Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, fête et société

 | 
Jean-Paul Callède

Thème 4. La fête sportive : un enrichissement culturel et social

Intervention préliminaire de Robert Denel

Robert Denel

Texte intégral

Intervention préliminaire de Robert DENEL

Secrétaire Général de l'U.N.C.U.

1Avant de présenter les personnes qui nous ont fait l'amabilité de nous rejoindre en tribune, je vais passer la parole au Vice-Président de l'Union Nationale des Clubs Universitaires, qui va vous parler de Martine Gauquelin.

2Martine Gauquelin est décédée. Elle devait être parmi nous aujourd'hui pour traiter des relations entre Fête, Sport et Culture. Avec l'accord du Comité d'Organisation et en tenant compte du thème de ce jour, nous avions fait appel à elle. Elle avait répondu volontiers. Le destin en a décidé autrement. Hélas, Martine Gauquelin nous a quittés et l'Union des Clubs, l'U.J.S.F. et L'U.S.E. lui doivent un hommage.

HOMMAGE A MARTINE GAUQUELIN
Martine Gauquelin n’aurait peut-être pas aimé que l'on parle d'elle aujourd'hui. Nous étions très attachés à sa présence ; à la fois à cause de l'intérêt et la qualité de ses travaux et de ses publications, mais aussi parce qu'elle avait un état d'esprit qui correspondait tout à fait à celui que nous essayons de développer ensemble.
Martine Gauquelin était exemplaire du sérieux scientifique qu'exigent les disciplines nouvelles. Elle faisait tout pour montrer qu'il est possible de travailler sérieusement, avec facilité, sans se prendre au sérieux. Elle avait d'autre part des qualités humaines tout à fait particulières. A tel point d'ailleurs que pendant très longtemps, j'ai pensé qu'elle était originaire du Nord, à cause de sa chaleur, de son sourire, de sa disponibilité.
Notre propos n'est pas de dresser le palmarès posthume des qualités de Martine Gauquelin ; c'est simplement de dire que nous étions attachés à sa présence, nous étions habitués à sa présence. Elle nous a manqué, elle nous manque particulièrement aujourd'hui. Elle n'aurait certainement pas aimé, je le disais tout à l'heure, qu'on évoque ses mérites. C'est pourquoi nous allons faire comme si elle était là. A un moment ou à un autre de cette journée nous penserons à elle, simplement, et si vous le voulez bien, nous lui dédierons la publication des actes de cette U.S.E.
Ernest Gibert, Vice-Président de l'U.N.C.U.

Robert Denel

3Bertrand During, conférencier de cette journée, a d'abord été Professeur de Philosophie, puis d'E.P.S. agrégé. Il est maintenant Professeur en Sciences et Techniques des A.P.S. et Doyen de la Faculté des Sciences du Sport (ex UFR STAPS) à Amiens (département de la Somme). Il a publié plusieurs ouvrages dont il vous parlera lui-même. Mais il a surtout travaillé auprès de Bernard Jeu, et avec Martine, au Centre d'Analyse du Sport de l'Université des Lettres de Fille.

4Olivier Bessy est Maître de Conférence à L'U.F.R. STAPS de l'Université de Bordeaux II, enseignant chercheur au Laboratoire des Sciences Sociales — Innovation et Sport — à Bordeaux, marathonien à l'occasion et il a été chargé de préparer un ouvrage pour les dix ans de la fête du Marathon du Médoc. Cet événement a une telle notoriété aujourd'hui qu'on l'appelle maintenant "le Médoc".

5Michel Lenguin est Président du Bordeaux Etudiants Club. Il a beaucoup d'autres titres que je ne citerai pas. Il a participé à l'U.S.E. de 93 "Sports et Environnement". Il nous a montré comment il savait animer une fête et le BEC est un club réputé pour créer de temps en temps de réorganisation du monde comme le dit l'un des thèmes de cette journée.

6Jacques Lambert est Directeur Général du Comité Français d'Organisation pour la Coupe du Monde de Football 98.

7Jean-Pierre Pradié a été Directeur des Sports sous le précédent Ministère, et sous l'actuel Ministère pendant un certain temps, ce qui est exceptionnel. On a apprécié ses services, de telle manière qu'il a été chargé de mission pour mettre en place une animation autour de la Coupe du Monde de football. Nous l'avons déjà rencontré à ce sujet : M. Pradié cherche des idées pour faire en sorte que cette Coupe du Monde ne soit pas celle des joueurs, des spectateurs, mais celle de toute la France et si possible de toute une jeunesse et de tous les citoyens qui, selon la mission confiée, pourraient y participer.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540