Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Sport, fête et société

 | 
Jean-Paul Callède

Thème 2. Les moyens pour faire la fête !

Témoignage de Patrick Cham

Patrick Cham, Daniel Bonzoms, Robert Denel, Gérard Perreau-Bezouille, Michèle Sappino, Olivier Bessy, Jean-Michel Martin, Alain Arvin-Bérod y Carmine Calzonetti

Texto completo

Témoignage de Patrick CHAM

International de Basket Ball

1Je suis joueur, donc je vis le basket un peu différemment que notre ami ici. J'ai eu la chance de connaître le basket en France au moment "amateur" parce que c'est ma 18ème saison. Il y a quinze ans, le basket avait un but plus ou moins ludique, on s’amusait, il y avait le côté fête qu'on recherchait en tant que sportif de haut niveau. Il s'avère qu'au fil des années, l'apport financier et l'argent sont venus s'y mêler, donc il y a eu obligation de résultat parce que tout le monde voulait être premier et on sait que cela n’existe pas, il y a un premier et un dernier. Donc, la pression a augmenté et le côté fête a un peu disparu, fête dans le sens où on allait ensuite en troisième mi-temps, et la fête est arrivée sur le terrain, donc il fallait que cela devienne un spectacle, que l'on amène du monde et le joueur de basket actuel est devenu comme un acteur, il doit respecter son public et son club, il doit faire son maximum pour être le meilleur tous les jours et être disponible à 100 %. Pour revenir à la tournée de basket que nous faisons actuellement, c'est une tournée que les équipes professionnelles font parce que nous sommes dans une période de préparation, une période de pré-saison, le championnat commence vers le 10 septembre, donc tout le monde démarre le 1er août, et ce genre de tournée nous permet de faire des mises au point, de voir les nouveaux joueurs qui sont avec nous, à créer la cohésion. Ces déplacements demandent beaucoup de disponibilité parce qu'il y a des problèmes de récupération. Nous allons jouer notre troisième match en trois jours avec des soirées où nous nous couchons à deux heures du matin, donc il est très difficile d'être au top niveau mais nous l’assumons, c'est notre boulot et ce genre de tournée, c'est-à-dire qu'en faisant très attention pour ne pas se blesser parce que c'est le moment où l'on se fait les blessures les plus graves parce que nous ne sommes pas très reposés, mais c'est très enrichissant parce que nous rencontrons des gens nouveaux, de nouvelles équipes que nous ne rencontrons pas forcément dans le championnat. En tant que joueur, le sport à ce niveau est une fête même à l'entraînement parce que des jeunes viennent nous voir et c'est toujours une fête pour eux et nous essayons d'être toujours à notre meilleur niveau.

Daniel Bonzoms

2Il faudrait que Patrick Chain nous fasse part de l'expérience qu'il a vécu à Cholet concernant le club qui est monté du plus bas niveau au plus haut niveau, les problèmes que cela a pu poser d'avoir une dimension différente en quelques années.

Patrick Cham

3J'ai eu la chance de jouer à Cholet pendant trois ans, je suis arrivé quand elle était déjà au top niveau, mais pour y avoir vécu pendant trois ans, je connais un peu l'histoire de ce club. Je sais qu'au départ, il a commencé au plus bas niveau de l’échelle. C'est-à-dire qu'en France, il faut partir de l'excellence régionale pour avoir à peu près sept ou huit divisions à gravir, une par une, chaque année. Cholet a passé les obstacles chaque année, ils sont montés d'une division à l'autre et c'est devenu un des clubs phares du championnat français. C'est grâce à des divisions très dynamiques et c’est grâce aussi, différemment des Etats-Unis, aux collectivités locales qui sont pour beaucoup dans la réussite du sport professionnel en France et il faut avoir la chance qu'il y ait des coups de cœur quant au départ on n'a pas de résultat.

4Par exemple, si demain Aix-en-Provence veut avoir une grande équipe, il faut qu'ils prient le "Bon Dieu" pour que le Maire aime le basket et c'est tout, c'est comme cela que ça démarre. Si les décideurs n'aiment pas le sport, la tâche est d’autant plus difficile.

5A Cholet, la collectivité aimait le basket, il y avait un engouement, il y avait beaucoup de licenciés, il y avait des spectateurs, il y avait des facteurs qui étaient réunis pour que l'équipe arrive où elle en est. Monsieur Leger a eu cette chance d'avoir l'argent, d'avoir des joueurs, de remplir les salles, et à partir de là tout devient facile et il a su faire du basket à Cholet une fête, un spectacle. Maintenant une entreprise qui se respecte doit être sponsor de l'équipe à Cholet, doit être présente sur le stade à Cholet. C'est un cercle vicieux : ils ont de l'argent, ils auront des joueurs, ils auront des résultats. Le seul obstacle qu'il puisse y avoir dans les années à venir, c'est que cela se développe trop et que Cholet reste une ville trop moyenne pour la dimension que prendra son basket, mais l’expérience de vivre dans une petite ville comme cela, c'est que tout le monde vit pour son équipe.

