Version classiqueVersion mobile

Sports et environnement

 | 
Jean-Paul Callède

Thème 5 - "Sportifs formateurs ?"

Suite des échanges

Gérard Vieux, Denis Cheminade, Serge Barnel, François Bocquet, Alain Navarro, Denys Termier, André Gontier, Luc Debeir, Colette Ambroise-Thomas, Marie-José Gazel, Marc Nogaro, Michel Baggioni, Luc Debeir, Marie-José Gazel et Jean-Paul Peeters

Texte intégral

Michel Bagggioni

1Bien. J'espère que cet exposé va permettre de lancer le débat sur les questions de formation et de pédagogie. Je me tourne vers le Colonel Peeters.

Colonel Peeters

2L'armée est une institution conservatrice, parce qu'elle est là pour défendre le sol et la patrie, et elle prend des habitudes conservatrices. On est par nature des légalistes, c'est-à-dire que l'on applique les lois et le règlement, et c'est ce que l'on apprend en premier à une recrue : ses droits, ses devoirs et toutes les punitions qu'elle peut encourir si elle fait tel geste interdit.

3Quelques illustrations. En ce qui concerne la pollution du Clémenceau, le Général applique le règlement qui dit, depuis peu, que l'environnement doit être respecté : on ramasse nos huiles de vidange, nos piles... Les bateaux font de même, ils ne doivent rien jeter. Maintenant, les bateaux ramènent les déchets au port, comme nous-mêmes forçons nos chasseurs alpins à ramener leurs boîtes de conserve. Et il y a un contrôle à l'arrivée dans leurs sacs.

4La position de l'Etat-Armée est un peu particulière. On a en général de vastes terrains d'exercice, des possessions domaniales, bâties ou non bâties, où l'on s'entraîne avec nos matériels, chars, canons, etc. Sur ces terrains, on applique les lois et on fait ce que les règlements de la nation nous disent de faire. On est peut-être parmi les Ministères celui qui applique le mieux le règlement.

5Ensuite, on a besoin chez les chasseurs alpins d'aller s'entraîner dans de grands espaces et de pratiquer la montagne. Quand on regarde la région Rhône-Alpes, on voit une très forte proportion de ce terrain couverte de Parcs Nationaux ayant des règlements très stricts. Lorsque nous pratiquons dans ces terrains d'aventure, on fait des demandes un mois à l'avance, et s'il s'agit d'une compagnie de cent personnes ou plus, il y a certaines règles. C'est assez compliqué pour nous, et on se plie au règlement.

6Si on nous demandait de payer pour accéder à un terrain particulier, je pense que ce serait une mauvaise approche, car nous essayons de former de jeunes recrues. Et pour moi, la bonne conduite dans le milieu naturel passe par réduction. On n'obtiendra rien par contrainte, par la peur. Bien sûr, chez nous on pratique une pédagogie active et si, au bout du compte, on n'y arrive pas, soit de notre faute, soit de la faute de ceux que l'on a en face de nous, il y a toujours le recours à la sanction. La bonne volonté est toujours encadrée par la peur de la sanction. Chez nous, la sanction est un échec pour celui qui impose.

7En matière de respect de l'environnement, il en est de même. Demander un péage, cela veut dire que l'on va déresponsabiliser l'usager du milieu, il y aura un spécialiste chargé du ramassage tandis que l’usager fera ce qu'il veut. C'est peut-être pire que ce que l'on cherche à combattre. Mais s'il faut payer à certains endroits, on paie. On le fait déjà pour le ski de fond, pour des activités sportives. Pour le vol libre, cela n'existe pas encore mais on est tenu de demander l'autorisation pour les heures de décollage et d'atterrissage. On pratique le vol non pas pour le sport mais par nécessité opérationnelle, on a des sections d'appelés qui font du vol en parapente de nuit, d'ailleurs. Quand on est chez des particuliers, on passe des accords. Quand c'est dans le Parc de la Vanoise, on négocie dans le parc des aires de décollage et d'atterrissage qui ne compromettent pas l'équilibre local.

Gérard Vieux

8En ce qui concerne la gestion foncière de l'espace aérien, et en termes de gestion foncière, pour nous il s’agit essentiellement de la gestion des terrains, problèmes de décollage et d'atterrissage. Comment envisage-t-on de gérer l'aspect foncier ?

9En fait, au sein de la Fédération Française de Vol Libre, celle-ci prend en charge la propre gestion de ses sites. Il y a des sites qui ne sont pas gérés par la fédération, mais dans la majeure partie des cas, c'est elle qui prend en charge l'aspect foncier, que ce soit pour les problèmes d'achats de terrain, de locations ou d'entretien.

10Les problèmes posés sont essentiellement de voisinage. Vous avez parlé du site de Saint-Hilaire qui est un des sites les plus renommés, en France et en Europe, et l'on a pu voir les effets néfastes avec l'environnement, notamment avec le milieu agricole, et notamment dans les quelques années passées, où l'on a vu une augmentation importante du nombre de pratiquants. Ce nombre croît plus vite que la gestion et cela pose problème.

11Ces problèmes ont été résolus avec le monde agricole par des réunions de concertation et une compréhension mutuelle. A partir de là, cet aspect a pu être réglé sur le site de Saint-Hilaire comme sur beaucoup d'autres sites.

12La Fédération Française de Vol Libre essaye donc, dans la mesure du possible, de prendre en charge tous les aspects de cette gestion foncière des terrains.

13On peut aborder très rapidement les problèmes de l'espace aérien. Il existe une réglementation. Par rapport aux notions d'environnement, on pourrait penser que cela ne fait pas de bruit, que cela ne pollue pas, etc. En fait, par rapport à l'environnement, il y a un sujet sur lequel nous avons été questionnés : les problèmes de la reproduction des rapaces dans les falaises et la préservation de certaines zones autour des nids de reproduction par exemple, couples de faucons pèlerins en particulier... On nous a demandé expressément de ne pas survoler certaines de ces zones car cela pouvait aboutir à la non-reproduction des couples et à l'extinction de certaines espèces protégées. Il y a eu des relations conflictuelles avec les ornithologues. Chacun campait sur ses positions. Il est vrai qu'il est difficile pour un ornithologue de démontrer très rigoureusement, très précisément, très scientifiquement l'impact néfaste que peut avoir un survol de deltaplane sur un nid de rapaces. Les parapentistes, de leur côté, arguaient du fait que ceci était très difficile à démontrer, auquel cas il n'y avait pas matière à réglementation.

14Depuis trois ans, sur certains cas particuliers, comme par exemple le Val de Chartreuse, comme pour d'autres sites de la région Rhône-Alpes, par des rencontres successives et une compréhension mutuelle des intérêts réciproques, on est arrivé à des protocoles d'accord signés. C'était une première dans le cadre de la Chartreuse. On pouvait définir en toute amitié, sans sectarisme, ce que pouvaient être des zones nécessaires aux rapaces, pour préserver leur tranquillité et leur reproduction.

