Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, fête et société

 | 
Jean-Paul Callède

Thème 3. La fête et le sport : les règles du jeu

Le débat

Texte intégral

1Suite aux diverses interventions, le débat devait plutôt s'orienter vers les “débordements de la fête” et la violence dans les grands stades de football, violence devenant de plus en plus difficile à canaliser.

2Le premier constat fut que la fête sportive ne connaissait pas de mode d'emploi, tout au moins de règles. La première d'entre elles, est quelle doit correspondre à une rupture avec le quotidien. À partir de là, il va y avoir convergence de comportements, terme choisi par Jean-Michel Martin. Néanmoins règle implique dépassement ou transgression. Ainsi la fête est détournée et la violence s'installe.

3Christian Bromberger, dont le football est le champ d'études préféré, analysa ces phénomènes de violence et compléta ses réflexions : "Dans les stades, on assiste à une guerre organisée entre bandes rivales. Les transgressions de la codification des règles du "supporterisme" endiguent, en général, le passage à l'acte.

4Mais la violence existait dans l'histoire. Il faut attendre la fin du xviiie siècle pour voir introduire des règles destinées à la pacification du sport. La résurgence forte des comportements violents réapparaît dans les années soixante en Angleterre, soixante-dix en Italie et quatre-vingt en France. Comment faut-il l'interpréter ? La conjonction d'éléments est responsable : mercenariat des joueurs (météores désormais lointains qui traversent une ville ou un club) ; rénovation des stades (tribunes officielles et supporters parqués dans des endroits peu privilégiés comme les virages)...

5La montée des enjeux des rencontres "footballistiques" entraîne, sur les biens symboliques, la montée des valeurs : l'honneur, la fidélité aux siens. Les réactions sont souvent beaucoup plus vives que sur les biens matériels : l'honneur ne se quantifie pas. Les passions et les fureurs partisanes en sont d'autant plus aiguisées".

6Tous ces paramètres se trouvent à la fois dans la logique compétitive du jeu, à l’intérieur donc, et à l'extérieur, dans le champ social, avec des inflexions variables selon les lieux.

7De même, si on compare le rugby et le football en matière de pratique festive, du côté des pratiquants, l'aspect est très contrasté. Le rugby appartient plus au milieu rural. Le football est modelé davantage par le monde de l'usine où l’on n'a donc pas ces échos de fête rurale, constitutifs de la sociabilité sportive.

8Par exemple, les pratiques sexuelles, alimentaires sont complètement différentes entre un joueur de rugby et un joueur de football. Avant un match, il y a abondance pour le premier et abstinence pour le second (dans le haut niveau). Les fêtes pour les grands joueurs, sont stéréotypées, programmées et manquent de participation, d'invention de la part des acteurs eux-mêmes. Nous avons tous en tête ces inévitables et ennuyeuses soirées au Lido à l'issue d'une Coupe de France...

9Les propos entendus lors de cette matinée ont illustrés deux expériences, deux types de fête différentes. Le discours de Michel Raspaud émettait l'idée d'une fête communautaire, micro-sociale pour ne pas dire quasi individuelle, introspective.

10Christian Bromberger évoqua quant à lui la fête-rassemblement, macro-sociale où d'autres éléments entrent en jeu.

11Concernant ces fêtes-rassemblements où un certain nombre de personnes empruntent à un type d'idéologie, ses outils, ses gestuels, ses signes, Betty Lefevre émit une inquiétude. Le jour où ils rempliront leur rôle de citoyen, ne risquent-ils pas d'être influencés par cette expérience. Il y a un réel souci à avoir par rapport à cet extrémisme des signes, même s'il ne faut pas surcharger de signification les emblèmes qui peuvent être brandis.

12Le mot de la fin revint à Jean-Michel Martin qui conclut : "Peut-être ne sommes-nous pas allés au fond du sujet concernant les débordements. Il est sûr que la pratique sportive est un phénomène complexe qui ne peut s'analyser que par rapport à des microcosmes et des macrocosmes. Aujourd'hui donc, nous avons fait notre travail".

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540