Version classiqueVersion mobile

Sports et environnement

 | 
Jean-Paul Callède

Thème 5 - "Sportifs formateurs ?"

Enseigner l'environnement à l'échelle planétaire

Panayotis Foster

Texte intégral

Panayotis Foster

Professeur des Universités Directeur du GRECA

1Je m'appelle P. Foster, je suis professeur de chimie et je dirige, avec mon collègue Perraud, un laboratoire qui s'intitule Groupe de Recherche sur l'Environnement et la Chimie Appliquée (G.R.E.C.A.). Nous nous chargeons de faire de la recherche appliquée, d'aider les industriels et d'autres gens à gérer leurs problèmes environnementaux, les problèmes de pollution d'air et d'eau, en règle générale. Nous avons une dizaine de permanents auxquels s'ajoute une vingtaine de jeunes chercheurs, et notre finalité est de faire en sorte que ces jeunes aient une formation qui conduise à un travail dans une discipline qui est en train de s'ouvrir, celle des ingénieurs environnementalistes.

2Dans mes fonctions, je suis également responsable d'un D.E.A., Diplôme d'Etude Approfondie sur la chimie et la physico-chimie de l'environnement qui dépend de l'Université de Paris VIT et, d'autre part, d'un D.E.S.S. (Diplôme d'Etudes Supérieures Spécialisées) qui s'intitule "Expert en Maîtrise de l'Environnement Industriel", que nous venons de proposer, et qui ouvrira en octobre 1994. Ce genre de formation répond à une nécessité, précisément à une demande industrielle, et nous avons essayé d'adapter quelque chose qui irait dans le sens de ce mouvement qui vient de commencer et dont on va parler.

3Plantons le décor. Essayons de voir là où on vit. Je ne vais pas vous faire un cours de chimie, mais c'est important, car on va parler de pollution, d'environnement et ensuite de sport. Ce que j'entends par environnement, c'est notre planète. Notre planète est à peu près peuplée de six milliards d'individus. Au-dessus, nous avons au niveau de la troposphère une couche qui fait environ 10 kilomètres, qui est très importante. Au-dessus de ces 10 km, il y a la stratosphère qui est également haute de 10 km. Au-dessus de ces 20 km, il y en a encore 20 autres. Donc, à peu près 40 km, en tout, qui sont un environnement et un espace qui nous concernent. Ici, il se passe des phénomènes particuliers. Il faut savoir que la vie de notre planète dépend du soleil entre autres.

4Deux choses sont importantes. Tout d'abord, cette fameuse couche d'ozone, parce que l'on sait qu'elle nous protège des rayonnements très nocifs ; on sait qu'elle arrête les radiations de 220 nanomètres qui seraient capables de tuer pratiquement tout ce qui vit sur cette terre. Par contre, en dessous de ce qui est filtré, par un écran de 290 km, et c'est ce qui sert à nous bronzer, on arrive à vivre. Déjà, je vais faire une première constatation : s'il y avait, par l'effet de l'homme, un impact sur cette couche, on aurait probablement des problèmes importants.

5Le deuxième effet, c'est que ces six milliards d'individus mangent, dorment, vivent et, évidemment, par les besoins qu'ils ont, émettent des composés polluants. Parmi ceux-là, le C02 en est un. Il faut savoir qu'il y a à peu près 100 ans, dans les années 1870-80, le taux de C02 était de l'ordre de 270 ppm. Maintenant, nous en sommes à 370. On peut toujours dire : "est-ce que c'est l'Homme ?" Oui, on sait que c'est l'Homme. Pour l'ozone, on se pose encore plein de questions. Néanmoins, le "green house effect", donc l'effet de serre, et les questions portant sur la couche d'ozone ont été un peu une sonnette d'alarme qui a fait prendre conscience de certaines choses.

6Alors maintenant, qu’en est-il de la manière dont on vit ? L'homme produit des déchets, mais la pollution est atmosphérique et nocive au niveau de ses déchets, au niveau aussi de l'eau qu'il utilise. Et c'est un élément excessivement important. Il faut savoir — et c'est toujours étonnant de le constater — que, dans notre société, chaque homme, tous les jours, utilise entre 40 litres et 4 000 litres d'eau pour pouvoir vivre. 40 litres, c'est le bédouin du désert, et 4 000 litres, c'est l'américain, c'est l'européen avancé. Une autre estimation prend en compte que pour faire une tonne de papier, il faut utiliser 100 tonnes d'eau ; pour faire une tonne d'acier, il faut 20 tonnes d'eau. Donc, au total, on voit que sur une année, on peut utiliser pratiquement toute l'eau disponible en surface. Il faut savoir aussi que 97 ou 98 % de l'eau sur terre est salée (2 % à l'état de glace) ; donc, on travaille avec 2 ou 3 %, c'est dire que l'on peut la polluer facilement.

7Quel est donc en fait le problème environnemental fondamental ? Il y a sur cette terre des individus qui ont reçu en patrimoine une certaine nature et il n'est pas sûr, compte tenu du nombre composant cette génération, qu'on puisse restituer ce genre de chose à la fin de notre vie. Et il est temps, peut-être bien, que l'on change notre mentalité parce que l'on se rend compte maintenant, dans la mesure où la croissance est expotentielle, que des problèmes sérieux vont apparaître.