15Dans le cadre du vol libre aussi, qui est un sport essentiellement de type environnement-nature non polluant, on est amenés à se poser sérieusement des questions sur l'impact qu'à le vol libre sur l'environnement. Le colonel Peeters disait que quand il y avait obligation de sanctionner, il y avait forcément échec pédagogique. C'est le cas chez nous aussi. Plutôt que de la formation-sanction, nous faisons de l'information, nous diffusons à nos membres des articles, etc., et dans toute la presse nationale. Cela prend du temps car le milieu du vol libre confond un peu la notion de "liberté" avec celle du "faire n'importe quoi, n'importe comment".

Denis Cheminade

16En ce qui concerne les formations, les fédérations qui les maîtrisent, bon nombre de fédérations, ont des diplômes d'initiateur, de moniteur, d'instructeur. Je pense que beaucoup ici ont des diplômes fédéraux, ont des outils de formation relativement importants. Evidemment, cela implique des cadres. On forme des dizaines de milliers de bénévoles et d'animateurs dans l'année et beaucoup de ces fédérations ont mis en place des formations qui prennent en compte l'environnement, essentiellement dans les activités de nature. Un certain nombre de ces activités ont d'ailleurs cette dimension comme marque de fabrique. La plongée ne s'appelle pas plongée sous-marine, elle s'appelle étude et sports sous-marins ; la spéléologie, c'est un nom de science, c'est l'étude des cavernes et la discipline scientifique est très avancée. Les fédérations de voile, de sport nautique ont pratiquement toutes des modules de connaissance du milieu, naturel, mais aussi humain qui entourent ces différentes activités. Je sais qu'elles ont pris des initiatives dans ce sens et que les formations fédérales, dans la majorité des cas déjà, font un pas dans cette direction.

17Vous m'avez interpellé en tant qu'institution et sur le problème de l'encadrement des pratiquants. Si nous sommes directement concernés pour le "pratiquant sportif", c'est-à-dire le licencié de la fédération, le problème se pose pour l'encadrement du "pratiquant de loisir", c'est-à-dire celui qui est inorganisé, celui que l'on ne contrôle pas.

18Pour ma part, je ne pense pas que l'on peut uniquement répondre en termes de formation, sur l'encadrement du loisir inorganisé. Il faut y répondre en terme de formation de tous les médiateurs, et reprendre la chaîne des produits, c'est-à-dire le professionnel, celui qui va à un moment ou à un autre, travailler sur les outils, le vélo, le bateau, etc., ou assurer le contact avec le client. Cela va de l'accueil à la consommation, et toute la chaîne peut être utilisée. A côté de la formation, il y a tout ce que l'on peut faire en termes d'information : des panneaux, des dépliants. On cite généralement le rôle des médias qui sont capables de donner une information, avant d'être sur le lieu de pratique proprement dit, parce que l'on va toucher les gens par la télévision, par les journaux. On peut imposer dans certains cas un encadrement, dans certains sites, pour certaines activités à risque, ce qui est une manière aussi de contrôler cette pratique inorganisée. Puis, on peut aussi prendre des réglementations, c'est-à-dire contrôler, limiter un certain nombre d'accès. Je crois que c'est l'ensemble de ce dispositif qui permettra de contrôler la pratique inorganisée. Il met en jeu les fédérations sportives, les institutions sportives en tant que telles et d'autres partenaires. C'est de ce travail, ensemble, en termes d'aménagement du territoire, en termes de tourisme, d'écologie que viendront des améliorations de la situation.

19Le rôle particulier des fédérations ? Elles ont une capacité d'expertise, c'est-à-dire que lorsque l'on va pratiquer une activité physique dans la nature, on va le faire avec un vélo. Mais qui fait évoluer le vélo, finalement ? Ce sont les pratiquants sportifs, c'est de la fédération ou de l'activité ou du noyau de pratiquants que dérive un certain nombre de pratiques. Quand on va faire évoluer des programmes de formation, on va le faire à partir des programmes de formation des fédérations. Il y a donc une capacité d'expertise des fédérations qui est largement utilisée, certains disent pillée... Mais il faut harmoniser l'ensemble, de manière à ce que les fédérations puissent trouver d'autres partenaires, de manière à mettre en place des dispositifs de gestion.

20Les fédérations sportives sont impliquées, mais elles ne sont pas concernées par la totalité de ce dispositif. Après tout, elles ont à gérer leur matière et à trouver des partenaires au sein de dispositifs nouveaux pour gérer l'ensemble des problèmes dans lesquels ces activités sont impliquées. C'est une position de départ. Je sais aussi que la réalité dépasse un peu l'institution sportive, parce que lorsqu'on dit finalement, quand il faut entretenir la nature, que cela coûte de l'argent et qu'il faudra bien payer. Vers qui se tourne-t-on alors ? Vers le pratiquant que l'on identifie le mieux. Et celui que l'on identifie le mieux, c'est le licencié, que l'on va trouver de suite. Le licencié est donc menacé. Quand on développe des activités de tourisme, on le fait sur des installations sportives. La pratique sportive en tant que telle se voit privée d'espace ou d'équipement. Il y a un conflit d'usage, d'intérêt. On est obligé de s'intéresser à ce type de problème.

21Lorsqu'une administration va édicter des normes, des labels de qualité, en matière de tourisme, etc., cela va retentir sur les matériels mis en jeu dans nos activités, et l'on pourrait ainsi décliner un certain nombre de problèmes dans lesquels nous sommes amenés, d'une manière ou d'une autre, à nous impliquer, parce que la réalité nous rattrape. On est obligé de se mêler de ces problèmes pour défendre des pratiques associatives, c'est-à-dire des gens licenciés dans nos fédérations.

Serge Barnel

22Je vais vous raconter une petite histoire de l'aventure du VTT en France. Cela permettra également de faire un inventaire de tout ce que l'on est obligé, nous professionnels, de maîtriser pour arriver à faire déboucher un programme qui peut, après, être une opportunité de développement pour une entreprise.

