Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, fête et société

 | 
Jean-Paul Callède

Thème 1. Les journalistes et la fête sportive

Intervention d'André de Rocca

André de Rocca

Texte intégral

Intervention d'André de ROCCA

Chef des Sports au journal Le Provençal

1Mesdames, Messieurs, bonjour.

2La première chose que je dois vous dire, lorsque j'ai vu la brochure de l'Université Sportive d'Eté me baptiser conférencier, j'ai eu un choc. Je vous rassure tout de suite, je suis à la limite un grand témoin mais sûrement pas un conférencier, je n'ai pas la faculté d'élocution des gens qui m'ont précédé hier et aujourd'hui.

3Simplement, puisqu'il s'agit de débattre de la fête dans le sport, il y a plusieurs sujets qui méritent réflexion dont le rôle du journaliste. Le journaliste agit avant, pendant et après l'événement. Après, en règle générale, il fait son travail consciencieusement, se contentant, me semble-t-il, de refléter ce qu'il a vu. Il peut interpréter quelquefois surtout en matière de sport et plus particulièrement au football où il est difficile d’être objectif, c'est un sport un peu subjectif, tel joueur peut vous paraître bon ou mauvais. Pendant, il est simplement témoin, c'est-à-dire qu'il essaie de comprendre ce qu'il se passe sur le terrain pour ensuite le dire à ses lecteurs. Je parle bien entendu de la presse écrite.

4Avant, il a un rôle un peu plus important car c'est lui qui va décider pour le lecteur si le spectacle, la fête qui lui est proposée, va être de qualité ou non. Et là, je dois avouer que Jacques Marchand, qui présente volontiers le journaliste presque comme un être parfait, exagère quelque peu, nous avons nos défauts. Est-ce que nous avons plus de qualités que de défauts ? Je n'en sais rien mais nous avons nos défauts et nous avons tendance, lorsque nous présentons un événement à le magnifier, à le faire plus beau que ce qu'il est en réalité. C'est sensible dans la presse écrite et c'est encore plus sensible me semble-t-il à la télévision ou si vous regardez un peu les émissions et les bandes annonces des émissions de sport, vous vous rendrez compte, par exemple, que tous les quinze jours on vous présente le combat du siècle alors que souvent les boxeurs qui vont s'affronter sont à peine dignes de disputer le championnat de leur rue. Il faut voir là les implications commerciales qui sont de plus en plus fréquentes dans le sport où on ne parle plus en fonction d'exploit mais en fonction d'audimat, de taux d'écoute, de lecteurs gagnés ou de lecteurs perdus.

5Autre chose. Hier, Jacques faisait allusion à la phrase de Pierre de Coubertin que je ne connaissais pas où il conseille de passer sous silence tous les événements sportifs entre deux Jeux olympiques de façon à faire ressortir les Jeux olympiques. C'est tout à fait le contraire qui se passe maintenant et nous en arrivons, me semble-t-il, à une telle banalisation de l'exploit par petit écran interposé, que les gens, qui jadis, se faisaient une fête justement de voir un match télévisé, deviennent de plus en plus difficiles. Je me souviens dans les années 1958 avec la Coupe du Monde de Football en Suède, et ensuite, lorsqu'il y avait un match télévisé tous les mois ou tous les deux mois, on se préparait avec les copains, on allait chez les uns, chez les autres, ou même au journal. Maintenant, il y a pratiquement un match tous les soirs. Aujourd'hui, si par malheur ou par bonheur, vous avez les chaînes câblées, vous avez du sport vingt-quatre heures sur vingt-quatre. À telle enseigne que lorsque l'on voit un sprinter régional courir un 100 m en 11 secondes 2, on dit : "Qu'est-ce que c'est ? C'est de la merde". On veut maintenant que le sprinter, sur 100 m, descende en dessous des 10 secondes sinon la compétition n'a aucun intérêt et je crois que c'est une banalisation de la fête, une banalisation de l'exploit qui est très dommageable pour le sport.

6La troisième chose dont je voudrais parler, c'est comment la fête peut tourner au drame. J'ai eu la chance d'aller pendant un mois aux Etats-Unis pour la Coupe du Monde de Football et effectivement dans les stades j'ai vu la fête. Le premier match que j'ai vu en direct c’était Colombie/Roumanie, il y avait quatre-vingt-dix mille personnes au stade Roseball de Pasadena et je me suis dit : "Oui, mais c'est parce qu'il y a là tous les Chicanos de Los Angeles qui sont venus encourager la Colombie, mais cela ne va pas durer". Mais le second match que j'ai vu c'était Cameroun/Suède. Et là, on ne pouvait pas penser qu'il pouvait y avoir beaucoup de supporters camerounais ou suédois au Roseball, et pourtant il y avait aussi quatre-vingt-dix mille personnes qui ont fait la OLA, qui ont chanté, qui ont dansé, et à la fin du match, les supporters, les uns avec les autres, ont communié. C'était très sympathique. Pendant toute la Coupe du Monde, je suis allé au stade aux Etats-Unis sans me dire : "Attention, regarde derrière toi, il y a peut-être un Skinhead ou un Hooligan qui va te faire quelque chose de pas très catholique".