8Alors, des prises de conscience globales, il y en a pas mal. Je vais rappeler quelques dates. En 1958, les Canadiens commencent à râler parce que leurs lacs sont pollués alors qu'au Canada, il n'y a pas beaucoup d'industries. En fait, cela venait à l'époque des Etats-Unis d'Amérique du Nord, et il y avait un problème. En même temps, en Suède, il y avait également pollution. Or les Suédois ne pouvaient pas expliquer qu'ils puissent avoir des déboires de ce type, malgré leur technologie avancée. On s'est rendu compte à ce moment-là que ce qui était émis par certains pays, donc à l'échelle de l'Europe, pouvait se déplacer et venir gêner les autres. On s'est rendu compte qu'il ne s'agissait pas d'un problème ponctuel, mais qu'il fallait considérer une vaste échelle et parler un peu en termes de mondialisme sur le plan de l'environnement. Il faut savoir qu'un produit émis met environ un an pour faire le tour de la troposphère. Mais ensuite, ce produit, s'il est relativement stable, va mettre entre dix et cinquante ans pour monter tout là-haut et créer une perturbation au niveau de la couche d'ozone. Cela veut donc dire qu'il faut avoir une vue projective de ce qui risque de se produire sur des choses que l'on est en train de faire maintenant. En 1987, à Montréal, cette prise de conscience a été formulée par 85 pays sur 150, je crois, et il a été décidé, au niveau des composés chloro-fluoro-carbonés, par exemple, de faire en sorte que la production soit baissée au niveau qui était celui de 1985, et pas mal d'entreprises ont effectivement réduit leur production. Plein de choses comme celle-là ont été décidées. Depuis 1991, les composants COV (Composés Organiques Volatiles) sont taxés en Europe. Or, jusqu'à ce jour, on ne parlait pas de cela. On parlait du CO2, NO, NOx, etc... mais pas de COV. Petit à petit, on a pris en compte ces pollutions. Il y a eu une "conscientisation", pour utiliser un mot canadien qui me plaît bien. Le monde évolue, c'est une bonne chose.

9Alors, vous allez me dire : "Que viennent faire les sportifs là-dedans ?" Eh bien, c'est un peu de la "roupie de sansonnet", ce n'est pas grand-chose. Au niveau du déséquilibre de la planète, je ne pense pas que les sportifs puissent battre leur coulpe, ce n'est pas leur problème. Leur problème, c'est peut-être de parler de l'environnement. Hier, j'ai entendu quelqu'un qui disait que pour les prochains Jeux olympiques, on ferait une étude d'impact pour l'installation de la ville olympique. Il faut savoir qu'en France, par exemple, toutes les industries sont soumises à une déclaration ou autorisation et doivent remplir un dossier d'étude d'impact : c’est le dossier "installations classées". Et il y a 600 usines de plus, depuis quelques années, qui vont être sollicitées. C'est dire que peu à peu on augmente les exigences pour que ce monde puisse changer. Je crois que l'on en a conscience, mais en haut. A la base rien ne bouge. Et je voudrais en venir à l'enseignement et au sport.

10J'ai été un sportif manqué ; j'ai eu le baccalauréat en 1956, et pour entrer au C.R.E.P.S. de Voiron, il fallait avoir déjà réussi en juin. Donc, je n'ai donc pas été professeur de gym, mais professeur de faculté ! Au sujet de l'environnement, j'ai commencé à m'y intéresser sérieusement en 1968-69. Pourquoi ? C'est encore une anecdote. Dans mon laboratoire, je faisais de la chimie, et il y avait deux chercheurs qui digressaient sur un accident survenu dans le domaine de la chimie : deux ouvriers nettoyaient une barge dans laquelle on transportait des minerais, et on les avait trouvés morts. Et on ne savait pas pourquoi ils étaient morts. Ils avaient certainement respiré quelque chose de nocif et ce quelque chose était peut-être de la phosphine. A cette époque, on ne savait pas l'analyser. La phosphine, on s'en sert maintenant en électronique, c'est un produit excessivement dangereux que l'on doit gérer avec précaution. Et cela m'avait intéressé. Cela m'intriguait de savoir que, d'une manière ou d'une autre, on pouvait mourir comme cela, sans savoir ni pourquoi ni comment. C'était peut-être la radioactivité ou autre chose. On était dans l'inconnu...

11On veut faire santé-environnement, industrie-environnement, sécurité-environnement ; c'est parti, c'est la mode, ce sont les Verts qui l'ont lancée et ils se sont "plantés". Ils ont voulu faire autre chose que de s'occuper de la planète pour qu'elle soit propre. Ils ont voulu faire de la politique, cela a été dramatique et c'est bien dommage.