23J'ai démarré le VTT il y a une dizaines d'années. Dans un premier temps, j'ai eu a définir ce qui pouvait être fait avec un VTT en terme de parcours, parce que j'ai fait l'erreur, comme tout ceux qui ont un VTT, de penser que c'était quelque chose qui pouvait passer partout en montagne. On s'est vite rendu compte que cela ne passait pas partout. Nous avons été obligés de diffuser cette information à notre clientèle. J'ai eu affaire aussi à des problèmes de viabilité du matériel. J'ai un procès avec une entreprise grenobloise qui dure depuis quatre ans. Pourquoi ? Parce qu'il fallait faire des vélos qui puissent résister au fait de sortir de la route, pour la sécurité même des usagers. Ce qui n'est pas vérifié. Pour la petite anecdote, nous en avons fait l’expérience et quand l'expert a posé la question suivante à la personne ayant réalisé ces machines : "pourquoi les vélos avaient-ils plié ?", cette dernière a répondu très simplement que les vélos avaient subi des chocs et que c'était normal... On rentre effectivement dans un univers assez flou. Dans le monde du VTT, il n'y a pas de normes. Qu'est-ce qui peut différencier un VTT d'un vélo de route normal ? Quel est le cahier des charges de fabrication ? Pour le moment, cette histoire me coûte 400 000 F, pour vous donner un ordre d'idée de tout ce qu'il faut maîtriser pour lancer un produit.

24Il y avait dans un premier temps une réflexion à avoir sur ce qu'il était possible de faire avec un VTT, et dans un deuxième temps, il fallait trouver des machines qui pouvaient fonctionner. Puis dans un troisième temps, je me suis vite trouvé confronté à des problèmes de formation, c'est-à-dire savoir à quel type de personne ou de "guide" je pouvais confier ma clientèle pour faire du vélo tout terrain.

25C'est un domaine que l'on essaye de cadrer, de mettre au point. Il y a encore plein de lacunes, car en fait le VTT est un sport qui est terriblement dangereux ; vous avez pu vous en rendre compte. N'importe qui peut monter sur un VTT comme sur un vélo. Si je vous passe un VTT et que vous descendez le talus, vous pouvez chuter sur le parking et vous blesser grièvement. Donc le VTT, en lui-même, est potentiellement dangereux parce qu’accessible à tous. C'est une responsabilité à laquelle je suis confronté moralement, non juridiquement, puisque toutes les assurances me couvrent. En fait, j'ai une obligation de moyen vis-à-vis de ma clientèle et j'ai été amené à faire une démarche, d'ailleurs en collaboration avec la Jeunesse et les Sports. On a réalisé un film, il y a deux ans, qui s'appelle Roue libre, qui est un inventaire de tous les paramètres qu'il faut maîtriser pour que le VTT se passe dans de bonnes conditions. C'est un film pédagogique et non définitif. D'autres informations seront à faire passer aussi. C'était notre façon d'intégrer à notre démarche commerciale, une démarche pédagogique pour bien mettre en garde les clients, car on ne peut pas toujours être derrière eux, en disant "écoutez, venez faire du vélo dans notre région, mais attention il va falloir maîtriser tel ou tel paramètre".

26Je vais vous passez l'introduction de la cassette pour vous montrer les différents chapitres qui sont abordés. Elle est vendue dans le grand public. J'ai réalisé une autre cassette avec le C.R.E.P.S. de Voiron. Elle est plus élaborée sur le plan pédagogique et destinée aux instituteurs et professeurs d'E.P.S. qui voudraient mettre le VTT en situation dans leurs établissements. Dans notre démarche, on souhaite en effet apprendre à faire du VTT en milieu protégé aux utilisateurs, pour que, lorsqu'ils viennent chez nous, ils puissent vraiment pratiquer dans de bonnes conditions.

27Les participants de l'V.S.E. assistent à la projection du début de la cassette.

28Voilà. On a été donc obligé de faire passer ce message pour savoir comment utiliser le vélo tout terrain qui ne se réduit pas uniquement au fait de pédaler. Après, on a été obligé de mener un certain nombre d'études importantes pour savoir aussi, au niveau de la sécurité de l'utilisateur, ce qu'il fallait, nous professionnels, maîtriser. J'ai fait une étude avec deux élèves ingénieurs. Si vous voulez pratiquer le VTT professionnellement, et en vivre. C'est une étude de coût qui a surtout déterminé professionnellement à quel prix il fallait vendre l'activité, car si on se trompe au niveau des coûts, on ne peut pas assurer la pérennité de l'entreprise, et forcément le client va se "casser la gueule", car il ne sera pas sur le bon vélo et le bon itinéraire. J'ai été obligé également de mener une autre étude concernant la réglementation des nouvelles activités de montagne, que j'ai réalisée avec un stagiaire de l'E.N.A. C'est une étude intéressante. Elle pose la question suivante : si on se blesse dans une activité de ce type, qui est responsable ? Cette étude regroupe les activités de parapente, VTT, canyoning... Donc, en plus de notre démarche pédagogique vis-à-vis du client, on a été obligé de mener une étude sur le plan juridique et sur le plan économique. A savoir comment s'organiser sur le plan économique pour avoir une activité de pleine nature, accessible aux clients, sans grands dommages ?

François Bocquet

29Je travaille dans un parc naturel régional. On a beaucoup parlé des parcs nationaux qui sont essentiellement orientés sur la protection du naturel. Le parc naturel régional est, quant à lui, à la fois orienté sur le développement économique, de l'emploi et de l'activité, tout en préservant un espace de grande qualité. L'espace, ce n'est pas seulement un milieu naturel, mais c’est aussi les activités traditionnelles qui sont pratiquées sur ce territoire, en particulier, l'agriculture et la sylviculture.

30Le Parc du Vercors existe depuis plus d'une vingtaine d'années. Bien sûr, ce n'est pas le seul acteur à travailler sur ce territoire, il y a heureusement un tas d'initiatives privées. Il a deux missions importantes, le développement et la gestion de l'espace.

31Le développement passe par deux choses. La première, c'est le maintien d'une activité agricole et sylvicole, et vous voyez le rapport direct avec ce qu'à dit Madame Gazel. Le deuxième volet est le développement touristique, que l'on peut envisager en trois entrées. Première entrée : entrée traditionnelle, qui est le développement d'infrastructures. Le Parc du Vercors a beaucoup travaillé au développement du ski nordique suite à la vague des Jeux olympiques en 1968, puis avec ce qui s'est créé en 1970. Les premiers salariés du Parc du Vercors formaient en fait les moniteurs de ski et le diplôme d'accompagnateur en montagne est né sur le parc. C'est Bernard Jaillifier qui y avait travaillé à l'époque avec Denys Termier, et plusieurs personnes qui sont peut-être actuellement dans la salle. Il y a eu ce développement au départ, et, depuis un an, on est sur une relance de cette activité nordique, puisque l'on a signé avec la Région Rhône-Alpes un contrat de développement touristique qui s'appelle le contrat nordique et qui vise à mettre au premier plan national le massif du Vercors, pour la qualité des prestations fournies dans le tourisme nordique, aussi bien d'hiver que d'été.

