Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, fête et société

 | 
Jean-Paul Callède

Thème 1. Les journalistes et la fête sportive

Intervention de Guy Guezille

Guy Guezille et Jacques Marchand

Texte intégral

Intervention de Guy GUEZILLE

Directeur de la Fédération Nationale du Sport Universitaire

1Bonjour à tous,

2Je parlerai au titre de la Fédération du Sport Universitaire. Par rapport à ceux qui ont été entendus ce matin, je pense également que mon expérience de Directeur de la Communication et de la Promotion de la F.F.A. peut être intéressante. Vers la fin, j'aurai peut-être deux ou trois petites choses à ajouter en ce qui concerne les relations avec la presse sur les grands événements.

3Je voudrais tout d'abord dire quelques mots sur la notion de fête. Je pense qu'une fête nécessite, dans un premier temps, qu’il y ait un centre d'intérêt ou un prétexte autour duquel il va y avoir rassemblement d'individus. A partir de ce centre d'intérêt, qui peut être complètement autre que sportif : peinture, danse, théâtre, il peut y avoir la notion de fête. L'important est que cet attrait soit partagé par quelques individus ou beaucoup d'individus. C'est autour de ce centre d'intérêt que les gens vont faire la fête. Il y aura alors réussite ou non de la fête. Le sport est donc un facteur qui, au départ, permet d'accéder à la fête.

4Ce problème étant posé, il y a communion entre les participants ou il n'y a pas communion. C’est là où la notion de nombre intervient : il peut y avoir la fête entre cinq, dix, vingt personnes parce que le sujet peut être très pointu au point que les vingt personnes vont passer un moment extraordinaire au plan émotionnel, mais on ne peut en aucune façon oublier le vieil adage qui dit que plus on est de fous plus on rit. Donc, par principe, on considère que quand il y a du monde, la "fête bat son plein". Mais celle-ci peut avoir lieu avec un nombre restreint d'individus.

5Autre point, cette communion dont je viens de parler peut exister entre les participants. La notion "entre les participants" va, entre autre, concerner essentiellement le monde scolaire et universitaire. Il faut savoir que 95 % de la fête universitaire à lieu entre participants. Il y a aussi bien évidemment la communion entre participants et spectateurs qui ont été évoquée ce matin.

6Un troisième point : le moment de la fête. Il y a la fête pendant et la fête après. Et il est vrai que le monde étudiant sait faire la fête pendant mais sait bien faire la fête après. Hier, le mot "relativiser" a été prononcé par un intervenant, et cela m'amène déjà à entrer dans le vif du sujet pour distinguer le sportif tout court par rapport au sportif étudiant.

7Le monde sportif étudiant a deux objectifs. C'est, tout d'abord, le sport qu'il aime, mais ce sont aussi les études. En ce sens, il a pris l'habitude d'avoir un certain recul par rapport à des événements et il sait, lors d'une compétition, non pas seulement se focaliser sur l'objet, mais se dire : "d'accord, la compétition on la prend très au sérieux et on essaie d'obtenir le meilleur résultat possible, mais on ne va quand même pas gâcher, parce qu'il y a la compétition, tout ce qui peut enrichir cette rencontre". On peut ainsi définir le profil psychologique de l'étudiant sportif. Cela va jusqu'aux Universiades, mais cela vaut aussi pour la moindre manifestation nationale où on retrouve deux cents à sept cents étudiants réunis sur un même lieu autour d'un thème.

8Exemple concret : en basket, vous me posiez la question hier : "Est-ce qu'on va refaire le Championnat de France comme à Caen ?" A Caen, on avait réuni 48 équipes de basket. Cela représentait cinq à six cents étudiants ensemble. Je peux vous dire que cela a beaucoup marqué les participants. Cela a été une fête au-delà de l'objet compétition où chacun a donné le meilleur de lui-même et le plus sérieux de lui-même. Bien au-delà de cela, il y a eu l'échange, la fête, la confrontation de cinq à six cents jeunes qui ont en commun le sport, mais qui ont l'autre point commun qui est de savoir tenir compte de tout l’environnement de la compétition.

