Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, fête et société

 | 
Jean-Paul Callède

Thème 3. La fête et le sport : les règles du jeu

Intervention de Christian Bromberger

Christian Bromberger

Texte intégral

Intervention de Christian BROMBERGER

Professeur à l'Université de Provence - Directeur du Laboratoire d'Ethnologie Méditerranéenne et Comparative

  • 1 Il sera ici essentiellement question des grands matchs de football. Pour plus de détails, voir :
    C. (...)

1Une des singularités, et sans doute une des richesses du spectacle sportif1, c'est d'abolir ou, du moins, de tempérer les frontières conventionnelles de la représentation.

2Au théâtre, au cinéma, où les jeux sont faits d'avance, les spectateurs regardent, éprouvent en leur for intérieur des émotions qu'ils n'expriment à haute voix qu'accessoirement, une fois la représentation achevée ; leur seul moyen d'intervenir est d'interdire ou d'interrompre le spectacle, comme l'ont fait des militants d'extrême-droite pendant la projection du film de Martin Scorsese, La Dernière Tentation du Christ. L'histoire d'un match, à l'inverse, se construit devant le public qui souhaite peser sur l'issue de la rencontre. Les spectateurs sont aussi acteurs du drame qui se déroule sous leurs yeux. Cette participation collective par la voix, par le geste, par la métamorphose des apparences, est précisément une des caractéristiques de la fête et la rencontre sportive est l'une des rares occasions contemporaines, avec sans doute le concert de rock et ses variantes, où spectacle et fête se conjuguent au grand dam d'ailleurs des dirigeants, des responsables de la sécurité, dont le triple commandement vis-à-vis du spectateur est "Paye, assieds-toi, tais-toi".

3Or, si les supporters veulent bien payer, ils ne veulent surtout pas s'asseoir et se taire. Ils veulent participer activement à la confrontation qui se déroule sur le terrain, en pesant par leurs cris excessifs (dont même l'écho, disait un chroniqueur anglais du début du siècle, blesserait les oreilles d'une dame), par leur chorégraphie et par leurs banderoles sur le dénouement du drame. Ces spectateurs qui trépignent, vibrent, exultent, interviennent, protestent à l'unisson des joueurs, tiennent ainsi trois rôles. Ils regardent, ils agissent (et leur action n'est pas dépourvue d'efficacité, puisque les victoires à domicile sont plus nombreuses que les victoires à l'extérieur) et ils font le spectacle, dans cet espace unique en son genre, qu'est le stade, où l'on voit tout en étant vu.

4Essayons de traquer de plus près quelques propriétés de cette fête singulière que j'illustrerai ensuite par des extraits de films réalisés à Naples et à Marseille.

5Festif, le spectacle sportif l'est, parce que c'est une occasion privilégiée de débridement des émotions collectives, l'un des rares moments où est toléré dans des limites qui interdisent cependant le passage à l'acte, ce que le grand sociologue anglais, Norbert Elias, appelait : "the controlled decontrolling of emotions" : "le décontrôlement contrôlé des émotions", qui est un contrepoint à la retenue et au frein qu'impose la civilisation des moeurs. C’est là que s'éprouve le plaisir du geste et de parole à la limite de la règle. Là et là seul, sauf peut-être dans l'intimité, les gros mots ont droit de cité, comme au carnaval autrefois (qui était une fête alors que le corso contemporain est un spectacle). Là et là seul s'expriment des valeurs qui sont taboues dans le quotidien, qui sont socialement proscrites. Qui oserait par exemple proclamer crûment sa virilité sur son lieu de travail ? La moquerie, voire les rappels à l'ordre, viendraient freiner ces accès de sincérité. Ce n'est pas le cas dans un stade où cette forme de débridement est acceptée.