32Ensuite, un travail qui se fait évidemment depuis le début autour des sentiers, de l'entretien de la création des sentiers, bien que l'on ait en permanence des difficultés, et de plus en plus, à financer cet entretien de sentiers et de pistes sur le territoire. Puis des nouvelles choses apparaissent, avec un contrat sur l'eau. Bien sûr, on n'a pas de rivière navigable sur le Vercors. On a deux activités importantes qui sont la pêche sportive et le canyoning. Dernier point en termes d'équipements sur lesquels on travaille, toute une politique est en train de se développer, de signalisation et d'interprétation de sites, qui vise à sécuriser les itinéraires. Là on n'a pas encore trouvé la solution. De nombreux essais ont été faits mais ce n'est pas encore entièrement opérationnel.

33Ensuite, on a travaillé sur tout ce qui était formation, professionnelle, sur le ski, les pisteurs, les accompagnateurs. Formation que l'on a mise en place il y a trois ans, avec un GRETA d'interprète nature. C'est-à-dire que l'on a fait l'analyse que la seule formation d'accompagnateur en montagne était largement insuffisante pour proposer des produits qui correspondaient aux attentes de la clientèle. Donc on a mis en place avec des financements de la Région et des Fonds Européens une action formation qui prend des gens qui sont déjà accompagnateurs ou qui ont d'autres diplômes d'éducateur sportif et qui leur donne en 600 heures une compétence d'interprète nature, c'est-à-dire une formation leur permettant d'interpréter auprès de publics variés l'environnement tel qu'ils peuvent l'observer.

34Puis, on est en train de mettre en place un plan de formation des modules courts pour les professionnels, c'est-à-dire les moniteurs de ski, les accompagnateurs, les nouveaux brevetés de spéléologie, puisque la délivrance d'un Brevet d'Etat, avec les premières sessions, vient d'avoir lieu, et le plus grand nombre de lauréats se situe sur le Vercors. Puis un travail, aussi, sur la formation d'enseignant aussi bien avec l'Institut Universitaire de Formation des Maîtres qu'auprès des enseignants de collèges et de lycées. Le travail se fait aussi bien avec les enseignants de sport qu'avec les enseignants de physique, d'économie, de différentes matières. Il est à noter aussi que le Parc du Vercors a été un des acteurs importants pour la mise en place d'un collège qui s'appelle Sport-Nature à la Chapelle-en-Vercors, et aussi à la section Sport Nature du lycée local. On a donc énormément travaillé à la mise en place de ces projets. Ce sont des projets d'établissements avant la lettre, puisqu'ils ont été mis en place en 1984, 1985, et pour lesquels les élèves ont huit heures d'enseignement sportif uniquement sur des sports de plein air. Et dans cet enseignement sportif, une partie est destinée obligatoirement à l'éducation pour l'environnement. Il y a donc un heureux mélange qui est fait, qui permet d'aborder cela de manière tout à fait confortable pour les enseignants, parce que huit heures d'enseignement, beaucoup d'enseignants de sport en rêvent...

35Enfin, dernier point sur lequel on travaille, qui concerne plus précisément la formation des publics non contrôlés, c'est-à-dire le grand public. Là, deux types d'action sont menés. L’une sur le public existant, pratiquant, arrivant, consommant des activités sportives, essentiellement par une politique d'interprétation de sites et de signalisations. Puis un effort sur la création de nouveaux produits, c'est-à-dire consistant à voir comment adapter les nouveaux produits à cette clientèle qui est mal contrôlée, mal encadrée.

36Dernier point enfin, celui de l'éducation des enfants, auprès desquels on travaille aussi beaucoup, par la mise en œuvre de programmes d'action et aussi, ce qui est tout à fait paradoxal, l'introduction de pratiques sportives de plein air dans les écoles du Vercors. Là où l'on ne rêvait de faire que du hand-ball, du football et des sports collectifs, on découvre progressivement les joies de la course d'orientation, de l’escalade et du vélo tout terrain.

37Voilà en raccourci ce que l'on fait en termes de formation liée au sport et à l'approche de l'environnement. On a également une intervention de contrôle, voire même de sanction sur un espace réduit, qui est l'espace de la réserve naturelle des Hauts-Plateaux dont on est gestionnaire, et qui est la plus grande réserve naturelle de France, avec, là encore, des adaptations ponctuelles ou légères par rapport aux pratiques de professionnels, puis une pratique réglementaire assez importante autour d'activités comme celle du 4x4 — je ne sais pas si c'est vraiment du sport — puisque depuis cette année, la pratique sportive des véhicules motorisés tout terrain est interdite sur le territoire du parc en dehors des chemins goudronnés. Cela pose plein de problèmes, mais c'est un autre débat.

Alain Navarro

38Je vais présenter ce qui se fait chez nous. Au sein du Lycée de La Mure existe une structure où l'on prépare les élèves qui entrent en seconde à devenir moniteurs de ski. Cette structure a été créée il y a quelques années par l'un de mes collègues avec qui je travaille. Au cours de ces trois années, nous proposons des activités de pleine nature aux élèves, en particulier le ski alpin, le VTT et l'escalade.

39En ce qui concerne notre action au niveau d'une éducation à l'environnement, nous sommes très faibles, car nous n'avons pas les moyens, contrairement à ce qui peut se passer à la Chapelle-en-Vercors, où je connais bien les collègues et leur façon de fonctionner, et également ce qui peut se passer dans tel autre établissement, où ils ont d'autres moyens et des objectifs différents. Nous, nous n'avons pas les moyens de faire une éducation à l'environnement, et, comme j'ai pu le dire tout à l'heure, notre souci est de faire une sensibilisation, ne serait-ce que par une éducation au respect de l'environnement, quand nous sortons avec des groupes d'élèves.

40Mon intervention va s'arrêter là. Je suis un peu démuni par rapport à ce qui a été dit jusqu'à maintenant, mais il est évident qu'il serait souhaitable pour nous d'avoir des moyens supplémentaires afin de participer à cette éducation à l'environnement, car nous sommes bien placés pour le faire.

Denys Termier

41Je travaille à l'AFRAT, Association pour la Formation des Ruraux aux Activités du Tourisme, dont le centre se trouve à Autrans dans le nord du Vercors.

42J'insiste sur le mot rural. A l'heure de la coordination rurale, on a peu tendance à rendre ce terme synonyme d'agriculteur ou d'agricole. Fe public qui vient se former à l'AFRAT est donc composé de ruraux, ce ne sont pas forcément des agriculteurs, ce sont des gens qui habitent l'espace rural. Ils sont issus pour la plupart de ce milieu rural et quand ils en sont originaires, je dirais qu'ils viennent, sans le savoir dans leurs têtes, avec tout ce que représente ce milieu. Ils sont acquis à la cause de ce milieu qui est un peu leur patrimoine, leur biotope. On n'a pas de grande sensibilisation à opérer à leur endroit.

