Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, fête et société

 | 
Jean-Paul Callède

Séance d’ouverture

Le débat*

Texte intégral

  • * Les synthèses des différents débats ont été rédigées par Sylvie HAMEZ, journaliste à La Voix du No (...)

1Que la fête commence... Aix-en-Provence ne fut pas qu'un doux lieu de villégiature puisque la cité fut également le berceau des réflexions de sportifs, d'universitaires, de journalistes réunis pour la onzième fois dans le cadre des Universités Sportives d'Eté. L'Union Nationale des Clubs Universitaires et l'Union Nationale des Journalistes Sportifs Français ont choisi comme thème de leurs pérégrinations intellectuelles 94 "Sport, fête et société".

2Jacques Ardoino, conférencier de cette première matinée de travail, permit de lancer le débat sur "La recherche de la fête", thème logique du premier jour devant nous mettre sur la voie de la réflexion qui, en quelques journées, nous conduirait à redéfinir la fête retrouvée.

3Jacques Ardoino démontra que le sport avait une fonction politique au sens large du terme et une fonction pédagogique qu’il était peut-être en train de perdre. Le sport se cellulariserait-il, se fermerait-il sur lui-même, multipliant les barrières entre spectateurs et acteurs (ou pratiquants) ? Jean-Paul Schneider précisa que pour le littéraire, l'acteur est celui qui à partir de (à partir d’un texte peut-être), fabrique un sens. Et ce sens n’existe que dans le texte. Mais combien de fois reproche-t-on à l'acteur de pervertir le sens que l'auteur a voulu lui donner.

4Le sportif aurait donc encore sa chance...

5La parole fut ensuit donnée à Georges Bertin, Directeur de l'Institut de Psychologie Appliquée à l'Université d'Angers, qui apporta un éclaircissement supplémentaire à l'exposé de Jacques Ardoino. Georges Bertin prit comme support ses travaux de thèse dont le sujet était "L’imaginaire de la fête locale" et enrichis d'une enquête de dix ans auprès de soixante-dix comités des fêtes du bocage normand. Il esquissa une comparaison de la fonction imaginaire du corps dans la fête et dans le sport.

6"Le corps festif ne se présente pas du tout dans un aspect de normalité. On note des excroissances : les bosses, les longs nez sont même souvent renforcés par des postiches. On en trouve de nombreuses représentations dans le midi, en Belgique (les Gilles)... Dans le cadre de la fête, on voit apparaître des êtres hors du gabarit normal. Ainsi prolifèrent les nains ou les géants, les monstres, les masques... masquent qui permettent de ne pas se montrer ou, au contraire, de mieux se montrer. La fête favorise également le "bas corporel", l'anal, tout ce qui est de l'ordre du jet, de l'excrétion : injures grossières, sottises... L'expression d'une sexualité débridée est toujours partie prenante de la fête".

7Le corps est vécu dans la fête à l'inverse de la norme et de la règle. Il est lieu de passage. Dans la fête, on est en relation avec l'autre et l'inscription dans l'espace de transition corporelle va appeler cette relation. Le corps dans la fête va être adonné au plaisir, expression des désirs. L'orgie, les excès, que vient d'ailleurs renforcer l'ingestion de vin et de nourriture en abondance, en sont les moyens.

8Tout ce qui nous est interdit dans le quotidien est permis dans la fête. Le corps est appelé à se perdre dans la masse ; c'est pour cette raison que la foule est indispensable à la fête. Ce lien avec les autres, s'il est vécu dans un aspect fusionnel, est également soumis à la violence. La foule de la fête parfois dérape et commet des abus.

9Le corps festif appartient au temps joyeux de la fête, dans son expression (absence de règles) et dans la jouissance. Mais il est aussi le corps de l'ambiguïté, de l'ambivalence qui se manifeste dans la pénombre et qui cache, d'une certaine façon, cette tolérance extrême que l'on s'accorde à soi-même et aux autres.

10Au contraire, dans le sport, le corps est beaucoup plus régi par un régime apollinien, le dieu de la mesure, de la grâce et de la beauté. Il est objet de soins et il est plus normalisé. Les éphèbes de la Grèce Antique nous fournissent encore le modèle du corps festif. Le corps sportif souffre et cette douleur même est consentie, pour ne pas dire sublimée. L'expression de cette souffrance est subordonnée à une règle qui la supporte, la codifie.

11Dans le sport, le jeu n’est plus comme dans la fête une conduite libre et spontanée, il se transmue en règles, en cérémonie, voire en spectacle. La peau du sportif n'est plus tout à fait le corps, elle est un espace de représentation, d'inscription, d'un appel à la distance. Le corps du sportif accomplirait les trois mises en scène du corps que Jacques Ardoino décrit dans l'un de ses ouvrages : le corps façonné, proposé en tant que modèle ; le corps fétichisé, produit de consommation et le corps de fantaisie, lieu de projection des fantasmes sociaux.

