Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sports et environnement

 | 
Jean-Paul Callède

Thème 5 - "Sportifs formateurs ?"

Débats

Bernard Pouyet, Jean-Pierre Mounet, Denis Fumex, Claude Labrousse, Marie-José Gazel, André Camilli, Panayotis Foster, François Valla, Michel Baggioni, Charles-Noël Berrehouc, Denis Cheminade, Claude Dengreville, Serge Barnel, André Gontier, Alain Navarro et Andrée Delmas

Texte intégral

Bernard Pouyet

1Je remercie les deux orateurs pour leurs exposés particulièrement stimulants.

2Les propos qui ont été formulés — soit clairement, soit implicitement — laissent entendre que "parmi les formateurs susceptibles de développer la pédagogie de l'environnement, les sportifs sont des vecteurs, des acteurs privilégiés". Face à cette affirmation, tout le monde semble parfaitement d'accord. Ce qui fait probablement qu'on ne la discute même pas.

3Alors, je voudrais peut-être lancer le débat en disant : "Est-ce que cette affirmation est évidente ?" "Les sportifs ont-ils autre chose à faire ?" "Est-ce que les formateurs sportifs ont envie d'être des éducateurs de l'environnement ?" Ou est-ce que, à force de les charger de toutes les pédagogies qui ne sont pas développées ailleurs, ils ne se trouvent dans une situation où, nécessairement, ils ne peuvent pas faire face aux responsabilités qu'on leur donne ?"

Jean-Pierre Mounet,

Professeur à l'UFRAPS de Grenoble

4Je me demande si les sportifs ont les moyens de faire cela. Formuler une analyse de l'environnement est quelque chose d'extrêmement complexe. Il faut une formation spécifique qui n'est absolument pas prise en compte actuellement dans toutes les formations sportives. Est-ce que, réellement, on va donner aux sportifs les moyens de le faire, avec tout ce que cela comporte comme obligation d'apprentissage ? Est-ce que dans la formation sportive, on peut aménager une formation à l'environnement, de type scientifique ? Cela me semble vraiment difficile.

Denis Fumex,

Grenoble Université Club

5Si on attend d'avoir la formation scientifique suffisante, si l’on attend d'avoir les moyens pour faire cet effort vis-à-vis de nos sportifs, on risque de ne jamais les avoir. En tant qu'entraîneur, homme de terrain, de la montagne, en contact avec des jeunes, je peux vous dire que c'est une de mes préoccupations, comme c'est d'ailleurs celle de tous les sportifs qui fréquentent le milieu montagnard. Nous faisons cet effort auprès de nos jeunes et des sportifs qui sont sensibilisés au problème de l'environnement.

Claude Labrousse,

Grenoble Université Club

6En ce qui concerne les éducateurs sportifs et les sportifs, tout dépend de ce que l'on appelle "sport". Que désigne-t-on sous cette étiquette ? Ce qui pose problème, et qui nous intéresse ici, c'est la grande masse des pratiquants d'activités sportives non encadrés. L'encadrement sportif de nos clubs est sensibilisé à cette question, dans la plupart des cas, et en particulier pour celui de la montagne. Par contre, ce qui est mis en cause, me semble-t-il, de façon beaucoup plus grave, c’est la pratique libre de tout un chacun qui a été multipliée par 30 ou 40 depuis une dizaine d'années.

Marie-Jo Gazel,

Chef de Mission au Ministère de l'Agriculture

7Pour ma part, je pense que les sportifs ne sont pas les mieux placés. Au moment où ils sont cadres sportifs, ils paraissent narcissiques, trop centrés sur eux-mêmes, sur la performance, sur la compétition. J'aimerais constater que ce sont par exemple les grimpeurs, que l'on voit sur les falaises, qui sont les plus préoccupés par les questions d'environnement et qui détiennent mieux que les autres le message. Je crois que les sportifs ne sont pas le meilleur véhicule, actuellement, pour une sensibilisation aux interrogations que nous formulons.

André Camilli,

Directeur de l'E.S.C. de Lyon, A.S.U.Lyon

8On a vu que les sportifs de haut niveau, qui sont à peu près 3 000 en France, ne polluaient pas. De plus, non seulement ils sont peu nombreux mais ils sont sur des sites restreints. Par contre, le sport de masse, de tout le monde, les sports de loisirs intéressent des gens qui sont de véritables pollueurs. La responsabilité des sportifs, ou plutôt des fédérations, est d'éduquer les adeptes de ce loisir qui génère des ressources conséquentes, et qui conduit souvent à ne pas se préoccuper de l'environnement. Citons un exemple : la Fédération Française de Ski a intérêt à vendre le plus possible de cartes-neige pour justifier d'un plus grand nombre de licences... Ne l'oublions pas. Et pose-t-on les véritables questions ?

