Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, fête et société

 | 
Jean-Paul Callède

Thème 2. Les moyens pour faire la fête !

Intervention d’Alain Arvin-Bérod

Alain Arvin-Bérod

Texte intégral

Intervention d’Alain ARVIN-BÉROD

Fondateur du Musée Géo Charles
Directeur de la Société SDEA (Syndicat Départemental d'Eau et d'Assainissement)

1En vous remerciant de m'avoir convié à participer à l'Université Sportive d'Eté, je tiens à vous préciser que mon intervention ne reprend pas tout à fait la tendance qui s'est dessinée ces derniers jours. En mesurant la part de provocation que la formule peut présenter, je dirais que "l’argent de la fête c'est... la fête". Mon analyse est que le sport s'est constitué autour de la fête et que cela dure toujours mais comment ? Est-ce la fête "carnaval" ou la fête "provocation" selon une classification connue ? Ni l'une ni l'autre exactement mais une fête où l'argent a toujours été présent, car le jeu est échange et l'échange est un jeu. Je ne diabolise donc pas la relation sport-argent qui est au cœur de l'échange festif. Aujourd'hui, pas plus qu'hier. L'argent et le sport sont en ménage depuis longtemps, même si, à l'inverse des échanges amoureux sur le plan social, l'union libre ici a cédé la place au mariage institutionnel. Ce n'est pas forcément le divorce qui libérera la dimension festive du sport ! Par contre, la difficulté qui nous assaille tous sans exception tient au fait que notre société vit une crise profonde. Dans celle-ci, l'argent est le dernier signe de la menace d'exclusion des individus sous la forme du chômage et de la précarité notamment. A partir de là, l'existence connue et abondamment étalée dans la presse des déficits et endettements des clubs de sport de haut niveau qui viennent d'être évoqués par mon prédécesseur, ajoute du malaise au drame humain. L'argent a néanmoins toujours été associé à la fête du sport par sa dimension économique accompagnant les fonctions religieuse et politique. Je reste donc sceptique sur les "évidentes certitudes" liées aux seuls aspects néfastes de l'argent et j'hésite à me ranger derrière les bannières du tribun...

Il faut une fête pour avoir de l'argent de... la fête et non l'inverse !

2Il faut une fête, c'est-à-dire une conjonction de facteurs qui soit ont entre eux un lien de parenté (structure familiale, ethnie, etc...), soit affirment un apparentement à un système de valeurs dont la pérennité réclame une célébration régulière, saisonnière qui recouvre les principes d'unité du groupe, de la société, etc... Dans tous les cas, il y a une histoire comme fondement à la réunion. On sait la fonction de "passage" remplie par la fête où se conjuguent l'histoire individuelle et l'histoire collective.

3Pour faire court, disons qu'il y a dans la fête une initiation qui justifie sa répétition (chaque année pour les générations) et valide le système des valeurs reconnues comme communes.

4Les Jeux olympiques historiquement sont la fête du sport. L'origine du sport est contenue dans la fête : ce sont les Jeux olympiques. C'est leur fonction d’origine qui donne sens à l’histoire du sport et lui confère l'aura de la fête. Le sport est né, s'est renouvelé et s'est rénové avec la fête. Mais sa fête moderne peut se suffire à elle-même avec l'autonomie économique de l'édifice de la compétition. Faut-il pour autant considérer cette évolution comme une disparition de la fête ? Je ne le crois pas. Je prendrais trois exemples historiques : la Grèce classique, la Révolution Française et les prémisses de la rénovation coubertinienne des Jeux olympiques.

