ne sait plus qui sera le sacrifié ni qui sera le sacrificateur." (Ibid)

42Engagement corporel, intelligence en acte, le sport s'est construit dans la longue durée sur un imaginaire organisé, un rapport au monde chargé d'affectivité, qui s'exprime dans les mythes, se traduit par des rites qui reprennent jusqu'à l'usure et la perte de sens les fêtes et les cérémonies qui scandent la culture et fondent la sociabilité. Forme paradoxale de rencontre — on se réunit pour s'opposer — traitement particulier de la violence et de l'affrontement, valorisés puis dépassés, le sport n'est ni une régression, ni un ornement ajouté aux fêtes et à la culture : il est de la même étoffe et les constitue.

Pour conclure

43Nous nous sommes attachés à la signification culturelle de la fête sportive, en deux approches qui nous paraissent complémentaires.

44La première, reprenant le premier alinéa défini par Martine Gauquelin, demande à l'histoire d'illustrer la formule qui fait de la fête sportive la célébration du beau allié à l'efficace. Les étapes schématiques que nous avons retenues, permettent de prendre la mesure de la complexité des relations qui ont pu se nouer entre ces éléments. Ce que les Grecs appellent les choses d'Olympie se range sous le concept d’agôn, c'est-à-dire de combat. Il y a célébration. Elle est même culte religieux. Il y a efficacité. Mais ce n'est pas celle-ci qui est célébrée, ni la beauté, qui est donnée par surcroît. Dans les ludi romains, la célébration se perd, l'efficacité est maximale, et il ne semble pas pertinent d'évoquer la beauté. Le jocus médiéval, sans être lui-même célébration, lie celle-ci, le plus souvent religieuse, parfois municipale, à l'efficacité. Le souci de beauté, d'élégance, peut paraître à la fois secondaire, tardif, et limité à certains groupes sociaux. Préparé par les fêtes gymniques, le spectacle des compétitions sportives se présente bien comme la première célébration directe de la rencontre de l'efficacité et de la beauté, rendue possible par des règles propres. Ce qui pourrait donner sens à l'expression selon laquelle le sport est une morale en acte, et nous conduire à montrer que ses cérémonies trouvent leur sens dans la mise en scène d'un système de valeurs.

45Reste une difficulté, un point de fragilité : il semble que le modèle ainsi construit ait quelque chose de simplificateur. L'utilitarisme, la confiance dans le progrès ne sont pas acceptables aujourd'hui sans examen critique, et la noble définition qui fait des fêtes sportives les cérémonies vouées à la célébration de la rencontre, de l'efficacité et de la beauté sous des règles morales n'arrive pas à estomper les autres figures de la fête sportive, où l'on retrouve, dans certaines manifestations, les jeux du cirque, et dans les occasions plus intimes l'esprit des jeux médiévaux. La pluralité des sens que l'on peut donner au sport, et à la fête sportive déborde, sans l'exclure, toute définition fondée exclusivement sur une morale.

46D'où notre deuxième approche, pour laquelle il s'agit de montrer que si la fête sportive n'est pas toujours morale, au sens où elle n'illustre pas toujours les valeurs qu'elle prétend servir, elle n'en reste pas moins culturelle. Il revient à Huizinga d'avoir, en la matière ouvert la voie : le statut qu'il confère au jeu dans la civilisation en fait une réalité de première importance. Malheureusement, les traits qu'il retient du sport, et qui soulignent exclusivement sa relation à la société industrielle, le conduisent à l'exclure du ludique, et même à l'associer à son déclin. Ce qui nous a conduit à nous tourner vers Caillois, parce qu'il souligne la parenté du sport grec et du notre — quel déclin du ludique dans ce cas ? — et surtout vers Bernard Jeu, pour le statut profondément culturel qu'il donne au sport.

47Non, les fêtes sportives ne sont pas mortes. Pas plus que la culture. Même si la barbarie les menace. Le stade grec n'est pas loin du cirque romain. Mais c'est peut-être de la rencontre d'Apollon et de Dionysos que surgissent les plus grandes fêtes.

Figure 1 - La course à pied. Spectre des hybridations

Figure 1 - La course à pied. Spectre des hybridations

Table des illustrations

Titre Figure 1 - La course à pied. Spectre des hybridations
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/13424/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 142k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540