6Festif, le spectacle sportif (je parle ici des grandes compétitions collectives), ne l'est pas seulement par les excès qu'il tolère, mais par la métamorphose des apparences et par l'esthétisation de la vie collective dont il est l'occasion dans les gradins. Il s'agit d'un spectacle total qui se traduit par une intense participation corporelle et sensorielle, où tous les registres de la communication verbale, gestuelle, instrumentale, graphique, sont mis en œuvre pour soutenir son équipe et discréditer l'adversaire : la voix (qui sert à commenter la partie, à prodiguer des encouragements et des insultes, à entonner à l'unisson les slogans rythmés, les chants), les instruments (les tambours, les klaxons, les sifflets, les trompettes), des postures et des gestes codifiés, parfois figuratifs, qui expriment la joie, l'enthousiasme, le désarroi, la fidélité, le malheur que l'on souhaite aux autres, l'écriture qui a pour support des banderoles ou qui est composée à l'aide de lettres amovibles qui permettent d'adresser des messages d'encouragement aux siens, d'insultes aux autres, ou encore de fixer le nom du groupe de supporters auquel on appartient, le dessin qui caricature les adversaires, embellit et sacralise les héros, le vêtement, la parure (les écharpes, les perruques, le grimage des visages, les accessoires belliqueux, les étendards qui composent un stade aux couleurs du club que l'on soutient). Notons que le spectacle sportif est une occasion de cette redécouverte de la couleur, d'un code de couleurs qui d'ailleurs ne se superpose pas forcément aux couleurs actuelles des Etats ou des villes : l'orange de l'équipe hollandaise a disparu du drapeau national, le bleu azur des italiens était la couleur de la maison de Savoie, le vert de St-Etienne est celui... de Casino. Le jeu des couleurs est mis à profit pour réaliser de somptueuses chorégraphies. Ainsi à Turin où les supporters du Torino (un des deux clubs de la ville) se parent successivement de grenat (la couleur de leur club), puis de violet, de jaune et de bleu, couleurs symbolisant les clubs ennemis (Florence, Vérone) de leur rival par excellence, la Juventus.

7Comme la fête populaire, le spectacle sportif est occasion de création, essentiellement de bricolage, celui-ci consistant à s'arranger avec les moyens du bord, à donner de nouvelles fonctions à des matériaux disponibles. La culture du "supporterisme" transforme ainsi en accessoires chorégraphiques des assiettes en carton, des écharpes que l'on brandit ou que l'on fait tournoyer, elle emploie le matériel nautique (les cornes de brume, les bombes fumigènes de détresse) pour saluer l'entrée et les exploits des joueurs ; elle emprunte au folklore ses instruments (les crécelles), à la religion ses emblèmes (les crucifix, les masques du diable que l'on brandit à ses adversaires), à l'armée des étendards, aux manifestants de rue, leurs tenues de combat (les foulards qui couvrent le nez et la bouche et qui sont noués derrière la tête), aux organisations politiques, leurs symboles les plus provocateurs (le keffieh des fedayins palestiniens, les étoiles à cinq branches), aux mouvements révolutionnaires l'image de leurs idoles (le portrait de Che Guevara, par exemple).

8Cette culture festive est vorace : elle intègre tout élément nouveau susceptible de faire spectacle, d'encourager les siens et d'intimider l’adversaire. Cette boulimie est particulièrement frappante quand on examine le répertoire vocal et choral des supporters. Tous les genres sont représentés : les cantiques religieux (l'Ave Maria de Lourdes), les airs d’opéras (la marche triomphale d’Aïda), les hymnes nationaux, la musique militaire, les tubes internationaux, les succès locaux de chansons populaires régionales.

9Cette culture emprunte également aux slogans politiques : "Qui c’est les plus forts, les plus forts c’est l'O.M." n’est qu’une variante du soixante-huitard : "Ce n’est qu’un début, continuons le combat". Bref, on a là une concrétion et une réinterprétation de répertoires extraordinairement variés, comme au fond dans tout folklore, celui-ci étant précisément cet agglomérat de diverses conceptions de la vie et du monde qui se sont succédé. Le match de football est l’une des rares occasions où s'expriment de façon collective un folklore vivant, un minimum culturel partagé qui scellent une commune appartenance.