Panayotis Foster

9Peut-être me suis-je mal exprimé. Notre problème n'est pas de dire que le sportif doit faire de la formation, mais de dire, en tant que formateur universitaire, que notre monde doit changer. Chacun doit donc faire un effort, y compris le sportif. Il a le privilège de pouvoir faire passer un message, pas plus. Je dis que lorsque l'on fait une formation de professeur de gymnastique, on aborde la biologie, la physiologie, la biomécanique, une multitude de disciplines. Pourquoi pas ce que j'appellerai l'écologie appliquée ? Elle devrait faire partie de la formation d'enseignant. Actuellement un professeur formé dans un système CAPEPS ou autre n'est pas formé à l'environnement. Par sa propre volonté, il devra faire alors un D.E.A. environnemental, un D.E.S.S., etc. (...) Il en va de même pour l'ingénieur, le médecin... Ainsi, chacun pourra apporter sa contribution. Mais il s'agit d'une démarche volontariste. Je regrette simplement que le thème dont nous débattons ne soit pas intégré plus tôt dans un cursus initial.

10Il est clair pour le moment que l’on ne peut pas attaquer les sportifs. Nous faisons de la prospective. Nous pensons qu'un professeur, quelle que soit sa discipline d'enseignement, peut fort bien donner quelques règles sur l'environnement. Autre exemple : je connais Haroun Tazieff avec qui j'ai travaillé sur les volcans. Lors d'une campagne de sensibilisation, en 1980, il a fait venir 1 000 à 1 800 enfants pour leur parler des volcans et de l'environnement. Il a dit à ces enfants : "vos parents sont « dégueulasses », ils jettent les papiers par la fenêtre de leurs voitures. Montrez leur que vous êtes sérieux. Vous allez ramasser, demain, à sept heures du matin, les détritus dans la ville et les mettre dans un coin du terrain de sport". 38 tonnes de détritus ont été stockées le lendemain midi. Les enfants ont tous répondu présent. Haroun Tazieff n'est pas quelqu'un qui passe facilement ce type de message. L'admiration des enfants pour ce personnage a également joué. Mais je pense qu'un instituteur, par exemple, qui a en charge la formation des enfants est capable de faire passer un message.

11Ce que je souhaite, entre autres choses, c'est qu'en l'an 2050, nos enfants puissent respirer convenablement, sans masque.

François Valla

12Je voulais dire un peu la même chose que P. Foster. Eduquer peut se concevoir sous deux aspects assez différents et complémentaires. C'est à la fois faire un cours et expliquer, c'est aussi être un exemple. C'est là que le sportif de haut niveau ou d'un certain niveau va avoir un rôle à jouer : il sera pour beaucoup un "homme phare". Il sera pour les jeunes un exemple qu'ils aspirent à atteindre. En montagne, ces hommes phares ont été Terray, Rebuffat ou Demaison. Si on avait vu dans un film le grand Walter Bonatti jeter une boîte de conserve depuis son bivouac, ce geste symbolique aurait été lourd de signification : c'eût été un manque de respect total envers la montagne par celui-là même qui incarnait aux yeux des jeunes les plus hautes valeurs de ce milieu, de la nature sauvage et pure. L'attitude ce ces exemples face à l'environnement induit automatiquement pour tous ces jeunes qui les admirent et les sacralisent un comportement fondamental. On imite ceux que l'on admire.

Bernard Pouyet

13Je remarque au passage que lorsque vous choisissez des sportifs de haut niveau qui doivent être des exemples pour la jeunesse, vous les choisissez du côté de la montagne, de l'alpinisme, etc., mais vous ne parlez pas de ceux qui conduisent des Formules 1...

14Peut-on dire un mot, très rapidement, sur la formation dans les UFRAPS et aussi sur la relation UFRAPS/IUFM ? Est-ce qu'il y en a une ?

Jean-Pierre Mounet,

UFRAPS Grenoble

15Pour moi, le mouvement sportif a toujours véhiculé un respect de l'environnement, cela ne fait pas l'ombre d'un doute. Que ce respect de l'environnement soit efficace, j'en doute fortement.

