Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, fête et société

 | 
Jean-Paul Callède

Séance d’ouverture

Intervention de Jean-Paul Schneider

Jean-Paul Schneider

Texte intégral

Intervention de Jean-Paul SCHNEIDER

Vice-Président de l'U.N.C.U.

1Avant de vous présenter quelques réflexions sur le thème qui sera le nôtre pour les jours à venir, je voudrais vous dire la joie que j'ai de me retrouver dans un lieu nouveau avec les acteurs désormais traditionnels de cette Université Sportive d'Eté. Et quand je dis "acteurs traditionnels", je n'entends pas là seulement le groupe d'amis qui s'est forgé maintenant depuis plus de dix ans et qui se réunit chaque année autour de cette manifestation, mais j'entends surtout les catégories traditionnelles de participants que rassemble, tous les ans. L’Université Sportive d'Eté, et c'est là l'une de ses originalités. Car pratiquants, techniciens, entraîneurs, tous souvent de très haut niveau, mais aussi journalistes, dirigeants ou administrateurs, élus de toutes tendances, universitaires de toutes disciplines : l'Université Sportive d'Eté réuni un ensemble de personnes extrêmement diverses qui, par passion ou par métier, souvent par les deux à la fois, sont mises en relation avec un même objet : l'objet sport.

2Mais l'Université Sportive d'Eté ne se contente pas de rassembler tous les partenaires du sport et de les faire parler les uns après les autres, selon une formule conventionnelle que les habitués des colloques connaissent bien. Elle fait aussi, et c'est sa seconde originalité, vivre ensemble ses participants pendant quelques jours en leur faisant partager des activités à la fois intellectuelles et physiques et sportives, en leur faisant partager leurs réflexions sur l'objet sport et en les réunissant en même temps dans une pratique, fût-elle modeste, de cet objet.

3Dans cette alliance de la pratique et de la réflexion, les uns et les autres apprennent à mieux se connaître, à mieux se comprendre. Cette originalité de la formule de l'Université Sportive d'Eté a été souvent soulignée et je ne reviendrai pas longuement sur elle aujourd'hui. Nous aurons d'ailleurs l'occasion de la voir réalisée de manière concrète dès cet après-midi.

4Nous retrouvons donc des acteurs traditionnels, mais dans un lieu nouveau. Partie de Poitiers où elle a vu le jour, l'Université Sportive d’Eté s'est fortifiée en se rodant et elle a progressivement pris son envol : Nice, Montpellier, Lille, Grenoble, les unes après les autres lui ont offert leur hospitalité. Aix, aujourd'hui, l'accueille, et en remerciant tous ceux qui à Aix et en particulier à l'A.U.C. ont permis par leurs efforts à cette Université Sportive de 1993 d’être cette année-ci provençale, je voudrais associer dans mes remerciements tous ceux qui, depuis douze ans, ont contribué à sa réussite et lui permettent aujourd'hui d'être ce qu'elle est.

5Tentée d'abord par la fixation en un lieu unique (cinq Universités Sportives d'Eté successives se sont déroulées à Poitiers), attirée par les facilités d'une espèce de ritualisation, l'Université Sportive d'Eté n'a que progressivement affirmé sa véritable vocation : celle de l'essaimage. Changeant de lieu tous les ans ou tous les deux ans désormais, elle nourrit en effet l'espoir qu'ici ou là le grain semé peut-être lèvera. Elle a plus d'une fois déjà été confortée dans son espérance : les Assises Nationales du Sport qui vont connaître dans quelques semaines leur seconde édition à Strasbourg sont nées d'une Université Sportive qui s'est tenue à Montpellier. Et le Centre Européen de Sport et Communication a été engendré, si je puis dire, lors de l'Université Sportive qui s'est tenue à Lille il y a deux ans.

6Car la communication reste bien l'une des visées majeures de l'Université Sportive d'Eté. Elle y prend la triple forme que vous connaissez bien :

  • l'initiation des jeunes, tentés par la carrière de journalistes sportifs, à ce que seront peut-être demain les réalités de leur vie professionnelle. Et il convient ici de rendre hommage au dévouement et à la compétence de Jacques Marchand qui, depuis tant d'années, anime ce stage de communication et qui, depuis tout ce temps, a éveillé tant de vocations.
  • la confrontation, — et c'est là une troisième originalité de l'Université Sportive d'Eté, — des athlètes et des journalistes qui en parlent, c'est-à-dire des acteurs de ce chassé-croisé subtil et, à mon avis, souvent pervers du sportif et de l'image qui en est construite, d'une image qui peu à peu l'enferme, peu à peu le contraint et qui parfois le perd.
  • l'ouverture vers l'extérieur enfin parce qu'il n'est pas de réflexion utile si elle reste clandestine et qu'il n'est pas de réflexion saine si elle n'est pas confrontée continuellement au retour critique d’un public.