10Ce qu'il faut aussi noter, c'est qu'à ces dimensions créatives et d'esthétisation collective de la vie, s'ajoute un élément trop souvent oublié, caractéristique de la fête : le rire. On oublie souvent que sur les gradins on rit parfois aussi. Cette bouffonnerie carnavalesque se lit aussi bien à travers l'accoutrement outrancier des supporters qu'à travers des jeux de mots qui expriment souvent une distanciation facétieuse ("Mamma, solo il Napoli ti eguaglia" - "Maman, seul le club de Naples t'égale" : il est bien évident qu'il y a là une marque ironique, dont le public napolitain a fait une de ses spécialités). Quand on écrit sur une banderole "PSG-Petit Soutien-Gorge-", il y a là aussi une marque d'ironie qui indique une prise de distance facétieuse.

11De la fête le spectacle sportif participe encore par l'effervescence et le sentiment de communauté qu'il incarne. C'est un de ces moments où l'on s'atteste à soi-même et à autrui que l'on fait partie du même groupe, "où la société prend conscience de soi et se pose" (E. Durkheim), où elle s'affranchit des pesanteurs et des hiérarchies quotidiennes sans toutefois les abolir, "où les destinées individuelles s'ordonnent autour de normes collectives" (M. Augé).

12C'est un lieu où en définitive se crée une forme de communion des consciences, ce sentiment de communauté qui apparaît comme perdu ou défait dans la vie ordinaire. Les gestes, les paroles, les pratiques expriment cette transformation éphémère des relations sociales : des accolades avec un voisin inconnu, des conversations chaleureuses avec le premier venu, qui redevient d'ailleurs brutalement un étranger à qui l'on dit à peine "au revoir" à la sortie du match et, au siège des clubs de supporters, des repas pris en commun avec des gens que l'on ne connaît pas, repas qui, comme dans toutes les occasions rituelles, scellent la cohésion et la solidarité.

13Bien d'autres traits soulignent cette affinité entre le spectacle sportif et la fête et j'en déclinerai quelques-uns, en particulier les rapports singuliers à l'espace et au temps. Le grand stade urbain a souvent été défini comme le sanctuaire du monde industriel ; la répartition du public dans cette enceinte rappelle la distribution rigoureuse des différents groupes sociaux lors des grandes cérémonies. Dans les loges, les boxes, les tribunes, les quarts de virage, etc. s'inscrivent et se lisent les différenciations sociales à l'échelle d'une ville et la société, comme dans une fête, se donne en spectacle à elle-même. Par exemple, au Stade Vélodrome de Marseille, la géographie sociale de la cité se projette grosso modo sur celle du stade : dans le virage nord, fief de la "North Yankee Army", se regroupent des jeunes qui viennent surtout des quartiers du Nord de Marseille. En face, dans le virage sud, on a plutôt un public issu des quartiers centraux et du sud de Marseille, de jeunes supporters qui ont un profil social bien différent. Les deux tribunes latérales reproduisent un partage entre les quartiers riches et ceux plus populaires, avec des spectateurs d'âge mûr. Affinités spatiales, mais aussi affinités temporelles avec la fête. Le spectacle sportif est un spectacle cyclique qui revient à périodicité fixe, comme les grandes fêtes, un spectacle qui scande l'éternel retour du temps, avec ses sommets au printemps, ses championnats d’Europe ou du Monde tous les quatre ans.

14Que célèbre-t-on ? Toute fête est l'occasion d'une célébration, qu'en est-il dans les grands sports collectifs ? Le match est l'occasion de célébrer, d’exalter les appartenances, qu'il s'agisse d'appartenances locales, régionales, nationales ou "nationalitaires", de les consacrer, de les exacerber sur un mode virulent. Toute rencontre entre villes, régions, nations rivales, prend la forme d'une guerre ritualisée, d'une sorte de mobilisation en temps de paix, où ne manquent ni les hymnes, ni les fanfares militaires, ni les étendards des jeunes supporters formant des troupes de soutien, qui se surnomment d'ailleurs, de façon parodique, mais néanmoins significative : "Brigade, Commando, Légion, Phalange d'assaut. Nuclei armati, Warriors, Fighters, Fedayin, Kop", etc. je passe sur un long chapelet d'énumérations possibles.