16(...)

17Je termine actuellement une étude sur les rivières où j'ai interrogé pas mal de moniteurs, et je me suis rendu compte que, surtout en rivière, il y a une très forte idéologie du respect de l'environnement, de protection et de la gestion de l'environnement. Mais lorsqu'on les interroge, d'une part les moniteurs ne connaissent pas le fonctionnement d'une rivière d'un point de vue biologique. Et comment diable peuvent-ils prétendre la respecter ? Ce n'est pas possible. Deuxièmement, lorsqu'on leur dit : "Pour vous, c'est quoi, gérer une rivière ?" Ils répondent : "c’est la nettoyer ". Et ce sont les meilleurs du point de vue de cette idéologie. Or nettoyer une rivière de ses embâcles, c'est la transformer en milieu aseptisé où les animaux et les végétaux ne trouvent pas du tout leur compte. C'est aussi couper la végétation. Or lorsqu'on observe tel animal, on se rend compte que chaque fois qu'on lui ôte les branches basses qui sont au bord de l'eau, et qui — nous — gênent, il est très mal à l'aise et n'arrive pas à supporter la fréquentation des groupes de sportifs. En revanche, si on lui laisse ces branches basses, il va supporter pas mal de groupes d'eau vive qui passent, simplement en se cachant parce qu'il se sent complètement protégé. Pour les poissons, c'est pareil. De même que — et je reviendrai sur ce que j'ai dit mardi — lorsqu'on utilise une rivière à fond, c'est-à-dire en s'arrêtant dans toutes les configurations, ce qui est probablement un but de la pratique sportive, on crée un impact maximum. Et je pense que les "experts" sont ceux qui utilisent le plus l'environnement, et qui font peser la plus forte charge sur l'environnement. Il n'en est pas du tout de même de la pratique de loisir, de bas niveau, qui se cantonne dans certains points de fixation, et cela me semble dans ce cas tout à fait satisfaisant.

Michel Baggioni,

UFRAPS de Grenoble

18Quelques éléments de réponse à la question proposée par Bernard Pouyet. Il n'y a, à proprement parler, d'enseignement d'écologie à l'UFRAPS de Grenoble, si ce n'est par des touches tout à fait ponctuelles sur quelques secteurs, notammment la neige. Les gens que nous formons pour les métiers de la neige reçoivent une formation neige, très succincte, sur toutes les caractéristiques de la neige en vue d'une utilisation de ce milieu glissant pour la meilleure performance possible, mais absolument pas en ce qui concerne la conservation de la neige et sa réalité appréhendée en termes d'environnement. Pour ma part, je gère une partie du ski de fond, maintenant, et j'enseigne aux étudiants comment utiliser les pistes pour qu'ils aillent le plus vite possible. C'est un enseignement sportif. Mais je ne sais pas comment je vais pouvoir conserver la neige, ce qui m'a d'ailleurs posé beaucoup de problèmes dans ces dernières années. De fait, mon enseignement a fondu de même.

19En ce qui concerne les relations avec l'I.U.F.M., elles sont ce que les concours de la Fonction Publique imposent. Car l'I.U.F.M., ne l'oublions pas, comporte le terme de formation, mais c'est en fait une cellule de bachotage en vue de la réussite au concours de professeur des écoles maintenant, ou des lycées et collèges comme dans le passé le faisaient les I.P.E.S. Je ne crois pas qu'il y ait un concours de C.A.P.E.P.S. ou de professeur d'école qui comporte une épreuve d'écologie ou de connaissance de l'environnement.

Un technicien du Parc du Vercors

20Je peux donner quelques informations sur la formation des maîtres de l'Académie de Grenoble pour développer l'éducation en environnement, en deuxième année. La première année est une année de préparation de concours tandis que la deuxième année est une année où l'on peut se permettre un certain nombre d'écarts. Il se trouve que l'Académie de Grenoble est la seule académie en France à avoir rendu obligatoire un module de 30 heures de préparation à l'éducation en environnement pour l'ensemble de ses enseignants. Ce module est particulièrement développé à l'I.U.F.M. de Chambéry et à l'I.U.F.M. de Grenoble, et je répète que c'est la seule académie en France où cela se passe. Ailleurs ce sont au mieux des enseignements optionnels.