9Le sport universitaire est donc différent du sport civil. Le sport civil, c'est l'objectif du meilleur résultat. Albéric Malfatti a dit quelque chose de très bien hier, mais il faut relativiser son propos.

10Quand il dit que : "plus il atteint le haut niveau, moins il a l'impression qu'il va accéder à la fête", je pense que cela tient aussi à la notion d'investissement de soi-même. Quand on est débutant quelque part, on va faire la compétition, on n'a pas investi grand-chose, et de toute façon, on est sûr de profiter de la fête. Plus on investit, et c'est le cas d'Albéric, plus on a peur de ne pas bénéficier de la fête à cause d'un échec qu'il ressentira d'autant plus qu'il a donné énormément avant. Cela a des répercussions par rapport à la presse, en ce sens que l'on peut concevoir la "révolte" d'un jeune comme lui, comme beaucoup d'autres, parce qu'ils investissent beaucoup d'eux-mêmes. C'est dur quand on prend une "baffe", qu'on se fait battre alors qu’on a passé dix heures par semaine à essayer de progresser. Cela fait très mal. Ils ont une sorte de sentiment d'injustice de ne pas être reconnu par rapport à ce qu'ils ont donné d'eux-mêmes. Je dirai à Albéric, pour le consoler, que plus l'investissement est important, plus la fête émotionnelle que l'on vit intérieurement est forte. C'est en quelque sorte un privilège qu'on ne peut ressentir quand on n'accepte pas les longues heures d'entraînement. Ce sont elles qui permettent de mesurer le prix de l'effort et c'est aussi dans de tels moments que se tissent les amitiés les plus solides.

11Prenons le cas du Raid-Energie. Nous avons organisé un raid sur la Durance. Gabriel Olivier, Directeur Régional de la F.N.S.U. à Aix-Marseille, en était le remarquable organisateur. Il y avait 25 équipes de 6 étudiants. Ces jeunes ont vécu une fête extraordinaire. Il n'y avait pas de spectateurs mais ils ont vécu un moment inoubliables. Les trois jours passés sur la Durance ont créé des liens et permis aux étudiants de progresser en tant qu'individus par rapport à eux-mêmes. Ils se sont aussi enrichis par la connaissance des autres devant la difficulté et cette notion de fête, entre participants, a alors atteint un très haut degré émotionnel. Je citerai à ce sujet les propos d'Olivier Bessy, à la fin de ce grand Raid : "C'est super, l'année prochaine, il faut que j'en fasse un à Bordeaux". Et il l'a fait. La fête c’est également au plus profond de soi-même que cela se vit.

12A présent, parlons des Universiades :

13J'ai eu la chance de vivre de l'intérieur les Jeux olympiques en 1992 et en 1988 avec l'équipe de France d'Athlétisme et puis j'ai eu la chance de participer à quatre Universiades. L'ambiance est très différente.

14Aux Jeux olympiques, chaque sport national se retranche et se replie sur lui-même. L'objectif : les médailles dans la discipline, "je ne connais plus rien et j'y vais". C'est ce qui se passe couramment.

15Aux Universiades, c'est l'opposé de cela, Rémi Barbarin vous l'a dit hier : tous vivent chaque jour au rythme de l'ensemble des sports qui sont pratiqués. A la limite, il était aussi intéressé, le matin ou le soir après la compétition, de savoir ce qu'avaient fait les volleyeurs, les escrimeurs, les nageurs. C'est schématiquement la grosse différence entre l'Universiade, la compétition universitaire et les Jeux olympiques. Albéric regrette de ne pas avoir vécu cela.