5La Grèce classique, La nature chez les grecs est remplie de dieux qui vivent, guerroient, s'aiment, jouent, etc... Le sport comme on l'appelle aujourd'hui apparaît dans la fête grecque. Chaque année, il y a une fête au cours de laquelle les jeux sportifs sont présents et permettent au peuple grec d'honorer ses dieux (Olympie, Delphes, Némée, Corinthe et Olympie à nouveau). Au même moment, cette Grèce qui vit avec ses dieux turbulents et imprévisibles invente un espace doté d'une relative autonomie, la cité. Celle-ci n'est alors pas régie par les divinités mais par les hommes. Et ce sont les cités qui se révèlent puissamment dans les jeux et la fête sportive. Mais la fête reste celle des dieux que l'on honore (Zeus à Olympie) et devant qui on entre en compétition. L’argent est là : celui de la fête donnée par les orchontes, sponsors de l'époque. Celui de la foire commerciale qui accompagne les jeux et les rencontres poétiques, artistiques. Les sacrifices religieux côtoient la beuverie et le sport ! Il n'y a pas de passé idyllique du sport où l'argent serait absent cédant la place au désintéressement, la seule loyauté, etc... Il y a les récompenses (en nature et sous la forme de privilèges, de "prises en charge" dirions-nous aujourd'hui) mais aussi la tricherie, la condamnation par les hellanodices (juges des Jeux) du dopage, de la fausse nationalité, etc... Bernard Jeu, notre ami disparu, le disait avec talent et persuasion ; ne soyons pas faussement naïfs au point de laisser croire que les usages immoraux de l'argent seraient notre seul fait d'hommes modernes. C'est dans le cadre de la fête, échange social ouvert, que circule l'argent. La fête suppose que soient respectées les règles de la société et à ce titre aucune exception n’est recevable ni tricherie mais l'argent est aussi là pour honorer et célébrer. Cela rentrait dans l'ordre des choses car l'ordre du monde ne subissait aucun changement par la compétition. Il prime parfois sur les résultats : ainsi chez Homère où on voit même inverser les résultats pour ne pas troubler l'ordonnancement social qui trouve dans la compétition une nouvelle raison d'asseoir la hiérarchie. L'argent sert la fête qui le lui rend bien puisque sa fonction est de célébrer l'ordre du monde. La fête est à ce point le ressort du sport que le jour où la fête n'est plus celle d'un même peuple et d'une seule religion le sport est... condamné ! C'est la suppression des J.O. par l'influence catholique (Théodose 1er empereur converti au catholicisme) en 393 avant J.C.

6Cette période nous indique aussi que le sport n'a pas d'autonomie comme de nombreux chercheurs l'ont souligné. Le sport c'est la fête, toute la fête et rien que la fête. Il existe d'abord des fêtes dont les J.O. qui font une place au sport. Elles sont devenues la nostalgie originaire du sport : son acte de naissance et son mythe...

7La Révolution Française correspond à la deuxième période que je veux évoquer. Il y a peu de sports en France en cette fin de xviiie siècle, contrairement à l’Angleterre. Mais ce que l'on ne prend pas souvent en considération c'est la réminiscence "olympique" qui affleure à la surface pour se retrouver mêlée aux projets révolutionnaires notamment dans le cadre de "l'Education Nationale". Complétant le dispositif "instruction publique", "l'Education Nationale" installe les fêtes comme une pédagogie de masse et un moyen de persuasion. Les Jeux olympiques font leur retour sous la Révolution pour célébrer un seul peuple et une seule nation ! Mais à la différence de la Grèce, il s'opère un changement décisif qui va permettre au sport de rencontrer la citoyenneté grâce à la liberté et à l'égalité. Les compétitions sportives apparaissent certes pour redonner sens à l'histoire antique et construire une nation fraternelle mais il n'y a pas que cela. La "première Olympiade de la République" (22 septembre 1796) ouvre la scène sociale aux citoyens qui accèdent au droit de concourir, du simple fait d'être français. La réapparition des J.O. trouve des avocats sur tout l'éventail politique, de Talleyrand à Saint-Just ! La fête révolutionnaire après l'instauration de la République en 1792 va célébrer une nouvelle organisation des rythmes sociaux : calendrier et mesure nouvelle : temps et espace à la fois. Le fait que ce soit le rapporteur de la loi sur le calendrier révolutionnaire et le mètre, Gilbert Romme qui lance l'idée à la Convention de renouer avec la tradition grecque utilisant le jour intercalaire (29 février des années bissextiles) pour les Jeux olympiques n'est pas neutre. La fête révolutionnaire tente de conjuguer le culte de l'origine et celui de la nouveauté... La renaissance olympique est désormais en route. Coubertin rappellera au monde sportif (avec les difficultés que l'on sait) que le sport doit être une fête d'abord : internationale (c'est son "coup de génie") et "naturelle" comme chez Rousseau. Ce sera la fête du printemps de la jeunesse (toujours l'origine !).

