Version classiqueVersion mobile

Sports et environnement

 | 
Jean-Paul Callède

Séance de clôture

Synthèse de l'Université Sportive d'Été

Ernest Gibert

Texte intégral

"Et demain serons-nous des fossoyeurs ou des sauveurs ?"

Ernest GIBERT

Vice-Président de l'U.N.C.U.

"La fréquence des vertus identiques pour tous n'est pas plus merveilleuse que la multiplicité des défauts particuliers à chacun"
Marcel PROUST,
A l'ombre des jeunes filles en fleur

1Condamné par la tradition à me lancer une fois encore dans une tentative de synthèse des travaux de cette l0ème Université Sportive d'Eté, je me trouve saisi par la peur du vide devant la richesse, et la complexité, des interventions, et par la perplexité devant le titre du sujet proposé pour mettre un terme à une semaine qui comptera, je le pense, dans l'histoire de notre organisation.

2Cette angoisse, je l'ai ressentie pour la première fois, en arrivant dimanche dernier, accroché que je fus par le titre du dernier film projeté dans la salle des fêtes : "Tout ça... pour ça". Influencé, sans doute, par la manière dont nous avions présenté notre programme, je fus tenté de lui ajouter un Aujourd'hui, grâce à vous, l'interrogation n'est plus de mise, grâce à la richesse, à la diversité, à la valeur pour l'avenir des contributions proposées qui, quelle que soit leur forme, sont tombées en avalanche au cours de cette semaine. Mais mon inquiétude demeure car je ne suis pas sûr, à chaud presque encore, d'en pouvoir tirer toute la substance.

3Angoisse mais perplexité aussi, comparable à celle ressentie par le candidat qui tire le sujet d'une leçon, lors d'un concours d'agrégation, et se trouve placé dans un état de désarroi comparable à celui d’une poule qui aurait découvert un couteau. "Et demain, serons-nous des fossoyeurs ou des sauveurs ?" Cette question, qui fait le pendant à celle du premier jour : "Sommes-nous tous des assassins ?" a sans doute pour mérite d'assurer la symétrie du programme dans l'art de la provocation. Elle n'en est pas moins embarrassante, même si son libellé l'appelait à être traitée par un adepte du oui et du non.

4Comme pour le parapente, ou le VTT, vient donc le moment où il faut se lancer dans le vide pour tenter de répondre à cette question : que savons-nous de plus aujourd'hui ?

  • Aujourd'hui, nous savons que le sujet que nous avions choisi était un bon sujet. Non parce qu'il s'agit d'un thème à la mode, mais d'un sujet d'actualité qui est en même temps, et surtout, un sujet capital pour le futur. Ces préoccupations propres à l'environnement et au sport que nous avions identifiées, sont très importantes. Elles seront encore plus importantes dans les années qui viennent qu'elles ne le sont déjà aujourd'hui.

  • Nous sommes, par ailleurs, renforcés dans l'idée que le sujet abordé cette semaine est beaucoup plus complexe que ne le laisserait présager une lecture superficielle de son titre. Plus complexe, notamment, à cause de la difficulté à définir les concepts, et particulièrement celui d'environnement. Un environnement dont le mot n'évoque pas le même sens pour tous les acteurs du monde du sport ou du monde de la nature. Nous avons été sages et n'avons pas contribué à l'allongement de la liste des définitions. Nous sommes tombés d'accord sur l'idée que, même si le contenu de la notion d'environnement peut être vu sous un angle plus ou moins élargi, l'environnement n'a de sens qu'en fonction de ce qui en constitue le centre, c'est-à-dire de l'homme. C'est l'homme, qui doit demeurer au cœur de notre perception et, par conséquent, au centre de notre réflexion.

  • Nous sortons de cette semaine également renforcés dans la conviction que les deux éléments du sujet (sport et environnement) sont étroitement mêlés. Il n'y a pas de sport sans environnement ; le sport est environnemental par essence, de nombreux intervenants nous l'ont rappelé et notamment Michel Clare. Sport et environnement sont d'autant plus étroitement associables qu'ils sont, l'un et l'autre, confrontés à des difficultés communes : reconnaissance tardive ou scepticisme de ceux qui les considèrent comme des centres d'intérêt mineurs. Autre similitude qui les rapproche : l'un et l'autre sont confrontés au même problème des limites. Limitent au-delà desquelles ils ne doivent pas aller, sauf à risquer de bafouer leurs principes ou de se détruire ; limitent en deçà desquelles ils ne doivent pas tomber afin de ne pas verser dans un fossilisme paralysant.