7La rencontre de l'Union Syndicale des Journalistes Sportifs de France et de l'Union Nationale des Clubs Universitaires au sein du Comité d'Organisation de cette Université Sportive d'Eté n'est donc ni circonstancielle ni accidentelle. Elle correspond en fait à l'originalité d‘une vocation qui cherche à lier la réflexion contemporaine sur le sport et la réflexion sur le journalisme sportif, parce que, dans cette société fortement médiatisée qu'est la nôtre, les deux paraissent désormais difficilement dissociables. L'entreprise, à vrai dire, n'est pas sans risque et le sujet que nous nous proposons d'aborder cette année va certainement le montrer au détour de plus d'un débat. Qu'importe, c’est un nouveau défi que lancent à eux-mêmes et au mouvement sportif les organisateurs de cette Université Sportive. Et nous savons tous qu'il n'est pas d'esprit sportif sans défi.

8Car le sujet retenu cette année paraît à première vue ambitieux et même téméraire, chacun des trois termes qui le composent posant un certain nombre de problèmes, et pour commencer la notion de "fête", en particulier par rapport au sport. Sans doute va-t-on souligner la différence qu'il y a entre ce que ressent l'athlète sur la cendrée ou sur la pelouse et ce que vivent ceux qui sont massés dans les gradins. C'est une fête pour les uns et les autres mais il est évident que ce n'est pas la même. L'écart entre les deux est ici spectaculaire, et on ne manquera pas d'y revenir au cours des prochains jours.

9Il est d'autres différences, plus subtiles, mais non moins réelles et non moins embarrassantes pour le sujet que nous nous proposons de traiter. Prenons quelques exemples. La joie du coureur, du grimpeur, du nageur solitaire, qui sent son corps répondre parfaitement aux efforts qui lui sont demandés, cette joie-là, pour celui qui l'éprouve, est une fête. Le bonheur de l'athlète, qui découvre, au terme des souffrances de l'épreuve, la qualité de la performance qu'il vient d'accomplir, ce bonheur-là, pour celui qui se jette à genoux devant le public qui l'acclame, est une fête. Ce sont deux fêtes de la volonté, de la sensation, de la vanité ou de l'orgueil, mais où ces différents ressorts du plaisir ne me semblent pas se situer dans le même rapport les uns aux autres.

10Autre exemple : l'enthousiasme des supporters, entassés dans un stade "chaudron", quand se dessine la victoire de leur équipe, est une fête. Les joies champêtres et familiales des spectateurs massés le long de la route du Tour de France, en constituent pareillement une. Ce sont là deux fêtes qui pourtant ne sont pas de même nature, tellement est grande l'influence du lieu support, du lieu décor sur la qualité de la fête.

11La fête organisée, la fête institutionnelle, le défilé lors de l'ouverture de tels ou tels Jeux, par exemple, est une fête, il est vrai, mais elle n'a que peu de points communs avec les pittoresques éclats des troisièmes mi-temps, dont nous sommes nombreux à garder des souvenirs hauts en couleurs.

12La fête que se fait le retraité fumeur de pipe d'assister, tous les dimanches après-midi, à l'orée de son village, peut-être dans son champ, au match de football qui va opposer les gars de son bourg à ceux du bourg voisin, indiscutablement est une fête, mais elle n'a que peu de points communs avec la fête telle que la conçoivent les bandes de jeunes emportés, "Ultra-boys" ou "Fanatics", qui hantent les stades et qui, périodiquement, défraient la chronique parce que, pour eux, la fête n'est pas complète s'ils n'ont pas aussi "fait leur fête", — et l'expression est significative —, à quelques gardiens de l'ordre.

13On le voit, les ressorts tant individuels que collectifs, les cadres, les circonstances, les objectifs, les modèles, jusqu'aux tissus sociaux supports, tous ces éléments peuvent intervenir de façon tellement différente que la fête, à partir d'eux, se définit de manière totalement contradictoire.

14Peut-être pas seulement à partir d'eux, d'ailleurs.