21Je voudrais donc un peu corriger ce que j'ai entendu. La formation, l'éducation, la sensibilisation à l'environnement sont des points sur lesquels on travaille et des actions auxquelles on participe en tant que Parc ; c'est-à-dire qu'il y a une collaboration Parc Naturel et I.U.F.M. au niveau national, avec un séminaire qui s'est tenu au mois de mai à Gresse-en-Vercors, pendant quatre jours.

Charles-Noël Berrehouc,

Ministère de l'Environnement

22Je voulais simplement témoigner des dernières années qui viennent de s'écouler, avec les contacts que nous avons avec l'Ecole Nationale de Ski et d'Alpinisme de Chamonix. C'est simple. Il y a une dizaine d'années, il n'était absolument pas question de parler d'environnement à l'I.N.S.A. On formait des moniteurs et des guides de montagne, et ce chapitre était totalement délaissé. On a vu une progression, une sorte de montée en puissance des interventions et, désormais, une demande s'affirme nettement. Cela m'est arrivé, avec d'autres collègues, d'essuyer les plâtres devant des stages de pisteur secouriste, de moniteur, de guide. On se faisait pratiquement tirer dessus et copieusement rire au nez, il y a dix ans. Petit à petit, cela fait partie intégrante désormais de tous les modules éducatifs de l'école. C'est très bien accepté, par l'ensemble des professeurs, et naturellement par les bénéficiaires.

Denis Cheminade,

C.N.O.S.F.

23Je voudrais reprendre les interpellations qui sont formulées à l'adresse du mouvement sportif. Soit on interpelle le sportif, parce que c'est un personnage médiatique qui doit pouvoir utiliser son influence, soit on l'interpelle au travers d'une institution. On devrait en parler et les fédérations devraient gérer les sportifs, bien sûr, et le loisir de masse en priorité, puisque c'est lui qui est le plus polluant, etc. (...)

24Je voudrais revenir à l'idée du départ, c'est-à-dire à celle précisant que la société doit changer. Je crois que tout le monde est d'accord pour dire que le sport doit participer à ce changement ; non seulement il le doit, mais il le peut et j'ai à l'esprit trois raisons qui me permettent d'argumenter :

  • la première, c'est que le sport, finalement, traduit une demande sociale nouvelle. Cette demande sociale nouvelle, on l'a vu ce matin, peut permettre de réhabiliter un certain nombre d'espaces. Aujourd'hui, on a un problème avec l'agriculture et on a 25 % du territoire français qui est menacé de déshérence. Peut-être que la demande sociale, en termes de loisirs, va faire que l'on va réhabiliter les champs, va faire que l'on va empêcher que la forêt envahisse tout, qu'on ait des végétations standards, etc. Je crois qu'effectivement nos pratiques, parce qu'elles répondent à une demande sociale, vont peut-être peser un peu sur un certain nombre d'objectifs d'aménagement du territoire, et faire que l'environnement, d’une manière générale, sera peut-être mieux respecté.
  • Il y a aussi un intérêt pour nos activités elles-mêmes. Nos activités de sport consomment un certain nombre de ressources, que ce soit des activités naturelles ou que ce soit des activités qui ont lieu dans des installations, des gymnases, etc. Des gymnases consomment du béton, de l'eau, des fluides ; dans le milieu nature, on va consommer de la nature. Je crois que l'on a intérêt, nous, à envisager ce que le C.I.O. appelle un développement durable, c'est à-dire une manière de consommer ces ressources de façon à ne pas handicaper l'utilisation qu'en feront les générations futures. Il faut que nous, pour nos activités, nous soyons prudents, attentifs, à l'écoute de la nature et que l'on veille à préserver le capital dont on dispose. Je pense sincèrement que les activités sportives et de loisirs peuvent au contraire augmenter le capital de la nature.
  • La troisième raison, c'est que le sport a en lui-même un certain nombre de qualités. J'ai été extrêmement frappé, notamment en travaillant avec un des responsables de l'I.N.S.A., sur les questions de pédagogie de l'environnement, de voir la démarche des gens de l'environnement. On en arrivait à un slogan qui m'avait frappé : "une approche pratique". En d’autres termes, il ne s'agit pas d'avoir une approche intellectuelle, il ne s’agit pas de savoir comment fonctionne la rivière d'une manière théorique. Il suffit de savoir ce qui est en haut, ce qui est en bas, ce qui est à la surface, ce qui est au fond, etc. Une approche positive en somme. Si on peut être concret, si on peut avoir une action positive, une approche sensible également, on est dans le vrai. Parce que, finalement, il n'y a pas de meilleure manière d'observer la nature que de faire jouer ses sens, il s'agit de voir, d'écouter, de sentir, de goûter, de toucher. Et puis une approche concrète. Il s’agit de rester très proche de la réalité et du terrain.