15Ce type de compétition n'exacerbe pas seulement des conflits préexistants, qui sont légués par l'histoire : le conflit entre Barcelone et Madrid, entre Marseille et Paris, entre la Hollande et l'Allemagne. Il crée aussi des antagonismes à partir de différends sportifs. Par exemple, la rivalité temporaire entre Marseille et Bordeaux n'était absolument pas liée à quelque héritage de l'histoire. Ces deux villes ont mené des destins maritimes tout à fait différents, l'un atlantique, l'autre méditerranéen et oriental. Ces conflits étaient liés au contraire à des différends entre Présidents de Clubs ou à des rivalités qui s'inscrivaient dans l'histoire même du championnat de football.

16Le stade amplifie ou génère des antagonismes, des oppositions, dont témoigne précisément la rhétorique verbale, gestuelle instrumentale délibérément outrancière qu'emploient les supporters, rhétorique dont les principaux registres puisent dans les champs symboliques de la guerre, de la mort, du sexe et du dénigrement de l’altérité. Tous les stigmates disponibles sont mis en œuvre pour disqualifier l'adversaire, non seulement à travers des slogans à forte connotation sexuelle, mais aussi à travers des appels mi-parodiques, mi-dramatiques au meurtre, quand les supporters ultras crient par exemple : "Tuez-les, tuez-les", ou quand les tifosi italiens crient à l'adresse d'un joueur adverse blessé qui est couché sur le terrain : "Devi morire" (Tu dois mourir).

17La portée de ces imprécations doit sans doute être relativisée. Il y a, en effet, dans le langage du "supporterisme" une exagération délibérément emphatique pour déstabiliser l'adversaire. Prenons-en rapidement la mesure dans un domaine sensible du langage des supporters, les slogans xénophobes.

18Quand Basile Boli jouait à Auxerre, il était accueilli au stade Vélodrome de Marseille par des cris de singes. Quand il est devenu joueur de l’O.M., il est devenu sans doute la vedette préférée, adulée par les supporters.

19Les Napolitains quand ils arrivent à Milan, sont accueillis par des banderoles où est inscrit : "Benvenuti in Italia" (Bienvenue en Italie) ; ce qui les amena d'ailleurs à répliquer lors de leur victoire en championnat d'Italie, par la banderole suivante : "Meglio essere africani" — Mieux vaut être africains ! — Mais, pour illustrer la portée relative de ces insultes, rappelons-nous que, quand le Cameroun est venu jouer en 1990 à Milan, contre l'Argentine, tous les Milanais ont encouragé les Camerounais, parce que dans l'équipe d'Argentine, se trouvait Maradona qui jouait à Naples... Entendons-nous bien. Ces stigmatisations ont du sens et nous renseignent sur les peurs et les haines qui travaillent le corps social. Mais on aurait tort de leur attribuer une excessive plénitude. Elles nous renseignent aussi sur une caractéristique essentielle de la fête sportive, l'esprit partisan qui est une des conditions de l'émotion que l'on recherche. Cette émotion ne fonctionne en effet à plein que si l'on prend parti.

20Quoi de plus insipide, en effet, qu'une rencontre sans enjeu, où l'on ne se sent pas soi-même acteur, où l'on ne passe pas du "ils" au "nous". On regardera sans doute un match Autriche-Pologne, avec intérêt mais de la même façon que l'on contemple un nu artistique, avec admiration, mais sans cette émotion particulière que seul peut susciter le sujet réel. Le spectacle sportif est donc une fête partisane qui s'alimente au soutien des siens et, parallèlement, au discrédit de l'autre.

21Est-ce là la seule source des dérives que l'on constate, çà et là, dans les gradins ?