Daniel Bonzoms

6A Montpellier, il y a une équipe de Nationale 1 A, je sais que la part accordée en dotation financière à cette équipe et à ce club se monte à 12 millions de francs payés par le district ce qui représente une somme très importante par rapport à d'autres sports de haut niveau, je crois que seul le football est devant puisque l'équipe de Montpellier reçoit 19 millions de francs. Loin derrière nous trouvons le handball à 8 millions et le volleyball à 3,5 millions. On peut donc dire que le basket par rapport au nombre de joueurs est un sport qui coûte cher.

Patrick Cham

7Le basket est un sport qui coûte très cher parce qu'il y a beaucoup de monde à payer autour, les joueurs d'abord, mais aussi tout ce qui gravite autour. Il faut savoir que c'est un vecteur de communication qui est très important pour les villes. Je prends l'exemple de la ville où je joue actuellement, Levallois, qui est une petite ville de la région parisienne que certains doivent connaître. Au départ, sans le sport de haut niveau, on ne la situait pas très bien. C'est comme Cholet on ne la situait pas bien, avec son basket, tout le monde sait que c'est à côté de Nantes. Les élus ont confiance dans ce vecteur qu'est le haut niveau pour pouvoir faire connaître leur ville et leur région. Donc, ils arrivent à faire passer le message pour pouvoir faire voter un budget conséquent pour le sport de haut niveau.

8Dans certaines villes, c'est le basket parce que c'est un sport qui permet d'avoir des résultats et de faire parler de sa ville sans dépenser trop d'argent. On parle de 12 millions de francs, mais c'est relativement moins que pour avoir une équipe de football pour avoir autant de publicité. Les villes moyennes choisissent souvent le basket pour vecteur de communication, donc ils n'hésitent pas à voter des budgets conséquents.

Robert Denel

9Que pensez-vous des dirigeants de basket qui disent à un joueur : "je vais te payer 12 000 ou 13 000 F par mois plus tels avantages à la condition que tu abandonnes tes études" ?

Patrick Cham

10S'il propose à un joueur c'est qu’il voit dans ce joueur un professionnel qui réussira, si c'est quelqu'un de sensé et de sérieux. Proposer un joueur sans penser très fort qu'il fera du basket sa profession, et qu'il jouera au minimum 10 ans, c'est bluffer un peu. Cela arrive dans notre sport, cela arrive dans d'autres sports. Il faut que le joueur soit assez intelligent pour pouvoir faire la part des choses.

11Notre système sportif et scolaire, en France, est ce qu'il est. Nous avons un système scolaire qui demande beaucoup aux jeunes, une présence quasi totale et le sport actuellement pour réussir demande une présence quasi totale. Sachant qu'il y a 24 heures dans une journée, c’est difficile de faire les deux.

Robert Denel

12Comment se fait-il qu'ils y arrivent aux Etats-Unis puisqu'au contraire, dans les universités, Monsieur Calzonetti disait qu'il y avait une sorte de chien de garde, de garde-fou. Comment se fait-il que là on arrive à concevoir que le basket se fasse quand même à un niveau qui n'est pas trop mal aux Etats-Unis, qu'ils arrivent à faire des études en 4 ans avec théoriquement un accès à un diplôme, enfin même s'il y a quelques échecs et qu'en France on aurait plutôt tendance à faire le contraire. Est-ce que ce n'est pas une erreur fondamentale ? On ne peut pas généraliser mais je l'ai vu faire de mes propres yeux, je l'ai vu au handball, je l'ai vu en basket, on commence à le voir dans d'autres sports, c'est un raisonnement qui va à l'opposé de ce que j'ai entendu tout à l'heure.

Patrick Cham

13Tout à fait, mais c'est un problème de fond, c'est à la base qu'il faut tout changer, et dans la vie il y a des choix à faire. Je prends mon exemple : je suis arrivé en métropole, j'ai eu la chance de faire deux ans d'études après le Bac mais il faut savoir que le basket avait moins d'exigences que maintenant. Aujourd'hui, pour un jeune on est obligé de faire un système scolaire adapté de manière à ce qu'il puisse s’entraîner au minimum...