7Mais, il y a eu d'autres fêtes qui ont tourné au drame, je peux en parler puisque j'y étais : je pense notamment à Furiani. Là, un concours de circonstances, malheureuses pour le moins, ont voulu que ce match ait lieu à Furiani. Je pense qu'il n'aurait jamais du avoir lieu là-bas et tout à fait légalement il aurait pu être empêché puisque le stade de Furiani était suspendu et que je ne sais par quel tour de passe-passe il a été ouvert pour cette rencontre. Je me souviens y être allé à midi pour rencontrer les dirigeants de Bastia et la première chose que j'avais vue, c'était dans les vestiaires en construction, les gouttes à gouttes et les tables pour allonger les blessés. Là, je me suis dis : "mais ce n'est pas possible, on va voir un match de football ou c'est un remake de la guerre du Liban". Et le soir en arrivant, j'ai constaté qu'il y avait aussi tout autour du stade des gravats parce que le stade était en réfection, des montagnes de pierres, de rochers, des tas de choses à ne pas mettre dans les mains de supporters surtout quand les passions sont exacerbées comme elles l'étaient.

8Ensuite, avant que la tribune ne s'effondre, j'ai ressenti dans ce stade de Furiani une haine que je n'avais ressentie nulle part ailleurs. Alors, il est vraisemblable que cette haine issue de phénomènes qu'il serait important d'analyser et qui sont, je ne veux pas dire typiques de la Corse, mais qui en Corse sont vraiment poussés au paroxysme. Cette haine, donc, s'est cristallisée autour du match. Il faut savoir qu'avant que la tribune ne s'écroule, sept supporters marseillais avaient été blessés notamment par des éclats de grenades à limailles qu'un supporter bastiais lançait depuis le toit des tribunes sur le petit groupe des supporters phocéens qui n'étaient pas nombreux, deux ou trois cents personnes parmi lesquelles d'ailleurs des personnes relativement âgées qui n'avaient rien de voyous. Voilà, comment la fête dans un stade peut être vraie comme cela s'est passé aux Etats-Unis, peut-être parce parmi les supporters des équipes, il n'y avait pas les Hooligans pour la bonne raison qu'il y avait eu un écrémage par l'argent puisqu'aller aux Etats-Unis supporter son équipe coûtait quand même relativement cher.

9Le rôle de la presse aussi est intéressant. Je vais revenir à Furiani deux minutes parce qu'on avait titré au Provençal, dans notre édition corse, deux ou trois jours avant le match, "Furiani en tremble déjà", et je vous avoue que lorsque nous avons revu ce titre ensuite, on s'est dit que peut-être il fallait être très prudent lorsque l'on présentait un événement. Evidemment, il n'y avait aucune malignité dans ce qui avait été écrit, c'était simplement pour dire : "vous allez voir ce que vous allez voir. Cela va être un match haut en couleurs, un match chaud", mais il est vrai que nous avons tendance, surtout dans la presse écrite, à utiliser souvent des termes guerriers, et ce n'est peut-être pas la meilleure des choses.

10Enfin, l’O.M. Lorsque Jacques Marchand m'a dit que nous allions parler de la fête avec l'O.M., j'ai eu un petit froid dans le dos parce que ce n'était peut-être pas le moment, tout au moins je le pensais, pour parler de la fête. Je me trompais parce que depuis que l'O.M. est en deuxième division, il y a quand même autour de vingt mille spectateurs au stade Vélodrome et il y a au niveau du spectacle — les gens qui ce soir assisteront au match O.M./ Charleville s’en apercevront — une ambiance extraordinaire. Reste à savoir maintenant pourquoi il y a cette ambiance à Marseille qui n'est pas comme ailleurs. Je crois que cela dépasse largement le cadre du football, je crois que toute une partie de la population s'est investie totalement pour son équipe et ce sont les plus humbles. D'ailleurs vous verrez ce soir que les virages sont toujours pleins et que les tribunes sont à moitié vides, ce qui veut dire que les gens qui continuent à aller au stade et à soutenir leur équipe, sont les gens qui sont issus des couches sociales les plus défavorisées

11Je pense que ceux-là se sont identifiés à leur équipe et qu'au-delà du football, leur équipe est devenue le symbole de Marseille qui gagne. Vous savez que la période que les Marseillais ont vécue tout au long de l'année dernière a été très difficile et si j'ai effectivement eu quelques accrochages avec mes confrères parisiens, que j'aime bien au demeurant, parce que la plupart sont des provinciaux qui ont oublié qu'ils l'étaient, la plupart des démêlés que j'ai eu tenaient au fait qu'ils ont essayé d'avoir la peau d'un homme, ils ont eu la peau d'un club et l'homme est toujours debout. Je pense qu'ils se sont trompés de cible.

12L'attachement des Marseillais à leur équipe est quelque chose qui me plaît et qui me fait peur à la fois parce que j'estime qu'il y a d'autres choses plus importantes que le football dans la vie, même si ces jeunes-là n'ont qu'une équipe de football à se mettre sous la dent.

13Voilà en gros ce que je voulais vous dire, je crois que le plus simple est d'en débattre si vous le voulez bien.

Auteur

Chef des Sports au journal Le Provençal

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540