Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, fête et société

 | 
Jean-Paul Callède

Thème 1. Les journalistes et la fête sportive

Intervention préliminaire

Jacques Marchand

Texte intégral

Jacques MARCHAND,

Président honoraire de l'U.S.J.S.F.

1Bonjour à tous, nous allons ouvrir la deuxième journée de nos travaux. Le thème que je suis chargé de vous présenter, puis d'animer avec différents intervenants que je vous présenterai au fur et à mesure, porte, vous le savez, sur "Les journalistes et la fête sportive". Ça, c'est le titre, et comme tout titre, il y a ensuite un sous-titre pour le compléter, pour l'expliquer, et les sous-titres disent : "Médias : accompagnateurs, interprètes et exploitants de la fête", "Les critères médiatiques de la fête. La Valorisation de la fête. Les fêtes réussies et les fêtes manquées".

2Pour débattre de ce sujet, avant de vous donner un petit exposé pour cadrer un peu le sujet, vont intervenir d'abord notre ami De Rocca que je vous ai déjà présenté hier, et je dirai de façon plus précise tout à l'heure, pourquoi nous l'avons choisi. Ensuite interviendront M. Guy Guézille qui est le Directeur de la Fédération Nationale du Sport Universitaire, Mme Jacqueline Gaugey, Directrice de l'U.N.S.S. que je remercie particulièrement d’être venue se joindre à nous, je connais ses occupations. En plus Jean-Paul Schneider qui, modestement reste dans la salle, interviendra lorsqu'il jugera utile de le faire pour jouer, comme il dit "le naïf", et c'est toujours un "naïf" redoutable. Albéric Malfatti qui nous a fait le plaisir de revenir ce matin parmi nous, alors qu'il était intervenu hier et nous avait apporté un témoignage extrêmement précieux. Et nous avons également M. Jean-Jacques Fiolet qui lui aura une double expérience à nous communiquer, son expérience d'abord d'ancien Président du Stade Malherbe de Caen, Club de 1ère division, et maintenant de Président de "l'Avenir Sportif Aixois".

3Avant de lancer sur la piste notre ami De Rocca, je formulerai quelques idées très simples. Permettez-moi d'évoquer quelques notions sur les liens qu'il peut y avoir entre les journalistes et la fête.

4A mon avis, ces liens sont de deux ordres : ils sont professionnels d'abord, mais ils peuvent être plus personnels et je dirai individualisés.

5Professionnels, parce que les médias répondent de toute façon à des règles précises, et s'intéressent inévitablement à ce qu'ils jugent intéressant et attractif pour le public. Or, la règle, et cela il faut bien s'en pénétrer, la règle dans la presse, est de retenir pour en faire l'actualité, ce qui est nouveau, c'est-à-dire ce qu'on a appelé la nouvelle, ce qui est nouveau, ce qui est insolite, ce qui est exceptionnel et je préférerai encore à cette définition dire "ce qui n'est pas ordinaire". Et vous le savez, et Dieu sait si vous nous le rappelez assez souvent, sous forme d'ailleurs de reproche, vous nous dites souvent : "La presse n'évoque jamais les trains qui arrivent à l'heure", il est tout à fait ordinaire en effet d'arriver à l'heure, c'est même banal, mais ils parlent de ceux qui n'arrivent pas parce que, soit ils sont en panne, soit ils ont déraillé. Donc, le déraillement étant heureusement exceptionnel, et je dois dire vous-mêmes en tant que lecteurs en tant que public de la presse, vous ne supporteriez pas de la part de votre journal qu'il vous répète tout ce que vous savez et tout ce qui fonctionne normalement, si ce n'est évidemment en revanche, de vous fournir, mais cela est la notion de service, de vous fournir des horaires, surtout quand vous en avez besoin.

6Il faut donc toujours comprendre que le journaliste reflète inévitablement le désir de son lecteur, de son auditeur, ou de son téléspectateur. Il ne faut pas dissocier le journaliste des gens qui sont derrière le journal. Hier, la notion a été évoquée, d'auteurs et d’acteurs, on peut penser dans la presse, parce qu'ils écrivent ou ils parlent, les auteurs sont les journalistes, et les acteurs sont les autres, ceux qui lisent, autrement dit les consommateurs de la presse. Ce n'est pas si simple, je pense que le journaliste est en parti acteur, et que le lecteur en revanche, est en parti auteur. Parce que de toute façon, c'est lui qui inspire le journaliste, donc il y a aussi la notion d'auteur si vous voulez, dans celui que j'appellerai le consommateur, c'est-à-dire le lecteur. Alors, le phénomène de fête qui est quand même au centre de notre sujet, le phénomène de fête, n'échappe pas à cette règle, qui est celle de la vie même de la presse.

7La presse ne retiendra la fête, ne la commentera, que dans la mesure où vous lui porterez un intérêt exceptionnel, et dès lors, la presse effectivement, si elle s'en empare, en fera un spectacle. La fête institutionnelle, la fête de routine, la fête commémoration, fête qui a été évoquée hier par les différents intervenants, sera sans doute signalée dans la presse, parce que c'est une information en soi, parce que ça arrive très régulièrement, elle sera signalée, mais elle ne sera pas obligatoirement soulignée. Mais en revanche, la presse va s'emparer des fêtes réussies qui soulèvent l'enthousiasme populaire. Une fête complètement ou partiellement gâchée par des événements insolites et inattendus, est aussi une bonne matière journalistique dont on peut régaler l'opinion.

