Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le tournant numérique des sciences humaines et sociales

 | 
Valérie Carayol
, 
Franck Morandi

Introduction

Valérie Carayol et Franc Morandi

Texte intégral

1Mouvement, bifurcation, révolution, tournant ? Les termes et métaphores par lesquels sont décrites les mutations des pratiques de recherches en sciences humaines et sociales, opérées et nécessitées par l’usage des technologies numériques sont nombreux. L’étude de ces mutations, et des nouvelles pratiques qu’elles entraînent et autorisent, dessine un champ de réflexion, désormais englobé sous le terme d’Humanités digitales, qui a particulièrement stimulé la réflexion des chercheurs ces dernières années en Sciences Humaines et Sociales, mais aussi dans le champ des Humanités et des Arts.

2Affublés de tous les pouvoirs et de tous les vices, les développements technologiques ont depuis fort longtemps fait naître des discours catastrophistes ou démesurément optimistes sur la capacité des systèmes techniques à libérer l’homme des contraintes biologiques, des situations d’aliénation ou des déterminismes sociaux ou, tout au contraire, à l’enchaîner dans de nouvelles dépendances, en lui faisant courir des risques inédits, qu’ils soient psychosociaux, politiques, biologiques, ou environnementaux.

3Le glissement des réflexions les plus récentes, qui va des études sur la technique à celles sur les environnements connectés et la numérisation accélérée des pratiques et supports des savoirs, n’a pas altéré les mouvements concomitants de défiance et d’enthousiasme qui accompagnent le développement technique.

4L’ouvrage que nous proposons s’inscrit dans la lignée de ces études sur les bouleversements technologiques et leurs implications, dans le domaine scientifique, à la fois sur les communautés épistémiques, mais aussi sur la nature des savoirs, leurs modes d’élaboration, de diffusion et de patrimonialisation, notamment dans le domaine des sciences humaines et sociales.

5Le champ scientifique, envisagé comme espace professionnel, est, en effet, l’objet de mutations profondes, liées au développement très rapide des pratiques d’information automatisées, notamment, mais aussi des pratiques sociales médiatisées par des interfaces techniques et des technologies de l’information et de la communication. L’extension de l’usage d’Internet, le développement rapide des Big Data, de l’usage des objets connectés, des réseaux sociaux numériques, affectent les pratiques professionnelles des chercheurs eux-mêmes, en même temps que les pratiques sociales que les SHS étudient.

6La plupart des textes qui sont présentés dans cet ouvrage ont fait l’objet d’une communication lors de journées d’étude sur les Humanités digitales, organisés par le laboratoire MICA (Médiations, Information, Communication, Arts EA 4426) de l’Université Bordeaux Montaigne, en collaboration avec sept laboratoires du campus universitaire bordelais, mais aussi de Paris 3 et de l’IRI, le laboratoire de recherche du Centre Pompidou. Le texte que nous a confié Bernard Stiegler fait référence à une communication qu’il a donnée en simultané à Bordeaux et à Compiègne et également pour l’Agence Nationale de la Recherche (ANR). Ces réflexions poursuivent l’ambition de fournir des matériaux pour la réflexion, dans un domaine qui suscite des interrogations nombreuses et sur lequel l’Université Bordeaux Montaigne poursuit une réflexion active, notamment à travers des journées d’études annuelles depuis 2011.

7Bernard Stiegler appelle dans son article à une politique repensant les critères d’une action publique dans le domaine du numérique. Il éclaire de son analyse le système d’automatisation numérique généralisé qui se met en place avec Internet et qui reconfigure les supports du savoir. S’intéressant au système mnémotechnique mondial que constitue le réseautage numérique, il met en avant son pouvoir de reconfiguration organologique des savoirs et la nécessité de politiques du numérique ambitieuses, tant pour le domaine académique qu’économique et industriel.

8Stéphan-Eloïse Gras, prenant au mot l’idée d’un tournant numérique des sciences humaines s’interroge sur les déplacements épistémologiques, politiques et géographiques qui seraient consubstantiels au développement des Humanités digitales. Elle souligne après une analyse des écrits récents sur ce domaine, que les déplacements épistémologiques et paradigmatiques des sciences humaines, en lien avec les développements numériques, mettent en exergue un enjeu politique important : celui de penser « une extériorité du numérique » non pas à partir d’une métaphysique mais plutôt d’une éthique. Elle plaide pour le développement d’une pensée critique du numérique, à partir de l’éthique plus que l’ontologie ou la métaphysique pour envisager les nouvelles transfigurations des figures du savoir.