43A l'inverse, nous avons un deuxième public que j'appellerai celui des néo-ruraux. Ce sont ceux qui ont un pied en milieu rural, qui ont le désir d'y mettre le deuxième, et que nous formons également parce qu'un des objectifs de ce centre AFRAT est de résister à l'exode, de lutter contre la désertification de certaines régions françaises, de certains massifs français. Donc, nous avons deux publics et auprès de ce deuxième public néo-rural, il est évident que nous avons un très grand effort de sensibilisation à faire, puisque ce sont tous de futurs éducateurs sportifs, pour que ces gens, qui ne sont pas tous imprégnés de ce milieu, se l'approprient petit à petit au cours d'une formation longue durée, si possible.

44A quels métiers forme-t-on les gens ? Aux métiers du tourisme rural. On va former des gens qui vont ouvrir des chambres d'hôtes tout simplement, des gîtes ruraux, des auberges à la ferme, etc. Mon secteur, c'est moins celui de l'accueil ou de l'hôtellerie, c'est beaucoup plus celui des métiers sportifs de la montagne. Donc je suis amené depuis quelques années à former des saisonniers, des gens qui sont pluri professionnels, ils ont une profession l'hiver et une profession l'été.

45De ce fait, ayant été moi-même professionnel de la montagne, ayant subi les formations de l'époque, à l'E.N.S.A. ou à l'Ecole Nationale de Ski de Fond, je peux dire que j'ai assisté à une énorme évolution. Il faut en avoir conscience. C'est vrai que rien n'est parfait. Les accompagnateurs d'aujourd'hui ont encore beaucoup de choses à apprendre, les moniteurs de ski peut-être encore plus, mais si on se rappelle d'où l'on vient, on se dit que hier, et avant-hier surtout, c'était bien pire qu'aujourd'hui. Les formations à l'E.N.S.A. de l'époque, que l'on y soit pour être aspirant guide ou pour faire guide, ne donnaient pas une seconde, pas un gramme de sensibilisation à l'environnement sauf, je dirais à table, si on discutait avec quelqu'un de sensibilisé à ce problème.

46Alors, ce que j'ai envie de dire, en comparant avec les gens que je forme maintenant avec mes collègues, si on avait reçu le bagage qu'on leur donne, nous, en connaissance du milieu, en imprégnation du milieu humain, du patrimoine, de la culture, de la connaissance de la faune, de la flore — ce sont des modules qui vont de 120 à 400 heures — je crois que l'on aurait été très satisfaits mais le marché n'existait pas. Comment l'aurait-on vécu ? Je n'en sais rien. Pour notre culture personnelle. Maintenant, c'est un passage obligé. Alors, est-ce qu'aujourd'hui, avec tous ces modules, on en fait assez ? Je pense que non, mais là je ferai un distinguo. Dans le secteur d'accompagnement en moyenne montagne, l'essentiel des formations est tourné vers l'approche du milieu, une meilleure connaissance de ce milieu. On peut aller plus loin, c'est certain. A l'inverse, dans les formations hivernales de ski nordique et surtout, et je rejoins ici mon collègue Navarro, de ski alpin, c'est encore à l'état embryonnaire. Ce sont des balbutiements, des intentions, mais il n'y a pas grand-chose dans le cursus actuel d'accès à la profession de moniteur de ski de fond et surtout de moniteur de ski alpin. Il n'y a pas véritablement une volonté de la part de la Jeunesse et des Sports. Nous calquons nos formations sur les diplômes, sur les examens que vont avoir à franchir les jeunes que l'on prépare. C'est vrai que dans ces modules-là, si on s'investit dans la sensibilisation à l'environnement, on le fait en plus. Par exemple, tous les stagiaires qui passent chez nous, qui sont là pour un métier du ski ou d’accompagnement, on les immerge dans cette fameuse réserve naturelle pendant au moins une semaine, en autonomie complète. Ils partent avec des sacs de quinze à vingt kilogrammes et toute la nourriture, et ils restent là-haut, à l'automne, sans voir personne pendant toute la semaine. Ils vivent la vie de gens qui n'ont autour d'eux que la nature comme environnement, dans un milieu qui est fragile et qu'il faut protéger.

47Alors, pour des gens qui sont des ruraux, c'est un complément d'information, puisqu'ils sont déjà sensibilisés. Pour des gens qui sont des néo-ruraux, c'est un essai d'imprégnation.

André Gontier

48J'ai trente années de vie de plein air. Je vais vous faire un historique des activités de pleine nature et de leur commercialisation, dans un domaine que je connais bien, qui est celui du canoë-kayak. J'ai enseigné pendant une vingtaine d'années au centre national des sports de pleine nature, qui est devenu maintenant le C.R.E.P.S. de Vallon-Pont-D’arc. Dans les années 1962, 1963, il existait des diplômes de plein air, il y avait l’initiateur, le moniteur, l'instructeur. C'était des polyvalents : l'initiateur avait trois techniques, le moniteur avait quatre techniques et l'instructeur avait un diplôme de connaissance générale.

49On s'aperçoit aujourd’hui que ces diplômes étaient adaptés aux besoins de la consommation de l'activité pleine nature. Ces diplômes ont été abrogés pour des raisons que je ne connais pas trop, à l'époque par le Ministère, par le Bureau du Plein Air, et devaient être remplacés par des brevets de pleine nature. Rien n'a été fait et on a aménagé petit à petit les brevets fédéraux. Voilà pour l'évolution des brevets, mais quant à leur besoin, je peux vous dire que j'ai pratiqué les gorges de l'Ardèche en tant qu'enseignant et que nous étions les seuls à descendre. Plus de dix bateaux qui descendaient les gorges, c'était presqu'un événement dans les années soixante et jusqu'en 1968. Après, il y a eu cette évolution : on commençait à mettre en place les loueurs de bateaux et là, il a été impossible d'endiguer le flux touristique qui consommait ce produit. Que s’est-il passé ? Pour des raisons que personne n'a maîtrisé, ce sont des professionnels qui ont loué leurs bateaux, qui ont envahi les gorges. Or à ce moment-là, il a fallu créer la réserve naturelle des Gorges de l'Ardèche. J'étais Président de l'Association de protection des Gorges, et on a créé cette fameuse réserve. Au départ, tous les locaux étaient contre la création de la réserve, mais quand ils ont vu que médiatiquement parlant, cela faisait un appel et que du monde arrivait pour la réserve et que cela augmentait leur potentiel de bateaux, le mouvement boule de neige s’est déclenché.

