Version classiqueVersion mobile

Sports et environnement

 | 
Jean-Paul Callède

Séance de clôture

Remerciements

Odete Graça, Colette Ambroise-Thomas, Luc Debeir et Claude Labrousse

Texte intégral

Odete Graça,

Mairie de Sesimbra (Portugal), Secrétaire Générale du Congrès national : "O Município e o desporto"

1Nous avons écrit quelques mots pour vous tous.

2La nature fait partie de la vie des gens. Si elle paraît s'imposer hors du temps des sociétés, précisons qu'elle a commencé avec la démocratisation des institutions et de l'Etat. Elle est un enjeu de culture. C'est très important pour nous de recueillir et d'échanger des renseignements concernant ces matières que sont l'environnement, la protection des sites et l'éducation à la nature.

3Au mois de mai dernier, nous nous sommes rencontrés à Sesimbra, au cours d’un premier Congrès national où nous avons réfléchi, nombreux, sur l’importance du rôle de la municipalité face au sport, et en envisageant cette relation dans une diversité de secteurs. Dans ce congrès ont été examinés plusieurs aspects, et notamment les conditions sociales des pratiques sportives dans notre pays, ainsi que des thèmes qui ont été étudiés ici. Les contributions d’Ernest Gibert et de Robert Denel ont été importantes. Si elles nous ont permis de mieux connaître la situation du sport en France, elles nous ont fourni, conjointement, matière à comparaison, à réflexion et à analyse.

4Nous sommes heureux d'avoir participé à votre Université Sportive d'Eté. Je remercie les organisateurs qui nous ont invités. Et en témoignage de remerciement, je remets quelques souvenirs à M. Ernest Gibert, à Madame Meulin, Directrice du V.V.F., et à monsieur le maire de Saint-Vincent-de-Mercuze.

Colette Ambroise-Thomas

Présidente du Comité Régional Olympique et sportif Rhône-Alpes

5Si lors de la séance d'ouverture de cette l0ème Université Sportive d'Eté, j'étais inquiète quant à la nature des interrogations posées par les sportifs à propos d'environnement, les débats qui se sont déroulés tout au long de cette semaine, et auxquels je me suis efforcée d'assister, m'ont quelque peu rassurée quant aux conclusions que je crois pouvoir en tirer.

6Je voudrais tout d'abord reprendre les propos de Michel Clare qui nous rappelait que la nouvelle rédaction de la Charte Olympique précise que le Comité International Olympique veille à ce que les J.O. se déroulent dans des conditions qui prennent en compte d'une manière responsable les problèmes de l'environnement.

7Mais permettez-moi également de rappeler les termes d'une récente préface rédigée par le Président du Comité International olympique, J. A. Samaranch, qui précise que le C.I.O., en étroite collaboration avec les fédérations internationales sportives, avec les comités nationaux olympiques, les athlètes et toutes les organisations qui soutiennent notre mouvement, poursuit son action au service de l'olympisme, qu'il s'agisse des Jeux olympiques, de sport, de culture, d'éducation, de lutte contre le dopage ou de respect de l'environnement. Ensemble, poursuit-il, nous apportons notre contribution pour un monde meilleur.

8Ainsi, le mouvement olympique et sportif, qui regroupe le sport olympique, mais aussi le sport non olympique, le sport affinitaire, le sport scolaire et le sport universitaire, se préoccupe scrupuleusement de l'environnement. Nous l'avons constaté ensemble, les sportifs de haut niveau et tous les sportifs encadrés, veillent à préserver cet environnement.