12Du point de vue de l’imaginaire social, cette opposition entre les deux représentations du corps festif et du corps sportif sont issus de trois temps qui seraient aussi trois mythes fondateurs, à l'œuvre, à la fois dans le spectacle du sport et dans la fête.

13En premier lieu, il y a la commémoration de la fondation, toute fête se constituant sur une fondation. Le sport reprend aussi cela quand il célèbre les Jeux olympiques, par exemple. La fête, comme le sport a besoin d'ancêtres fondateurs à célébrer. Dans le cadre sportif, la commémoration serait de l'ordre de l'universalité du corps alors que dans le cadre festif, elle signerait plus les particularités des communautés locales. Ces deux formes tenteraient d'abolir la distance au temps.

14Le deuxième mythe est celui de la toute-puissance, présent à la fois dans le corps du sportif comme dans celui du festif. Maîtriser le temps et le destin, c'est perdre ses limites. Dans la fête, on perd ses limites en consommant d'une façon ostentatoire. La régulation se fera naturellement par essoufflement. Alors que dans le sport, cette toute puissance s'inscrit dans le corps du sportif par l’institution d'une règle.

15Enfin, le troisième mythe fondateur : la guerre. Dans la fête, la violence est tolérée, encouragée et souvent déplacée. Par exemple, toute fête en Afrique du Nord commence par la mise à mort d’un animal mâle. Dans le sport, la violence semble plus déplacée, plus encadrée, nonobstant les phénomènes de hooliganisme.

16En résumé, il y aurait un régime de l'imaginaire sportif placé sous le signe de l'éclairement, de l'héroïsme et de l'ascension. "Alors que dans la fête règne le régime du nocturne, de l'ambivalence, de la communion, du remplissage où le bruit et le chaos tentent de nous faire retrouver nos origines. Nous sommes tous issus de cette matrice originelle dans laquelle la fête nous permet de nous replonger de temps à autre".

17D'après Georges Bertin, et pris dans l'absolu, Sport et Fête s'excluent sinon sont incompatibles. Il souligne à quel point le corps sportif est subordonné à des règles et se plie à un modèle, corps d'Adonis, opposé au corps de Silène, corps plus festif qui porterait en quelque sorte les stigmates de la fête. Face à cette proposition, les autres intervenants apportèrent leur pierre à l'édifice du sujet.

18Michel Laurent, Président de la Conférence des Directeurs d'UFRSTAPS appelées désormais Facultés des Sciences du Sport, précisa également que le "sport n'est pas toujours la fête ; le sport, c’est surtout le travail". L'Universitaire qu'il est apporta une autre réflexion : "l'analyse de la performance motrice peut offrir, dans ce contexte, quelque chose de relativement intéressant. L'émotion est associée au spectacle, ciment social attaché à la fête sportive.

19Le paradoxe existe pour l'acteur du sport aujourd'hui, entre la part d'aventure qu’il recherche et la référence en permanence au quotidien, à la rationalité, aux techniques." Fidèle à son souci de diversité, l'U.S.E. donna également la parole, lors de cette première journée, à des athlètes de haut niveau. Ils lurent deux à apporter leur témoignage : Albéric Malfatti, champion de France de Planche à Voile 1994 et champion du Monde par équipes 1994. et Rémi Barbarin, tennisman classé-15, équipe de France Universitaire, sélectionné aux Universiades de Buffalo (USA) en 1993.

20Ce dernier confirma ce qui avait déjà été amorcé précédemment, à savoir que sport de haut niveau implique travail, effort et sacrifice : "Pour être au sommet, le talent ne suffit pas, ou plus. J'ai dû faire des sacrifices pour associer sport et études. En France, les athlètes universitaires ne sont pas considérés comme des athlètes de haut niveau. Contrairement aux Etats-Unis où ils reconnaissent le sportif à sa pleine valeur. Fa fête va être conditionnée par le résultat que j'aurai obtenu."

21Albéric Malfatti émit également son point de vue d'athlète. "Au début, j'abordais les compétitions comme une fête, l'important était de participer. Mais au fur et à mesure que je m'approchais du haut niveau, plus l'appréhension gagnait et plus la fête s'est éloignée".

22Autre concept : la fête serait donc sacrifiée sur l'autel de la performance sportive...

23La matinée était décidément placée sous le signe de la contradiction et de la complexité, et comme le défende un certain nombre d’auteurs : dès qu’il y a complexité du réel, apparaît la nécessité d’en faire une approche poétique, empruntée à l’imaginaire.

