Version classiqueVersion mobile

Sports et environnement

 | 
Jean-Paul Callède

Thème 5 - "Sportifs formateurs ?"

Table ronde sur les aspects pédagogiques

Michel Baggioni

Texte intégral

PRÉSENTATION

Michel Baggioni,

Professeur à l'UFRAPS de l'Université Joseph-Fourier (Grenoble)

1Le thème de la formation a été abordé précédemment sous l'angle des disciplines scientifiques. La présente table ronde doit nous permettre d'approfondir les aspects pédagogiques. Je remercie toutes les personnes qui se trouvent en tribune. Je vais vous les présenter rapidement.

  • Gérard Vieux, technicien du vol libre, qui travaille actuellement à la Fédération Française de Vol Libre sur les problèmes de liaison de la pratique du vol libre avec le Parc de la Chartreuse, en voie de formation.
  • Le Colonel Peeters, adjoint opérationnel au Général Meyer - 27ème Division Alpine,
  • Alain Navarro, professeur d'EPS, chargé de la formation aux métiers de la montagne au lycée de la Mure,
  • André Gontier, enseignant d'EPS, un des acteurs de la vie des Gorges de l'Ardèche, et vice-président de l'association Chantiers Animation Rhône-Alpes,
  • Denys Termier, formateur aux Métiers Sportifs de la Montagne au Centre AFRAT à Autrans,
  • Denis Cheminade, adjoint de Pierre Guichard au Développement et à la Centralistion - C.N.O.S.F.
  • François Bocquet chargé de mission Service Développement Parc Naturel Régional du Vercors, chargé des problèmes techniques et de liaison avec la formation,
  • Serge Barnel, gérant de la Société "20.000 lieues sous la poudre" à Grenoble.
  • Marie-Jo Gazel, Chef de mission interministérielle au Ministère de l'Agriculture.

2Je vais donner de suite la parole à Marie-Jo Gazel pour l'exposé qui va lancer le débat. Auparavant, chargé de cette table ronde orientée sur la formation, je voudrais vous faire part d'un souci personnel. J'ai été athlète d'un certain niveau, puis enseignant, en permanence dans des milieux formateurs, c'est-à-dire en permanence formateur de formateurs, et ma préoccupation en tant qu'athlète a toujours été le sport pour le sport. Le sommet de ma carrière correspondait à une époque où les problèmes d'environnement n'existaient pas. Par la suite, les problèmes d'environnement ne m'ont jamais directement touché, d'autant plus qu'au cours de ma carrière d'enseignant, par la suite, j'ai eu non pas à former des enseignants stricto sensu, mais à préparer des gens à des concours. En effet, la réalité actuelle de la formation des enseignants en U.F.R. des Activités Physiques et Sportives, c'est d'abord préparer des gens à un concours, puis à une place de fonctionnnaire à vie pour dix candidats qui se présentent.

3Les problèmes d'écologie ne faisaient pas partie de la formation. Je suis de ceux qui négligeaient sciemment les problèmes d'écologie et d'environnement, alors que je sais qu'ils existent, au profit de la stricte performance. Alors, j'ai un peu honte et un peu de mal, cet après-midi, à me replonger dans des problèmes de contenu qui me dépassent, bien évidemment, et j’en découvre pourtant toutes les facettes.

4Je voudrais aussi ajouter ceci. On a parlé précédemment de connaissances, d’éducation liée à l'environnement. On a pu citer le bateau. Les gens du bateau ont livré une facette des problèmes d'environnement. Les gens de la montagne en ont donné une autre, les skieurs alpins notamment. Je suppose que les alpinistes ou les gens du rocher donneront également une autre facette. Moi qui suis un fana du bateau, je peux aussi parler d'une forme de protection de l'environnement. Ceux de l'équitation vraisemblablement auront à donner leur point de vue, ceux du vol à voile de même, etc. Si l'on s'en tient à ce raisonnement, on risque de tomber dans la perplexité. Je me pose la question suivante : le vacancier moyen que je suis, qui au cours de ses congés peut pratiquer plusieurs activités, combien de cours doit-il suivre pour maîtriser l'environnement de ses différentes activités ? C'est sur cette note pessimiste, sur le chemin qui me reste à faire pour passer des vacances intelligentes et écologiques, que je cède la parole à mon amie Marie-Jo Gazel.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search