9Pour Antoine Blanchard et Elifsu Sabuncu, le mouvement des humanités numériques est l’occasion pour une communauté de chercheurs qui se revendique à la marge, hors des cadres institutionnels (voir le Manifeste des Digital Humanities) de se retrouver « en ligne » sur les réseaux sociaux et les blogs de recherche, mais aussi en face-à-face, « AFK » (away from keyboard), lors de manifestations récurrentes qui permettent l’utilisation et la construction de nouveaux outils numériques. Ils interrogent dans leur article la place de ces outils, qui peuvent être selon eux, un moteur heuristique de la pensée en sciences humaines et sociales, à partir de leur propre expérience de création. Franck Cormerais s’interroge sur les nouvelles pratiques transdisciplinaires qui se développent autour des corpus numériques partagés, et qui interrogent la conception même de ce qu’est un corpus. Devant la multiplication des corpus dans les études du champ des humanités digitales l’auteur défend l’idée d’un travail commun autour de ce qu’il dénomme l’entretexte et cherche à problématiser les étapes du travail herméneutique de constitution commune de ces corpus, conçus comme des objets complexes permettant un dialogue interdisciplinaire.

10Sophie David présente l’organisation du Dariah (Digital Research Infrastructure for the Arts and Humanities). Il s’agit d’une initiative européenne pour créer de nouvelles dynamiques de recherche permettant de répondre aux questions posées par l’utilisation (massive) du numérique dans les disciplines des sciences humaines et sociales. Les centres virtuels de compétences (Virtual Competency Centres) s’inscrivent dans la nécessité d’un projet collectif et d’une réflexion sur la gouvernance et les offres faites aux contributeurs. Le projet d’infrastructure distribué Dariah s’inscrit dans la réflexion menée sur l’usage du numérique et sur l’ouverture du numérique à la recherche.

11Pour Vincent Puig, les pratiques contributives et leur étude marquent l’évolution des Digitals studies. Le continuum sociotechnique marque le passage des métadonnées aux data, devenant lieu et enjeu d’une catégorisation nouvelle de notre relation au savoir. Cette nouvelle organologie des données conditionne les processus de production collaborative et les nouveaux modes de diffusion contributifs, donnant part à la valeur pratique. En y associant les conditions et les réalisations des études numériques, le rôle des automates et des formes d’éditorialisation contributive, l’article interroge les conditions d’une nouvelle économie de la contribution à l’âge des données.

12La « dé-livraison digitale » met en scène, pour Claire Clivaz, le « retrait du papier » et la recomposition digitale de l’architextualité. La question de la part du lire et du dire dans nos écritures, mise en scène par la mémoire culturelle occidentale, est renouvelée par la perte du corps dans la recomposition digitale du corpus. La figure du flibustier et le geste de la prise illustrent le « droit de prendre, de moissonner, de sélectionner », nouveau lien hors de la reliure, et condition de la délimitation et de la couverture virtuelle. Car « les humanités hors du livre, dé-livrées, nous forcent à l’abordage » au risque de la perte de la limite.

13Anne Beyaert-Geslin s’attache aux enjeux sémiotiques de la visualisation des données, mettant en tension la construction du visible et sa compréhension. Le traitement des données, assurées par une « prothèse pragmatique », ne dispense de l’interrogation sur une « prothèse cognitive » nécessaire pour les faire comprendre. Est soulignée ainsi l’importance des stratégies graphiques (liant diagramme et visualisation) qui assurent l’efficacité de l’information portée par les représentations visuelles en en construisant l’évidence. L’auteur interroge les règles de la visualisation à partir de l’exploration des nouvelles contrées du sens ouvertes par l’infographie numérique tenant compte de la dimension de conversion sensible et pragmatique de l’imagerie visuelle.

14Nous vous souhaitons une fructueuse lecture, en renouvelant aux auteurs nos remerciements pour nous avoir confié leurs textes.

Auteurs

Professeur des Universités en Sciences de l’information et de la communication à l’Université Bordeaux Montaigne, directrice du laboratoire de recherche MICA (Médias, Information, Communication, Art) et directrice de la publication de la revue Communication & Organisation. Elle a été présidente de l’association européenne de chercheurs en communication EUPRERA 2010 à 2014. Elle est l’auteur de plusieurs ouvrages s’intéressant à la communication des organisations, et a animé ces quatre dernières années un collectif interuniversitaire de sept laboratoires qui a organisé des journées d’études sur les humanités digitales, dont cet ouvrage est issu.

Professeur en sciences de l’éducation à l’Université de Bordeaux et président du conseil d’orientation scientifique et pédagogique de l’ESPE d’Aquitaine. Membre de l’équipe Représentations, Usages, Développement et Ingénierie de l’information (RUDII) du groupe cognitique du laboratoire IMS, UMR 528, ses travaux sont actuellement associés à l’ANR Translit (la Translittératie comme horizon de convergence des littératies médiatiques, info-documentaires et informatiques) ; associé au projet de développement d’un pôle bordelais de recherche sur les humanités digitales, il a contribué à l’animation des journées d’études dont est issu cet ouvrage.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540