Gérard Perreau-Bezouille : Fédération Française des Clubs Omnisports

14Tout à l'heure, Alain parlait des trois fonctions : une fonction ludique, festive du sport, la fonction par rapport au pouvoir, au décisionnel, la fonction par rapport à l'économique, à l'argent, j'aimerais savoir, d'un point de vue individuel, comment tu vis tout cela en tant que professionnel depuis plusieurs années. En même temps dans la petite ville de Levallois, en même temps que Levallois est fantastique pour le basket, ce que je sais également de Levallois c'est qu'un club omnisport important a été démoli en 5 ans. Je sais aussi que l'année dernière, pour des raisons de choix, l'équipe de Handball féminine de Levallois a été dissoute parce qu'il n'y avait plus d'argent pour la faire vivre. Je comprends tout à fait que tu es un professionnel, mais en même temps tu dois quand même être interpellé et comment tu vis le rapport pouvoir/fête et le rapport économique ?

Patrick Cham

15Pour pouvoir réussir mon sport au plus haut niveau, j'essaie de faire abstraction à ce genre de problème parce que si on commence à mettre les pieds un peu partout, il y a des retours de bâtons qui sont parfois désagréables.

16Il faut savoir que le sport tel qu'on le pratique demande une concentration absolue. Il est vrai que nous ne sommes pas sourds, on entend, on discute, on donne son avis. Je ne peux pas dire que je le prends à cœur parce que mon but est d'essayer de jouer au basket et d'essayer de gagner ma vie. Le maire prend des décisions, c'est quelqu'un que certaines personnes doivent connaître Balkany. Il prend des décisions on ne peut pas dire sans réfléchir, mais il les prend et il ne change pas d'avis. Je connaissais le club de Handball, il a décidé de le supprimer, je ne sais pas si c'est un problème de finances ou si c'est un problème de résultats ou de personnes. Il faut savoir qu'il y a souvent des problèmes de personnes au niveau des décisions des collectivités. Souvent, il y a des dirigeants qui ne s'entendent plus avec les élus, il y a aussi des personnes qui ne sont pas du même bord politique et le sport en pâtit. J’essaie de le vivre le plus simplement possible, c'est-à-dire qu'on sait que cela existe, c'est la vie quotidienne, cela touche le sport mais cela touche beaucoup d'autres secteurs comme des entreprises économiques.

17On est sensible à ce problème-là puisque nous sommes des êtres humains, mais on ne peut pas intervenir pour changer la chose, donc on ne peut que la vivre. Nous avons tous des familles à faire vivre et nous espérons qu'il n'arrivera pas la même chose à notre section qu'à celle du copain. On devient un peu plus individualiste mais lorsque nous habitons dans un pays capitaliste, tout le monde est individualiste.

Daniel Bonzoms

18J'ai l'impression que dans la conjoncture économique actuelle, les municipalités ont été obligées de faire certains choix d'investissements, et là peut-être interviennent les problèmes de personnes mais les choix économiques étaient à faire.

Patrick Cham

19Il est sûr que pour la municipalité de Levallois, j'en parle parce que j’y suis, son choix a été guidé mais elle voulait faire un très grand club omnisport et cela lui coûtait énormément d'argent et au moment où il a fallu réduire le budget, ce sont les clubs qui amenaient le moins de spectateurs qui ont dû en souffrir. Mais je pense que ce n'est pas unique à Levallois, je pense que cela doit être pareil un peu partout.

Michèle Sappino

20Est-ce que tu peux nous dire à combien s'élève le salaire moyen d'un joueur professionnel ?

Patrick Cham

21C'est très aléatoire. Nous avons établi une fourchette de salaires, c'est-à-dire qu'un très bon joueur n'a pas de prix, mais en France, on sait que les salaires des bons joueurs peuvent monter entre 200 et 300 000 F mensuels. Mais il n'y en a pas beaucoup, la majorité des joueurs gagnent entre 35 et 80 000 F par mois.

Michèle Sappino

22Est-ce que vous avez des primes de match à chaque match ?

Patrick Cham

23Cela dépend des clubs. Certains ont des primes d'objectifs, d'autres ont des primes de match, cela peut varier énormément.

