Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, fête et société

 | 
Jean-Paul Callède

Thème 2. Les moyens pour faire la fête !

Le débat

Texte intégral

1Le sujet "Sport, fête et société" est décidément une équation à plusieurs inconnues. Le thème difficile, de la journée "L'argent de la fête..." en est une autre. La présentation historique d'Alain Arvin-Bérod fut caractéristique de l'intérêt du sujet et suscita bon nombre de questions, de remarques et de suggestions.

2La première remarque fut apportée par Jean-Paul Schneider : l'aspect économique est indissociable de la fête sportive et ce, depuis toujours. Concernant les Jeux olympiques de l'Antiquité, un certain nombre de problèmes ont surgi dans les Jeux olympiques antiques au moment où l'on a introduit dans les épreuves, les courses de chars. A partir de là, des jeunes gens issus de familles aisées purent s'offrir les meilleurs chevaux et le personnel pour les entretenir. L'argent venait déjà de faire son entrée sur la scène du sport. On s'est mis à crier à l'injustice. Dès le départ est apparu une tension entre l'économique et le ludique et plus précisément entre l'économique et l'éthique.

3Vint également le temps de la corruption, Alain Arvin-Bérod de préciser : "De plus, des candidats interdits ont commencé à soudoyer des juges pour essayer d'avoir leur attelage vainqueur.

4En filigrane, il apparaît que le sport, sur le mode symbolique, réorganise les trois fonctions indo-européennes : citius, fortius, altius. Fortins : la force physique, les guerriers ; altius, le pouvoir, politique ou religieux ; citius, la richesse et la fécondité.

5Il faudra attendre le xviiie siècle pour découvrir une nouvelle dimension de l'activité physique qui peut être la dimension sportive. Les réminiscences olympiques, à l'époque, sont des réminiscences savantes, lettrées, à la mode. Le sport a de nouveau une valeur positive qu'il n'avait pas au siècle précédent".

6Suite à ces propos, une nouvelle question fusa : l'histoire des sports de l'Antiquité peut-elle être comparée à celle de notre époque ? Peut-on l'utiliser comme référence ?

7Le temps de la compétition était celui où l'athlète était vu des Dieux. D'ailleurs, il rejouait les exploits de ces Dieux. Curieusement, on ne trouve pas de point zéro pour les Jeux olympiques qui sont un sempiternel recommencement, jamais un commencement. La prégnance de l'argent est bien réelle, et les orchontes sont les sponsors de l'époque. En regardant de plus près comment le sport organise ses relations entre le ludique (le plaisir, le gratuit), la fonction politique (la décision) et la fonction économique, on peut sans doute trouver la solution. Il est inutile de transférer la crise de la société, la crise des valeurs, la crise des repères sociaux dans le sport. Le sport existe avec des bénévoles, une motivation et des projets. Etre capable de se projeter est une des grandes forces du sport. Si on observe la façon de fonctionner du sport, on pourra avancer. Mais ne noircissons pas à l’excès, ce qui relève de l'histoire du sport et de la crise actuelle. Ne réduisons pas le sport à un microcosme de la crise que nous traversons. Aucune issue n'en déboucherait.

8A ces précisions d'Alain Arvin-Bérod, Robert Denel surenchérit dans le débat et s'interrogea sur la précarité du sport : existera-t-il encore dans plusieurs années ? Le sport est-il néfaste ou non en ce moment ? Quel est le rôle de l'argent ? Certains considèrent que le sport est destructeur.

9L'histoire fournit, une fois encore, à Alain Arvin-Bérod des éléments de réponse. "Le sport devient central avec la Révolution, ce qui n'était pas le cas auparavant. Autour de l'individu va se constituer la société. Mais cette articulation individu-collectif est difficile à trouver et relève à la fois du réel et du symbolique.

10Aujourd'hui, les sportifs ne défendent pas assez le sport. Surtout dès qu'ils brassent de l'argent, ils culpabilisent. Je regrette que les sportifs ne portent pas plus haut et fort leur activité qui mérite finance. On parle de déficit dans le sport mais personne ne parle des avances sur recettes pour les films de cinéma. Assumons au moins.

11L'autre constat est vis-à-vis de l'éducatif. L’enseignement, d'une manière générale, n'a pas suffisamment perçu la valeur culturelle et éducative du sport. Les échecs que nous vivons actuellement, sont en partie les échecs de la société éducative. Au début du siècle, sont apparues les valeurs de solidarité et d'humanisme dans le sport. On allait apprendre à la jeunesse à construire le monde de demain. Nous ne sommes plus dans ce système éducatif. Les valeurs de solidarité et d'humanisme existent aussi dans ce sport de l'argent de Nike, Reebok, qui véhiculent aussi l'enthousiasme. Ils sont nombreux les sportifs de nos jours qui tirent sur le sport. Ceux-là, il faut les arrêter".

12Il ne faut donc pas culpabiliser les sportifs sur ce qu'ils gagnent. Même si à l'inverse une autre dimension doit être envisagée : tous les dirigeants et les bénévoles portent l'idée de défendre une dimension éthique. Met-on le sport au service de l’argent ou l'argent au service du sport ? Ou quand certains sont au service du sport, d'autres au contraire s'en servent sans scrupule.

13D'un côté il y a l'athlète, de l'autre le dirigeant. L'athlète relève du domaine du professionnalisme. Ses capacités physiques et mentales sont mobilisées. En revanche, le dirigeant vient d'un mode électif. C'est un des grands privilèges du sport de pouvoir changer de dirigeant. Et le sport fait partie du management de la carrière politique personnelle, de l'establishment, du financement du parti. Tout ce qui est susceptible de renforcer la séduction et de garantir une assise politique s'organise exclusivement autour de cette séduction suprême. La mise en critique repose sur le système de représentation et l'aller-retour qui existe ou non entre l'élu et son mandataire.

14Ernest Gibert éclaira le débat grâce à ces quelques précisions : "D'abord il ne faut pas confondre l'influence de l'économie et le rôle de l'argent. L'économie va bien au-delà de l'argent.

15Le premier problème à poser pour tenter de trouver des ébauches de solution est celui de la définition du champ d'observation. Cette question évaluée, la seconde repose sur le choix ou la définition des critères de mesure. Qu'est-ce qui permet d'apprécier le poids économique de la fête ?"...

16Enfin, il affirma que fête et imaginaire n'étaient pas obligatoirement liés tout comme fête et argent. "Il y a des fêtes sans moyens et en particulier sans argent et il y a très souvent des organisations qui ont beaucoup d'argent et qui ne sont pas capables de mettre en place des fêtes".

17Le sujet du jour suscita indéniablement d'intéressantes réactions. Daniel Bonzoms posa le point d'orgue du débat : "Je vais plagier une phrase d'Hubert Beuve-Méry. "Il ne faudrait pas que les moyens de vivre l'emportent sur les raisons d'exister". Je vais l'adapter : il ne faudrait pas que les moyens du sport l'emportent sur les raisons de le pratiquer".

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540