50A l'époque de la création de la réserve, avant qu'elle ne soit officielle et avant que la gestion ne soit officielle, notre association a lancé la création de la formation des conseillers nature. C'était tout à fait une formation inventée, mais on avait le souci de l'environnement car on voyait bien ce qui allait se passer. Nous avons eu le soutien des élèves du lycée agricole, à l'époque. On leur a fait une formation technique de canoë-kayak, parce qu'il fallait traverser les gorges. J'ai utilisé les enseignants de biologie pour leur faire une formation en biologie, j'ai utilisé les enseignants de météo, tout le personnel pour faire cette formation. Lorsque la réserve a été créée, je me suis battu pour que ces jeunes formés soient embauchés dans la réserve. C'était des travaux saisonniers. On a répété l'opération plusieurs années de suite jusqu'au jour où, débordés par les événements, on a quitté ces lieux parce que les professionnels du bateau envahissaient le site. On en était à quatre, cinq mille bateaux par jour ; c'était l'envahissement total.

51Effet boomerang, les professionnels se voyant débordés, se souvenant d'un certain André Gontier, m'ont appelé pour me demander si on ne pouvait pas réfléchir sur une formation un peu spécifique, soit touristique, soit d'encadrement par des personnels qui connaissent la rivière, les techniques de bateaux, mais aussi qui permettrait d'expliquer ce que sont les gorges, etc... Là j'ai relancé la formation des anciens conseillers nature, mais ce sont les professionnels qui les ont embauchés, pendant la saison d'été. C'est une étape de la formation bateau. Puis tout à évolué. Comme je suis un passionné d'environnement et de paysage, je me suis penché sur la qualité des paysages. Je suis allé voir les élus, les municipalités, et avec Marie-Jo Gazel nous avons fait une étude sur le patrimoine bâti abandonné. On s'est aperçu que les élus acceptaient de participer à la remise en valeur de leur patrimoine.

52Je n'ai pas commencé la formation. Elle va se faire en octobre, par le biais des stages internationaux. C'est la CARA, Chantier Animation Rhône-Alpes, association qui a pour but de mettre en place des chantiers internationaux de réhabilitation de patrimoine, avec des étudiants de tous les pays d'Europe.

53Pour en revenir à la liaison sports/environnement, avec la CARA, nous allons mettre en place un chantier école sur le site du Voiron qui est un village bâti sur une falaise volcanique, dont les murs de soutènement sont partis... et la municipalité recule la clôture de la place avec des grillages. Moi, j'ai proposé de refaire les remparts carrément en se servant d'outils empruntés à la technique d'escalade et de spéléo. Ce chantier école va démarrer en octobre et va s'étendre sur six à huit mois avec cette double technique : acrobatie et pierre.

54Mon objectif dans tout ce travail de formation, c'est de permettre à des jeunes soit de trouver un travail saisonnier, soit un travail à temps plein. Pour le chantier des remparts, nous avons l'accord du syndicat des professionnels du bâtiment, tout à fait favorable à cette formation. Dans les activités sportives, de pleine nature, pour ce qui est de la formation, le gros travail revient à la Jeunesse et aux Sports.

Jean-Luc Debeir,

Ministère de la Jeunesse et des Sports

55Je prendrai la précaution de citer mon domaine d'intervention professionnel qui couvre une tutelle sur les fédérations multisports. C'est déjà "un paysage en soi" par rapport à votre sujet. Je ne suis pas un spécialiste des formations, néanmoins, en vrac, si je peux d'exprimer ainsi, je vais vous livrer quelques remarques pour essayer de recentrer le débat, du moins essayer de mieux comprendre pourquoi il y a une adéquation — car il semble que ce soit un consensus fort — entre les formations proposées, les débouchés et les préoccupations en termes d'animation sportive de pleine nature que vous avez évoqués.

56Je dirais tout d'abord que, comme tout sportif, vous êtes certainement un lecteur attentif de L'Equipe et que, dans le paysage sportif français, c'est le haut niveau qui assure la prédominance dans ce paysage, et que l'organisation sportive traduit quand même quelque part ces préoccupations qui revêtent un caractère éminemment politique en un sens. Il y a un aspect d'identification que vous pouvez peut-être nier individuellement parce que vous avez une éthique ou une philosophie plus humaniste, par rapport aux humanistes du sport, mais il est clair qu'il y a des engagements, des rapports étroits en terme d’identification entre une réussite sportive et la réussite d’un pays. Vous savez bien qu’il y a dans le haut niveau, c'est-à-dire avec les compétitions internationales, le cheminement pour articuler clairement ce rapport.

57Je dirais que, quelque part, c'est cette préoccupation qui doit traduire certainement ce qui résulte de la délégation ministérielle issue de la loi du 16 juillet 1984, car il faut aussi parler des métiers fédéraux. Ces métiers fédéraux pourront pour les disciplines olympiques et les fédérations délégataires consister notamment à gérer la discipline sportive considérée. Je ne me fais pas l'avocat du système, j'essaie de réagir à chaud et d'expliquer une logique institutionnelle en relation avec vos remarques.

58Je pense qu'il était naturel au travers de cette construction délégataire que ces fédérations amènent des contenus techniques qui ne correspondent pas aux préoccupations que vous avez évoquées, ne serait-ce parce que déjà la loi remonte à 1984 et qu'elle est le produit d'une réflexion antérieure. Ce qui me fait d'ailleurs observer au passage que nombre de fédérations, qu'elles soient olympiques ou non olympiques, ont elles-mêmes des contenus de formation fédérale extrêmement serrés, extrêmement techniques, et en un sens, au regard de l'organisation du statut du sport en France, cela paraît naturel. Pour prendre un exemple, la moto, ce que l'on va demander à la Fédération de Moto, c'est de gérer des règles techniques nécessaires à des pratiques compétitives. On entre dans ce cadre de la loi 1984. Il se trouve, c'est une banalité de le dire, mais c'est aussi une réalité, que le paysage sportif évolue, mais évolue parallèlement à des préoccupations environnementales. (...)

59Je pense que les fédérations répondent parfaitement à leurs missions dans le cadre délégataire. Par contre, elles ont un champ d'investigation très large qui est d'accroître leur nombre de licenciés dans leurs objectifs traditionnels, c'est-à-dire gérer la pratique compétitive, gérer l’organisation de cette pratique à l'échelon le plus large du territoire français et, une fois que l'on a bouclé le haut niveau et la pratique traditionnelle, on a tout dit, et on arrive seulement aux problèmes que vous évoquez et qui n'ont pas fait partie à mon sens de la vision législative de l'époque.

60Que font les fédérations actuellement quand elles veulent étendre leur domaine d'investigation, leur domaine d'activité ? Elles vont aller vers la pratique sportive de loisir, et je pense que c'est là quelque part l'une des explications institutionnelles de l'inadéquation entre un appareil de formation extrêmement complexe, pointu, et la pratique de loisir qui entre maintenant dans le domaine fédéral. Je dirais qu'on a une concurrence des acteurs sportifs. Concurrence au sein même des fédérations délégataires, concurrence de la part des fédérations multisports à l'encontre des fédérations omnisports.

