Version classiqueVersion mobile

Sports et environnement

 | 
Jean-Paul Callède

Thème 5 - "Sportifs formateurs ?"

Pour une nouvelle conception de la formation des acteurs

Marie-José Gazel

Texte intégral

Marie-Jo Gazel

Chef de mission interministérielle au Ministère de l'Agriculture

1Le ton est donné. Je vais essayer de répondre très partiellement au double souci, d'une part, savoir qui s'occupe de quoi en matière de formation(s) et de contenu(s) de formation concernant l'environnement, et, d'autre part, montrer aussi qu'effectivement il y a une espèce de consensus actuellement autour de tout un ensemble de gens qui disent : "arrêtons de nous reprocher les uns les autres d'être incompétents, essayons de mettre ensemble nos énergies".

2La mission interministérielle — et non pas du Ministère de l'Agriculture — dont je m'occupe s'organise autour de trois concepts : environnement, formation, emploi, d'où son nom, mission E.F.E. Nous sommes chargés de faire émerger les nouveaux métiers générés par la gestion de l'environnement à venir, d'identifier les référentiels de formation, et de favoriser la mise en place de ces futurs emplois. Nous avons donc bien comme travail de répondre à vos préoccupations.

3Vaste programme ! Qu'en est-il aujourd'hui ? De l’environnement, nous avons constaté ces jours-ci l'ambiguïté de l'utilisation du mot. Six mois de travail nous ont conduits à parler désormais d'entretien et d'animation de la nature — et c'est là que nous rencontrons des sportifs — et de gestion des espaces. Du mot formation dans cette catégorie de mission, nous nous occupons non pas de la formation initiale, que vous connaissez mieux, mais du secteur de la formation professionnelle et continue, qui est de la compétence d'un ensemble de Ministères, nombreux, qui est aussi de la compétence des Conseils Régionaux, c'est d'ailleurs l'une de leurs compétences obligatoires, et enfin de l'ensemble des organismes de formation, dont le GRETA. C'est un monde complexe et conflictuel, à côté duquel le monde de la formation initiale apparaît un asile de paix. Enfin, je ne perdrai pas de temps à vous parler de l'emploi. Chacun sait que l'on passe par l'une des périodes les plus difficiles de mutation sociale, avec le passage du concept de "métier" à celui d’"emploi" qui résume à lui seul toute l'évolution du mouvement actuel. Vous voyez, c'est un programme délicat, certes, mais riche et passionnant.

4J'avais intitulé mon intervention : "Conflit de logiques, respect des hommes et des sites. Ou bien de la formation traditionnelle des activités sportives à une nouvelle conception de la formation des acteurs". Ceci afin de limiter l'entrée, tant le sujet à aborder est vaste.

5La mode est à l'aménagement du territoire à travers une nouvelle approche de la gestion de l'utilisation des espaces et de leur protection. Mais il n'y a pas d'espaces viables sans acteurs, nous l'avons dit. Si le modèle actuel de société continue à se cristalliser autour de schématisations volontairement caricaturales, "la ville pour travailler et le milieu rural pour les loisirs", la disparition des agriculteurs, dans la majorité des espaces que nous utilisons pour nos pratiques sportives entre autres, nous contraint à raisonner autrement dès l'instant où ces derniers ne sont plus là pour entretenir et animer "notre grand stade", pour utiliser une expression déjà employée ici.

6Les sportifs que nous sommes avaient pris l'habitude de pratiquer leur passion dans un environnement accessible, dans un paysage confortable, et ce, le plus gratuitement du monde. Le constat récemment affirmé du rôle qu’avaient joué les agriculteurs dans la fabrication des paysages a conduit toute une société à modifier son regard sur la fonction de ces derniers mais aussi à réaliser que, dès l'instant où ils n'étaient plus là pour nettoyer la nature, il fallait que l'on s'en charge autrement.

7Qui plus est, si nous, utilisateurs d'espaces, sommes confrontés à de nouveaux problèmes, les agriculteurs et l'ensemble de la population rurale doivent eux aussi entré dans un autre rapport fonctionnel avec tous les utilisateurs de leurs espaces. Nous sommes à la veille d'une mutation profonde, tant au niveau de la gestion de notre temps, de nos loisirs que de nos lieux. En permanence, s'affrontent déjà, à tout propos, deux catégories d'acteurs. Il y a ceux qui vont utiliser l'espace et ceux qui accueillent dans l'espace, il y a ceux qui font des activités et ceux qui ne parlent que de protéger, il y a ceux qui consomment du loisir, ceux qui se passionnent, etc.