22A quoi rime, au fond, cet essor de manifestations outrancières de gredins dans les gradins ? Sans entrer ici dans les détails, notons tout d'abord que les formes excessives de "supporterisme", débordant les règles codifiées admises, sont extrêmement variables selon les pays et que l'on a tort de taxer toute turbulence bénigne de hooliganisme.

23Le "supporterisme" jusqu'au-boutiste est, dans l'ensemble, beaucoup plus ritualisé et codifié dans les stades latins que dans les stades anglais, belges, hollandais... Ces différences de forme tiennent souvent à l'origine sociale des jeunes militants. En Angleterre, par exemple, les supporters appartiennent pour la plupart à la "rough working class" ("classe ouvrière dure"). Dans les stades italiens, espagnols, ou du sud de la France, le recrutement des jeunes ultras est beaucoup plus diversifié. Notons également que dans les stades anglais, belges ou hollandais, les jeunes créent très rarement des associations de supporters. A l'inverse, dans les stades des pays latins, les jeunes gens s'organisent en associations, ce qui implique une responsabilisation.

24Les traditions culturelles de participation au spectacle sont aussi fort différentes : la théâtralisation ritualisée de la violence, est beaucoup plus forte en Italie, dans le sud de la France et en Espagne qu'en Angleterre ; par exemple, en Italie, il y a la conjonction extraordinaire d'une culture chorale et d'une culture chorégraphique, de la parole et du geste ; ces formes de participation rigoureusement codifiées endiguent, préviennent, les manifestations excessives, les passages à l'acte.

25Mais au-delà de ces variantes, que nous dit cette effervescence particulière qui s'est emparée des stades, et notamment de ces virages ? Il faut y lire d'abord l'expression d'un phénomène de fond de nos sociétés au cours des trente dernières années : l'autonomisation de la jeunesse, avec ses rites spécifiques. Ainsi, les virages des stades que l'on appelait encore, il y a une dizaine d'années en France, les "populaires", sont devenus en fait des "juvéniles" et cette territorialisation des jeunes dans un espace particulier du stade traduit précisément cette mutation profonde de nos sociétés qui est la redécouverte de la classe d'âge.

26Dans les années 1950/1960, on était "jeunes communistes", "jeunes chrétiens", etc... et les liens de sociabilité que l'on tissait étaient étroitement tributaires de ces choix idéologiques. De même les revendications locales et "nationalitaires" étaient secondaires par rapport au débat militant sur le système social idéal.

27Au cours des trente dernières années, la jeunesse et les identités territoriales, locales, ethniques se sont réaffirmées comme des catégories d'appartenance majeures.

28Les ultras, à travers leurs revendications de localisme et leurs manifestations, soulignent à leur façon, un des paradoxes majeurs de notre temps : c'est au moment où les identités substantielles des collectivités, des peuples, des régions, s'étiolent, qu'elles se proclament et s'affichent le plus éloquemment. Expliquons-nous. Au fond, jamais un Marseillais n'a autant ressemblé, à l'échelle de l'époque contemporaine, à un Parisien. De même, jamais un Napolitain n'a ressemblé autant à un Turinois. Et pourtant, jamais sans doute, au moins, à l'échelle de l’époque contemporaine, les uns et les autres ne se sont sentis aussi différents. Il faut voir dans cette résurgence du localisme le contre-coup de la chute des grandes idéologies universalistes. Il faut aussi voir dans l'émergence de ces mouvements l'effet d'une crise des formes traditionnelles de sociabilité.

29Très souvent, en effet, ces jeunes se sont rencontrés au stade et non dans leur quartier ou sur leur lieu de travail.