61Troisième volet concurrentiel bien évidemment, l'intervention parfois aux limites de l'asphyxie de certains secteurs commerciaux qui se trouvent totalement en dehors de la mouvance sportive.

Michel Baggioni

62Vous avez fait allusion à la délégation de pouvoir. Elle a modelé au fil de l'histoire un comportement des fédérations sportives et a surtout renversé une certaine souveraineté populaire en matière de sport pour la transférer sur l'Etat. Qui délègue ensuite ces pouvoirs qu'il s'est attribué depuis 1945 ? Ne pensez-vous pas que les brevets d'Etat qui sont issus de ce schéma logique et juridique ne sont pas actuellement un frein à l'explosion des nouveaux métiers ? Car pour travailler à titre rémunéré au moyen d'une activité sportive à transmettre, il faut être titulaire d'un brevet d'Etat. Est-ce que vous ne pensez pas que cette barrière qui est pratiquement la seule à exister en France et en Europe — elle n'existe pas dans les autres pays — n'est pas une barrière au développement des métiers, disons dans le secteur activités sportives et environnement ?

Luc Debeir

63Souci d'harmonisation européen ? Certainement. C'est l'un des motifs de la récente loi du 13 juillet 1992, qui harmonise précisément la législation française, à l'échelle européenne. Je ne suis pas technicien de ces problèmes, mais d'un point de vue général, le mécanisme de l'article 43 a été assoupli dans la réforme récente. Les fédérations vont pouvoir proposer des contenus de formation qui resteront à homologuer et qui vont permettre d'assouplir considérablement le dispositif existant. (...)

64Troisième chose, vous avez un secteur, dont je suis étonné que vous n'en ayez pas parlé encore, c'est toutes les organisations sportives qui sont bien dans la mouvance du mouvement sportif national, que sont les fédérations multisports, et qui font un énorme travail de formation d'encadrement pour l'ensemble des préoccupations que vous avez évoquées jusqu'ici. Je voudrais citer par exemple Les Glénans. Je crois que rien dans la définition de cet organisme, fondé en 1947, ne permet d'attirer l'attention sur les orientations de cet organisme. Or dans le détail, on voit très bien les préoccupations, les perceptions environnementales qui sont systémiques, c'est-à-dire qui s'inscrivent dans l’approche d'un écosystème, une approche du milieu marin appréhendé dans sa globalité et intégrant le rapport de l'homme à son milieu.

65Les fédérations sont en train de faire des propositions pour l'homologation de leur formation fédérale. Hors micro, je dirais que je suis à peu près convaincu de ce que j'entends et je partagerai un peu votre consensus. Mais il faut laisser au temps le temps de faire les choses surtout dans des dispositifs réglementaires qui s'appuient sur un contexte législatif et qui demandent à être déclinés de façon complexe, en articulation avec le mouvement sportif.

Colette Ambroise-Thomas

66Je vais poser une question à Marie-Jo Gazel. Peut-elle repréciser sa pensée quand elle a parlé des Brevets d'Etat, en disant que les associations Loi 1901, qui employaient les brevetés d'Etat, accaparaient le marché de l'emploi ?

Marie-José Gazel

67Je n'ai parlé des associations loi 1901 que pour souligner que, faute de pouvoir maintenir une entreprise avec les contraintes qu'a l'entreprise sur le plan économique, la solution pour pratiquer des activités de plein air, était de monter des associations loi 1901, qui, elles seules, contrairement à l'entreprise, pouvaient employer, y compris des brevets d'Etat. Mais ce n'est pas du tout un procès d'intention. Bien sûr — il leur faut au moins toujours un "B. E.", puisque c'est lui qui couvre l'activité — mais on peut employer à côté des C.E.S. et des objecteurs de conscience qui ne coûtent que peu dans la mesure où ces fameux emplois sont soutenus par l'Etat et coûtent moins cher à l'association. Les entreprises ne peuvent pas les employer. Or ce sont les seules conditions dans lesquelles une entreprise de vente d'activités de produits de plein air peut actuellement survivre.

Michel Baggioni

68Je donne un complément d'information. Plus exactement, je souhaite une précision. Est-ce que dans ce que tu as dit, tu sous-entends le black système ? C'est-à-dire les indemnités de dessous de table qui sont bien souvent employées par les associations. Elles seules peuvent gérer assez facilement ce système à l'inverse des entreprises.

Marie-Jo Gazel

69Non. Mon propos est très clair. J'avais proposé une intervention d'ordre institutionnel. C'est un problème de structure et d'organisation (...).

Marc Nogaro

70Je suis très mal à l'aise car je n'ai pas envie de payer pour aller voir les gorges de l'Ardèche. Je pense que si jamais on se mettait à payer, il faudra aussi payer pour aller dans le Parc National des Pyrénées, du Vercors, etc. J'ai déjà deux mois et demi de mon salaire qui passent dans les impôts. Quand je vais dans un lieu touristique, ma famille paie une taxe de séjour. Nous sommes des gens normaux, nous achetons nos produits sur place. C'est donc les commerçants, qui voient leurs bénéfices augmenter, qui doivent payer des taxes supplémentaires dans les lieux où ils exercent leurs activités. Je n'ai donc vraiment pas envie de payer. Je vais plus loin en essayant d'imaginer un scénario. Je suis en train d'imaginer comment on va nous faire payer ? Comme sur l'autoroute, y aura-t-il des catégories ? Et en matière de détérioration des sites, c'est peut-être la pointure de mes chaussures et mon poids qui vont être pris comme critères ? Ayant un pied approchant presque les trois chiffres de pointure, serais-je encore plus pénalisé ? Qui saura m'informer ou me rassurer à ce propos ?