25Je pense que nos activités sportives sont plus formatrices qu'on ne le croit. Quand on fait de la randonnée pédestre, quand on fait une activité nautique, quand on fait une escalade, quand on fait de la montagne, finalement, prévoir le temps, c'est déjà connaître le milieu ; savoir mesurer un risque, c'est déjà avoir une connaissance du milieu. Je crois que notre devoir à nous, en tant que dirigeants, c'est de révéler aux gens qui pratiquent, un certain nombre de choses qu'ils connaissent en matière d'environnement, et qu'ils n'ont pas le sentiment de connaître, parce qu'on a l'impression que l'environnement est aussi un savoir universitaire. Je crois que, déjà, savoir ne pas déranger quelque chose, savoir s'approcher en bateau d'une grenouille sans qu'elle se sauve, c'est favorable à l'environnement. (...)

26Je crois donc qu'il y a un certain nombre de convergences que l'on pourrait plus largement utiliser. En ce qui nous concerne, je crois que l'on a trois publics prioritaires : les pratiquants, les enseignants et les dirigeants.

27Les pratiquants : les gens qui sont en action dans la nature, c'est à ce moment-là qu'il faut les organiser, les encadrer, à la fois en relation directe, à la fois en aménageant le milieu, en leur interdisant d'aller sur certains sites, parce que nous avons capacité à interdire différents sites, et on l'a fait ; parce qu'ils sont zones sensibles, naturelles, intéressantes, on considère que ce sont des réserves de nature, et nous n'y mettons pas d'activité. Je ne pense pas que les gens de la compétition aient une sensibilité d'environnement plus affirmée que les gens du loisir. Les quelques études, et il n'y en a pas beaucoup, dans ce domaine, prouvent que finalement les gens sont des citoyens, là comme ailleurs, c'est-à dire que parmi les gens qui pratiquent, il y en a qui font attention à l'environnement et d'autres pas. Notre population sportive n'a pas de sensibilité particulière à l'environnement, et c'est à nous de l'améliorer.

28Les cadres, les enseignants : cela paraît évident parce que ce sont eux qui vont transmettre cette disposition.

29Les dirigeants : je crois qu'il y a un aspect des choses qui est tout simple. Sur une manifestation sportive, économiser par exemple 25 % du papier quand on publie des résultats, peut-être est-ce aussi un apport à l'économie d'énergie et un début de sensibilisation à l'environnement. Je crois qu'il y a un certain nombre de dossiers en termes d'équipements, d'économies d'énergie sur les équipements, en termes de traitement des effluents sur un certain nombre d'installations, à travers des normes, à travers un certain nombre de choses que l'on pourrait mettre en œuvre, à travers une règlementation sportive, comme l'a fait le C.I.O. en imposant aux villes candidates aux J.O. d'avoir un dossier "environnement" associé à toute leurs demandes. Je crois que l'on pourrait avoir un effet tout à fait intéressant dans ce domaine-là, que ce n'est pas la peine de se fixer des objectifs importants, que c'est à chacun de se fixer un certain nombre d'objectifs concrets. Ce n'est pas la peine de faire des grands plans pédagogiques. C'est peut-être aussi inciter tout le monde à se fixer des objectifs concrets, précis, que l'on peut atteindre facilement et rapidement.

Bernard Pouyet

30Je voudrais que l'on revienne sur les pratiquants parce que, à vous entendre, il y a un débat qui s'amorce et qui est le suivant : les gens pratiquent en nombre, ceux qui sont dans nos fédérations, ceux qui sont "cartés", ne sont pas très nombreux. Mais l'ennui, c'est la diffusion de la pratique ; il y a les pratiquants encadrés, organisés, et il y a tous ceux qui font du loisir de temps en temps, mais ils le font toute l'année. Ceux-là, vous avez l'air de dire que vous ne les contrôlez pas, ou que les fédérations ont du mal à les contrôler, et que ce sont ces sportifs qui sont dévastateurs. Alors, comment fait-on par rapport à ce type de population qui sera de plus en plus nombreuse ? Je serais tenté de dire, à vous entendre, que le sport était si beau quand il y avait si peu de pratiquants. J'ironise, évidemment, mais à peine. J'ai aussi entendu, en tant que Président d'Université, une collègue dire que "l'Université était si belle quand il n'y avait pas d'étudiants !"