15Dans toutes les sociétés, on retrouve ces manifestations contradictoires de la fête, peut-être précisément parce que dans toutes les sociétés s'opposent deux conceptions de la fête, ce que sociologues et psychologues ont relevé depuis fort longtemps. D'une part, la fête commémoration, fête rituelle, répétitive, souvent régressive : on peut penser, par exemple, aux fêtes religieuses, mais aussi aux pastorales, aux bergeries auxquelles se complaît l'aristocratie de l'Ancien Régime finissant, à Marie-Antoinette se donnant la fête au Petit Trianon, par exemple, mais aussi à ces extraordinaires fêtes folkloriques qui se multiplient à l'envi actuellement dans nos campagnes : battages comme autrefois, mariages comme autrefois, transhumance comme autrefois. Ces fêtes-là sont toutes des fêtes du temps immobile.

16Et puis, de l'autre côté, il y a la fête libération, la fête transgression, la fête provocation. On pense là aux fêtes carnavalesques, depuis les Saturnales de l'Antiquité jusqu'au Carnaval de Rio, en passant par toutes les Fêtes des Sots, Fêtes des Fous, Fêtes des Innocents et j'en passe. Ce sont là des fêtes de l'oubli du quotidien, plus souvent d'ailleurs encore des fêtes de son refus, d'un refus parfois violent de ses contraintes et de ses règles. Dans ces fêtes-là, le jeu devient un jeu à risques, et les débordements y sont, y ont toujours été fréquents.

17C'est pourquoi personne, à moins d'être naïf ou aveugle, ne s'étonnera que, périodiquement, les fêtes du second type fassent irruption dans les fêtes du premier pour les subvertir et rappeler que s'il n'est pas de fête sans communion, sans une même foi, sans une même espérance, il n'est pas non plus de fête sans affirmation par l'homme de sa liberté.

18Et c'est là que le second terme, celui de "société" vient ajouter son lot de problèmes supplémentaires à notre sujet.

19Quelle que soit la fête à dimension sociale — cohue carnavalesque ou défilé officiel — elle ne sera véritablement fête qu'à plusieurs conditions. Il faut pour cela qu'elle réunisse des hommes et des femmes qui soient attachés à des valeurs identiques et qui attendent de leur rencontre un sentiment de réconfort dans leurs croyances ou dans leurs espérances. Il faut enfin, me semble-t-il, que du rassemblement naisse effectivement une impression de plénitude, que celle-ci s'extériorise par la joie collective ou qu'elle se manifeste par un bonheur intérieur. Sans cet aboutissement on considérera que la fête est manquée.

20Mais elle le sera également, par anticipation, quand ceux qu'elle rassemble ne partagent ni les mêmes croyances ni les mêmes valeurs. Dans ce cas-là d'ailleurs la fête devient proprement impossible.

21En voici un exemple spectaculaire. Les mystères du Moyen Age atteignent leur apogée dans la première moitié du xvie siècle. Ils attirent quelque quinze mille spectateurs à Romans en 1509, — chiffre énorme par rapport à la taille des villes d'alors —, et autant à Valenciennes en 1547 sur trois jours de représentation. Et beaucoup plus, — vingt, trente mille peut-être, à Autun en 1516 et bien plus encore, à Bourges en 1536 en quarante jours de représentations consécutives. Pourtant, en l'espace d’une dizaine d'années, entre 1540 et 1550, ces extraordinaires fêtes populaires disparaissent totalement du paysage français. Pour quelles raisons ?

22L'une d'entre elles, — ce n'est pas la seule mais c'est une des plus importantes —, c'est que la France se prépare, à ce moment-là, à entrer dans la période sanglante des guerres de religions et qu'il apparaît de plus en plus difficile d'y organiser une fête qui réunisse un large public autour d'un sujet religieux. La leçon est claire : sans l'adhésion de la foule à des valeurs communes, il n'y a pas de fête réalisable.

23Tout le monde s'accorde aujourd'hui pour reconnaître que la société occidentale traverse une crise profonde. Or il devient extrêmement malaisé, dans une société qui n'a plus de valeurs de référence fermes, de susciter cette unanimité minimale nécessaire pour que la fête soit véritablement une fête pour tous ceux qu'elle réunit.

24De plus, la société occidentale est une société qui s'ennuie, au double sens ancien d'inaction sans projet et sans perspective, mais aussi d'angoisse presque existentielle. C'est une société où le temps de disponibilité ne cesse d'augmenter pour des raisons d'ailleurs souvent contradictoires d'extrême opulence ou d'extrême dénuement. Et du même coup, nous nous trouvons dans une situation paradoxale face à une société qui est de moins en moins capable de fêter et qui, en même temps, a de plus en plus besoin de fêtes.

