Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, fête et société

 | 
Jean-Paul Callède

Thème 3. La fête et le sport : les règles du jeu

Intervention préliminaire de Jean Michel Martin

Jean-Michel Martin

Texte intégral

Intervention préliminaire de Jean Michel MARTIN

Directeur de l'Institut en Sciences et Technique des A.P.S. à l'Université de REIMS - Secrétaire du Reims Université Club

1Je ne suis pas spécialiste de la question, je vous le dis d'emblée, je procéderai donc en faisant part d'impressions, de manière à lancer le sujet.

2Tout dernièrement un match de football, qui revêtait une importance particulière, a eu lieu. C'était le premier match rejoué au Stade Furiani de Bastia. Naturellement, les journalistes se sont emparés de l'événement et quand FR3 interroge en cette occasion un supporter : "Que représente pour vous Bastia, en division 1 à Furiani ?" celui-ci répond : "Enfin la Corse est sauvée. C'est extraordinaire, car le football pour la Corse, c'est la vie."

3Si on reprend la définition utilisée par M. Ardoino, la réflexion dû supporter correspond bien à la définition de la fête : "célébration de la vie". D'ailleurs, Maurice Béjart souligne cet aspect en parlant de "désir d'absolu, d'éternité".

4L'objet de cette matinée porte sur les règles du jeu qui régissent cette fête du sport. Une fois de plus, nous allons être amenés à tenir compte des éléments du champ "sport et fête" qui sont des objets de "connaissances complexes". Rappelons que nous avons déjà évoqué les différentes formes de fête plus ou moins factices auxquelles les participants donnent corps. L'important aujourd'hui est de cheminer à travers les différentes facettes possibles. Pour les uns débordements simples, pour les autres simples phénomènes associés, qui seront traités sous les différents aspects idéologiques, économiques, politiques, sociopolitiques, mais aussi compensation pulsionnelle, vision mythique du monde paradoxal, à n'en pas douter.

5L'ambivalence constatée jusqu'à maintenant est aujourd'hui au cœur de nos débats. L'une des dominantes est apollinienne, avec une orientation vers la transparence, dont les règles sont un élément majeur. L'autre est orientée vers l'émotionnel, l'irrationnel, le débridé, donc le dyonisiaque. La transgression des règles est interdite sur le terrain. Il semblerait que cette transgression passe dans les tribunes.

6Je suis Carolopolitain, c'est-à-dire né à Charleville. Tout dernièrement, Charleville et l'O.M. se sont rencontrés à Marseille. Je suis allé voir ce match. Bien naturellement, vous me comprendrez, j'étais pour Charleville. Je n'étais jamais allé dans le chaudron qu'est le Vélodrome. J'ai eu la chance d’être installé là où il fallait, c'est-à-dire bien placé pour avoir dans mon champ visuel, en permanence, les virages et le terrain.

7Je peux vous dire que je ne sais pas quand le match a commencé, car je ne pouvais pas voir le terrain. L'effet de la brume fabriquée par les supporters a fait que je n'ai pas vu le le début du match. Je sais qu'un joueur de Charleville a égalisé à la fin de la première mi-temps. Mais le plus important, je pense, a été les douze dernières minutes du match. Ces douze dernières minutes ont été, non pas, un match de football, mais simplement un va-et-vient entre le virage nord et le virage sud. Impressionnant !

8Le football ! Peut-être...

9Finalement, Charleville a perdu. Je n'en suis pourtant pas déçu, puisque le spectacle n'était pas sur le terrain. Le match était quelconque. Le spectacle était ailleurs. J'ai eu l'impression de cette déclaration : "Nous sommes là, nous les supporters", le football n'est qu'un prétexte. Pourtant, je suis sûr que je n'ai pas complètement saisi, je vais donc poser des questions.

10J'espère que Christian Bromberger, Professeur d'Ethnologie, Directeur du Laboratoire d'Ethnologie Méditerranéenne Comparative à l'Université de Provence va nous aider à comprendre quelles sont les fonctions de ces rassemblements convergents, quel en est leur sens, alors que Michel Raspaud, Maître de Conférence à l'Université Joseph-Fourier de Grenoble, nous conduira vers une autre facette de l'objet de cette matinée : "la règle et ses débordements".

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.