Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, fête et société

 | 
Jean-Paul Callède

Thème 2. Les moyens pour faire la fête !

Témoignage de Carmine Calzonetti

Carmine Calzonetti, Frédéric Agazeï, Daniel Bonzoms, Robert Denel, Michel Lenguin, Jean-Paul Voizeux et Frédéric Paquet

Texte intégral

Témoignage de Carmine CALZONETTI

Entraîneur de Basket Ball à l'Université Saint John de New York

1Bonjour tout le monde. Je suis un dirigeant de basket à l’Université Saint John près de Manhattan. Notre université a 16 000 étudiants en sport. Le basket et les autres sports sont dirigés par un département des athlètes. Le basket chez nous et le football sont les deux sports qui apportent l'argent dans notre département. Comme dirigeant nous sommes responsables pour faire vivre 26 sports par exemple. Pourtant dans notre université, il n'y a qu'un sport, le basket, qui amène vraiment de l'argent. Notre but c'est de faire un spectacle, cela veut dire avoir la meilleure équipe sur le terrain, avec le plus grand nombre de spectateurs, le plus grand nombre de matches télévisés, et le plus grand nombre de sponsors. Notre budget s'élève à peu près à 1 100 000 dollars par an, somme trouvée par l'université. Néanmoins, on perd 1 500 000 dollars chaque année parce que les autres sports sont déficitaires. Le rôle de l'université est de donner à toutes les disciplines les mêmes possibilités de s'exprimer. Et cela devient de plus en plus difficile chaque année. On est toujours en train de lutter, de recruter de meilleurs joueurs pour essayer de maintenir notre niveau d'excellence. Notre université a la responsabilité de combler les trous. Pour chaque match télévisé que l'on joue voici les tarifs. Pour un match national de basket aux USA on reçoit 180 000 dollars, c'est-à-dire 900 000 F et on a à peu près deux matches par an. Un match régional c'est 30 000 dollars, local 5 000 dollars. Pour obtenir la télévision nationale, il faut avoir une très bonne équipe parce que ce sont les dirigeants de télévision de Californie qui décident qui joue. C’est important pour nous car une grande partie de nos recettes proviennent de la télévision. On recherche continuellement de nouveaux sponsors, comme Coca-Cola, ou même des sponsors locaux à placer sur nos panneaux publicitaires dans les salles. En même temps, comme en France, nous avons un club de supporters qui nous donnent de l’argent pour avoir le droit d'avoir de bons billets. Ce sont nos seuls moyens d'attirer l'argent. En même temps, un sport comme l'athlétisme coûte énormément d'argent avec l'assurance, les voyages, etc... La natation c'est pareil. L'entretien du football américain chiffre également beaucoup (équipements, entretien de terrasse...).

2Les clubs de haut niveau, comme pour vous, doivent batailler dur pour survivre. Etre juste pour chaque étudiant n'est pas toujours facile. Par exemple, on ne peut pas acheter des équipements pour l'équipe d'escrime si le basket a besoin de quelque chose qui semble plus important. On est donc obligé de prendre des décisions qui sont quelquefois très difficiles.

3En même temps, aux Etats-Unis, il y a des lois qui existent. On doit dépenser la même somme d'argent pour les équipes masculines que pour les féminines. Pas de ségrégation sexuelle ! Cela veut dire que si vous avez un budget pour l'équipe de basket masculine, vous devez dépenser la même chose pour l'équipe féminine de basket. Une autre loi dit que si vous avez 200 garçons qui jouent dans toutes les disciplines, il faut 200 filles aussi. Et s'il n'y en a que 180, il faut créer une autre équipe pour atteindre les 200, même en perdant de l'argent. Il doit y avoir 200 filles et 200 garçons. Je suis ravi du règlement en tant que père parce que j'ai trois filles. Mais en tant que dirigeant, je le déplore car cela coûte cher de suivre les lois nationales. C'est un problème qui existe aux Etats-Unis. Heureusement la loi américaine n'a pas que des inconvénients. En effet, 64 des meilleurs clubs sont sélectionnés pour faire partie du Tournoi N.C.A.A. et chaque fois que vous gagnez, l'université reçoit 100 000 dollars. Notre système pour le sport dans les universités est très différent par rapport au vôtre. L'université offre une bourse pour les études et pour le club. Je ne suis pas ici pour défendre notre système, ni pour l'accuser mais pour vous donner une idée de son fonctionnement.

