Version classiqueVersion mobile

Sports et environnement

 | 
Jean-Paul Callède

Thème 5 - "Sportifs formateurs ?"

Inventer une règle de conduite

François Valla

Texte intégral

François Valla,

Ingénieur au Département Nivologie du CEMAGREF

1J'ai été passionné par tout ce que vient de dire M. Panayotis Foster. J'avais l'impression d'être un observateur dans un vaisseau cosmique qui voyait la Terre de loin. Et ce n'est pas du tout la position que j'ai habituellement, puique je serai beaucoup plus près du terrain, et principalement en terrain de montagne. L'expérience que je peux apporter est celle d'un physicien qui, par passion pour l'alpinisme et la haute montagne, a complètement bifurqué pour travailler dans un organisme de recherche qui s'occupe de la neige, de l'avalanche et des glaciers : le CEMAGREF.

2Depuis vingt ans, ont été développés des programmes de recherche pour progresser dans la connaissance de ce matériau un peu subtil et mystérieux qu'est la neige. Pourquoi, de temps en temps, devient-il instable ? Et pourquoi peut-il provoquer des accidents ? Voilà quelques unes des questions qui nous ont préoccupés. Après vingt-cinq ans d'études dans ce domaine, les scientifiques se rendent compte qu'il y a un savoir à transmettre aux pédagogues, c'est-à-dire à tous ceux qui, en montagne, vont avoir à transmettre leur expérience aux utilisateurs. Dans cette optique, depuis déjà plus de quinze ans, nous avons monté des stages pour former les agents des Parcs Nationaux ou des services de l'O.N.F., des stages enseignant la sécurité en montagne. Dans ces stages, on arrive à faire passer un certain nombre de notions sur l'environnement, non pas dans le sens que Foster a présenté, mais dans un sens beaucoup plus terre à terre. C'est de notre terrain de jeux dont il est question et il faut savoir comment faire pour ne pas le détériorer quand on l'aménage, sans amoindrir sa richesse. On s'aperçoit que finalement il existe des problèmes de seuil : tel aménagement peut supporter x personnes sans aucun dommage, il absorbera les pollutions de ces x personnes, mais pour 200, il sera totalement saturé et peu à peu se détruira. Prenez une rivière où 30 personnes font leurs besoins naturels. Il n'y a pas de problème. Par contre, si vous avez 3 000 personnes, dans les Gorges de l'Ardèche, la pollution n'est plus du tout absorbée par le milieu. Il faut bien trouver des solutions. Bien sûr, c’est sans doute par une certaine forme d'éducation que l'on va arriver à sensibiliser les gens pour qu'ils se prennent plus en charge et adoptent des comportements plus responsables. Ce n'est pas parce que ces gens-là sont plus intelligents, mais parce qu'ils ont été éclairés, qu'ils seront efficaces à ce niveau. Ils auront pris conscience de certains problèmes qui, répétons-le, ne génèrent aucune gêne à une toute petite échelle — cinq personnes, par exemple — mais deviennent catastrophiques une fois franchi un certain seuil. Pour un beaucoup plus grand nombre, on met en danger finalement ce que j'appelle "notre terrain de jeux", c'est-à-dire cette portion de nature que se partagent de nombreux sportifs. Et ils tiennent énormément à ce terrain de jeux qui, une fois détérioré, tue le plaisir et fait qu'il n'y a plus de jeux possibles. On peut sensibiliser le public à ces problèmes de détérioration de notre environnement.

3J'ai amené un document vidéo pour montrer comment, à l'occasion par exemple du SAM 92, le CEMAGREF a été conduit à établir des petits documents pédagogiques jouant le rôle d'introductions à des tables rondes pour le Salon de l'Aménagement de la Montagne qui, l'année dernière, s'est préoccupé de ces problèmes d'environnement.

4Le document que nous allons voir concerne ce qu'on appelle le "génie écologique", c'est-à-dire l'art de repeindre en vert la nature dégradée, de remettre en état et de réengazonner les pistes de ski. On s'aperçoit qu'il y a depuis quelques années toute une réflexion qui est menée sur ce sujet. Elle est intéressante parce qu'elle fait intervenir des organismes de recherche qui collaborent avec des industriels, et finalement ces collaborations aboutissent à un résultat concret : les gestionnaires de la portion de nature concernée intègrent dans leur budget, dès le départ, une remise en état des zones dégradées. Et cela est fondamental. Une seconde table ronde du SAM 92 concernait la faune et la flore, un deuxième module présentait les ZNIEFF, les Zones Naturelles d'intérêt Ecologique Floristique et Faunistique. La troisième table ronde avait pour thème de réflexion les grands sites. Il est intéressant de voir qu'au siècle dernier, de grands sites naturels comme Gavarnie, Vallon-Pont-d'Arc, les Sept-Merveilles du Dauphiné, étaient déjà exploités touristiquement. Et ces grands sites généraient une économie avec un seuil de fréquentation acceptable qui ne détériorait pas le site. Il régnait une certaine harmonie. On s'est rendu compte à l'occasion d'enquêtes de fréquentation sur le Parc des Pyrénées que les responsables des parcs se réjouissaient de constater qu'ils avaient accueilli 100 000 visiteurs. Mais en même temps ils déploraient les dégradations : les sentiers étaient détériorés, les plantes carnivores avaient toutes disparu, les poubelles encombraient les sites. On voyait même des gens mettre dans les trous de marmottes leurs sacs poubelles en pensant que là, ils étaient bien cachés. Sans se douter que deux heures plus tard les marmottes avaient dégagé leur tunnel, et mis en charpie les ordures. Quelles conclusions faut-il en tirer ? De nombreux problèmes sont générés par cet excès de touristes que l'on souhaitait au départ. La table ronde a amené une réflexion intéressante sur les grands sites, et elle était très positive : en effet, on voyait que l'on était à un moment charnière où il fallait réexaminer les données des problèmes et définir les enjeux réels. On se rend compte aujourd'hui alors que la survie du site lui-même est quelque chose de fondamental. Car si le site est détérioré ou défiguré, le public s'en éloigne, et les retombées touristiques disparaissent. Pour notre terrain de jeu en montagne, en alpinisme ou en escalade, on s'aperçoit que trop de fréquentation tue le plaisir. Il fallait arriver à recréer des règles qui ne sont pas toujours très sympathiques pour l'utilisateur, mais qui sont fondamentales pour la bonne gestion du site. Actuellement, les efforts portent sur la réalisation de cet objectif.

5Dans tout développement touristique, il faut bien penser à harmoniser la fréquentation avec les possibilités d'accueil du site. Aujourd'hui, de nombreuses études sont faites pour optimiser les solutions proposées. Il faut continuer dans ce sens. Ce sont mes mots de conclusion.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search