Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, fête et société

 | 
Jean-Paul Callède

Séance d’ouverture

Conférence introductive

Jacques Ardoino

Texte intégral

Jacques ARDOINO

Professeur en Sciences de l'Education - Université de Paris VIII

1Permettez-moi de commencer par une boutade, qui placera utilement la suite de mon propos sous le signe du paradoxe, sinon de la contradiction. Quand, à l'instant, Jacques Marchand évoquait Pierre de Coubertin recommandant sans grand succès que l'on veuille bien se montrer plus discret sur les prouesses sportives réalisées entre deux olympiades, je ne pouvais m'empêcher de penser aux contorsions actuelles de nos hommes politiques intéressant les prochaines élections présidentielles, chacun se réclamant également d'un silence de rigueur, pour se laisser prendre d'autant plus facilement ensuite en flagrant délit d'indiscrétion.

2Cette allusion à la contradiction, d'entrée de jeu, a essentiellement pour fonction d'attirer notre attention sur le fait que le phénomène festif ne peut être, ni regardé, ni pensé sous un seul angle. C'est pourquoi il apparaîtra le plus souvent polysémique, ambivalent, voire ambigu. L'étymologie du terme est latine. Deux racines interfèrent qui donneront, en français : foire, pour la première et fête pour la seconde (feriae, feriarum ; feriatici ; ferior, feriatus ; et festalis ; festive ; festivitas, atis ; festivo, are ; festivus ; festoni ; festus). Il est intéressant de noter que la dernière voisine dans le dictionnaire avec festinatio, onis (hâte) et festino, avi, atum, are (se hâter, se presser). Ainsi, la foire commerciale, la fête et le festin se trouveront très tôt associés. Païennes ou religieuses, les fêtes articuleront, voire subordonneront, presque toujours, en effet, leur intentionalité sociale de célébration à des supports économiques encourageant les rassemblements populaires qu'elles supposent. Deux caractères, selon nous fondamentaux, en découleront :

3La fête est, en tant que situation, un phénomène social. Il n'y a pas de fête solitaire. Ce n'est pas une expérience individuelle. Idéalement, d'ailleurs, nous le verrons plus loin, la fête est interactive. Je m'écarterai ainsi résolument de quelques exemples employés, tout à l'heure, par Jean-Paul Schneider. Joie, jouissance et fête ne peuvent, de mon point de vue, être confondues. Dans la fête, il y a certainement place pour de la joie, voire pour de la jouissance. Celles-ci ne suffisent pas, néanmoins, à caractériser un phénomène qui reste essentiellement collectif. La réciproque n'est pas obligatoirement vraie. L'une ou l'autre sont possibles sans qu'il y ait fête et on trouve des fêtes, commémoratives notamment, totalement exemptes de joie ou de jouissance.

4La fête est toujours organisée. En dépit de représentations originaires de fantasmes voulant faire la part plus belle à l'improvisation et à la spontanéité, au rejet des contraintes de la quotidienneté ordinaire, la fête reste toujours préparée, réglée, délimitée, encadrée, en amont comme en aval. Non seulement une typologie des fêtes (locales, nationales, rurales, citadines, religieuses, militaires, syndicales, culturelles...), mais, plus encore, la prise en compte de leur qualité, dépendront de leur degré d'organisation. Elles pourront ainsi osciller entre la fiction, le "faire-semblant" associé à la recherche d'un plus être, à travers l'évasion, le mythe, l'utopie, mobilisant la fonction symbolique, et la facticité, autre "faire-semblant" impliquant consentement à un moindre être, par lequel l'objet se rétrécit aux dimensions étriquées du signe qui le représente qui le représente (le poulet en carton, ou les bouteilles de liquides colorés, dans la vitrine de certains traiteurs). Les fêtes seulement commerciales ("Carrefour" ou "EuroDisneyland") ou encore politiques (la fête de " l'Humanité"), riches en slogans, constitueront de bonnes illustrations de cette dernière catégorie. Avec elles, nous nous engonçons, en effet, dans le virtuel (aux lieux et places du virtuel), c'est-à-dire dans l'abstrait. La rationalité économique, les calculs stratégiques donnent à la publicité comme à la propagande un caractère incitatif à prétention universelle, une forme idéologique accentuant encore une tendance naturellement forte à la réïfication, à l'autonomisation, générant une forme de fausse conscience.

