Version classiqueVersion mobile

Sport, fête et société

 | 
Jean-Paul Callède

Thème 2. Les moyens pour faire la fête !

Intervention préliminaire

Daniel Bonzoms

Texte intégral

Daniel BONZOMS

Directeur du S.U.A.P.S. de Montpellier
Président du Montpellier Université Club

1Je présente les excuses de Wladimir Andreff, qui nous a adressé une contribution écrite. Vous avez eu celle-ci à disposition depuis hier. En fait Wladimir Andreff devait être le seul véritable économiste de cette table. M. Alain Arvin-Bérod nous a rejoints, je le remercie, il vient spécialement de Grenoble, et a abandonné momentanément son travail pour venir alimenter nos débats. L'intervention de M. Arvin-Bérod se fera en première partie. Après la pause, nous avons changé le programme par rapport à ce qui était prévu, parce qu'une opportunité s'est présentée.

2Hier, un dirigeant de l'équipe de basket-ball américaine en tournée actuellement en France, et qui réside dans le même hôtel que nous, s'est proposé pour venir nous parler de son expérience dans le basket professionnel, dans le basket américain, dans le basket de spectacle.

3Comme introduction à cette demi-journée dont l'intitulé est : L'argent de la fête... Les moyens pour faire la fête !, je commencerai d'abord par le rappel de ce qui a pu être dit auparavant, en rapport direct avec le thème d'aujourd'hui, puis je vous ferai part de mes propres expériences en relation avec le sujet traité. Je m'en tiendrai surtout à un rôle d'animateur, certainement bien candide. Comme je le disais tout à l'heure, je ne suis pas du tout compétent en matière économique. Certainement comme la plupart d'entre vous, j'ai une expérience dans différentes fonctions, tout d'abord d'élu local ; depuis peu, je m'occupe de finances dans une petite mairie ; d'élu sportif, ensuite dans ce cadre nous sommes tous confrontés à la gestion, à la caution de budget et aux problèmes des rapports entre le sport et l'argent. Enfin, également, en tant que responsable d'un Service des Sports de l'Université, puisque là aussi, il y a des problèmes de financement.

4Tout d'abord, rappelons le thème d'aujourd'hui qui est : "L'argent de la Fête... Les moyens pour faire la Fête !". Ce thème est complété de deux sous-titres que l'on traitera en même temps dans cette première partie : "L'évaluation économique de la fête", "Fête et spectacle : vendre l'imaginaire".

5Jean-Paul Schneider, dans son introduction au thème général de l'U.S.E., avait indiqué la nécessité d'adhésion à des valeurs communes, pour faire la fête. Mais un aspect indéniablement pervers a été aussitôt mis en avant c'est le fait d'organiser des fêtes pour réaliser tout simplement des profits. Et on pouvait assimiler selon l'auteur, ses formes, à des formes vides, dont s'emparent les mercantis. Ainsi, dès l'introduction, le ton était donné. L'argent, le profit, semblent être un des paramètres incontournables de la fête sportive, assimilée le plus souvent à un spectacle donné en consommation. Comme Jean-Paul Schneider le notait, le sport, dans ce cas, est devenu un alibi, une perversion, une illusion.

6Jacques Ardoino, nous a indiqué à la suite, que déjà dans l'étymologie du terme de fête, le problème de l'économique est fondamental. Et il posait le principe que le support des échanges économiques est un support fondamental pour la fête. Hier, dans la demi-journée consacrée aux médias, ou concernant la presse écrite et audiovisuelle, nous avons pu constater, par de nombreux exemples qui nous ont été fournis, que les problèmes économiques étaient au centre des préoccupations de la presse, pour son financement, pour son existence même. Et cette présence permanente, exercée à différents niveaux, a un rôle de censure, ou à l'excès inverse de création artificielle d'événement.

7André de Rocca, le journaliste présent du quotidien Le Provençal reconnaissait en réponse à une question posée, d'une façon provocatrice par l'un d'entre nous, qu'argent et sport étaient de plus en plus liés dans la presse, et il a également rappelé que son journal était financé à 70 % par des recettes publicitaires.

8Les relations apparaissent parfois conflictuelles entre organisateurs de spectacle sportif et de fête, et de fête sportive, car elles sont souvent concurrentielles avec les besoins de la presse.

9C'est Guy Guézille qui rappelait que lorsqu'on organise une manifestation, les organisateurs attendent des recettes publicitaires relativement importantes pour fonctionner, mais maintenant la presse est là également, sur les mêmes terrains, pour essayer de trouver des financements pour sa propre survie. Donc, la presse recherche des annonces publicitaires et les organisateurs ont besoin de supports financiers. La presse prive donc de temps en temps les organisateurs de ses ressources nécessaires.

10Il s'est dégagé de toutes ces expériences, un sentiment d'impuissance permanent face à l'argent.

11Pour ma part, et dans le cadre de ma propre expérience, je choisirai trois exemples significatifs, pour illustrer ces rapports et les questions que l'on peut se poser.