12Moi, je n'ai jamais voulu faire de politique, mais de l'enseignement. Et c'est pour cela qu'il m'a été donné l'occasion de vous parler aujourd'hui en tant que spécialiste de l'environnement. Je pense qu'actuellement le monde du travail est fermé et qu'il est difficile de trouver du travail. Aussi les industries qui embauchent ne peuvent-elles le faire qu'avec certaines précautions. Ainsi, si elles ont besoin d'un certain type de formation pour un ingénieur, elles essayeront de recruter un candidat à compétence la plus large possible, capable de faire un travail dans plusieurs domaines différents. C'est pour cela que le profil "double compétence" est un profil intéressant. Si un pharmacien, un médecin, un architecte complètent chacun leur formation par une autre dans le domaine social, financier, informatique ou environnemental, ils auront chacun plus de chance de trouver du travail.

13Je pense donc aux sportifs et surtout à ceux qui font leur métier de cette discipline. Il me semble qu'acquérir une compétence dans le domaine de l'écologie appliquée ne peut être que bénéfique pour tout le monde, et ces gens-là en ont les moyens et les qualités. Ces individus ont le privilège de communiquer avec les jeunes. J'aurais voulu parler aux jeunes et leur dire "l'avenir vous appartient, mais il faut faire un effort". On est ici à l’Université d'Eté et le message que je voudrais faire passer, c'est celui-là : les sportifs ont en fait un état d'esprit qui est exactement celui qui convient lorsque l'on veut s’occuper d'environnement, mais au sens noble du terme. Je ne suis pas contre le progrès. Je trouve qu'il est important qu'on avance, mais il faut qu'on avance proprement, et pour cela on va avoir certains critères, certaines règles. Et ces règles, on les apprend avec le sport.

14En fait, les gens qui font l'expérience de la formation sportive doivent avoir à peu près les mêmes qualités que ceux qui veulent s'occuper d'environnement.

15Maintenant, comment peut-on arriver à un résultat alors que, apparemment, rien n'est fait à l'avance ? Le monde dans lequel nous vivons doit changer, c'est sûr, et l'on n'a pas trouvé de solution crédible. On vient de voir des pays qui s'effondrent. Il s'avère que le système qui paraissait idyllique ne l'est pas, et le capitalisme n'est pas très sûr comme modèle non plus. Il y a autre chose et peut-être que là nous sommes des gens qui allons voir une espèce de virage. Je pense que nous tous, en tant que sportifs, devons contribuer à ce changement.

16Ainsi, ce que j'aimerais bien, c'est que, au niveau de ces fameuses universités, dans les I.U.F.M. (les Instituts Universitaires de Formation des Maîtres), il y ait des gens qui commencent à former des instituteurs avec des notions d'écologie. En effet, il faut changer les mentalités dès le plus jeune âge. Ces enseignants peuvent avoir un impact profond sur le comportement des enfants. Mais ils ne sont pas les seuls. Ceux qui enseignent l'histoire, la géographie, le sport, etc., peuvent également avoir leur message à faire passer dans le domaine de la protection de l'environnement, et c'est plutôt en ce sens que j'aimerais voir agir les formateurs. Et surtout les formateurs sportifs !

17En fait, l'action du sportif sur l’environnement n'est pas importante ni rédhibitoire. Je ne parlerai donc pas de son action sur la nature qui ne me paraît pas marquante. Par contre, tout sportif, qui dans la pratique de sa discipline ne respecte pas la nature, ne mérite pas le nom de sportif.

18Mon propos est finalement celui-ci : pensez bien que les sportifs sont des gens qui pourront faire passer au mieux le message de l'environnement en ayant, ce que j'appelle, la double compétence. Il faut que ces gens-là, alors qu'on les forme en quantitatif, alors qu'ils apprennent à être des professeurs de gymnastique, des éducateurs, etc., apprennent aussi un volet qui concerne l'environnement, et qu'ensuite ils sachent de quoi ils parlent lorsqu'ils exerceront leur métier. Tout le monde doit être impliqué. Cela doit être pareil pour le professeur de mathématiques, de physique, etc... Dans le D.E.S.S. que je suis en train de monter, il y a plus de 40 enseignants de compétences diverses, des géographes, des sociologues... Tout le monde est impliqué, et c'est cela qu'il faut voir. Ces gens vont contribuer à former des spécialistes de l'environnement, et pourtant ils sont de formation et d'origine diverses. L'instituteur, qui est la pierre de base du système, est la personne la plus importante. Il faut lui donner le maximum de moyens, de responsabilités. Notre tâche, c'est d'essayer de former ces gens-là. Il est dommage qu'à l'Université, il n'y ait pas des formations pour faire en sorte que ceci aille dans ce sens. Dans ce combat, tout le monde a sa place, les militaires parce qu'ils ont aussi une fonction d'enseignement et d'éducation, et qu'à vingt ans, on a encore des choses à apprendre.

19Je persiste à dire que l'on a voulu rapprocher, dans cette Université Sportive d'Eté, le sport et l'environnement, mais je ne pense pas que le sport soit quelque chose de dérangeant vis-à-vis de ce que, moi, j'appelle l'environnement. C'est-à-dire vis-à-vis du danger de perturber notre planète. Si on perturbe des espèces, on perturbe des écosystèmes ponctuels. Le sport, lui, ne perturbe pas le grand équilibre.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search