Version classiqueVersion mobile

Sports et environnement

 | 
Jean-Paul Callède

Thème 5 - "Sportifs formateurs ?"

Synthèse du thème

Bernard Pouyet

Texte intégral

Bernard Pouyet

Ancien Président de l'Université Joseph-Fourier Directeur de l'Institut d'Urbanisme de Grenoble

1J'ai beaucoup appris. Et esquisser une synthèse des échanges n'est pas tâche aisée, vous en conviendrez. Par rapport à T'intitulé initial : "Sportifs formateurs ?", le point d'interrogation a été immédiatement levé. Un consensus s'est formé sur l'idée que les sportifs peuvent être des formateurs à l'environnement.

2Certains points auraient mérité d'être repris, approfondis. Ainsi, on a implicitement considéré que le sport était présent dans tous les degrés du système éducatif. Autrement dit, on n'a pas posé la question de savoir quelle était la réalité exacte de la place du sport dans les différents degrés du système éducatif. Et je pense notamment à l'Université. Il n'y a pas eu aussi de véritable remise en cause de cette mission nouvelle que l'on donnerait à l'éducateur sportif, mais il y a peut-être à s'interroger sur la question suivante : est-ce que les responsabilités de l'enseignant sportif sont extensibles à l'infini ? Il faut peut-être faire attention à ne pas transformer les éducateurs sportifs en pompiers des grandes causes, voire même des causes désespérées.

3A partir de là, il y a un certain nombre de questions qui ont été posées et qui tournent finalement autour des différents points du processus éducatif. On s'est interrogé sur le savoir relatif à l'environnement qu'il convenait de transmettre. Et on a eu la démonstration que le savoir en question est un savoir relativement facilement assimilable. Si j'en juge par mon expérience personnelle, c'est peut-être la première fois que je comprends parfaitement un propos de chimiste ou de physicien. Donc ce qu'un juriste de base peut comprendre, un sportif beaucoup plus ouvert sur des formations polyvalentes et des aspects polyvalents peut le comprendre. Autrement dit, le message à faire passer est un message relativement saisissable par tout sportif ou par tout formateur. Ces messages concernent pratiquement tous les sports. Mais malgré l'avertissement qui a été donné à un moment, nous sommes restés quand même sur le champ des sports de la montagne ou de la moyenne montagne.

4Des choses intéressantes ont été dites sur l'espace nature, espace de contrainte, espace de liberté... Est-ce que le sportif de haut niveau est un bon médiateur ? On a considéré qu'il pouvait être un personnage exemplaire. On a dit aussi que tous les sportifs de haut niveau, je reprends la formule, "n’étaient pas des lumières". Et on a évoqué un certain nombre de choses qui nous ouvrent à une conception de l'environnement, je dirais assez large, notamment avec tout le propos sur l'environnement situé dans une politique générale d'aménagement du territoire retrouvée ou relancée, et notamment la question de la place du monde rural ou de la "réanimation" de ce monde rural, dans le cadre de cette politique d'aménagement du territoire relancée.

5En tout cas, on voit qu'il y a nombre de messages qui peuvent passer et je pense qu'au cours de ces différentes journées, il y en a bien d'autres que vous avez retenus. Ceci me fait dire que la question n'est pas une question de programme mais essentiellement une question d'état d'esprit, c'est-à-dire la volonté de faire passer un certain nombre de choses sans que nécessairement cela se retrouve dans des modules réglementés, quantifiés en nombre d'heures, et organisés en contrôle continu. Voilà pour les messages.

6Les publics ciblés ont été bien présentés. Il s'agit à la fois des pratiquants, des enseignants et des dirigeants. Sur les pratiquants, on évoquait le problème des sportifs de haut niveau pour dire que ce n'était pas eux qui posaient le maximum de problème et surtout on a évoqué cette augmentation des pratiquants dans tous les domaines. Moi, j'ai enrichi mon vocabulaire, les vététistes, les libéristes... Et les uns et les autres sont, semble-t-il, de plus en plus nombreux. Le vrai problème qui a été évoqué s’agissant des pratiquants, c'est celui de l'encadrement du loisir et l'on ajoute parfois le qualificatif d'"inorganisé". S'agissant des enseignants et des éducateurs, là aussi la palette est importante, on y reviendra. Ce sont les enseignants des différents sports dans l'enseignement scolaire, mais ce sont aussi tous les bénévoles, les professionnels, etc.

7Et enfin, on reviendra aussi sur les dirigeants qui ont en ces matières des responsabilités particulières. On a identifié un certain nombre de lieux stratégiques où se pose le problème de la relation entre Sports et Environnement. On a pu évoquer notamment les lieux particuliers que représentent l'école, les UFR STAPS évidemment. Il y a peut-être d'autres lieux dans l'Université, l'E.N.S.A., les I.U.F.M. — pour évoquer une expérience conduite à Grenoble — avec des actions qui peuvent être généralisables. On a peu parlé des C.R.E.P.S. On a évoqué aussi, comme lieu de formation, et cela me semble important, l'armée, avec ce double rôle finalement : apprentissage de la règle, éducation générale des recrues. On a dit à plusieurs reprises : le sport est formateur en terme d'accès à la règle ; et l'armée c'est un peu la règle, même beaucoup la règle, parfois, quand c'est nécessaire, comme l'a dit le colonel.