8On peut penser que ce sont les nouveaux principes contenus dans la "Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen" qui constituent les éléments du dispositif festif moderne auquel les J.O. vont donner une ampleur insoupçonnée par... les révolutionnaires eux-mêmes ! C'est ce que me semble dire Michelet quand il descend de sa chaire du Collège de France moins d'un siècle plus tard à propos de la Révolution Française dont il écrit l'histoire. Il livre dans sa préface la réflexion suivante : tous les grands mouvements de l'histoire de l'humanité ont laissé des traces avec des monuments. En foulant le Champs-de-Mars, il mesure que la Révolution n'a laissé aucun édifice comparable aux pyramides, etc... Elle a laissé le Champ-de-Mars sur lequel quelques chevaux galopent... La Révolution a laissé un "espace de liberté" où l'homme pénètre pour jouer et créer. Le stade est en gestation ici... qui va fêter les courses de l'homme désormais engagé dans l’épopée du progrès et de la science, sans oublier ses origines.

  • 1 Et Didon créa la devise des J.O.... est le titre du livre d'Alain Arvin-Bérod paru aux Editions Sc (...)

9Examinons la troisième période. A la fête politique révolutionnaire qui tente de réinstaller sur fond de "rassemblement de masses" les fêtes helléniques comme pour mieux symboliser ce retour à l'homme naturel et bon (J.J. Rousseau) va répondre quelques années plus tard la fête religieuse et scolaire du Petit Séminaire du Rondeau de Grenoble qui rénovera et perpétuera pendant 120 ans les Jeux olympiques dès 1832... Avant Coubertin, des pensionnaires pétris de culture classique reçoivent l'accord des ecclésiastiques pour organiser des Jeux olympiques. Ce qui était une préoccupation éducative modeste au départ va devenir un terreau exceptionnel où germent des intelligences fécondes comme celle d’Henri Didon, futur moine dominicain et Père de la devise olympique "Citius, Altius, Fortius" (plus vite, plus haut, plus fort). Charte olympique, association sportive scolaire autonome, élection des dignitaires olympiques, médaille de bronze, etc... vont jalonner "l'histoire oubliée" des premiers J.O. de l'ère moderne1. La préoccupation pédagogique inonde l'olympisme rondinois. Il s'agit là aussi de former l'individu et de perpétuer l'enseignement du Christ. Ce sera l'ambition de Didon, fervent républicain et homme de foi enthousiaste. La trilogie de Didon va permettre de structurer l'idéal sportif autour de cette pédagogie du progrès personnel, social tout en veillant à fortifier la foi catholique. Une pensée parente de Teilhard de Chardin.

10Très rapidement le sport lui-même va devenir fête où se produisent désormais des professionnels. Il s'impose comme une référence autour de son développement régulier et de sa diversification. Il revêt des valeurs humanistes qui se sont éloignées de la société et font de lui une "autre société". C'est pourquoi il me semble abusif d'interpréter l'évolution du sport vers son autonomie comme un signe de dérive parce que désormais les athlètes sont reconnus comme des acteurs et des créateurs culturels ! Les déficits existent mais qui sollicite la demande sportive ? C'est une question pour laquelle les économistes sont interpellés mais la demande n'est-elle pas aussi ailleurs ? Ce qui se joue dans le sport est une fête accueillant et dépassant en même temps les conditions historiques. Le sport exprime cette aspiration à vivre ses désirs et à les partager autrement. Il me semble que le sport est une des dernières activités qui raconte une histoire dont on ne connaît pas la fin. L'avenir est toujours possible quand sur le terrain évolue l'imaginaire. Comme sur la toile, la scène ou dans le film. La fête est un projet où tout reste possible.

DO YOU KNOW DIDON ?...

11Il est né en 1840 en Isère au Touvet. En 1848, il entre au Petit Séminaire du Rondeau à Grenoble. Son père est un quarante-huitard, sa mère très religieuse et il est brillant dans toutes les disciplines dès son arrivée : y compris dans les Jeux olympiques où il est triple champion olympique eu 1851, 1853, 1855. A 16 ans, il décide de rentrer dans l'ordre des Dominicains que Lacordaire a rénové quelques années plus tôt. Il va à Flavigny en Bourgogne là où Lamartine et Bossuet ont fait leurs études. Il étonne par ses dons d’orateur et à 20 ans, il est ordonné prêtre. Prédicateur à Notre-Dame à Paris il est vite connu. Les prêches sont à l'époque sous la Troisième République des moments de communication importants car il n'y a ni télévision, ni radio. La presse écrite suit les sermons et notamment ceux de Didon. Sa côte de popularité est en hausse quand il se fait rappeler à plus de discrétion sur ses commentaires à propos du divorce. Nous sommes en 1880 et l'évêque de Paris alerté par des bonnes âmes chrétiennes lui demande de parler plutôt de la Vierge... Didon est libre ou tout du moins il le croit. Les appareils sont tous les mêmes, (ecclésiastiques ou laïques) et le dominicain frondeur est invité à résider en Corse à Corbara pour un exil propice à la réflexion. Là au-dessus de l'Ile Rousse, l'homme se tait, écrit et souffre sans plaintes. Pasteur lui écrit pour le réconforter, Maupassant vient le saluer et ensemble ils parlent de Flaubert disparu car chacun connaît sa nièce, Caroline Commanville, une âme sensible et artiste qui peindra un portrait de Didon. Une fois revenu au monde, il choisit le voyage et l'Allemagne où il séjourne et apprend la langue. Dans une atmosphère propice à la revanche après la débâcle de Sedan, il écrit un livre Les Allemands. Ce peuple cultivé le porte à la paix plus qu'à la guerre et lui, le moine, décrit son émotion en descendant dans la cave où Goethe écrivit son... "Faust" !