24Betty Lefevre, Maître de conférences à la Faculté des Sciences du Sport et de l’Education Physique de l’Université de Rouen, évoqua ces notions et adopta une logique ternaire pour dépasser la logique binaire de ses prédécesseurs.

25"Le spectacle sportif est un espace circulaire, avec un stade comme modèle où se réunissent des hommes qui vont utiliser des signes et des symboles. Ils viennent pour y consommer de l’irrationnel et de l’émotionnel. C’est en ce sens que le sport est à la fois objet culturel, production symbolique.

26Notre réalité demeure inexpliquée, d’où l’intérêt pour l’homme de se rassurer en retrouvant des figures éternelles, des masques, des mythes qui procèdent de ses origines. La fête sportive va renouer avec un certain nombre de ces rituels et mythes : le mythe d’Apollon, le Dieu du Stade, le héros sportif ; le mythe d’Orphée, le sportif qui garde quelque chose d’humain ; enfin l’image dionysiaque de celui qui triche, se dope...

27On retrouve un mélange des trois mythes parmi les acteurs, ceux qui font le spectacle sportif, mais aussi parmi ceux qui le regardent. Il n’y a pas de fête sportive sans rituel.

28La fête sportive est intéressante également dans l’expression de la violence car elle s'inscrit à la fois dans le social et dans ce que Bernard Jeu appelait une espèce de "société à rebours". La loi interdit l'expression de la violence, alors que là, on a le droit de l'exprimer avec des codes et des règles.

29Ensuite, vient le rituel d'exclusion, du bouc émissaire, celui qui va tricher par exemple. Le rituel de transgression des règles, et quelquefois des tabous, se manifeste, entre autres, lors des célèbres troisième mi-temps. Enfin, il y a le rituel sacrificiel où la mort est appelée et conjurée en même temps.

30Les trois modèles de la fête communautaire, de la fête spectacle et de la fête rassemblement, renvoient directement aux structures anthropologiques de l'imaginaire de Gilbert Durand.

31Dans le premier cas, c'est l'imaginaire de la fusion. Dans le deuxième, il y a opposition, combattre, dominer la performance. Le troisième offre une vision plus holistique, celle de l'imaginaire de l'alliance.

32Dans les fêtes sportives aujourd'hui, de nouveaux modèles sont en train de se mettre enjeu. La cérémonie d'ouverture des Jeux d'Albertville en est un bel exemple. Cet événement culturel, pourtant éphémère, a ratifié une sorte d'alliance entre l'art et le sport.

33Le sport se donne un autre visage, un peu plus humain qui va nous permettre de construire un nouvel imaginaire collectif.

34Cette nouvelle alliance nous offre peut-être l'espoir de la différence conjuguée, de l'altérité radicale acceptée sans intégrisme et sans épuration d'aucune sorte. Je crois à cette nouvelle alliance."

35Après le credo de Betty Lefevre. Jacques Ardoino en profita pour apporter quelques précisions précieuses sur ce qu'elle venait d'évoquer : "En ce qui concerne la fête et le sport, il y a quelque chose de généreux d'intention mais une institution ne peut pas régler la fête. L'institutionnel ne peut pas être le pourvoyeur de la fête. Pour reprendre les trois éléments de Durand, les trois sont marqués par la fusion mais ce sont trois fusions de type pur et simple : la première est pure et simple ; la deuxième est la fusion par identification (je m'identifie au spectacle et aux acteurs, à travers eux je vis par procuration) ; la troisième est marquée mégalo-maniaquement par le nombre.

36La fête ne peut être que microsociale sinon elle est une captation, un détournement".

37Sur le thème "A la recherche de la fête", il est apparu qu'il était ô combien difficile de cerner non seulement les contours mais également les conditions de la fête. Entre le sérieux nécessaire du gestionnaire du sport, entre le scepticisme tout autant nécessaire du psychologue, du sociologue ou du philosophe et entre les sacrifices des athlètes à la recherche de la performance, nous aurions pu avoir le sentiment que la fête s'enfuyait définitivement. Pourtant des jalons ont été dressés qui permettent de voir à quelles conditions la fête sportive peut devenir une fête. L'une de ces conditions fondamentales semble être la relativisation : relativisation dans le temps, relativisation du modèle.

38Jean-Paul Schneider constata en guise de conclusion : "Il faut prendre conscience que le phénomène sportif est un phénomène culturel en mouvement permanent. Assurer ce mouvement est une des premières leçons à tirer de cette matinée".

Notes de fin

* Les synthèses des différents débats ont été rédigées par Sylvie HAMEZ, journaliste à La Voix du Nord.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540