Frédéric Agazeï : S.M.E.C. (Metz)

4Je voudrais savoir si les joueurs universitaires américains sont payés pour jouer ou ont des bourses et de quel montant ?

Carmine Calzonetti

5Comme vous savez les études aux Etats-Unis sont très chères, cela peut aller jusqu'à 125 000 F par an. Un joueur de haut niveau, c'est-à-dire en division 1 a une bourse. Elle permet à l'étudiant de payer ses études pendant quatre ans. Il est facile de recruter des joueurs européens aux Etats-Unis, et c'est toujours un problème parce qu'il y a toujours des clubs en Europe qui forment des joueurs depuis 5 ou 6 ans. Ils ne veulent pas perdre des joueurs qui s'en iraient aux Etats-Unis. Les investissements que les clubs ont fait et le fait qu'une université américaine peut recruter par un seul appel téléphonique, c'est un problème.

6Il y a deux semaines, on a reçu 25 Français aux Etats-Unis. Les Français sont mordus pour l'Amérique, je crois que c'est grâce à Canal +. Ils connaissent tous les noms des joueurs américains, ils connaissent toutes les marques. Personne ne voulait visiter la statue de la Liberté, ils voulaient acheter les vêtements de basket.

Daniel Bonzoms

7Vous avez parlé des financements que vous trouvez. Vous n'avez pas parlé des collectivités locales de la ville dans laquelle se trouve l'université.

Carmine Calzonetti

8Cela n'a rien à voir. L'université est indépendante. La ville a d'autres problèmes. En plus une ville peut supporter dans d'autres domaines, mais pas financièrement.

Robert Denel

9Les étudiants sont de vrais étudiants ou y a-t-il de faux étudiants ?

Carmine Calzonetti

10On a de bons étudiants et de mauvais étudiants. Notre responsabilité est de donner des possibilités de suivre des études, ce n’est pas une “garderie d'enfants”, on essaie de faire le maximum pour qu'ils finissent leurs études avec un diplôme. L'université elle-même est souvent mise sous pression par des journalistes qui disent : “Ecoutez, vous avez des joueurs dans toutes les disciplines, qui pratiquent et seulement 10 % terminent avec des diplômes”. C'est comme cela. C'est une mauvaise publicité et l’université ne veut pas de mauvaise publicité. Certaines universités avaient des problèmes, mais il y a une organisation qui s'appelle N.C.A.A. qui est notre “chien de garde”, donc on essaie de faire le maximum. L'étudiant, qui a entre 18 et 20 ans, devrait être un peu responsable pour ses propres actions.

Michel Lenguin, Président du B.E.C.

11Le sport est associé au spectacle, mais la fête est-elle associée au sport ?

Carmine Calzonetti

12La fête c'est de jouer devant 19 000 spectateurs, avec la télévision et des grand écrans. Le sport de haut niveau, c'est un spectacle. Il y a deux semaines, j'ai vu les Rolling Stones dans le même stade que celui où j'avais vu Italie-Irlande, dans le cadre de la Coupe du Monde, c'était un spectacle aussi. Il y avait 80 000 spectateurs pour les deux spectacles. Donc, pour moi, la Coupe du Monde, les Rolling Stones et un match de basket de finale NCAA ce sont des spectacles.

Robert Denel

13Est-ce que les spectateurs aux Etats-Unis aiment voir leurs équipes gagner ou aiment-ils un beau spectacle ?