16J'aimerais, à présent, évoquer les différences de comportements en fonction des sports concernés. Il faut savoir que chaque sport contient un profil psychologique d'individu souvent différent. On ne peut, en effet, pas comparer le caractère explosif mais souvent subtil d'une "animation" en Escrime à l'aspect "consistant" et "robuste" d'une troisième mi-temps au Rugby. Il en est de même en Aviron où il faut veiller au grain. Les rameurs sont aussi généreux dans l'effort sur l'eau que lors d'une fête collective. Inversement, les nageurs réagissent aussi fort que les poissons quand ils parlent, c'est-à-dire que l'on ne les entend pas beaucoup et ce ne sont pas eux qui vont mettre l'ambiance dans le système. Par opposition, les poloïstes valent pratiquement les rameurs, ce qui veut dire que ce n'est pas une question d'eau mais plus de pratique. J'ajoute à cela, les gymnastes qui ressemblent aux nageurs, les athlètes qui participent peu aux fêtes. Ceci fait un mélange savant et détonnant qui a permis de passer à Buffalo des moments exaltants d'autant qu'il y avait suffisamment de médailles à arroser.

17J'arrive à la relation avec le journaliste et nous allons faire un état des lieux de ce que la FNSU a à proposer aux journalistes. Parlons des événements les plus cotés. Les Universiades sont bien couvertes dans le pays où cela se passe et sont relativement bien couvertes dans nos pays au niveau des résultats. Par contre, on a eu un problème d'exclusivité : on devait avoir une retransmission sur France 2, mais comme les américains avaient joué le jeu de l'exclusivité de retransmission, on s'est trouvé tout bêtement avec des images qu'on n'a pas pu passer sur France 2. On a été mis en demeure par le Comité d'Organisation et j'ai dû envoyer un fax à France 2 pour me décharger de responsabilités au niveau FNSU à France 2 en disant : nous déclinons toutes responsabilités si ces images passent. C'est dommage, il y avait des médailles, des photos à faire passer, des images magnifiques. Les images sont restées dans les placards pour des raisons d'exclusivité.

18Voilà le premier type d'événement. L'Equipe couvre très bien le niveau Universiade en ce sens qu’il y a toujours un envoyé spécial accompagnateur. Il y a deux ans, c'était Eric Lahmy. Là, on peut dire que sur les Universiades, chaque jour, on avait un quart de page, mais ce qu'il faut savoir, c’est qu’Eric est arrivé là-bas en nous disant : "je ne vais pas faire du relationnel, je ne vais pas faire de l'événementiel. Mon patron. Directeur Général, a accepté que je vienne, mais je vais faire des magazines". C'est relativement intelligent. Il exploitait quand même l'événement parce qu'il présentait un des étudiants qui était dans une équipe qui était médaillé, mais L'Equipe était présente. Il n'avait qu'une consigne relativement précise qui était d'exploiter le profil de ceux qui étaient aux Universiades.

19Ceci dit, on est tout de même satisfait de cette couverture et même fier en ce sens que cela anoblit presque l'article que de ne pas faire simplement un relationnel ou un événementiel mais aller au-delà et essayer de connaître la personnalité des étudiants, leurs profils et leurs carrières universitaires.

20Un deuxième niveau, le Championnat de France Universitaire reste malgré tout un sous-produit. C'est forcément un sous-produit par rapport à un Championnat de France Fédéral. On peut dire qu'un Championnat de France Universitaire regroupera deux des dix meilleurs français d'une discipline. L'objectif et le rôle de la Fédération Nationale du Sport Universitaire ne sont pas les mêmes. Pour un Championnat de France Universitaire, il y a une couverture régionale et France 3 qui va passer quelques minutes. On n'a pas le droit à ce moment-là de dire aux journalistes qu'ils ne font pas leur travail. Je pense qu'il faut savoir situer le niveau de l'événement que nous avons.

21Il faut toutefois scinder au sein de nos championnats de France différentes catégories de sports. Cela peut aller d'un Championnat de France Universitaire de Rugby où on va avoir beaucoup plus de retombées. Citons en exemple l'année dernière, où, à Toulouse, on avait deux ou trois pages dans le journal régional plus aussi un écho important au niveau national avec L'Equipe, alors que d'autres n'auront que trois lignes.

22Il faut savoir aussi qu'on a beau être sport universitaire, tout n'est pas traité de la même façon : le rugby va être traité d'une certaine façon et le badminton en sera traité d'une autre. On n'y peut rien, sinon que l'événement en Championnat de France a toujours un minimum de retombées au niveau régional. Voilà en ce qui concerne les Championnats de France.