5C'est en effet le rapport de la fête au temps qui va le mieux spécifier cette ambiguïté foncière, retrouvant au sein des apparences dyonisiaques de surface un fond apollinien intact. D'une part, la fête égrène le temps. Comme une ponctuation, elle jalonne le calendrier. Mais, d’autre part, elle suspend le temps. Elle semblerait bien vouloir nous faire passer d'un temps ordinaire à un temps extraordinaire, comme cela a fort bien été dit tout à l’heure. En fait, elle ouvre, plutôt, et fermera ensuite, une "parenthèse" hors du temps. Plus encore qu'un certain temps, un carnaval dure un temps certain. Il commence au jour dit. Une séance solennelle en souligne l'ouverture. Symétriquement, la clôture sera tout autant marquée. De la sorte, la transgression, l'illusion du "tout est permis" n'ont jamais de conséquences sociales irréversibles et révolutionnaires. A Rio, le carnaval cohabite harmonieusement avec les favellas. Encore que revenant annuellement, il est toujours marginal, dans le cadre de chaque année. Les favellas restes inamovibles, en dépit de cette fonction des "jeux" sociaux (circenses) voulant contribuer à leur oubli. La véritable durée s'inscrit dans l'existence ordinaire. L'extraordinaire affirme sa préférence pour le magique. L'essence de la fête coïncide avec le retour légitimé d'un imaginaire collectif, en résonance avec les psychologies individuelles qui l'agissent et le modulent. Le règne ainsi retrouvé d'un principe de plaisir, qui suscitera, au besoin, les débordements et les outrances dyonisiaques inspirés par les fantasmes de toute puissance et d'immortalité (coïncidant avec une nostalgie de l'éternité), décrétera la mise hors la loi du temps pour obtenir l'abolition de la mort à laquelle ce dernier renvoyait immanquablement. Dans "le corps, charnier de signes", Jean Baudrillard a bien montré certains des mécanismes socio-mentaux par lesquels "strip-teaseuses" et spectateurs élaboraient ensemble de l'immortalité, en tissant à la nudité une "seconde peau" imaginaire (ou l'abstraction lisse, oblitère, tout ce qui pourrait "suinter", biologiquement parlant. Ceci est à rapprocher de l'usage que certaines cultures font du cellophane ou du plastique, par hantise des microbes et des virus). Contradictoirement, l'affirmation de la vitalité, passant le plus souvent par une exaltation de la virilité, plus accessoirement par une célébration de la féminité et de la fécondité, postule de surcroît à l'éternité, sans doute parce que celle-ci constitue mythiquement le temps des dieux. Ce faisant, la fête tente toujours explicitement ou implicitement une domestication de la violence, à tout le moins sa catharsis, réussie ou non selon les cas. Les rites aideront le plus souvent à remplir cette fonction tout en l'assortissant de la contention nécessaire (l'exemple de la culture japonaise, avec sa conception correspondante de la fête, est tout à fait éloquent à cet égard).

6Il est à remarquer, au passage, qu'il aura fallu plusieurs décennies aux sciences de l'homme et de la société (anthropologie, ethnologie, sociologie, psychologie sociale, psychologie, psychanalyse, notamment) pour que l'imaginaire (traditionnellement objet de suspicion dans notre culture, cf. l'imagination, "maîtresse d'erreur et de fausseté" et "folle du logis", chez Biaise Pascal) retrouve une consistance scientifique avec Gilbert Durand (anthropologie de l'imaginaire), Jacques Lacan (articulations entre imaginaire, symbolique et réel) et Cornelius Castoriadis (rôle spécifique d'un imaginaire social créateur), Jean Baudrillard, Michel Maffesoli... L'intelligence du phénomène festif, qui suppose alors un profond remaniement de nos repères et de nos modèles, explicatifs ou compréhensifs, puisera dorénavant utilement à ces différentes sources. Mais ce n'est évidemment pas "le sens commun" des milieux universitaires, plus habitués au rationalisme des "lumières", plus portés à l'analyse, au sens cartésien du terme (décomposition-réduction en éléments de plus en plus simples, transparence, contrôle et maîtrise des objets).