9Alors, de quels sportifs avons-nous parlé, de ceux qui appartiennent à un club ? De ceux qui sont encadrés ? De ceux qui sont formés ? Ou bien de ceux qui pratiquent un sport de loisir inorganisé ? De ceux qui pratiquent une activité sportive de loisir de pleine nature, sans aucune appartenance à un club quelconque ? Sans aucune règlementation, sans aucune participation à l'aménagement et à l'entretien du lieu de leurs loisirs ? Avons-nous parlé de pratiquants, de dirigeants, d'amateurs, de professionnels, d'enseignants, d'éducateurs ? Nous l'avons souligné, ce n'est pas le sportif qui est mis en cause, mais la multiplicité des pratiquants et des disciplines proposées. Il me semble même que le sportif n’est qu'un modeste élément d'une société qui ne respecte plus grand chose. Il n'est plus question du sportif, mais de monsieur tout le monde. S'il n'y avait que l'environnement que l'individu ne respecte plus ! Nous vivons hélas dans une société de consommation où tout appartient à tous. Commençons à nous respecter les uns les autres, à respecter tout ce et ceux qui nous entourent. Apprenons à respecter ce que la nature nous offre et ce que l'homme nous façonne. Apprenons à l'homme à respecter l'homme et à se respecter.

10Pour revenir au sujet qui nous préoccupe, sensibilisons l'individu à tout ce qui touche à l'environnement. Informons, formons, éduquons et réglementons. Qui ? La société. L'enfant, bien sûr, dès l'école, mais aussi l'adolescent. L'enseignant, mais aussi le formateur. L'éducateur et les parents. Les adultes et le troisième âge. Comment ? Par tous les moyens audio-visuels connus, en intégrant une meilleure connaissance de l'environnement dans le cursus scolaire et universitaire, en sensibilisant le corps enseignant, les éducateurs et les formateurs, mais aussi les collectivités, les parents, tous ceux qui de près ou de loin, sont concernés par cette préoccupation, en intégrant une formation éducative spécifique à l'environnement, dans toutes ses formations professionnelles, en imposant une réglementation stricte, sanctionnée, si elle n'est pas respectée.

11Enfin, pourquoi ne pas organiser une journée nationale, voire européenne sur la connaissance et le respect de l'environnement ? Mais je n'ai pas la prétention de vouloir vous imposer mes conclusions. Je tenais simplement à vous les communiquer. Je voudrais remercier les organisateurs de cette l0ème Université Sportive d'Eté, pour nous avoir donné l'occasion de réfléchir ensemble sur ce sujet d'actualité, et remercier plus particulièrement Claude Labrousse et toute son équipe.

12Je terminerai en faisant deux propositions. L'une aux responsables de l'U.N.C.U., et de l'U.S.J.S.F., en leur suggérant d'organiser une première Université d'hiver dans notre région. Vous pourrez ainsi découvrir et profiter des installations olympiques de Savoie qui, je vous l'assure, sont plus belles que sur les diapositives que nous avons vues. La seconde s'adresse aux acteurs de l’environnement. Les sportifs vous ont prouvé qu'ils se préoccupent de l'environnement. Qu'attend l'environnement des sportifs ? Nous sommes ouverts à toutes propositions constructives.

13Enfin, si le sport est parfois un destructeur de l'environnement, n'oublions pas toutes les valeurs qu'il véhicule. Soyons les sauveurs de notre environnement, essayons ensemble d'apporter notre contribution pour un monde meilleur.

14Je vous remercie.

Luc Debeir,

Représentant Madame Alliot-Marie, Ministre de la Jeunesse et des Sports

15Permettez-moi tout d'abord d'être l'interprète du message de soutien de Madame le Ministre à cette l0ème Université Sportive d'Eté, organisée conjointement par l'U.N.C.U. et l'U.S.J.S.F. Cette dernière est particulièrement attentive aux relations qui s'instaurent entre le sport et l'environnement, les sports et la nature. Je tiens également ici à saluer tout particulièrement l'équipe dynamique du Grenoble Université Club et l'ensemble de ses bénévoles, dont on sait que le travail de préparation et, ces jours-ci, d'organisation du quotidien, a été déterminant pour la réussite de cette entreprise.