12Le Figaro par la voix de Léon Bloy le traite de "Savonarole de Nuremberg" mais Didon travaille déjà à sa Vie de Jésus-Christ. Nous sommes en 1890 quand on lui demande avec insistance de prendre la direction du collège Albert-le-Grand à Arcueil. Il accepte sans avoir été préparé à cette tâche où il va se révéler comme un pédagogue de talent. A peine nommé, il reçoit un homme de 23 ans son cadet qui lui demande de faire participer ses élèves aux compétitions sportives avec les lycéens car les Jésuites refusent. Il dit oui sur le champ à son visiteur, Pierre de Coubertin. Ce dernier le connaissait de réputation et Didon l'invite à venir créer une association sportive à Albert-le-Grand. Après avoir tracé un "rallye-paper" tous les deux, il prononce le 7 mars 1891 devant ses élèves assemblés une allocution à l'issue des compétitions : il leur demande de prendre comme devise Citius, Aldus, Fortius... Coubertin présent s'en souviendra en 1894 au Congrès Olympique de Paris. Le Baron lui voue une profonde admiration. Il lui envoie son neveu et lui demande conseil.

13Le moine dominicain, républicain et convaincu des vertus du progrès emmène alors ses élèves en 1896 en train, en bateau, à cheval et à pied à Athènes aux Jeux olympiques ! Arrivés dans la capitale, on lui demande de dire la messe catholique la veille de l'ouverture des J.O. Il y a 1500 catholiques à Athènes et ce sont 4 000 personnes qui se pressent pour écouter le prédicateur dauphinois... En l'église de Saint Denys l'Aréopagite, il annonce l'oracle olympique et éclaire l'horizon de ses visions humanistes et ferventes. Le lendemain, il assiste aux J.O. et un de ses élèves participe au 1500 m...

14A la vue du coureur qui met des gants blancs devant le roi, du nageur favori qui refuse de se jeter à l'eau à cause de la température, etc... On se serait cru à la course organisée par Alice au Pays des Merveilles ! Et pourtant ce seront les pionniers d'Athènes qui feront ensuite la gloire des olympiades modernes.

15En 1897, au Havre, Coubertin a besoin d'un conférencier renforçant les bases de l'olympisme. Il demande à Didon d'ouvrir les travaux du Congrès qui parle alors avec courage de l'influence morale des sports.

16C'est un homme des frontières qui travaille dans la tolérance, rencontre un écho retentissant à l'étranger, aux Etats-Unis, au Canada, en Russie, en Italie. Soucieux d'harmonie et épris de dialogue, il se rend à Rome chez Léon XIII porteur d'un message de Waldeck-Rousseau, radical modéré pour tenter de trouver une issue au conflit entre l'Eglise et l'Etat : il meurt subitement en chemin. Nous sommes en 1900, celui qui ouvrait le siècle à la fois au sport et au progrès s'éteint. Depuis on avait oublié ce moine : lui avait su se souvenir de ses années d'adolescence au Rondeau quand il rivalisait heureux aux Jeux olympiques de la fraternité. Puisse Didon être de retour...

Notes

1 Et Didon créa la devise des J.O.... est le titre du livre d'Alain Arvin-Bérod paru aux Editions Sciriolus, collection Histoire du sport (BP 153 38431 Echirolles Cedex, 65 F par poste).

Auteur

Fondateur du Musée Géo Charles, Directeur de la Société SDEA (Syndicat Départemental d'Eau et d'Assainissement)

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540