8Les méthodes pédagogiques, les outils de formation ont été évoqués. Au passage, toute une réflexion peut être approfondie sur la relation information et formation. Un certain nombre de choses relèvent simplement de l'information, par exemple la signalisation à l'égard du grand public. On a évoqué le rôle des équipes enseignantes. On retrouve alors la question suivante : est-ce que ce type de message doit être porté par l'éducateur sportif seul ou par l'éducateur sportif intégré dans des équipes enseignantes, dans les différents établissements ? Encore faut-il que ces équipes existent. On a évoqué au passage le problème de la télévision éducative. Il se passera peut-être des choses de ce côté-là dans les prochaines années. On sent d'ailleurs qu'il y a une très grande inventivité de méthodes pédagogiques et, par exemple, je cite pour mémoire, cette technique d'immersion dans la nature, d'imprégnation de l'AFRAT. Donc, il y a réellement des possibilités à exploiter.

9Autre question que l'on peut se poser, et que vous vous êtes posée cet après-midi : celle de la finalité de la formation. Pourquoi cette formation ? Et je dirai à ce propos deux choses. La première, mais je ne reviens pas trop là-dessus, c'est que c'est une formation éducative. A plusieurs reprises on a rapproché cette question de l'effort à faire — qui devrait être fait, qui n'est pas suffisamment fait — en matière d'instruction civique et on a montré tout l'enjeu que représentait l'enfant et notamment l'enfant à l'école primaire encadré par l'instituteur. Donc la formation est éducative, c'est la formation de base. Mais elle peut être aussi professionnalisant. La deuxième chose que je souhaitais souligner : je crois que c'est autour de cette question de la formation professionnalisant que se sont terminés nos débats. Et ici, on voit bien qu'il y a un enjeu très important, qui est celui de savoir comment à travers une formation des professionnels des différentes activités sportives, et notamment des activités de loisirs, on peut faire passer ou ne pas faire passer le message de l'attention ou de l'éducation à l'environnement.

10Malgré les efforts, et l'existence des structures ministérielles qui sont mises en place en la matière, et probablement ont-elles été mises en place à cause de cela, on est en présence d'une très grande diversité d'acteurs concernés par ces différents métiers qui nous ont occupés. On a parlé des fédérations, on a parlé de chacune d'entre elles, en disant qu'elles étaient toutes peut-être davantage tournées vers le sport de haut niveau dans le cadre de la compétition, et que c'était leur préoccupation majeure, plutôt que vers la pratique du grand nombre. On a évoqué les fédérations multisports, on a évoqué l'école, les GRETA, des expériences qui se conduisent comme celles du Lycée de la Mure, s'agissant de la formation des moniteurs. Autres intervenants : les collectivités locales, les associations, les différents parcs, réserves, etc. Egalement intervenants : les entreprises qui, on l'a vu, prennent des risques, font des analyses de marchés, réfléchissent aux aspects juridiques que posent leurs problèmes d'exploitation des activités physiques et sportives, et ont aussi la préoccupation de former leurs clientèles à des projets.

11Alors, d'une part on a cette diversité d'acteurs et d'autre part on a une très grande diversité négative. Au passage, je me suis interrogé pour savoir comment on arrivait à cette question de la gratuité. Je crois qu'un des éléments de réponse, c'est qu'il y a des métiers qui disparaissent, c'est une banalité de le dire, tous autour de l'agriculture. Et c'est une autre banalité de dire et de reconnaître que l’agriculteur entretient la nature. Donc que l’on a besoin aujourd'hui que le travail fait par l'agriculteur soit fait par d'autres. Et en me demandant comment on en arrivait à cette question de la perception d'un péage, qui nous a fortement occupé, je vois peut-être, moi, un intérêt au péage : c'est d'être le mode de financement des métiers qui vont protéger la nature, la refaire, après le passage des pratiquants sportifs. Cela laisse complètement ouverte la question de savoir si cela relève du péage ou si cela relève de la capacité contributive du citoyen à travers le paiement de ses impôts. Mais si c'est à travers le paiement de l'impôt, il n'y aura pas de débat sur la question. Si c'est à travers le péage, il y aura peut-être un débat qui pourra s'organiser et avoir une portée, je dirais, pédagogique sur ce que cela signifie en termes de nature.

12Cette univers d'acteurs se retrouve sur une diversité de métiers, ceux qui disparaissent, et ceux qui apparaissent, ou qui sont apparus au cours des vingt et des trente dernières années... Les différents métiers de la montagne qui ont été évoqués comme ceux de pisteurs ou de moniteurs, etc. Mais aussi de nouveaux métiers, interprètes nature ou conseillers nature, etc. Toute cette complémentarité entre les métiers identifiés conduit à s'interroger sur la manière dont on organise la formation. Par rapport à cette diversité de métiers, il y a un certain nombre de questions qui ont été posées, qui sont assez bien connues des enseignants et qui sont celles de l'accession de la formation. C'est tout le problème des diplômes, des Brevets d'Etat, et je crois que vous avez insisté les uns et les autres pour dire que les Brevets d'Etat devaient évoluer. En tout cas, il m'apparaît que cet enjeu est tout à fait essentiel si l'on veut retrouver avec un gage de réussite, d'efficacité, la question en termes de débouchés et d'emplois.

13Pour conclure, j'ai un peu le sentiment — et cette idée m'est venue en réfléchissant au propos de l'un d'entre vous qui évoquait la question du développement durable — j'ai un peu le sentiment que les sportifs sont pris dans une contradiction qui est très facilement identifiable : dans sa recherche de performance, le sportif est souvent en compétition pour limiter le temps, pour diminuer la durée du temps, alors que celui qui réfléchit sur l'environnement essaie de situer son action précisément dans la longue durée, et il se demande aussi quels sont les effets de sa pratique instantanée dans le temps, sur la durée. Ces deux horizons de temporalité sont-ils nécessairement exclusifs l'un de l'autre ?

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search