16Ces Universités Sportives d'Eté constituent un temps fort de l'Union Nationale des Clubs Universitaires, des moments privilégiés de rencontres entre acteurs du sport et d'ouverture à l'environnement social. Elles sont aussi un espace de réflexion plus que jamais nécessaire pour aborder, avec suffisamment de recul et de connaissances, des sujets aussi variés que complexes. Ce rendez-vous annuel permet de faire le point, sur tel ou tel thème, et selon une formule originale et toujours constructive.

17Le thème "Sports et Environnement", que vous vous êtes assignés comme sujet de réflexion de cette 10ème U.S.E., ne manque à cet égard ni d'intérêt, ni de complexité. Une complexité quant à sa dimension. En effet, le France recense près de 13 millions de sportifs licenciés, mais ces chiffres n’intègrent ni la pratique sportive qui se développe hors du mouvement sportif, ni la simple activité physique désormais admise, et combien à juste titre, comme une envie et un moyen de rester en forme. L'ensemble de ces activités physiques et sportives fait désormais partie intégrante du mode de vie français, et traduit bien la réalité des mutations du sport. D'autre part, cette évolution s'accompagne en parallèle d'une diversification accrue des pratiques et d'une augmentation du nombre des intervenants du monde associatif ou professionnel sur lesquels elle repose.

18Par ailleurs, on constate que les Français associent étroitement sport et nature. Un sondage commandé par le Ministère de la Jeunesse et des Sports à la S.O.F.R.E.S. en février 1993 mettait nettement en évidence la très forte aspiration — près de 85 % des Français — à associer la pratique sportive à la nature. Au-delà de la généralité de la question posée, ce sont bien des nécessités qui apparaissent pour chacun d'entre nous de conserver des racines profondes dans un environnement économique, industriel, technologique, et où la nature à parfois perdu sa place ou la place qui lui revient.

19Il est clair, enfin, et vos travaux l'ont montré, que l'association du sport à l'environnement ne contenait pas les liens de causalité que certains esprits pourraient définir d'une analyse simplificative et réductrice pour opposer l'un à l'autre et expliquer les conflits de comportement, d'usage et d'intérêt. Un thème complexe, celui que vous avez retenu ! Mais ô combien intéressant, pour ne pas dire passionnant, si j'en juge par la diversité et le nombre des interventions et des questions qu'il a suscité d'autre part.

20Ce que j'en ai retenu, en premier chef, c'est d'abord la volonté que vous avez constamment manifestée de dépasser tout intérêt catégoriel, les polémiques stériles et les faux débats, pour ramener toujours positivement le sport à son exacte dimension, par rapport à des considérations et des préoccupations environnementales qui s'étendent à de multiples autres aspects de l'activité humaine. Cette approche constructive vous l'avez manifestée en premier lieu dans l'affirmation de la nécessaire information qui est celle du dialogue préalable entre protecteurs de l'environnement et pratiquants sportifs de pleine nature. J'ai relevé également votre proposition de développer, de densifier les liens entre le monde du sport et le milieu rural, afin qu'il en résulte une meilleure compréhension et un enrichissement réciproque, dans un contexte de profonde mutation de l'agriculture où un tourisme sportif bien compris représente un atout économique que l'on ne saurait négliger, en ayant bien noté votre quasi-unanimité sur une adaptation obligée des Brevets d'Etat à la préoccupation environnementale. Vous avez par ailleurs dégagé un consensus sur la contribution que le mouvement sportif était en mesure d'apporter dans son domaine, afin de sensibiliser dans ses propres formations et par son encadrement le pratiquant à cette dimension environnementale du sport. Ce point paraît en effet essentiel, et lorsque l'on sait que le sport, c'est apprendre à respecter la règle, c'est aussi, et surtout, un apprentissage de la vie sociale dans laquelle la préoccupation de la qualité de l'environnement est désormais bien présente.

21Madame la Présidente, Mesdames, Messieurs, ces débats auront nourri une réflexion approfondie et contribué à éclaircir un thème au demeurant fort complexe et souvent mal défini par l'effet de trop d'emprunts à des idées reçues. Vous aurez été en cela un large espace de communication et un vecteur d'ouverture des clubs universitaires, en liaison avec l'Université, sur l'un des problèmes contemporains de notre société.