8Chacun fonctionne dans sa propre logique, en étant cohérent, par rapport à son contexte et ses propres choix. Sauf que ce fonctionnement en circuit fermé entraîne les conflits que l'on sait, voire même le mépris organisé et un corporatisme toujours exacerbé. Ce sont ces conflits, il y a des logiques différentes, que nous appelons les conflits de logiques. On pourrait dire avec humour que nous en sommes toujours au rat des villes et au rat des champs, mais ce serait vraiment très grossier. Pour atténuer ces conflits de logiques, que chacun de nous connaît, il faut décliner autrement la problématique pour essayer de la résoudre. Qui sont les acteurs qui accueillent ? Qui sont les acteurs qui encadrent ? Qui sont les acteurs qui consomment ? Qui sont les acteurs qui vendent ?

9Nous voyons, alors, ces acteurs qui ne se distribuent pas obligatoirement les uns à la ville, les autres à la campagne, les uns à l'agriculture, les autres chez les sportifs, mais, de toute façon, tous se disent toujours amoureux de la nature, chacun à sa manière. Si l'on pose comme hypothèse que la connaissance — et donc la formation — peut aider les uns et les autres à vivre en bonne intelligence, ce dont nous sommes tous, je pense, convaincus, il nous faut d'une part connaître les priorités de tous ces acteurs, leurs contraintes, leurs souhaits, y compris leurs souhaits inconscients. Il nous faut améliorer notre connaissance du milieu physique que nous utilisons, des risques que ce milieu nous fait courir mais aussi des risques que nous faisons courir à ce milieu. Il nous faut enfin en apprendre les coûts.

10Nous allons immédiatement voir l'importance du problème des coûts. Le problème foncier de l'entretien des espaces à vocation non agricole. Car c'est là que le problème achoppe pour le devenir de toutes les activités qui vont se dérouler sur ce territoire. Si nous n'arrivons pas à régler les problèmes de foncier, de gestion foncière, nous n'arriverons pas à régler les problèmes d'utilisation, et donc d'animation. Dans chaque processus de formation, il faut aborder cet ensemble de définitions pour que, sur le terrain, les acteurs apprennent le pourquoi de l'autre, le pourquoi de ce qu'il lui impose et l'intérêt pour chacun de ce qui lui est imposé. Pour développer cette démarche, nous allons entrer dans le concret.

11A la question : qu'allons-nous chercher dans l'espace rural ?, on peut répondre : un beau paysage, la possibilité de s'exprimer physiquement et un recentrement culturel au travers de la contemplation des vestiges de notre patrimoine. C'est en tout cas la réponse qui est donnée à toutes les enquêtes actuellement. Mais qui nous a dit à quel moment de notre histoire éducative qu’un paysage est toujours le résultat d'une histoire humaine, lorsqu'il n'est pas uniquement minéral ? Qui nous a dit qu'une pratique sportive s'exprime toujours dans un espace physique nécessairement entretenu ou à protéger et que ce patrimoine merveilleux pose toujours des problèmes de financement considérables aux collectivités qui en ont la charge ? Qui nous a dit que tout appartient toujours à quelqu'un, fût-ce à l'Etat, dans ses biens publics ? Il ne sera désormais plus possible que des hordes de praticiens de VTT, de canyoning ou de randonnée puissent exiger de pouvoir utiliser les parcours entretenus sans savoir qui fait quoi, comment, et sans participer directement à leur entretien. Cette époque est révolue.

12Vouloir parler de formation et de formation sportive aujourd'hui, c'est nécessairement parler de cela. Sur le plan des techniques sportives, tout a été fait et réfléchi. Mais sur l'environnement de l'activité sportive, son coût et son entretien, sur les acteurs de cet environnement, et le respect que l'on doit en avoir, il y a une multitude de choses à insérer dans les formations. Là est le premier problème sur lequel il me paraît encore nécessaire d'attirer l'attention de tous ceux qui pratiquent une activité sportive, qui encadrent ou qui participent à des formations de futurs cadres sportifs. Je sais que dans la première partie de traitement du thème nous avons été assez précis pour ne pas insister.