7La fête devient ainsi représentation, dans l'acception spectaculaire du terme (mise en scène collective de nos désirs, de nos angoisses, de nos fantasmes). Sorte d'interface entre l'univers de la quotidienneté et le monde extraordinaire de l'imaginaire, elle célèbre d'un côté les valeurs qu'elle voudrait éternelles (une fois de plus hors du temps), notamment le triomphe de la vie sur la mort (à la condition expresse toutefois qu'une loi soit tout de même respectée), tout en sacrifiant, d'autre part, aux désirs et aux pulsions inassouvis, en les flattant, en les réhabilitant, en leur redonnant, pour un instant, droit de cité. Les participants retrouvent à la fois collectivement, et plus individuellement (à travers cette globalité d'un nous), des composantes irrationnelles de leur fonctionnement psychique et de leurs inter-relations en luttant ainsi contre leur sclérose, leur atrophie, éventuellement encouragées par les formes sociales instituées. Elle est, en ce sens, une administration du sacré. Comme toujours, celui-ci s’accompagnera de la souillure dont il reste inséparable. Dans cette axiomatique quasi algébrique, ou la négation passe par l'inversion, l'impur s'affirme corollaire de la pureté. C'est pourquoi les fêtes populaires (ouvrières, paysannes...), quand elles n'ont pas été exagérément artificialisées, "sophistiquées", cultivent volontiers les images biologiques. On y éructe, on y rote, on y pète (y compris "les sous-ventrières" à travers le thème de la "grande bouffe", au cours des "dégagements" et des "troisièmes mi-temps"), les excréments y retrouvent une fonction et des rôles symboliques (paradoxalement on se situe ainsi, en retrouvant le plein exercice des pulsions et des répulsions, aux antipodes de "la seconde peau"). Les corps, au besoin, deviennent monstrueux (effets de l'angoisse ou du désir ?) pour exalter l’animalité. A la faveur de cette logique d'inversion, la bête reprend heureusement le pas sur l'ange. Ce retour mythique aux origines (ressourcement, pèlerinage baroque aux sources) estompe provisoirement les hiérarchies ordinaires, quand il ne les inverse pas. Il opère une sorte de mise à niveau. En cela la fête est toujours populaire. Il en découle, de façon encore plus évidente que pour les identités individuelles, un renforcement des identités et des sentiments d'appartenance collectifs.

8Dans l'intitulé de cette Université Sportive d'Eté, fête et société se retrouvent ainsi naturellement reliées, d'autant plus que le terrain associatif (politiquement parlant, forme classique de "contre-pouvoir", par rapport au pouvoir de plus en plus exorbitant de l'Etat) s'y associe à travers les clubs et les fédérations sportives. Comment va donc s'y articuler, à son tour, le troisième terme, le sport, dans la mesure où il ne s'agit pas simplement d'un rapprochement hâtif, effectué par les membres du comité d'organisation, après boire, au coin d'une table de bistrot, un peu comme nos "sujets" des baccalauréats d'antan ? Il y a, bien sûr, des fêtes sportives, ce qui ne veut pas dire, pour autant, "une fête du sport", comme nous devons à Jack Lang une "fête de la musique". Il conviendra en effet de se souvenir qu'une fête organisée par l'institution est toujours une fête du on (qui entraînera une artificialité, voire une intention manipulatrice, comme nous l'avons dit précédemment), et non une fête du nous. il faut, alors, notamment, distinguer liminairement entre les manifestations sportives spectaculaires et souvent marchandes, nécessairement massives, mettant en scène un sport de haut niveau qui deviendra de ce fait quasi professionnel en fonction des intérêts économiques qu'il mobilise, et celles suscitées par l'exercice d'un sport amateur, (sport de loisirs essentiellement) dont les dimensions resteront plus humaines. Ce sera en effet un critère important de la fête, influant considérablement sur sa qualité, son caractère interactif. Même à l'occasion de grandes fêtes calendaires, tenues à l'échelle d'une ville, avec bal des pompiers et feux d'artifice, le quatorze juillet par exemple, les vraies fêtes se dérouleront concrètement entre quelques-uns, sur telle place, dans tel ou tel quartier, à l'échelle des choses de la vie.