Marie-Jo Gazel

71Moi non plus, je ne veux pas payer pour descendre les gorges de l'Ardèche. Mais, je ne veux pas non plus payer l'autoroute des Parisiens qui est gratuit et que je paie dans mes impôts, alors que moi, quand je monte à Lyon, je paie l'autoroute de Montélimar à Lyon. Je veux dire par là que je paie deux fois l'autoroute. Celui que j'emprunte à un moment donné et celui des Lyonnais dans mes impôts. Je n'ai pas dit qu'il fallait un péage. Ce que je souhaite mettre en évidence c'est que la nature n'est pas plus gratuite que la ville, l'entretien de la nature n'est pas plus gratuit que celui de la ville. A partir du moment où les agriculteurs ne peuvent plus, dans leur marge bénéficiaire, inclure indirectement l'entretien qu'ils faisaient du paysage en vendant les produits agricoles, puisqu'ils disparaissent, qui va payer cet entretien qui va devenir obligatoire ? Pourquoi ? Pour éviter les incendies, l'embroussaillement, etc. De toute façon, il va falloir payer, mais je préfère savoir ce que je paie que de payer par impôts interposés dans une tranche du budget communal, puis du budget du Conseil Général, puis du budget du Conseil Régional. Quand j'apprends que sur les six dernières années le budget du Conseil Régional, ma part d'impôt a augmenté de 42 %, je ne l'ai pas vu. Evidemment, je paie 1,71 F. Qu'est-ce-que cela veut dire ? Je ne l'ai pas vu, mais cela a augmenté de 42 %. C'est cela qui a permis entre autres qu'on aménage effectivement les Jeux olympiques. Mais, je n'ai pas vu que je payais. Je dis alors que, en terme de prise de conscience, il faut que l’on sache tous que la nature n'est pas plus gratuite que la ville, qu'il faut l'entretenir, et que cela coûtera aussi cher si ce n'est plus cher que la désertification complète, et l'abandon coûtera encore plus cher que si l'on s'accorde pour l'entretenir à temps. Je veux savoir ce que je paie, je veux savoir que cela va me coûter tant, qu'on me le dise au départ d'un embarcadère ou qu'on me le dise dans ma feuille d'impôt. Je suis d'accord. On va tous payer de toute façon, mais je ne veux pas payer plus que vous.

Un représentant du Ministère de l'Environnement

72Tout à fait au titre du Ministère de l'Environnement, je peux vous dire comment nous réagissons sur ces affaires de péage. Il ne s'agit pas de payer le droit d'entrée dans un espace, une quelconque qualité, il s'agit en fait d'apporter des ressources à des communes très souvent des communes gestionnaires d'espaces de qualité, la plupart du temps, qui subissent des pressions considérables de l'extérieur. C'est en ce sens-là que je vais défendre le péage, mais un péage intelligent, un péage compensatoire à des nuisances que subissent les communes en question. Nous pilotons actuellement mes collègues et moi sur plusieurs régions, François Valla l'a évoqué ce matin, une opération dite Grands Sites. Une opération de très haut niveau, en termes de cible. Plusieurs grands sites sont ainsi identifiés. Pour une opération dont je m'occupe personnellement, j'ai la possibilité de vous donner quelques détails de la pression touristique, je veux parler du Cirque du Fer-à-Cheval situé en Haute-Savoie.

73Là, il y a 400 000 visiteurs par an, et on assiste à l'augmentation de la pression, non de sportifs, mais de touristes qui viennent visiter un site admirable et qui, avec la voiture de monsieur tout le monde, aboutissent à un cul-de-sac. Au bout de ce cul-de-sac, il faut naturellement stocker les véhicules de monsieur et madame tout le monde. Cela pose des problèmes d'infrastructure à une petite commune, ainsi qu'à d'autres, je pense à la Pointe-du-Raz également, avec un problème qui se situe au niveau de 900 000 visiteurs par an, s'accompagnant d'une dégradation très importante.

74Par conséquent, ces opérations-là qui vont consister à déplacer le parking, à le transférer, vers l'aval ou vers l'amont, en fonction de la nature du site. Mais cela va passer par un péage bien entendu, et pour un service rendu, service de ramassage des ordures, qui jusqu'à présent était tout à fait gratuit, et qui incombait à des communes souvent très pauvres. Cette mesure va passer, et c'est la dimension environnementale, par de l'information, de la pédagogie. On va valoriser le site et apporter un nouvel attrait à la fréquentation du site, par des sentiers, par tout ce que les parcs pratiquent déjà couramment.

75Je ne sais pas si les gorges de l'Ardèche font partie d’un "projet Grand Site" également, mais je vous assure, sans connaître précisément le cas de l'Ardèche, qu'il y a une urgence absolue. (...) C'est du tourisme, c'est beaucoup de sports également, par la pratique du canoë. Mais je ne vois pas d'autre moyen que de passer par une contribution du citoyen qui vient en visite de découverte et qui s'engage dans une utilisation sportive de l'environnement.

Denis Cheminade

76Je distinguerais deux cas. Un, celui de la nature en général et en tout cas de certains sites. Deux, les activités sportives. En ce qui concerne la nature en général, par exemple l'Allemagne, qui est en train de prendre des dispositions vis-à-vis de ses agriculteurs, dit "en l'an 2000 nous aurons 150 000 agriculteurs à plein temps, les autres seront à temps partiel et toucheront des aides pour apporter leur soutien à des tâches de nature écologique, d'entretien des paysages, etc." On a déjà commencé en France avec l'Europe, on a augmenté les primes d'herbage, il y a des primes de jachère, en particulier sur toutes les zones classées 5 B, c'est-à-dire plus de 30 % du territoire, soit la totalité des espaces sur lesquels on fait de la randonnée en France. En France, donc, on a déjà commencé, les agriculteurs sont en train de disparaître.

77En ce qui concerne les fédérations, un certain nombre d'activités, et c'est un problème qui a été évoqué à l'intérieur des fédérations ou par les pratiquants depuis de nombreuses années, il est évident que sur certains sites pour lesquels on prend des mesures particulières de protection, sur lesquels on fait des aménagements spécifiques, il y a un service rendu, et il est logique d'envisager une contribution de ceux qui spécifiquement utilisent ce service. Finalement, on paie à l'entrée d'une patinoire. Après tout, sur un mur d'escalade en ville, on paie. Si on aménage un lieu naturel et qu'il y a un gardien, des vestiaires, etc., il y a des éléments qui permettent de comprendre cette contribution. Quand il s'agit d'espaces naturels, que l'on utilise de manière extensive par rapport à une utilisation intensive — la question s'est posée à un certain nombre de fédérations nautiques, par exemple — on ne peut pas être opposé au principe d'une participation, parce que si on demande un service, un droit d'accès sur des propriétés privées, alors qu'on n'y a pas droit, il est normal de contribuer à obtenir des droits supplémentaires.

78Ce qui est évident, c'est qu'aujourd'hui, cela ne peut pas se faire si on n'a pas un certain nombre de garanties nécessaires. Oui à la contribution, mais pour quoi faire ? Comment ? Pour qui ? Il est hors de question qu'on contribue et qu'on ne participe pas à l'utilisation. Je crois qu'il y a déjà un débat qui s’esquisse sur le principe, aujourd'hui. A mon avis, il me paraît bien avancé. Mais il faudrait maintenant aller plus loin et mettre en place certains mécanismes, certaines procédures.

Michel Baggioni

79Le temps passe. Nous avons examiné un certain nombre de points critiques. Nous avons également identifié quelques pistes de réalisations et de mesures concrètes. Le moment est venu de dégager une synthèse. Merci à tous les participants.

Auteurs

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search