12Le premier exemple est constitué par les Clubs de haut niveau. Vous connaissez certainement le M.U.C. volley-ball, qui connaît quelques difficultés financières, le Club de handball de Nîmes, l'U.S.A.M., qui a déposé le bilan, le Club de football de La Paillade - Montpellier, qui a largement réduit son train de vie. Tous ont actuellement des problèmes de financement et ont été obligés de prévoir des budgets beaucoup plus étroits, beaucoup plus faibles qu'auparavant. Il semble, quand on analyse leurs évolutions sur plusieurs années, qu'il y ait eu une progression assez importante des masses budgétaires gérées par ces Clubs. Ces budgets ont atteint une limite qui devenait pratiquement intolérable pour les collectivités locales au regard des résultats sportifs et des retombées d'image. En fait quand on les regarde de plus près, on s'aperçoit que la part d'augmentation de ces budgets, d'une année sur l'autre, permettait de financer les déficits de l'année précédente. Et ainsi, malgré les déficits créés en permanence, les budgets pouvaient se rééquilibrer. Malheureusement, il y a un moment où il y a une limite qui tient au résultat sportif acquis par rapport au résultat attendu. Il est évident que si un club progresse en permanence et a des résultats de plus en plus flatteurs, les collectivités locales, qui veulent absolument faire parler d'elles, n'hésitent pas à augmenter les budgets, mais dès que la courbe des résultats s'infléchit, elles ne suivent plus. Et alors là, les déficits ne peuvent plus être résorbés.

13Il semblerait que tout se passe comme s'il existait une espèce de point de rupture entre les ambitions sportives des Clubs qui assurent un spectacle, qui font venir du monde et les volumes budgétaires consentis. Tout se passe comme si les Clubs atteignaient, sur le plan budgétaire, un point de rupture au-delà duquel l'argent prenait le pas sur toute autre préoccupation.

14Mon deuxième exemple concerne l'Université. Vous savez qu'à l'Université, le sport est le parent pauvre, les budgets sont relativement serrés, l'encadrement est minimum, je ne parle pas des U.F.R. STAPS qui sont complètement intégrés dans les cursus, et qui connaissent également des difficultés, mais du sport pour tous, pour l'ensemble des étudiants.

15Les explications sont nombreuses, mais la première est que le sport, qui pourtant est considéré comme une fête pour la plupart des étudiants coûte trop cher, pourtant une enquête récente souvent citée, disait que 70 % des étudiants désiraient faire du sport, parce qu'ils ont besoin de se détendre.

16Donc, la première des explications sur le fait que le sport n'est pas trop aidé, c'est qu'il coûte cher, il est toujours très difficile, très onéreux de prévoir des installations et de les entretenir. La deuxième, c'est la prise en compte de paramètres pour calculer les dotations des Universités pour les pratiques sportives. Les normes Garaces, qui prévoyaient dans les dotations aux Universités des sommes correspondant à des mètres carrés par étudiant, n'existent plus. Ces normes avaient montré leur limite, et de nouvelles normes ont été mises au point, les normes Sanremo, qui elles-mêmes ont montré également leurs limites, parce qu'il s'agissait de calculer le coût de chaque activité physique et sportive par étudiant. Ce calcul s'est avéré extrêmement difficile. Les responsables de l'observatoire mis en place ont essayé de calculer les coûts réels et ils se sont aperçus que la diversité des situations, l'absence ou la non-absence d'installation etc..., ne permettaient pas de faire des moyennes exploitables.

17J'ai choisi pour calculer les dotations aux universités, et c'est mon troisième exemple, pour montrer la difficulté d'étude des rapports entre l'argent, le sport et les attentes. L'exemple sera pris dans l'Organisation des Jeux Méditerranéens 93, qui se sont déroulés dans le Languedoc-Roussillon, et qui ont été présentés partout comme une grande fête populaire. Effectivement, il y a eu beaucoup de bénévoles qui ont participé avec plaisir à l'organisation.

18Malgré cette main d'œuvre gratuite, le coût total de l'organisation de cette grande fête du plus grand stade du Monde, (toutes les villes — sauf Montpellier — de la région étaient impliquées), a représenté 315 millions de francs lourds. L’organisation totale, préparation comprise, a été financée à 60 % par le budget régional, donc par les impôts locaux. En plus de cela 900 millions de francs lourds ont été dépensés pour les infrastructures qui demeurent construites et servent. Dans ce cas, l'Organisation des Jeux Méditerranéens a servi de moteur pour réaliser toutes ces infrastructures qui n'auraient peut-être pas été construites s’il n'y avait pas eu ces Jeux. Le bilan est difficile à tirer après une année, pour connaître les retombées économiques d'une telle dépense sans vouloir médire. La retombée concrète actuellement, c'est que le Président du Conseil Régional vient d'être élu il y a quelques mois Président du Comité des Régions Européennes, grâce peut-être pour une part à l'organisation de ces Jeux. Mais il est difficile d'apprécier réellement si le financement de cette fête sportive a eu des retombées économiques après, ou si elle n'a servi que les politiques. La question mérite d'être posée et ne trouvera de réponse qu'après quelques années, nécessaires pour avoir un certain recul.

19Voilà quelques exemples que je voulais exposer, vous en avez certainement d'autres autour de vous. Cela pose beaucoup de questions. Est-ce que la fête sert simplement, comme l'a dit Jean-Paul Schneider au départ, à réaliser des profits ou est-ce que c'est une dépense à perte créant des déficits considérables, comme on a pu le constater dans certaines organisations. Pour répondre à ces questions, M. Alain Arvin-Bérod est venu aujourd'hui même de Grenoble. Il est Directeur d'une entreprise qui s'occupe d'eau et d'assainissement. Mais il vient surtout ici en tant qu’historien du sport, même s'il récuse cette appellation, puisqu'il vient d'écrire un ouvrage que vous avez à votre disposition à l'entrée. Il a également créé un musée du sport, il vous l'expliquera mieux tout à l'heure. Mais il a surtout été 1er adjoint d'une grande ville de l'Isère, Echirolles pendant de nombreuses années. Donc, cette expérience d’élu et une réflexion sur l'histoire du sport, et sur l'importance de la fête, dans la promotion du sport et dans la création du sport, nous sera certainement très utile. Je lui laisse la parole.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search