25Sur sa lancée, cette société tend à s'inventer alors des fêtes qui sont des fins en soi. Je me souviens avoir entendu naguère mes fils, alors âgés d'une vingtaine d'années à peine, annoncer : "Nous sortons ce soir : il y a une fête à tel ou tel endroit". Et la question : "Qu'y fêtez-vous ?" appelait bien souvent la même réponse étonnée : "Mais... rien !". Que dans ces conditions les déceptions du lendemain aient été nombreuses n'a pas vraiment de quoi surprendre. Notre société, en se fabriquant des fêtes sans objet se prépare des fêtes sans joie.

26Elle s'applique à remplir les conditions matérielles de la fête mais elle reste souvent impuissante à en réaliser les conditions morales. Aussi, dans bien des cas, la fête se transforme-t-elle imperceptiblement en un trompe-l’œil dont les véritables objectifs sont en fait économiques. Car dans une collectivité dépourvue de repères et bien souvent d'espérance la fête cesse d'être célébration unanime. Censée répondre à des attentes dispersées, opposées parfois, imprécises la plupart du temps, elle tend à devenir aujourd'hui une forme vide. Auberge espagnole où chacun ne trouve à se nourrir que des seuls aliments qu'il a lui-même apportés ? A tout prendre ce ne serait là qu'un moindre mal. La réalité, il faut l'avouer, est plus inquiétante. Car dans cet espace laissé vider viennent s'engouffrer, à qui mieux mieux, les mercantis. Et désormais la réussite d'une "fête" est de moins en moins évaluée en qualité d'émotion, et de plus en plus appréciée en chiffres de recettes, de déficits ou de bénéfices éventuels.

27Et le sport dans tout cela ?

28Les jours de fête dans mon village natal, le match de football de l'après-midi se situait entre la fanfare des pompiers, la grand-messe solennelle, l'apéritif du maire, le bal populaire et le feu d'artifice de 23 heures. Le sport, du même coup, apparaissait comme un simple prétexte parmi d'autres pour permettre à la collectivité d'affirmer, peut-être de souder son identité. Vous sentez bien à quel point cette définition est peu satisfaisante, aussi bien pour les passionnés de sport que nous sommes ici, que pour le philosophe. Et la question fuse immédiate : quelle est, par rapport aux autres fêtes, la spécificité de la fête sportive ? Quel est l'objet de ce culte qui réunit, chaque semaine de par le monde des centaines de milliers, voire des millions de personnes ? Et les tentations de réponses se pressent en nombre dont nous pressentons bien à quel point elles sont parfois pertinentes, mais à quel point aussi elles sont dans le fond insuffisantes. La fête sportive, culte du corps ? Culte du "nationalisme", au sens péjoratif d'exaltation du groupe et d'exclusion de tous les autres ? Culte du vedettariat ? Culte de l'argent ? Notre embarras pourrait nous conduire à conclure un peu hâtivement que dans une société en crise, le sport ne peut être rien d'autre que l'expression de cette crise.

29Mais, c'est précisément parce qu'ils refusent de se résigner à cette conclusion facile, que les organisateurs de l'Université Sportive d'Eté ont retenu le sujet de cette année. Quelles que soient les ambiguïtés, quelles que soient les confusions, quelles que soient les contradictions que mettent en relief les faits quotidiens, ils restent persuadés que le sport, à travers les fêtes qu'il organise, n'est pas condamné nécessairement à n'être qu'un alibi ou une illusion ou une perversion. Il peut avoir, dans la crise que traverse notre société, une fonction formatrice, voire salvatrice, en contribuant à lui donner des valeurs de référence qui lui font défaut Et même si cela devait être une utopie, les organisateurs de l'Université Sportive d'Eté la partageraient encore parce qu'ils restent persuadés que seule l'utopie fait avancer le monde.

30Mais si nous voulons avoir quelque chance de réaliser nos rêves, si nous voulons voir le sport remplir cette mission, il est indispensable que nous l'aidions tous à définir clairement ses objectifs et sa stratégie. C'est pour cela, précisément, qu’aujourd'hui nous sommes réunis.

31A la mort de Louis XIV, le 1er septembre 1715, la France intellectuelle et politique entre avec allégresse dans une crise des valeurs d'où sortira, quelques années plus tard, ce que fon a appelé "la philosophie des Lumières". Un film, naguère, a retracé les tumultes de cette période de notre histoire. Il portait un titre suggestif : il s'intitulait "Que la fête commence".

32Acceptons-en l'augure, assumons sans crainte ni timidité les turbulences d'une époque d'autant plus passionnante qu'elle est critique, et préparons avec patience l'avènement de nouvelles lumières.

33Que donc la fête commence. Je déclare ouverte la 11ème Université Sportive d'Eté.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540