Claude Dengreville,

Professeur d’E.P.S. à Lille

31Jadis, quand les enfants, à la sortie des écoles, se faisaient renverser par une voiture, ou quand, avec leurs vélos, ils ne respectaient pas le code de la route, on faisait appel aux enseignants et aux professeurs de gymnastique pour leur apprendre les règles de savoir-vivre sur la route. Quand il y a eu le feu dans les banlieues, on fait appel aux pompiers, qui étaient eux aussi des sportifs, pour l'éteindre. Maintenant, on se rend compte que l'environnement est menacé, et on alerte les enseignants d'E.P.S. qui certes sont parfaitement conscients du problème. Je me pose une première question. A-t-on si peu envie d'avoir de l'éducation physique dans ce pays pour en modifier autant ses contenus ?

Serge Barnel,

Gérant de la Société 20 000 Lieues sous la poudre

32Je gère tout au long de l'année ces personnes qui sont justement incontrôlées ou incontrôlables, qui dévastent la nature ou qui sont suspectées de le faire. En fait, effectivement, le problème des relations du sport et de l'environnement est un problème d'activité. Je suis loueur de VTT dans le Vercors et je traite 55 000 clients par an. Cela fait beaucoup de monde avec un vélo sur les chemins, et il est vrai que si, dans ce domaine, il n'y a pas de démarche pédagogique auprès des usagers pour cette fréquentation, on va se retrouver très certainement face à des décisions qui seront plutôt de type sanctions que de type pédagogiques.

33Je crains un peu cette dégradation de l'environnement par la fréquentation que j'ai pu amener dans le Vercors, compte tenu que mon fonds de commerce principal, c'est bien sûr le nombre de clients — qui est en cause — mais c'est aussi la qualité de mon environnement. Cela va de soi que si j'ai une dégradation de mon environnement, dans les années à venir, j'aurai beaucoup moins de clients. C'est un constat : je n'ai pas de réponse plus précise. Pendant des années, on a communiqué en disant "espace nature, espace de liberté". Je me rends compte que c'est plutôt un espace de contraintes et qu'il y a un certain nombre de valeurs à recentrer. Je voudrais, par rapport aux institutions, aux partenaires sur le terrain, qu'ils n'aient pas non plus d'a priori par rapport à la qualité de travail. (...) Parce que, de toute manière, nous sommes obligés de gérer notre espace. Par contre, on se rend compte qu'il y a une certaine démission ou une non-compétence, non-connaissance des problèmes, au niveau notamment des élus qui prennent les décisions. Mais, nous, professionnels, nous sommes prêts à essayer de travailler à l'élaboration d'une démarche pédagogique. Depuis dix ans, on a toujours essayé, avec des lacunes bien sûr, qui sont propres peut-être aussi à l'information, d'associer une démarche pédagogique à notre démarche technique.

André Gontier,

Formateur conseiller-nature pour la Réserve des Gorges de l'Ardèche

Vice-Président des Chantiers Animation Rhône-Alpes

34Je voudrais enchaîner sur ce que vient de dire notre ami, le professionnel du Vercors, en lui posant une question. Dans la pratique de ses 55 000 journées VTT, combien emploie-t-il de personnel pour l'encadrement et quel type de personnel ?

Serge Barnel

35Le vrai problème est effectivement au niveau de la compétence des gens qui sont amenés à encadrer les clients. Je n'entrerai pas dans un discours d'auto-satisfaction, mais je ne suis pas mécontent de la prestation que je délivre à mes clients, et c'est auprès d'une clientèle exigeante que l'on peut évoluer. Il y a effectivement un réel problème de formation qui existe au niveau des encadrements, de tous ces cadres qui sont formés dans des activités physiques de pleine nature. Il est effectivement frappant de constater les lacunes de ces personnels parce qu'ils n'ont aucune connaissance du milieu. Il faut savoir que j'interviens dans les contenus de formation pour les brevets d'Etat qui sont délivrés au niveau du vélo tout terrain. Constat tout à fait gratuit et qui n'engage que moi ! J'ai l'impression que c'est une formation qui a été mise en place plutôt pour satisfaire un vide abstrait, administratif peut-être, mais qui ne me satisfait pas, parce que les personnes qui arriveraient chez moi pour encadrer avec cette seule référence n'auraient pas la connaissance suffisante du milieu pour pouvoir prendre en charge les clients dans de bonnes conditions de sécurité. C'est vrai qu'il y a un grand vide et il faut que l’on se mette tous au travail pour boucher ce vide. Malheureusement, on vit dans une logique économique. Pour moi, quand je fais appel à du personnel, c'est forcément du personnel saisonnier, ce sont donc généralement des gens divers, qui travaillent deux mois dans un milieu et vont ailleurs ensuite. Vous connaissez cette réalité. Le tissu professionnel est donc extrêmement pauvre. Les formations que l'on peut délivrer sont plus d'opportunité que réelles. Il m'est très difficile de trouver des gens qui puissent encadrer ma clientèle dans de bonnes conditions parce qu'ils n'ont pas une connaissance assez grande du milieu. Par contre, au niveau de la clientèle, on se rend compte qu'elle est tout à fait passionnée pour la découverte du milieu.