23A partir de là, il faut ajouter une troisième catégorie de retransmission et je vais évoquer le troisième partenaire qui est le partenaire économique. La qualité d'étudiant sportif, si elle n'intéresse pas le journaliste, parce que ce n'est pas toujours de haut niveau, peut intéresser le partenaire économique. Le partenaire économique souhaite souvent entrer en relation avec l’étudiant sportif qui a un profil psychologique intéressant comme futur collaborateur dynamique. Il y a alors une démarche possible qui est celle de dire : "Vous entreprise, vous êtes intéressée par la Voile, le Ski et le Rugby. Dans la mesure où vous voulez faire savoir que vous êtes associé au monde étudiant, il vous est certainement possible d'acheter une retransmission télévisée". Et nous retombons dans le schéma qui était évoqué auparavant. C'est ainsi qu'Elf-Aquitaine a acheté sur France 3 une retransmission des Championnats de France d'une vingtaine de minutes de Rugby, une dizaine de minutes sur la Voile et une dizaine de minutes sur le Ski. C'est pour nous une façon d'accéder au petit écran. Le Raid-Energie, c'est EDF. EDF qui a acheté, de la même façon, un temps d'antenne sur France 2 pour faire connaître ce qu'est le RAID. L'intérêt du partenaire économique, c'est aussi une façon d'augmenter notre couverture médiatique.

24J'ajouterai à cela que L'Equipe participe et offre tous les ans une demi-page au niveau du challenge des établissements universitaires.

25Voilà, quels sont les rapports et quelle est la couverture médiatique pour le sport universitaire.

Intervention de Jacques Marchand

26Ce n'est quand même pas brillant. Je préférerais que les rapports soient plus professionnels, plus humains, parce que là tout ce que vous nous dites concerne des rapports d'argent.

27On en parle parce que ce sont des sponsors qui paient la publicité. C'est un peu déplorable. Ce n'est pas l'évolution que nous souhaitions pour notre profession.

Intervention de Guy Guézille

28Le grand danger, c'est que le journaliste, et Canal + en est l’exemple parfait, se transforme en organisateur et draine les partenaires économiques potentiels qui nous permettent de nous sauver pour notre organisation.

29A la limite, la presse peut très bien à un moment donné, drainer les fonds et ruiner l’organisateur d'une compétition. J'ai quelques exemples qui prouvent que cela peut devenir dangereux.

30Il y a cinq ans, il y a eu le Championnat du Monde ou la Coupe d'Europe de Football en Allemagne et j'avais discuté avec le Directeur de la promotion d'Agfa. Il avait fait une très bonne affaire parce que sur le stade, il y avait Kodak. Agfa France, lui, pour une somme dérisoire de 500 000 F, avait acheté le titre "Emission offerte par Agfa" à une chaîne française. Il a fait une affaire exceptionnelle parce que Kodak avait sûrement dépensé une fortune pour être autour des stades de football et lui, par cette insertion télévisée, obtenait une meilleure visibilité. C'est un des dangers pour détourner des sommes qu'Agfa aurait pu mettre sur une organisation réelle de terrain, alors que là, il l'a mise directement à la télévision.

31Un autre cas, et j'en resterai là. L'année du Centenaire des Championnats de France d'Athlétisme, on avait un certain nombre de partenaires économiques, tels que BNP, GDF, Adidas, directement reliés à l'événement. Je reçois, un jour, un appel téléphonique d'un journal, que je ne citerai pas, qui me dit : "C'est votre Centenaire, cela se passe à tel endroit, mais nous ne connaissons pas vos partenaires et si vous n'investissez pas dans notre journal pour un bandeau publicitaire avec la présence de ces derniers, nous risquons d'accepter la présence de partenaires concurrents des vôtres". Une sorte de chantage. J'ai dû, pour ne pas perdre les partenaires que nous avions à la Fédération Française d'Athlétisme, payer 100 000 F pour avoir la présence des partenaires de la FFA et éviter qu'il n'y ait des concurrents.

32Je conclurai en disant que si le sport universitaire doit se poser le problème de l'écho qu'il peut avoir à l'extérieur, il attachera malgré tout toujours plus d'importance à la réussite de la fête.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540