13La nature jusqu'à ces dernières années est entretenue indirectement par l'occupation agricole des sols. Les activités physiques aujourd'hui se pratiquent à échelle commerciale. Ce qui entraîne automatiquement la loi du grand nombre et le grand nombre entraîne nécessairement des mesures de protection et d'entretien. Or il était normal jusqu'à ce jour de considérer que la nature était gratuite et appartenait à tout un chacun. Et nous en sommes encore au stade où nous admettons de payer un parking à Grenoble, mais pas un péage sur les bords de l'Ardèche, c'est ce que je disais hier. Nous payons un guide de haute montagne pour notre sécurité, mais nous refusons de payer une randonnée qui pourtant a exigé un travail d'entretien d'un équivalent de trois emplois l'année. Pire que cela, nous ne supportons pas qu'un agriculteur nous refuse le passage d'un VTT sur ses terres et lui ne sait pas encore ce qu'il pourrait tirer comme bénéfice de ce passage régulier et organisé par la vente éventuellement de ses produits. Mais qui le lui aura appris ?

14La prise de conscience et la connaissance de l’organisation et de l'entretien des espaces, de leur coût, doit faire partie de la formation fondamentale que tous les jeunes reçoivent dans les collèges et lycées quand les professeurs de gymnastique les préparent à leur future activité. Evidemment, on n'a pas besoin d'une formation spécifique. Pour exemple, dans les nouvelles formations, à côté du diplôme d'escalade, nous ajoutons une formation à la réhabilitation du patrimoine ancien. Ainsi, les animateurs sportifs qui encadrent l'été, peuvent travailler l'hiver auprès des entreprises, dans les travaux acrobatiques dangereux. Ce qui leur permet d'avoir des emplois sur place, et donc de pouvoir se maintenir au pays, ce qui est très important.

15Que faut-il enseigner encore ? Les conditions de respect d'un site et de son propriétaire et les règles foncières élémentaires, les mécanismes de gestion, la responsabilité des collectivités locales, ou peut-être simplement l'étude de la sociologie d'un milieu au travers d'une analyse d'un paysage. J'aime à dire, de l'enseignement à l'école, étant professeur de gym défroqué, que ce sont les professeurs d'Éducation Physique et Sportive qui eux les premiers, dans ce ministère, ont mis sur pied cette fameuse pédagogie de l'étude du milieu par l'analyse des paysages qui, à partir de l’analyse d'un paysage explique aux élèves les tenants et aboutissants de l'organisation de la vie sociale. Et puis, peut-être, et nous n'en avons pas parlé, un jour aurons-nous une télévision assez éducative qui interrompra son film de 20 heures 30 pour passer une publicité sur la façon d'entretenir le Parc des Ecrins ou la manière de respecter un chemin de grande randonnée. Ce qui se fait au Québec, soit dit en passant. Mais à côté de cela et pour en finir, nous sommes confrontés aussi à cet autre problème, qu'il faut poser sérieusement, qui est celui de l'inadéquation entre une clientèle de masse et donc de niveau technique et les règles d'encadrement imposée par la Jeunesse et les Sports, et par conséquent à l'utilisation des Brevets d'Etat dont vous avez parlé précédemment.

16Les entreprises qui vendent de l'activité sportive correctement encadrée, c'est-à-dire en respectant les règles d'utilisation du Brevet d'Etat, ont toutes des difficultés à survivre. Celles qui fraudent et contournent la règle s'en sortent mieux. Plutôt que de contraindre à la fraude, n'y aurait-il pas un moyen d'adapter ses formations aux besoins réels de la clientèle concernée ? La Jeunesse et Sports a effectivement déjà avancé des solutions dont mes collègues vous parleront. Je n'en dis pas plus.

17La multitude des vacanciers n'a pas besoin d'être encadrée par des animateurs titulaires d'un Brevet d'Etat. Ce qui ne veut pas dire que les Brevets d'Etat n'ont pas leur rôle. Mais on en arrive à une situation complètement aberrante où ce sont les associations Loi 1901 qui, elles, paient moins de charges, qui, elles, peuvent employer des C.E.S., qui, elles, peuvent employer des objecteurs de conscience, bref qui accaparent le marché et qui indirectement font couler ce marché. Il y a là un sujet de réflexion transversale entre commerçants de loisirs, du tourisme, monde sportif et monde de la formation sportive, qu'il ne serait pas trop tard d'appréhender.

18Voilà, c'est sur ces grands points de réflexion concernant le monde sportif que nous avons abouti et que nous allons continuer à travailler au sein de cette mission. Merci de votre aimable attention.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search