22Soyez assurés que cette contribution nourrira également notre réflexion, ce dont je vous remercie.

Claude Labrousse,

Représentant le Président de l'Université de Grenoble et le Président du Grenoble Université Club, Président Délégué du G.U.C.

23Le Président Nemoz, absent de Grenoble, m'a demandé d'intervenir, d'une part au nom de l'Université, puisqu'il en préside l'un des établissements, mais également, d'autre part, en sa qualité de Président du Conseil d'Administration du Service des Sports Inter-Universitaire. C'est donc au nom de l'Université avec un grand "U" que je prends la parole, ainsi qu'en tant que Président Délégué du Grenoble U. C.

24Le thème choisi, "Sports et Environnement", vu par le Président du Club Universitaire, et la façon dont nous l'avons traité, représentait un grand problème d'organisation. Mais nous avons essayé d'intégrer dans le programme intellectuel des activités sportives se situant dans le thème même du colloque. Cette intégration, je pense, a été réussie.

25Permettez-moi de faire ici allusion au G.U.C. pour vous rappeler quelques caractéristiques de notre institution. En ce qui concerne le club, nous avons beaucoup de sections qui sont des sections de pleine nature, et nous avons conscience de l'importance des problèmes liés à l'environnement, à l'Université. Mais nous pensons que les membres du club ne sont pas parmi ceux qui dégradent l'environnement. En tout cas, ce ne sont pas les plus mauvais. Effectivement, nous avons un encadrement qui connaît la pratique. Il y a peu de dangers avec ceux-là et ils savent transmettre la bonne information, la formation aussi.

26Par contre, l'on sait bien que le problème existe ailleurs, et surtout au niveau des non-encadrés. Il faudra, là, trouver des solutions. Pour le Président de l'Université, nous touchons à ce sujet au problème des formations, et l'Université n'a pas su bien l'aborder, ou tout au moins elle ne l'a pas saisi au passage et, bizarrement, cela ne fait pas partie des formations données dans le domaine du sport. Car il y a bien entendu à l'Université des formations sur l'environnement et l'écologie qui touchent un petit nombre de spécialistes et non la masse des étudiants.

27Michel Baggioni l'a dit hier, cette formation n'est pas dans nos programmes à l'UFRAPS qui certes prépare de futurs professeurs d'éducation physique, mais aussi à d'autres métiers du sport. Je dois dire également que nous aussi, au niveau de l'Université, du Sport pour Tous, c'est-à-dire des formes de pratiques qui se structurent au niveau des services universitaires de sport, faisons très peu souvent état dans les programmes de la protection de l'environnement.

28On a vu que pour ce qui concernait l'UFRAPS, il y avait peut-être un problème de conception, puisqu'on y prépare surtout des concours, en particulier celui du professorat d'éducation physique. Comme cela n'est pas au programme du concours, et qu'il y a déjà suffisamment de travail pour préparer les étudiants à ce concours, on ne fait donc rien à ce niveau-là. Cela évoluera peut-être, mais cela dépendra des programmes nationaux. Par contre, dans la mesure où il y a une UFRAPS et des formations qui touchent à d'autres filières : le management du sport, les collectivités locales et le sport, etc. là, puisqu’il s'agit de diplômes d'Université, il serait relativement facile d'y adjoindre une formation spécifique. Ce serait intéressant. Et une lacune se trouverait comblée avec profit.