9Dans tous les cas, le sport est un jeu réglé. Cela ne supprimera pas la triche, mais celle-ci deviendra un délit quand elle sera dûment constatée. La transgression, si elle n'a pas disparue, se trouvera, dès lors, étroitement canalisée. Une de ses formes, déjà sublimée, voudrait forcer les limites de l'être humain, en les supposant indéfiniment reculées. Mais d'autres pulsions chercheront plus élémentairement à détruire l'adversaire, par la ruse, ou autrement au besoin, quand ce ne sera courir délibérément le risque de se détruire soi-même, à travers les sports de l'extrême.

10Dans l'axe bipolaire (évoqué tout à l'heure) de l'"hypo" ou de l’"hyper" en fonction duquel se décline le spectre de l'organisation, la fête sportive de masse se placera nécessairement du côté du second. Plus grande est l'importance concédée au spectacle, plus la facticité va s'accroître. En tant que divertissement, la prestation artistique peut toutefois très bien ne pas être factice et se montrer même de bonne qualité (Holiday on ice est néanmoins plus proche d'un show de musichall que d'un exploit d'alpiniste) mais ce sont alors les valeurs autres qu'économiques (éthiques, humanistes, éducatives, proprement sportives...) qui deviennent frelatées. Qu’on veuille bien penser à la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques de Barcelone, avec le tir "bidon" de l'archer, en présence d'un parterre de rois, de chefs d'Etats et de dirigeants olympiques. De même, la survie "médiatique" d'Ayrton Senna, destinée à permettre d’honorer jusqu'au bout les "contrats" avec les chaînes de télévision ! Ainsi en ira-t-il toujours plus ou moins quand ce seront des sponsors (Darty, FNAC, Ricard, Coca-Cola...) qui organiseront la fête ou la feront organiser pour y faire figurer des sportifs toujours plus ou moins hommes-sandwiches.

11Mais plus encore, la distinction quasi taylorienne des fonctions et des rôles entre sportifs et spectateurs va aboutir, sur un stade, à l'expropriation du plus grand nombre (le public réduit à la contemplation et au vécu d'émotions fusionnelles), alors que, nous l’avons vu, la fête tend à décloisonner, à abolir ou à inverser les hiérarchies traditionnelles. Ainsi s'expliquera, peut-être, ce transfert d'une transgression interdite aux athlètes, mais facilement récupérée par certaines franges d'une foule spoliée de catharsis vraie. A travers le star system, si le mythe se renforce, attestant bien la présence de l'imaginaire, nous avons, plus encore que des champions, des héros, des demi-dieux ou des dieux, autrement dit des êtres surhumains transcendant le vulgaire.

12Lorsqu'il s'agira plus authentiquement de sports de loisirs, ce quasi-racisme sera évidemment moins prononcé puisque le prosélytisme dominera avec une ferveur quasi religieuse (les pratiquants) et le désir de faire des adeptes. Mais on distinguera, ici aussi, la prééminence d'un effort souvent douloureux qui, sauf hypothèse de masochisme, ne coïncidera pas facilement, dans le même temps du moins, avec la fête. Celle-ci devra attendre. Elle constituera, au mieux, un "après-coup" heureux de la victoire, associé aux lauriers qui l'accompagnent. Encore convient-il de se garder, à nouveau, de confondre, ici, fête et joie (cf. supra), parce que les valeurs éducatives du sport, assignant à l'exercice une portée individuelle et collective de réalisation de soi, vont retrouver au moins une partie de leur sens. Celui-ci tiendra tout de même aux finalités, aux visées, constituant le projet de la démarche sportive. S'agit-il de se mesurer aux autres pour les dépasser, les transcender ? S'agit-il de se mesurer à soi-même pour se dépasser ? Mesure et démesure constituent bien les termes d'une contradiction définissant assez essentiellement le sport. Mais la fête, proprement dite, ne pourra, ici encore, que célébrer, réassurer, commémorer, dans l'au-delà même de l'exploit.