30En outre, au stade, ces jeunes ont trouvé la possibilité de donner un sens provisoire à leur existence. Le chef des "Fighters", un des groupes ultras, soutenant la Juventus, déclarait par exemple : "Ici au stade, tu comprends, je suis reconnu pour ce que j'ai fait. Alors que dans mon travail, je ne suis reconnu pour rien." Un jeune Winners de Marseille me disait : "Quand je suis dans les gradins, j'ai le sentiment de faire quelque chose, d'exister." Le chef des "Firebirds", un groupe de supporters du Paris-Saint-Germain renchérissait en disant à P. Broussard : "C'est pour eux, pour ces jeunes supporters un endroit idéal pour acquérir, ne serait-ce que le temps d'un match, une certaine envergure. Loin de leur boulot, de leur famille, de leur anonymat, ils ont la possibilité d'être reconnus, d'avoir un rôle au sein d'une communauté. En dehors du stade, ils ne sont rien, ou pas grand-chose." Un exemple : il y a depuis longtemps un gars qui s’appelle Kronembourg, personne ne sait ce qu'il fait dans la vie, mais au stade, c'est une figure. A sa manière, il est quelqu'un".

31Un extrait de film consacré à un leader ultra napolitain, nous montrera comment celui-ci est sorti de l'anonymat, grâce à sa pratique du "supporterisme" et comment il assume un des symboles de la réussite dans la vie moderne, la visibilité.

32Le génie, précisément, de ce type de "supporterisme", a consisté, en effet, à dédoubler le spectacle sportif, et à opérer une double métamorphose. De spectateurs passifs, les ultras se sont promus en acteurs de leur propre destin, comme y invite le temps présent ; de sujets invisibles, dans le quotidien qui contemplent des vedettes, ils se sont hissés au rang de vedettes spectaculaires de la représentation. Ils sont animés, ce qu'a bien analysé Alain Ehrenberg, par une rage de paraître, une recherche de visibilité qui leur est déniée dans la vie sociale : ils célèbrent dans les gradins tout autant leur club, leur équipe favorite, que leur propre groupe : les banderoles et vêtements qu'ils exhibent glorifient leur nom et leur propre appartenance ; ils collectionnent aussi bien les symboles de l’équipe qu'ils soutiennent que les photos et les coupures de presse qui leur sont consacrées.

33Ils savent jouer, en expert, de l'amplification médiatique, gage de la célébrité. La théâtralisation violente de leur adhésion fait partie de cette stratégie d'attraction des regards. Dans une société où l'image, le spectacle, dessinent les nouveaux repères de la vie, cette théâtralisation de la violence constitue une mise en scène spectaculaire de l'identité pour ceux qui ne peuvent la jouer ailleurs (voir les travaux d'A. Ehrenberg).

34Au-delà des fonctions qu'elle remplit auprès des jeunes, cette fête partisane, comme toute fête, incarne des valeurs essentielles, une vision du monde. Que nous dit-elle au juste ? Elle met à nu l'horizon symbolique majeur de nos sociétés.

35Comme les autres sports, le match de football exalte le mérite, la performance, la compétition entre égaux ; il donne à voir, de façon caricaturale et réaliste, l'incertitude des statuts individuels et collectifs que symbolisent les figures emblématiques des joueurs sur le banc de touche, les ascensions et les déchéances de vedettes, les promotions et les relégations des équipes, les rigoureuses procédures de classement, cette règle d'or des sociétés contemporaines fondées sur l'évaluation des compétences. Il valorise — tout autant que la performance individuelle — le travail d'équipe, la solidarité, la division des tâches, la planification collective à l'image du monde industriel dont il est historiquement le produit.

36Mais si le match de football est aussi captivant à regarder que "bon à penser", c'est que l'aléatoire, la chance y tiennent une place singulière en raison de la complexité technique du jeu, fondé sur l'utilisation anormale du pied, de la tête et du torse, de la diversité des paramètres à maîtriser pour mener une action victorieuse, et du rôle écrasant de l'arbitre qui doit sanctionner immédiatement des infractions souvent difficiles à percevoir. Le football rappelle ainsi, avec brutalité, comme ces jeux médiatiques où la roue peut avoir raison du savoir, que le mérite ne suffit pas toujours pour devancer les autres, que des impondérables peuvent, à rebours de toute prévision statistique, modifier la trajectoire d'une balle comme ailleurs celle d'une vie. Il s'offre ainsi comme une riche variation sur la fortune ici-bas.