24En général, la moyenne des primes selon l'objectif que se donne le club peut varier entre 80, 100 et 150 000 F pour l'année. Mais il faut savoir que beaucoup de joueurs gagnent 20 000 F par mois et que dans la carrière d'un sportif, comparé à quelqu'un qui travaille toute sa vie, cela correspond à peu près à 4 000 F par mois. Il faut savoir que quand on vient au sport professionnel, c’est-à-dire que l'on est coupé de la vie active, de la vie normale, on joue 4 ans par exemple, on gagne 20 000 F, en prenant 50 000 F par mois, cela fait 600 000 F sur l'année. Nous sommes imposés comme n'importe quel travailleur. Il faut savoir que la tranche maximale est de 285 000 F sur l'année et il faut savoir que de tout ce que l'on gagne au-dessus on donne 56,7 % à l'Etat et il ne reste pas grand-chose et sur 4 ans, cela peut faire beaucoup d'argent, mais sur 37 ans, cela n'est rien du tout.

Robert Denel

25Cela signifie donc qu'un joueur de basket ne sert plus à la société au bout de dix ans, c'est un individu fichu puisqu'il ne peut plus rien gagner. Le basket a produit un individu qui était performant sur le terrain, le basket, le football ou le sport professionnel, qui a rendu certainement des services, mais j’aurais voulu savoir justement à ce moment-là si tu considères que ta pratique sportive est une fête, un métier, un boulot ou si c'est un moment de joie quand même. En quoi cela peut être un moment de joie, tu en as déjà d'ailleurs retracé quelques lignes tout à l'heure ? Deuxièmement, je n'arrive pas à imaginer qu'un individu qui a été performant sur le terrain ne puisse pas être, quand il n'est plus sur le terrain, performant dans la vie. Ce n'est pas lié au problème du sport, c'est lié au problème de l'humain. C'est quelque chose qui me dépasse et je n'arrive pas à comprendre que l'on puisse mettre en place des institutions de cette sorte quand tu dis que tu gagnes 20 000 F et que cela équivaut à 4 000 F sur le mois, c'est un raisonnement économique de chiffres mais c'est un raisonnement qui me dépasse parce que je pense qu'un individu qui a apporté des joies, qui a apporté quelque chose sur un terrain doit pouvoir obtenir les conditions pour être performant dans la vie en tant que citoyen.

Patrick Cham

26C'est sûr. En général, on n'est pas tous à la rue après le basket. Mais il faut savoir qu’il y a beaucoup de joueurs et à la sortie il y a très peu de places et peu d'élus. Premièrement, on peut penser qu'un très bon joueur qui connaît bien son sport peut devenir entraîneur s'il a les qualités pédagogiques, mais il n'y a qu'un entraîneur par club. On peut penser qu'il peut être embauché dans une grosse multinationale parce que cette boîte communique avec ce sport et il peut voir en ce joueur quelqu'un qui peut lui apporter dans tout ce qui est marketing. Il faut le former, il y a tout un problème de stratégie. Mais il faut savoir qu'il n'y a de la place que pour une personne et il faut savoir qu'une équipe de basket c'est 12 joueurs, il y a donc beaucoup de monde à réinsérer. Et ça, on en parle parce que le sport est en premier plan, mais c'est un problème qui touche tout le monde. Je le vois bien à l'université. Il y a beaucoup d'étudiants qui sont brillants et qui auront du mal à se caser en sortant et dès qu'ils auront l'âge de 30 ans, ce sera fini. Mon beau-frère a un doctorat en droit, il est trop qualifié pour travailler. Je ne regrette pas ma situation de basketteur. J'ai 35 ans et j'ai la chance de jouer depuis 20 ans déjà. Cela n'arrive pas souvent, c'est une exception.

27Je vis cela comme une joie. Je suis privilégié, je le sais. L'essentiel est d'en être conscient parce que beaucoup de sportifs sont assistés. Il faut savoir que nous sommes assistés très jeunes, c'est-à-dire que l'on a un appartement, on est logé, si on a besoin de quelque chose, on lève le petit doigt, le sportif ou le jeune qui n'a pas la largeur d'esprit pour faire l'analyse entre sa propre situation et la vie réelle de son copain ou de sa famille va vers de graves ennuis quand il arrêtera le basket parce qu'il y a l'accident, il y a l'arrêt brutal, on ne veut plus de toi et on ne sait pas pourquoi. Il y a beaucoup de joueurs qui arrivent sur le marché maintenant. Avant, en France, le basket n'était pas un sport très médiatique et peu d'enfants voulaient jouer au basket. Maintenant, cela devient une promotion, on gagne beaucoup d'argent. Si on joue pendant 10 ans et que l'on n'est pas trop bête, on peut réussir à s'en sortir, mais il y a la concurrence qui est de plus en plus grande. Je suis président du syndicat des joueurs, il y a des chômeurs, il faut les reclasser, il y a du travail, mais c'est une économie toute entière.