29En ce qui concerne le Sport pour Tous, au niveau des services des sports, nous avons une très grande pratique des sportifs sur Grenoble, 15 000 étudiants pratiquent dans différentes activités. Environ 60 % ont ce qu'on appelle une U.V. sport, c'est-à-dire Unité de Valeur, intégrée dans le cursus. Jusqu'à présent, elle porte sur des spécialités sportives, mais elle n'a jamais intégré, à ma connaissance, la dimension de la protection de l'environnement. Ce colloque aura au moins servi à cela : nos collègues qui s'occupent de ces programmes pensent qu'il serait intéressant de monter à l'avenir une U.V. avec une spécialisation sur l'environnement, en particulier en collaboration avec nos collègues enseignants géographes voire biologistes. L'environnement, ce n'est pas que celui de la nature. Il y a aussi l'environnement social et les carrières sociales peuvent aussi s'y intéresser. Je pense que d'ici deux ans, nous aurons à l'Université cette U.V. Sport spécifique. Je m'engage personnellement à trouver un consensus.

30Nous avons envisagé l'Université, le Club. Bien entendu, ces rôles-là ne s'adressent qu'à une petite partie de la population. J'ai dit tout à l'heure que le danger venait en fait de la masse. Maintenant, ce n'est plus en tant que représentant du Président de l'Université ou du club universitaire, mais en tant que citoyen que je m'exprime. Il est évident qu'il faut commencer plus tôt. Certains ont dit qu'il fallait commencer à l'école, bien sûr. Les gens ne sont pas formés. Soit, mais on a dit aussi hier que si l'on attendait que les gens soient formés, on ne pourrait peut-être bientôt plus jouir de la nature qui nous environne. Il faut commencer. Cette formation peut être de l'information, de la sensibilisation. N'oublions pas que le travail auprès des enfants est un travail à long terme, les enfants seront un jour des adultes et ce sont eux, les adultes, qui dégradent la nature. N'oublions pas non plus que les enfants ont une grande influence sur les parents et l'image de l'enfant qui sermonne son père parce qu'il jette un paquet de cigarettes vide par la fenêtre a été évoquée. Faire cette formation l'école, c'est bien. Et sans doute les enseignants d'éducation physique sont-ils les mieux placés pour le faire. Mais il ne faut pas leur laisser à eux seuls ce fardeau : tout le monde doit le faire.

31A travers les conversations, il était souhaité par plusieurs qu'une campagne médiatique télévisée puisse porter ce message, par l'intermédiaire de spots avec des sportifs de haut niveau, pour prendre l'importance de la protection de notre environnement. C'est une bonne idée, mais elle ne peut que sensibiliser ; cela peut donner un coup de fouet, une impulsion, lancer l'opération, mais à mon avis tout doit être relié par un travail de fond au niveau de l'Université.

32Dans quelques propos, j'ai retrouvé un certain pessimisme par rapport à la protection de l'environnement. Je ne suis pas pessimiste. Le sportif est celui qui est habitué à respecter la règle. C'est donc un moyen d'éducation formidable, et nous le savons tous, et nous en sommes tous convaincus. Mais le sportif qui respecte la règle, c'est celui qui est encadré, qui fait un sport codifié. Maintenant, il faudrait essayer de faire passer le message parmi ceux qui font du sport de loisir. Ce sera probablement plus difficile.

33Je ne suis pas spécialiste du tout, mais le travail a été fort bien commencé, et je crois que l'on devrait pouvoir s'en sortir. Je n'ai pas entendu beaucoup de solutions pour le respect de l'environnement, mais celle-là a été évoquée avec suffisamment de détails et je m'y accroche.

34On a dit aussi que la protection de la nature, il s'agit de l’aborder en termes de responsables car nous avons — ou nous aurons, tôt ou tard — à répondre à ce problème. C'est un problème de citoyenneté et c'est à chacun de nous à essayer de faire passer le message.

35Je suis optimiste en tant que dirigeant d'un club universitaire. Nous avons actuellement 17 000 membres, et nous allons essayer à l'intérieur des sections de les sensibiliser encore un peu plus.

36Je remercie les organisateurs qui ont voulu faire un choix correspondant à l'esprit et au thème en retenant notre site grenoblois. Nous sommes prêts à accueillir une autre Université Sportive d'Eté, peut-être d'hiver, et nous serons toujours présents pour aider à son organisation.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search