  • Nous savons aujourd'hui que les deux éléments du thème, même s'ils n'ont pas été jusqu'ici de nature à mobiliser une attention suffisante de la part des responsables et une action conjointe des pouvoirs publics, seront essentiels pour notre avenir. Ces deux éléments entretiennent des relations qui sont à la fois de complémentarité et d'opposition. Intéressons-nous plutôt aux complémentarités, et ne fantasmons pas trop sur l'impact nocif du sport sur l'environnement. Car le sport n'est pas le seul facteur négatif en matière d'environnement. Dans les agressions de l'environnement, les sportifs ont leur place mais ils ne tiennent qu'un rôle mineur. Mais ce n'est pas parce que ce rôle est mineur qu'ils doivent se conduire de manière irresponsable. Dans les détériorations de l'environnement, entendu au sens large ou restreint, le sportif n'est rien, ou plutôt, comme dans la chanson, rien... et tout à la fois. Rien parce que son impact, et je reprends ici la formule de Panayotis Foster, n'est que roupie de sansonnet par rapport à celui des autres. Tout, parce qu'il a un rôle à jouer qui va bien au-delà de son activité physique entendue stricto sensu.

5Si l'on veut bien se souvenir du titre annoncé, pour la clôture d'aujourd'hui, on dira en pensant à Sartre, que "l'enfer, c'est les autres". On se rappellera aussi, pour évoquer une autre formule érodée, que l'enfer est souvent pavé de bonnes intentions.

6Si j'en avais le temps et cherchais à respecter à tout prix les canons du plan en deux parties, je serais tenté de traiter la première sous la forme interrogative et d'utiliser pour la seconde des points de suspension. Ce plan, bien facile et par là même très discutable, ne fera — au mieux — qu'effleurer le sujet et ne rendra qu'imparfaitement compte de la qualité de vos réflexions.

1) Fossoyeurs ou croque-vies ?

7Les sportifs se conduisent, vis-à-vis de l'environnement, plus souvent comme des affamés que comme des agresseurs volontaires. Mais croquer la vie à grandes dents conduit souvent à accélérer sa disparition. C'est aussi la meilleure manière de lui rendre un hommage ardent.

8Tel est le sentiment que l'on éprouve, à considérer les enseignements qui peuvent être rapidement tirés des thèmes "sportifs profiteurs", "constructeurs", "médiateurs", "promoteurs", pour lesquels, grâce à vous, les points d'interrogation ont été levés. En ce qui concerne le premier, "sportifs profiteurs", on a cité Oscar Wilde "chacun de nous tue ce qu'il aime". Cette citation pourrait aussi bien s'appliquer aux autres.

9Les sportifs sont assurément des profiteurs, à tous les sens que peut prendre ce dernier mot. Le paradoxe développement/destruction fonctionne de manière dialectique. Le développement des pratiques sportives de pleine nature a été souligné à de multiples reprises. Il permet de dresser, ainsi que l'a fort bien fait Philippe Charretton, une typologie des pratiques en fonction de la lourdeur de leur impact sur l'environnement. Ne voulant me fâcher avec aucune des disciplines, je vous renvoie sur ce point à sa remarquable contribution.

10Cette typologie des pratiques s'accompagne d'une typologie des pratiquants. La classification proposée par Jean-Pierre Mounet, même si elle a été conçue à travers l'exemple des sports d'eau vive, offre le mérite par sa simplicité de pouvoir être transposée assez facilement à bien d'autres disciplines.

11Il existe un point commun entre ces deux contributions. Les deux approches montrent que si l'impact négatif du sport sur le milieu naturel est assurément indiscutable, il est pourtant en général moins lourd qu'on ne le pense habituellement. Toutes les deux montrent que cet impact est susceptible d'être contrôlé. A la condition de chercher à se fondre dans la nature, quand on est sportif. De s'interroger sur ce que sont les motivations du sportif, lorsqu'on est responsable de l'environnement. A condition, aussi, de compléter la formation aux techniques sportives par une formation simple, de base, à la compréhension de l'environnement.

12Les sportifs sont-ils des médiateurs ? Sur ce point que je reprendrai dans la deuxième partie, les interventions de l'auditoire ont, me semble-t-il, eu tendance à retourner le sujet et à évoquer plutôt le rôle des médias. Faut-il y voir un signe ? Celui d'une volonté, profonde ou masquée, de ne pas assurer nos responsabilités ? Pourtant, si l'on retournait la question, il serait tentant de se demander si le rôle de médiation le plus influent est tenu par les leaders d'opinion idéalisés, ceux de l'identification symbolique, ou s'il est tenu par des leaders d'opinion banalisés, c'est-à-dire ceux qui développent une influence de proximité à l'intérieur des groupes restreints comme l'entraîneur, le maître d'école, ou le capitaine d'une équipe par exemple.

