Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, fête et société

 | 
Jean-Paul Callède

Thème 1. Les journalistes et la fête sportive

Le débat

Texte intégral

1Les journalistes, et plus précisément les médias contribuent-ils eux aussi à la fête sportive ? Ou, tout simplement sont-ils des "casseurs" de fête ? C'est un chapeau qu'on leur fait très ou trop souvent porter. De même, ils sont souvent accusés de pratiquer la langue de bois. Le débat, après les différentes interventions, fut également animé : les arguments des uns venant souvent contredire les propos des autres.

2André de Rocca commença par porter, lui aussi, l'estocade contre la presse nationale et tout particulièrement la presse parisienne. Le ton de la polémique était adopté. Le chef des sports du Provençal développa l'idée de l'identité de la population marseillaise avec l'O.M. Bref, ce qui touche l'O.M., touche Marseille qui se considère comme ville mal aimée dès que son club est atteint et sanctionné.

3"La presse a voulu abattre un homme à travers l'O.M., mais l'homme [Tapie] est toujours debout. Le public de Marseille est capable de haine. Mais comme le football permet au public d'exprimer et d'extérioriser sa violence, il contribue à la paix sociale".

4Jean-Jacques Fiolet, Président de l'Association Sportive Aixoise confirma les propos d'André de Rocca. Il y a fête quand il y a identification du public avec son équipe, ce qui s'affirme dans les villes les plus marquées par un climat social difficile. "Une entrée sur le terrain de Marseille, vous prend aux tripes". C'est aussi vrai à Lens ou à Saint Etienne, où il y a communion du public avec son équipe. Le public vit avec elle au diapason et lit quotidiennement dans la presse la vie de cette équipe, gourmande de ses moindres faits et gestes.

5La fête doit se vivre avant, pendant et après. La fête doit se prolonger au-delà du match, quel qu’en soit le résultat, pour laisser au spectateur un bon souvenir de son déplacement. A ce titre, les journalistes ont eux aussi une grande responsabilité dans la préparation et dans le prolongement de la fête. Les journalistes, quels qu'ils soient, tentent de se conformer aux désirs et à l'attente de leurs lecteurs, de sorte que la fête, ou l'absence de fête, qui constituent une part importante dans la vie de chacun, représentent finalement un aspect essentiel dans l'information.

6A ce niveau du débat, Ernest Gibert remarqua avec regret que dans ce qui avait été dit, la presse n'était pas exploitante de la fête, mais se conduisait souvent comme exploiteur au service d'une politique de dirigeants pour lesquels le sport n'était qu’un prétexte. "Il me semble que lorsque l'on parle de la fête, du rôle des journalistes dans la fête sportive, il faille examiner les relations qu'ont les journalistes avec les autres acteurs de la fête. Chacun (dirigeants, pratiquants, spectateurs) ferait bien de balayer devant sa porte, chacun renvoyant sur l'autre la responsabilité. En continuant comme cela, il n'y aura bientôt plus de fête et plus de sport".

7Et la discussion de se poursuivre : la fête nécessite un prétexte et un centre d'intérêt, le sport fournit l’un et l'autre. Le sport scolaire et le sport universitaire n'ont pas la même obligation et le même objectif d'obtenir un résultat que le sport civil. Ils peuvent donc se consacrer plus facilement à la fête. En effet, attendre une victoire pour faire la fête est plutôt restrictif. Jacqueline Gaugey, Directrice de l'U.N.S.S., évoqua les bons souvenirs de convivialité ramenés de l'Universiade ou des Jeux olympiques de Mexico, auxquels elle participa comme gymnaste.

8Elle précisa que l'U.N.S.S. s'appuie sur la notion de fête, comme valeur essentielle. La charte du sport scolaire le stipule même.

9L'U.N.S.S. a également un rôle social, sa conception de la fête implique une nouvelle nature des relations entre les adultes et les jeunes. Les premiers doivent préparer les seconds à devenir des spectateurs avertis, qui comprennent le sport et ses règles et sont capables d'apprécier et d'entretenir l'esprit de la fête. Les valeurs que l'U.N.S.S. entend développer s'appuient sur les notions de convivialité, d'équipe et de fête. La compétition individuelle ne peut être que secondaire ce qui explique qu'il y ait des résultats par équipe même pour des sports individuels. "Le temps des rencontres est source d'amitié, de joie, d'émotions fortes et est un théâtre d'expériences inoubliables... Pour cela, nous n'avons pas besoin de la presse". Les médias ne sont donc pas systématiquement un rouage inévitable à la bonne marche de la fête sportive. Par contre, ils pourraient nuire à la fête.

10Les médias s'attachent essentiellement à ce qui est nouveau, au sens plein de ce qui n'est jamais arrivé, d'événement sans précédent et aussi, de façon plus évidente encore de ce qui est ou tente d'être inouï, extraordinaire.

11Pour Jean-Paul Schneider, en conclusion, la presse ne doit pas se dérober devant sa responsabilité éducative. Elle doit inscrire la fête dans le temps, façonner l'opinion en lui fournissant une autre définition de l'exploit, entreprendre une opération de décloisonnement du sport.

12Jacques Marchand rappela néanmoins que le journaliste n'était pas toujours libre de ses choix, l'éditeur restant le seul maître à bord. Il évoqua un problème qui lui est très cher, celui du choix des mots et des images, qui n'est rien d'autre que la véritable liberté du journaliste. Puis il termina par une citation littéraire d'Antoine Blondin, aujourd'hui disparu, à propos du spectacle sportif : "Ce titre ne me satisfait pas pleinement dans la mesure où lorsqu'on dit que les athlètes commencent à faire du spectacle, c'est bien souvent parce qu'ils cessent de faire du sport". Et concernant la fête du Tour de France, il avait écrit : "L'un des agréments du Tour tient à ce qu'il se déroule dans une ambiance de fête champêtre, parfois imprégnée de l'odeur du foin. La caravane et le folklore s'investissent mutuellement. Et au bonnet publicitaire dont ils se trouvent coiffés, les indigènes répondent par le vacarme fanfaron des fanfares locales. La course libre d’horizon devient alors sarabande".

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540