Carmine Calzonetti

14Il y a certaines choses. Une équipe qui gagne attire beaucoup de supporters, mais une équipe qui perd n'a pas beaucoup de supporters. Lorsque l'on gagne, on a beaucoup d'amis. Les supporters sont là pour nous donner un coup de main. On a fait des matchs de basket à New York, Manhattan. On a Madonna, Woody Allen, tous ces gens-là n'ont rien à voir avec le basket, mais ils sont mieux placés parce que pour les Nicks c'est important qu'une vedette soit là.

Robert Denel

15Que pensez-vous du succès de la Coupe du Monde de Football aux Etats-Unis ? Il nous a semblé que les spectateurs n'avaient pas le même comportement et finalement faisaient la fête alors que ce n'est pas un sport qui a priori marche aux Etats-Unis. Est-ce lié à l'envie de faire la fête, au beau spectacle, à quoi selon vous ?

Carmine Calzonetti

16C'était intéressant parce que la Coupe du Monde a eu la plus grande recette depuis toujours, le plus grand nombre de spectateurs, parce que les stades étaient les plus grands. Mais n'oubliez pas que les américains ont des racines européennes ou d'Amérique du Sud, donc les stades étaient pleins grâce aux gens d'origine italienne, irlandaise, brésilienne. Donc, ce n'était pas l'américain cow-boy qui était là mais les américains d'origine étrangère.

Jean-Paul Voizeux, D.U.C.

17Tu as oublié Robert de signaler que Carmine Calzonetti a été entraîneur en France pendant plusieurs années, donc il a pu observer le comportement des joueurs américains et celui des joueurs français. Je voudrais savoir, entre les Français et les Américains, quels sont ceux qui ont le plus le sens de la fête ?

Carmine Calzonetti

18Les joueurs français ont fait beaucoup de progrès. Le basket de haut niveau est maintenant professionnel, même en nationale 2. J'ai dit tout à l'heure que grâce à Canal +, les jeunes adorent le basket. Grâce à la télévision, les jeunes connaissent plus les joueurs américains que les joueurs français. Mais pour revenir au basket, c'est un grand spectacle. En France, le basket a un très haut niveau maintenant.

Daniel Bonzoms

19Les dirigeants et les entraîneurs sont-ils payés sur le budget du basket lui-même, du sport lui-même ou sur l'université ? Et les salaires sont-ils dépendants des résultats ?

Carmine Calzonetti

20Nous avons un budget annuel parce que nous faisons partie d'une poule. Les choses que nous ne contrôlons pas, ce sont la télévision, les tournois de fin d'année ou les recettes comme chez vous. On connaît notre dépense mais on ne connaît pas notre recette. Souvent, quand une équipe commence à perdre, le Président de l'université peut décider de baisser le niveau. Les entraîneurs de sports qui ramènent de l'argent gagnent très bien leur vie. Un entraîneur de basket gagne entre 400 000 et 800 000 dollars par an. C'est deux voire trois fois le prix d'un entraîneur en France.

Frédéric Paquet, membre de la Fédération de Football Américain

21J'aimerais savoir comment les américains expliquent le fait qu’il y ait toujours du monde lors des rencontres pour les différents sports américains que ce soit en professionnel ou amateur ?

Carmine Calzonetti

22Il n'y a pas toujours du public. Ce que vous voyez ce sont les matches télévisés, il s'agit donc d'un bon match. Les matches où il n’y a pas de public ne sont pas télévisés. Il s'agit aussi souvent de matches universitaires et les places pour les étudiants sont très souvent gratuites et certaines universités ont 25 000 étudiants. Il y a aussi souvent des salles vides.

Auteurs

Entraîneur de Basket Ball à l'Université Saint John de New York

S.M.E.C. (Metz)

Membre de la Fédération de Football Américain

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540