8Dans ce cas, ce n'est pas la fête qui est exploitée, mais c'est l'absence de fête qui est déplorée. La presse peut exploiter à fond un autre sentiment qui est aussi très rentable : l'indignation, la défaite lourde, spectaculaire. Je n'ai pas besoin de citer des exemples et de rappeler le malheureux match France-Bulgarie en football, Dieu sait si ce jour-là la fête était sérieusement gâchée, mais croyez-moi, la vente et l'audimat n’en ont pas tellement souffert, tout au moins sur le moment bien sûr. Les effets négatifs en revanche s'en feront ressentir plus tard. Il en est de même pour la tristesse et pour le deuil, les ventes du journal L'Equipe ont subi une hausse très sensible, la même semaine d'ailleurs, en commentant la mort de Luis Ocana, parce qu'elle était un suicide, elle était un événement du fait que tout suicide a son mystère et plus encore bien sûr par la mort de Senna, parce que là, il s'agissait d'un accident. Or, la pointe de vente de L'Equipe, cette semaine-là, a été absolument remarquable et remarquée. Ce sont des exemples de fêtes gâchées, ou de fêtes endeuillées que les médias exploitent sans vergogne, il faut bien le dire parce que la clientèle aussi en fait une très grande consommation. Je ne vais pas m'étendre plus longtemps sur les mécanismes de la presse qui est une machine qui fonctionne sur des bases commerciales, seule garantie d'ailleurs de son existence et parfois même de son indépendance au moins vis-à-vis de certains pouvoirs politiques, mais certainement pas en tous les cas vis-à-vis de pouvoirs économiques.

9Alors, parlons quand même du journaliste et de ses réactions personnelles. D'abord, le journaliste est un homme, et comme tout individu, il est plus ou moins sensible à la notion de fête. Il ne peut l'ignorer dans la mesure où elle devient une fête publique et une réaction populaire, mais il aura personnellement la responsabilité de son traitement. Alors, ou il accompagne la fête, et il se contente de l'accompagner, ou il l'interprète ce qui est son métier, ou encore lui-même est gagné et conquis par la fête. Il y participe et dans ce cas il s'y engage. Mais à partir du moment où il s'y est engagé, il est évident que l'opération n'est pas sans risque, surtout pour la fête sportive qui peut être à la fois sympathique, qui peut être folklorique, qui peut être conviviale, mais vous le savez malheureusement, qui peut véhiculer des relents de chauvinisme, de nationalisme et déboucher sur des excès de comportement, d'un public déchaîné livré à quelques-uns de ses plus bas instincts. Ce qui devient trop courant, hélas et risque même beaucoup de discréditer la fête elle-même. Alors un journaliste qui ne maîtrise pas la dignité et l'éthique de sa profession se laisse entraîner par le courant. Il n'a pas le courage quelquefois d’y résister alors que, même s'il est seul contre tous, il devrait y résister. Alors là, il est responsable, c'est vraiment pour moi, le seul cas où il est seul et entièrement responsable. On ne peut pas lui imputer toutes les responsabilités et les dérapages de la machine médiatico-politico-commerciale, dont il est un rouage, qui est la presse et ça sous toutes ses formes. C'est vrai pour la presse écrite, pour la presse radiophonique, pour la presse télévisuelle. Comme chaque individu, un journaliste est responsable de ses actes et plus spécialement, il est responsable de ses écrits et de ses paroles parce qu'il a cette chance, il a cette liberté qu'il doit défendre contre tous, c'est le choix des mots, et même parfois avec la télévision, le choix des images, pour s'exprimer. Ça, c'est vraiment sa propre responsabilité, on peut faire pression sur vous, on peut essayer de vous orienter, on peut essayer de vous dire de traiter tel ou tel sujet, le choix des mots, reste toujours, dans tous les cas, au journaliste, ça lui appartient. Alors, si j'ai fait appel aujourd'hui à André de Rocca, dont je ne partage pas toujours les opinions et les saintes colères, si j'ai fait appel à lui, si je lui ai demandé de venir à cette tribune et de développer plus que je ne le ferai moi-même le sujet, c'est parce que, justement il est un de ces journalistes qui prennent leurs responsabilités et qui en assument tous les risques. Ce qui lui vaut mon respect confraternel et mon amitié, même s'il me crée quelquefois des soucis pour maintenir la cohésion et la solidarité de notre Union Syndicale des Journalistes Sportifs. Je crois que des hommes qui poussent jusqu'au bout cette responsabilité de la liberté de l'indépendance, méritent plus que notre respect, pour lui, c'est de l'affection. Voilà, je vais lui donner la parole. Et pourquoi ai-je fait appel à lui aussi ? Parce qu'il s'est engagé un petit peu dans cette croisade de l'O.M. et parce que nous sommes proches de l'O.M. ici à Aix, parce que c’est un phénomène qui a rempli l'actualité pendant des mois, sinon pendant une année et que je ne crois pas que la fête à l'O.M., il va le dire, il est plus qualifié que moi pour le dire, je ne crois pas que la fête à l'O.M. sera une fête comme les autres. Elle a ses particularités, peut-être ses particularités régionales, sociales certainement, mais ce n'est pas la fête des autres Clubs. C'est pourquoi il y avait là une analyse à proposer. Nous allons partir un peu du cas de l'O.M. et puis nous nous étendrons, nous généraliserons un petit peu le problème et nous verrons la fête, et pas seulement la fête au haut niveau. Je crois que c’est important et si j'ai cité tout à l'heure les noms des responsables de Fédération comme la F.N.S.U. et l'U.N.S.S., c'est bien que notre intention n'est pas de nous contenter du sport spectacle mais aussi d'évoquer la fête populaire du sport pour tous, une matière en particulier, que connaît aussi fort bien De Rocca, puisque c'est un peu celle de la P.Q.R., c'est-à-dire de la Presse Quotidienne Régionale.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540