13Que nous ayons retourné la question, n'a pas empêché Jean Kouchner de la traiter très sérieusement. Jean Kouchner a notamment évoqué le rôle de la motivation intellectuelle dans les pratiques de pleine nature. Dans bien des cas, les pratiques de pleine nature, quelles qu'elles soient, sont plus souvent un moyen qu'un objet. Si l'on veut agir, il faut s'adresser davantage aux moyens qu'à l'objet. Cette réflexion, qui nous a entraînés hors des sentiers battus, permet de souligner l'association très étroite qui existe entre culture et nature. Comme nous sommes nombreux à penser ici qu'il existe aussi une association entre sport et culture, il reste à faire de ce triangle infernal : sport-culture-nature, que l'on peut faire tourner dans tous les sens, un triangle magique.

14Le thème "sportifs constructeurs ?" a fourni l'occasion de procéder, grâce à Charles-Noël Berrehouc et Hugues Lambert, à une première évaluation des effets différés dans le temps des constructions et des modifications de paysages entraînées par les Jeux olympiques d'Albertville. Rappelons qu'en ce domaine, le sportif n'est qu'initiateur. S'il n'est pas concepteur, ni pilote de l'opération, il devient, dès lors, difficile de dire si son rôle est celui d'un restructurateur, d'un constructeur ou d’un destructeur. On ne peut répondre directement à cette question, au plan qui est le nôtre. La réponse à une telle question s'inscrit dans un cadre beaucoup plus large, celui de l'aménagement du territoire. Ce qui laisse pressentir que, pour le sujet qui nous préoccupe, il est un acteur qui a été parfois évoqué dont le rôle est d'une influence décisive : l'Etat.

15Au terme de ce bref survol, que répondre à la question : "fossoyeurs ou croque-vies" ? Sans doute, ne sommes-nous pas tous des assassins. Il serait paradoxal d'affirmer et de constater que les sportifs creusent eux-mêmes leur propre tombeau. D'autres les y aident, parfois. Soyons conscients cependant que si nous continuons à croquer l'environnement à pleines dents, bientôt il ne restera plus que des miettes. Trop de temps a été perdu au niveau de la prise de conscience. Le moment est venu de faire en sorte que le sport et l'environnement entrent dans une nouvelle ère, celle d'une co-existence raisonnée, qui donnera enfin à la dimension oubliée par les uns et par les autres, la place qu'elle mérite. Il faut, sur ce sujet "Sports et environnement", donner du temps au temps.

2) Du temps perdu... au temps retrouvé

16Il nous faut une vision du sport qui soit nouvelle, comme il nous faut sans doute une nouvelle vision de l'environnement. Dans cet effort, qui tient à l'évolution du monde, les sportifs ont un rôle à tenir et ils ont une carte majeure à jouer. Celle de la formation. Dans le thème "sportifs formateurs ?", le point d'interrogation doit être levé et transformé en un point d'exclamation. Cela ne sera possible qu'avec l’appui des pouvoirs publics. Politique du sport et politique de l'environnement doivent cesser d'être considérées comme mineures. Elles devront, en outre, être associées, intégrées, plus étroitement dans l'avenir.

17Mais il faut nous armer de patience et travailler dans la durée. Voilà pourquoi, il faut donner du temps au temps. Cessons de nous lamenter et adoptons une attitude volontariste. Le temps peut être rattrapé. Il peut être même retrouvé, si l'on sait appréhender intelligemment la dimension prospective du sujet "sport et environnement".

La nécessité d'une vision prospective

18Cette nécessité d'une vision prospective dans les rapports entre sport et environnement a été soulignée avec vigueur par Panayotis Foster. L'idée avait été évoquée dès l'ouverture, d'une manière plus douce, mais pas moins péremptoire, par Jean-Paul Schneider. Si l'on veut réfléchir aux moyens de défendre la vie et l'homme, il faut savoir échapper à la pesanteur des mythes, à l'étroitesse d'esprit des préjugés — à commencer par les nôtres. Il faut être capable de se projeter par une vision à la fois raisonnée, réaliste et imaginative dans le futur. Tel est le but de la prospective, qui se propose de discerner le vraisemblable afin de mieux gérer l'imprévisible.

19Gérer, vous me pardonnerez d'utiliser ce mot, aujourd'hui utilisé n'importe comment, à tout propos, c'est-à-dire pour rien. Jean-Paul Schneider avait pourtant bien saisi son importance, lorsqu'il plaidait dès lundi matin, pour une maîtrise des comportements. Car gérer, c'est d'abord prévoir, puis organiser, coordonner, commander, contrôler. Gérer, c'est administrer sous toutes les dimensions que peut prendre ce mot.