13Un terme usuel du vocabulaire sportif mérite alors qu'on s'y attarde quelques instants, car il va, d'une part, souligner l'ambiguïté de l'intentionalité éducative du sport (dressage ou épanouissement) et, d'autre part, insister sur son caractère répétitif, rituel, réglé, en même temps que rappeler l'évanescence et le caractère éphémère qui marquent ses produits (un "clou" chassant l'autre !). C'est le mot performance, désignant les prestations à travers lesquelles les athlètes vont se mesurer. Le vieux français parformance est probablement son ancêtre. Mais ce sont aujourd'hui les anglais qui nous le retournent, via le monde du turf. Comme, d'ailleurs, le vocable handicap, également originaire de l'anglais, il s'applique donc aux chevaux, avant de se rapporter aux hommes. Une seconde acceptation anglaise de performance est aussi intéressante pour notre propos puisqu’elle désigne ce qu'un acteur aussi bien que le manager du théâtre donnent en spectacle sur une scène. Autre terme anglo-saxon, emprunté cette fois à l'italien manegiare, le management renvoie aussi étymologiquement au monde hippique (et à celui du sport) puisqu'il signifiait alors faire tourner (en rond) les chevaux dans un manège, à des fins de dressage. N'est-ce pas là une forme quelque peu inattendue de dadaïsme ! L'obsession de la performance laissera ainsi peu de place au goût de la fête, chez les sportifs de haut niveau (y compris avec le "chantage", quant au coût de leur entraînement, quant aux investissements des éventuels...). Le poids des responsabilités qu'on fera peser sur eux, quand il s'agira de compétitions pour des médailles ou pour des titres, entre des villes ou entre des nations, les conduira plus facilement au stress qu'à la détente. Il est alors tout à fait regrettable que les sports de loisirs tendent à s'inspirer trop souvent encore de tels modèles, considérés comme sérieux parce que bénéficiant d'un label professionnel.

14L'idéologie du management, qui tend à devenir un peu partout une panacée des temps modernes (il y a aussi un management sportif), peut justement nous aider à entrevoir le fond d'une telle ambiguïté. Elle reprend volontiers, en effet, à l'instar de la sociologie des organisations, la notion d'acteur, pour l'opposer à celle d'agent. On sait la portée de cette distinction. L'agent, principalement agi, est seulement représenté à travers ses aptitudes et ses capacités, déterminé assez mécaniquement par ses dons, par ses apprentissages et par son entraînement. L'acteur ajoute des rôles à ce fonctionnalisme. Il est supposé porteur d'un projet, producteur de sens. Il acquiert, de ce seul fait, un niveau de responsabilité plus grand. Avec ce que nous savons de la place qui est concédée au spectacle dans l'univers sportif, l'idée de facteur sera évidemment particulièrement bienvenue. La relation entre l'athlète et son entraîneur doit-elle, dès lors, se penser plutôt en termes d'agent, ou plutôt en termes d'acteur ? Mais, notamment si on entend mettre en valeur des dimensions éthiques avec l'évocation d'une responsabilité, d'une réalisation et d'un dépassement de soi, il faut bien convenir que l'acteur reste trop souvent encore un trompe-l’œil. Pour conserver le registre du théâtre-spectacle auquel appartient le vocable à l'origine, c'est de l'idée d'auteur dont nous aurions en fait le plus besoin. Ce qui spécifie, en effet, l'auteur, par rapport à l'acteur, c'est que celui-là se perçoit toujours explicitement lui-même comme étant à l'origine de l'acte, de la chose en train de se faire. Les autres le reconnaissent également ainsi. Avec l'auteur, nous réinitialisons donc une temporalité (à l'origine de). La question utile est alors : comment un sport de loisirs, individuel ou d'équipe, va-t-il permettre à ses pratiquants, protagonistes de l'action entreprise, du jeu, de l'attente de performance ou d'exploit, de se retrouver auteurs, à tout le moins co-auteurs, de ce qu'ils font, et non seulement acteurs, comparses ou figurants, mêmes doués, mais toujours mis en scène ? A cette condition, fête et sport feront meilleur ménage. On passera plus facilement de l'un à l'autre sans facticité. Plus généralement, ce qui gardera le sport de ses risques d'enfermement, de coupure dialectique, d'autonomisation, de réification (fausse conscience), réside dans le pluralisme de ses attentes, de ses visées et de ses valeurs. Le sport ne peut pas constituer un monde à part. Il est dans la vie, comme la vie est en lui (à ce titre la fête peut évidemment lui être liée). Ses véritables finalités tiennent au projet éducatif auquel il doit toujours s'ordonner. En ce sens, l'approche scientifique de tels phénomènes peut être dite multiréférentielle.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540