Alain Navarro,

Professeur d'EPS et responsable de la formation aux métiers de Montagne au Lycée de la Mure

36Je voudrais répondre à l'une de nos collègues qui disait être inquiète car il lui semblait qu'on allait bouleverser les contenus de formation si on lui demandait de faire un peu d'écologie dans ses cours. Je suis sur ce point d'accord avec elle. Nos attributions en heures sont déjà limitées et nous n'avons pas à en modifier les contenus. Par contre, il est dans nos attributions et de notre responsabilité, d'éduquer les élèves aux règles élémentaires de savoir-vivre, si celles-ci sont outrepassées dans nos cours.

37En ce qui me concerne, je suis enseignant dans une structure un peu spécifique puisque nous formons des élèves au brevet d'Etat de Ski Alpin. J'aimerais dire, comme Denis Fumex précédemment, que notre action se situe surtout au niveau de la sensibilisation et non au niveau de l'éducation. "Eduquer", c'est quoi ? Pour moi, c'est donner la possibilité à des élèves de restituer des connaissances acquises. Je pense que nous n'en sommes pas à ce niveau-là par manque de moyens. Par contre, au niveau de la sensibilisation, par les activités de pleine nature que nous pratiquons avec eux, je pense que nous avons une action positive.

Bernard Pouyet

38Je vais poser une question qui est révélatrice de nos opinions sur ce point particulier. Nous sommes partis des éducateurs, des instituteurs, des enseignants, etc. Dès que l'on touche aux activités physiques, de plein air, de pleine nature, également, on voit apparaître un certain nombre de métiers, même si ce sont des métiers fortement saisonniers, précaires.

39J'ai donc envie de poser les questions suivantes : "Est-ce que le milieu sportif, et notamment le milieu sportif des activités de loisirs et de plein nature, est suffisamment organisé ? Est-ce qu'il travaille suffisamment sur la nature des emplois qu'il offre, leur quantité et la formation que requièrent ces emplois ?

André Camilli

40Je suis responsable des sports à l'Ecole Supérieure de Commerce de Lyon et dirigeant en gymnastique. Je m'occupe beaucoup de formation. Je crois que c'est un véritable problème. Les sportifs de haut niveau, c'est vrai, peuvent avoir valeur d'exemples et sont susceptibles de "vendre" de l’écologie, sous forme de spot publicitaire. C'est très important. Mais la sensibilisation à l'environnement passera plus par les enseignants et les éducateurs des fédérations que par les sportifs de haut niveau, d'une manière très médiatique ou sur un plan publicitaire.

41(...)

42Que se passe-t-il actuellement avec les brevets d'Etat ? C'est très simple. Une fédération ou un club qui veut embaucher des titulaires de brevets d'Etat, les embauche théoriquement pour faire du sport de haut niveau. Or on s'aperçoit qu'on peut les utiliser en sport de haut niveau sur une très petite partie de leur temps ; tout le reste, c'est pour du sport loisir. Alors, quand vous regardez la formation des brevets d'Etat, vous vous apercevez que 80 à 90 % de leur formation permet de faire un travail de performance à l'intérieur des clubs. Ce qui fait qu'il y a effectivement un décalage entre l'offre et la demande. Les clubs demandent plutôt des éducateurs pour faire du sport loisir parce qu'ils ont besoin de ressources, au même titre que les gens qui font du VTT, et ceux qui passent des brevets d'Etat voudraient faire de la performance. Le Ministère, je crois aussi, doit évalué peut-être ses fédérations sur d'autres critères que la performance.