20Gérer, c'est reprendre les rênes du pilotage de son propre système pour avancer vers un horizon fixé. C'est avoir un objectif dans un plan. On voit dès lors quel est le rôle du temps et, par conséquent, celui de la jeunesse, c'est-à-dire le rôle de la formation.

La formation, vaste sujet que celui-là

21Comment passer d'une pratique sportive stricto sensu à l'apprentissage d'une gestion réfléchie de l'environnement. Une journée comme celle d'hier a bien montré la complexité de la tâche. Au niveau des principes, l'objectif est indiscutable. Mais comment passer de la déclaration d'intention aux idées et surtout à leur application ?

22Même si, sur ce sujet, nous n'avons pas fait de proposition révolutionnaire, nous n'avons pas entièrement perdu notre temps. On a en effet insisté sur la nécessité d'agir d'abord sur les jeunes, pour eux-mêmes et parce qu'ils éduquent aujourd'hui leurs parents, ainsi que sur l'importance d'un enseignement simple de l'écologie appliquée. A l'école, pour commencer, sans doute. Mais aussi ailleurs, car il convient d'intégrer l'environnement dans le cursus de la formation des étudiants, en particulier de ceux qui se destinent à l'enseignement.

23Cet enseignement, il faut aussi le faire entrer dans la formation des cadres sportifs, quel que soit le canal emprunté pour réaliser cette formation.

24Tout ceci n'est pas l'affaire des seuls formateurs. De façon beaucoup plus large, tous les sportifs doivent participer à cette action. Dans la lutte contre la dégradation de l'environnement, le sportif est rien et tout à la fois. Rien, parce qu'on l'a vu, son impact direct, sauf s'il est examiné localement, est négligeable. Mais il a cependant un rôle capital, essentiel par les symboles qu'il représente et auxquels il se réfère. L'adepte du sport et le militant de la nature ont au moins un point commun : le goût de l'esthétique et le sens du beau. C'est sans doute par son action respectueuse à l'égard de la nature, et par les valeurs qu'il véhicule, que le sportif tiendra un rôle d'éducateur qui aura valeur d'exemple. S'ils acceptent d'assumer ce rôle, les sportifs seront un vecteur privilégié d'une politique de formation qui ne doit pas être donnée en pâture exclusive aux formateurs.

25L'exemple doit aussi venir d'en haut, c'est-à-dire de l'Etat. Telle me paraît être la dernière conclusion qui s'impose, au terme de cette 10ème Université Sportive d'Eté. Il est indiscutable que le monde du sport et le monde de l'environnement doivent déployer, chacun chez lui d'abord, et puis ensuite ensemble, des efforts pour parvenir à une coexistence pacifique, cohérente et prospective, grâce à une meilleure compréhension de leurs logiques réciproques. Ces deux mondes doivent se renforcer mutuellement, sans pour autant chercher artificiellement à se confondre.

26Il n'en est pas moins vrai que les pouvoirs publics doivent savoir tenir leur place. Cela suppose d'abord l'existence d'une politique sportive digne de ce nom, comme cela suppose l'existence d'une politique de l'environnement véritable. Il faut donc des politiques, du sport et de l'environnement, qui soient ambitieuses, qui ne visent pas que des résultats immédiats, et qui soient délibérément orientées vers l'avenir. Ces deux politiques du sport et de l'environnement ne doivent pas être confondues, mais imbriquées solidement par leurs domaines communs.

27Une telle association ne peut pas fonctionner par décret. Elle exige que les différents acteurs concernés, à quelque niveau qu'ils se situent, se rencontrent pour échanger leurs visions, pour percevoir les mêmes problèmes de la même façon afin de parvenir à des solutions acceptées de part et d'autre. La concertation — dont les Assises Nationales du Sport ont fait un des axes forts de leur action — est le facteur clef du succès. Elle est indispensable pour une action en faveur d'une vision du sport et de l'environnement qui soit en accord avec le nouvel état du monde.

28Pour éviter d'être les fossoyeurs de nos illusions, sans chercher pour autant à nous prendre pour des sauveurs, soyons enfin réalistes et actifs. Il nous faut dans ce combat concilier la vigueur avec la tolérance. Au moment de nous quitter, je ne peux pas m'empêcher de penser à Proust et à cet avertissement que nous pourrions méditer au moment de nouer des liens plus étroits entre le monde du sport et celui de l'environnement : "Dans l'humanité, la fréquence des vertus identiques pour tous n'est pas plus merveilleuse que la multiplicité des défauts particuliers à chacun".

29Sachons tirer profit des richesses de l'autre. Que les passionnés du sport et ceux de l'environnement sachent enfin se retrouver, en s'appuyant sur leurs différences, pour élaborer ensemble une politique associée de l'environnement et du sport.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search