37Si, sur le chemin du but, il faut conjuguer le mérite et la chance, il faut aussi parfois s'aider de la tricherie, le simulacre et la duperie mis en œuvre à bon escient se révélant ici plus que dans d'autres sports, d'utiles adjuvants. A ces multiples leçons de friponnerie — un moyen parmi d'autres de s'en sortir — la figure noire de l'arbitre oppose les rigueurs de la Loi, mais comme la plupart des sanctions punissent des fautes intentionnelles (dont l'intentionnalité est précisément délicate à établir), le match se prête à un débat dramatisé sur la légitimité et l'arbitraire d’une justice imparfaite.

38Le football incarne ainsi une vision à la fois cohérente et contradictoire du monde contemporain. Il exalte le mérite individuel et collectif mais il souligne aussi le rôle de la chance et de la tricherie dans les destinées individuelles et collectives. Par ces mêmes propriétés et la forme qu'y revêt la justice, il donne à voir un monde humainement pensable, y compris quand la réussite n'est pas au rendez-vous. A un ordre irrécusable fondé sur le pur mérite, il oppose, en effet, le recours du soupçon et d'une incertitude essentielle.

39Si le football dévoile les méandres du destin, il nous place tout aussi brutalement devant quelques autres vérités fondamentales, obscurcies ou affadies dans le quotidien. Il nous dit, avec éclat, que, dans un monde où les biens sont en qualité finie, le malheur des uns est la condition du bonheur des autres (Mors tua, vita mea) ; il nous rappelle encore que le bonheur ne se construit pas seulement sur les déboires du voisin ou de l’adversaire du jour. Il faut aussi — et l'arithmétique des championnats l'illustre pointilleusement — que sur d'autres terrains des rivaux proches ou lointains, faibles ou forts, perdent ou gagnent pour que nous parvenions au succès. Une compétition de football illustre ainsi une autre loi de la vie moderne, l'interdépendance complexe des destinées sur le chemin du bonheur.

40Langage masculin de référence, transgressant régions et générations, faisant dialoguer le particulier et l'universel, confrontant le mérite et la chance, la justice et l'arbitraire, "nous" et les "autres", le match de football s'offre comme une des matrices symboliques profondes de notre temps. La fête n'est-elle pas précisément un moment où s'expriment, sur un mode caricatural, des valeurs essentielles qui fondent notre société ?

  • 2 Les extraits présentés proviennent de :
    - Passion et rituels du foot (vidéogramme réalisé par P. Gr (...)

41Deux exemples vont nous permettre d'approfondir les formes et les significations de cette fête partisane qui se déroule dans les gradins et parfois dans la ville. Le premier traite de Naples et du match Naples-Juventus de Turin, décisif pour l’attribution de titre de champion en 1990 ; il montre également la fête du sudetto, dans les rues de la ville, consacrant la victoire du club napolitain. La seconde traite du match, tout aussi décisif pour l'obtention du titre, entre Marseille et Bordeaux en 1990. Place donc aux images2 !

Notes

1 Il sera ici essentiellement question des grands matchs de football. Pour plus de détails, voir :
C. BROMBERGER "Pour une ethnologie du spectacle sportif. Les matchs de football à Marseille, Naples et Turin" in Vers une ethnologie du présent (G.Althabe, D. Fabre et G.Lenclud eds), Paris, Maison des Sciences de l'Homme. p. 211-243.
C. BROMBERGER (avec la collaboration d'A.Hayot et J.M. Mariottini), Le match de football. Ethnologie d'une passion partisane à Marseille, Naples et Turin, Paris, Maison des Sciences de l’Homme (sous presse).

2 Les extraits présentés proviennent de :
- Passion et rituels du foot (vidéogramme réalisé par P. Grand et C. Schauli, auteurs : C. Bromberger et A. Hayot, Télévision Suisse Romande, 1990).
- Droit au but (film réalisé par P. Costantini, auteurs : C. Bromberger et A. Hayot, I.N.A. TF1. 1990).

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540