Olivier Bessy

28Penses-tu que l'on parle beaucoup du basket et que beaucoup de discours là-dessus peut être un facteur d'intégration des jeunes de banlieue surtout dans une banlieue comme Levallois ? Jouez-vous un rôle dans ce cadre-là, vous les basketteurs professionnels à Levallois ?

Patrick Cham

29Comme nous sommes des gens publics, nous avons un rôle vers ces jeunes et comme j'habite la région parisienne, donc on connaît la difficulté de ces banlieues, il est sûr qu'il y a beaucoup de jeunes qui veulent jouer au basket. Maintenant, c'est plus du social qu’autre chose et il faut réussir à leur faire comprendre que parmi eux c'est bien s'ils deviennent joueurs professionnels, mais il faut aussi leur faire comprendre qu'il y a d'autres moyens pour s'en sortir parce que les jeunes tombent aisément dans la facilité. Donc, comme le sport les amuse, ils pensent qu'ils vont tous devenirs joueurs professionnels. Il faut déjà les mettre sur les rails pour leur dire qu'il n'y a pas que cela, mais les aider s'ils aiment le sport. Nous avons donc une action auprès des jeunes, nous en sommes conscients mais il ne faut pas les induire en erreur comme souvent à l'âge de 15 ans, quand ils voient qu'ils ne peuvent pas être de grands sportifs, ils retombent dans une délinquance ou dans une vie sans avenir.

Jean-Michel Martin

30Je suis un peu étonné quand même. J'ai fait une enquête sur des joueurs de basket de Nationale 1. Dans cette enquête, j'ai posé la question à savoir qu'est-ce qui fait que vous continuez à être basketteur ou pas. Et dans les réponses que j'ai entendues, il y en avait une dizaine sur 40 ou 50 qui disaient qu'ils avaient tous aux alentours de 30 ans, ils disaient : "ce qui m'ennuie maintenant, c'est que dès que l'on rentre aux vestiaires, on ne parle plus que d'argent."

Patrick Cham

31Cela dépend du club. Je parle de mes sentiments personnels. Un quart, il est vrai que c'est pas mal, mais cela ne reflète pas forcément l'image pour moi. Nous sommes 300 joueurs professionnels à peu près.

Alain Arvin-Bérod

32Je trouve que c'est très bien qu'il y ait un athlète qui soit invité parce qu'on ne peut pas passer son temps à parler du sport selon ces critères. Les gens vivent le sport. Je suis très heureux d'entendre notre ami dire ce qu'il dit. On peut gagner de l'argent, on peut même en parler ensuite avec sa femme et sa famille, mais prendre également son pied sur le terrain. On peut toujours raconter que Maradona est revenu au football parce qu'il avait des problèmes d'argent, on peut tout raconter là-dessus.

33Quand on vit ce qu'il dit, quand on ne le vit que 10 ans de sa vie à un haut niveau, tout le monde connaît ou angoisse sur les problèmes de la vieillesse. Quand on consacre une partie de sa vie à cela, et quand même pour le plaisir du public, je pense qu'il faut respecter beaucoup plus le sport et ses acteurs tout en écoutant le public parce qu'il ne faut pas tirer sur n'importe qui, n'importe comment. La télé, tout le monde la regarde. Canal + raconte des histoires, elle diffuse des films et des matchs, les matchs sont des histoires, les gens aiment cela quel que soit le niveau culturel et le sport est une activité culturelle au même titre que les autres. Combien les sportifs gagnent, c'est la partie visible de l'iceberg. Il faut poser les mêmes questions à tout le monde, à tous les gens du spectacle, on en tire les conclusions. Les exigences morales doivent être les mêmes pour tous. Ecoutons les athlètes, ils sont les acteurs du sport. Je trouve que nous ne sommes pas très honnêtes. On demande beaucoup et finalement, dans nos villes, les écarts de salaires existent en fonction des compétences. Il y a des décalages importants entre un athlète de haut niveau et un autre athlète qui pratique. On revient au problème de tout à l'heure, dans une société comme la nôtre où il y a presque trois millions de chômeurs, il est difficile d'admettre que des athlètes de haut niveau, des comédiens ou des chanteurs gagnent leur vie de manière démesurée. Je sais que c'est choquant.

Carmine Calzonetti

34Tout le monde est fier en France de Mary Pierce parce qu'elle est au niveau mondial en tennis. Mais si elle est au plus haut niveau en tennis, c'est peut-être parce qu'elle a laissé tombé ses études à 11 ans. Voilà la dernière remarque que je voulais ajouter. Je tiens également à vous remercier de nous avoir invités.

Autores

International de Basket Ball

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Esta publicación digital es el resultado de un proceso automático de reconocimiento óptico de caracteres.