Marie-Jo Gazel

43Un comité inter-ministériel s'est effectivement préoccupé de répondre à cette question.

Andrée Delmas,

Directrice du Service des Sports de l'Université Joseph-Fourier (Grenoble)

44Une remarque : toutes les structures s'affrontent ou ont l'air de s'affronter, tout en disant qu'effectivement il faut travailler ensemble. Je crois que la solution passe par le système éducatif en premier, mais aussi par toutes ces structures-là. Alors, arrêtons de dire : "c'est la faute du voisin", arrêtons de dire : "moi, j'ai la bonne solution". Je pense qu'effectivement quelque chose doit changer dans les mentalités, et même au sein de notre propre profession. Essayons de travailler ensemble sur des objectifs transversaux communs à toutes nos structures.

Denis Fumex

45Je suis technicien de la neige. J'ai fait de nombreux stages sur le Glacier de Sarennes à l'Alpe-d ‘Huez. Sur ce glacier, un téléski est implanté et une piste d'entraînement de part et d'autre de ce téléski. On skiait à l'automne. A l'automne, lorsque le G.U.C. s'entraînait, il était absolument seul sur le Glacier, et lorsqu'on arrivait en fin d'été, on retrouvait un glacier qui était plutôt noir et assez raviné. Le fait de skier et de déraper sur nos deux pistes, rendait la neige blanche et elle restait blanche, apparemment en bon état, pendant qu'on skiait. Si par hasard, on s'absentait une semaine, on retrouvait nos pistes qui commençaient à se raviner et on avait l'air de les régénérer pendant la semaine où on y skiait. Voici ma double question : est-ce que le fait d'emmener les skieurs sur les glaciers pour skier pendant deux mois l'été, détériore le glacier, par l'action physique des skieurs ? Ou ceux-ci contribuent-il à un meilleur maintien de la neige ?

François Valla

46Il se trouve que je travaille sur le Glacier de Sarennes depuis vingt ans. Son épaisseur atteint soixante mètres de glace par endroits. Toutes les trois semaines, en été, je mesure le bilan de masse du glacier. Très souvent on me demande si skier sur un glacier, ou même sur de la neige, accélère la fonte ou la ralentit. Des facteurs entrent en jeu mais on peut dire qu'en général le fait de skier tasse la neige, donc diminue son épaisseur. La neige se densifie et finalement la fonte se ralentit, malgré l'érosion mécanique provoquée par le ski. Aussi, on voit en fin de saison des pistes où il y a encore de la neige alors qu'en forêt, la neige a disparu.

47Sur le sol, vous avez la terre elle-même qui n'est pas gelée à cause du flux géothermique qui est la fuite thermique de la terre et qui amène des calories réchauffant la base du manteau neigeux. Si vous prenez un thermomètre, en début de saison, vous allez observer que, novembre ayant été très froid, la température de la surface du sol est par exemple de -2°. Un mois plus tard, vous vous apercevez que cette température est à + 1°. En effet, les calories apportées par le flux géothermique ont réchauffé la couche de terre qui était gelée à -2°, puis ont servi à fondre de la neige, car la neige ne peut pas élever la température au-delà de 0°, d'où la couche de neige humide à 0°, à la base du manteau neigeux.

48Sur le glacier, vous n'allez pas avoir tout à fait le même phénomène parce que le flux géothermique est déjà bloqué à la base du glacier. C'est pour cela, par exemple, que le glacier va libérer en plein hiver, et pendant tout l'hiver, quelques litres d'eau par seconde, correspondant à la surface de glace soumise au flux géothermique, quelle que soit la température extérieure.

49Ainsi, la couche de neige sur laquelle vous skiez va subir à la fois l'érosion de vos skis et le tassement provoqué par votre passage. L'expérience montre que sur le glacier de Sarennes, la neige de la partie skiée dure un peu plus longtemps, une semaine de plus, que la neige naturelle. On peut dire que le ski a tendance à préserver un peu la neige, contrairement à ce que l'érosion mécanique pourrait nous faire croire.

Auteurs

Grenoble Université Club

Directeur de l'E.S.C. de Lyon, A.S.U Lyon

Formateur conseiller-nature pour la Réserve des Gorges de l'Ardèche, Vice-Président des Chantiers Animation Rhône-Alpes

Professeur d'EPS et responsable de la formation aux métiers de Montagne au Lycée de la Mure

Directrice du Service des Sports de l'Université Joseph-Fourier (Grenoble)

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540