Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sports et environnement

 | 
Jean-Paul Callède

Thème 4 - "Sportifs constructeurs ?"

Débats

Daniel Bonzoms, Henri Viaux, Michel Clare, Claire Moynot, Hugues Lambert, Charles-Noël Berrehouc, Robert Denel et Denis Cheminade

Texte intégral

Daniel Bonzoms

1Nous allons passer au débat, mais dans un premier temps, Monsieur Viaux qui n'a pas pu intervenir au micro aura la priorité s'il le souhaite. Je signale également que monsieur Berrehouc fait circuler dans la salle un dossier qui a été réalisé par le Conseil Général de la Savoie. Il s'agit de la Charte sur le Groupe de Maurienne qui a été signée par tous les partenaires et qui reprend les objectifs qualitatifs retenus en matière d'aménagement en Savoie.

Henri Viaux,

Docteur en Droit, Président d'Honneur de la Fédération Française de Randonnée Pédestre

2Je vais enchaîner sur une anecdote qui vaut ce qu'elle vaut, mais qui est assez significative après ce que vient de dire Monsieur Lambert sur l'aménagement des autoroutes, sur les précautions que l'on prend, et surtout sur l'argent que cela coûte. J'ai écrit un jour à un Premier Ministre, je ne dirai pas lequel, alors qu'on parlait beaucoup de ce qu'allait coûter le kilomètre d'autoroute. Alors j'ai écrit au Premier Ministre — d’ailleurs il ne m'a pas répondu, il a dû me prendre pour un fou — en lui disant : faites-nous un cadeau de 100 mètres d'autoroute. Personne ne s'apercevra qu'il manque 100 mètres, et moi, avec l'équivalent de ces 100 mètres, je vais vous créer 5 ou 6 000 km de sentiers de longue randonnée qui serviront à des sportifs.

3Cette anecdote me permet d'enchaîner avec quelque chose de plus sérieux. Les 50 ou 60 000 km de grande randonnée qui existent actuellement en France n'ont à peu près rien coûté à la collectivité, car ils ont été fait par des bénévoles, en utilisant naturellement les chemins qui existaient, en essayant de ne pas les détruire. On les a même un peu améliorés dans une certaine mesure car ils étaient un peu perdus. Je parlais tout à l'heure de ce qui s'était passé en Lozère, où on a aménagé 5 ou 600 km de longue randonnée dans ce qui allait devenir le Parc des Cévennes, exclusivement avec du bénévolat. Je crois que là, il y a une déformation incroyable, et les sports d'hiver sont un exemple typique de la disproportion qui existe entre les aménagements extrêmement coûteux pour le sport de haut niveau, que je ne réprouve pas, bien au contraire, puisque cela fait partie de notre vie, par rapport à ce qui est fait pour le sport de monsieur tout le monde. Or, le sport de la montagne, que ce soit la randonnée, le VTT, l'escalade, l'alpinisme, ce sont des sports de plus en plus populaires, extrêmement peu coûteux pour les participants et pour la collectivité. Alors mettons un peu plus d'argent de la collectivité, tout au moins pour éviter, d'une part d'avoir des dégâts dont nous venons d'avoir un témoignage supplémentaire par les diapositives qui ont été montrées, et d'autre part pour une amélioration de l'aménagement, de façon à ce que chacun d'entre nous puisse pratiquer ses activités sportives. Je dis "activité sportive" intentionnellement. Il n'est pas question de compétition, il n'est pas question de record, même s’il y a des gens qui s'amusent à faire le tour du Mont-Blanc, que normalement on fait en dix jours, en dix-sept heures. Mais même l'aménagement du tour du Mont-Blanc n'a pratiquement rien coûté, sauf l’aménagement des gîtes d'étapes, mais l'aménagement des gîtes d'étape, ce sont les membres des sections du Club Alpin qui l'ont payé de leurs propres deniers.

4Alors, je fais un peu le contrepoids à ce qui vient d'être dit non seulement sur les débats écologiques, mais aussi en insistant sur l'immobilisation considérable des fonds que représentent certaines activités sportives par rapport à d'autres.

Un intervenant dans la salle

5Je voudrais poser une ou deux questions à Monsieur Berrehouc et à Monsieur Lambert. Il semblerait, d'après ce que vous nous avez montré et ce que vous avez dit, que le manteau neigeux, pour reprendre votre expression, dont on ne sait d'ailleurs pas quelle est la durée maximale, mais qui transforme complètement le paysage, est une donnée extrêmement importante qui fait qu'il y a deux paysages en montagne : le paysage d'été et le paysage d'hiver. D'où ma première question. Il semblerait qu'il y a une contradiction fondamentale et irréductible entre la qualité du paysage d'été et la qualité du paysage d'hiver. Est-ce le cas ? Deuxième question : Est-ce que vous êtes amenés à procéder à un choix entre ces deux types de paysage ? Y a-t-il une contradiction qui soit irréductible ? Etant entendu qu'il y a là deux types de fréquentation, entre ceux qui viennent à la montagne l'été et ceux qui viennent à la montagne l'hiver ? Je me cantonne au paysage, mais n'oublions le problème important des disciplines qui peuvent avoir à utiliser ou le paysage d'hiver ou le paysage d'été, et parmi lesquelles on trouve la randonnée et les randonneurs. Et permettez que je réponde à la question de Monsieur Clare en ce qui concerne la piste de bobsleigh. On a vu ce que cela coûtait et ce que cela provoquait comme nuisances. Alors, j'aimerais savoir si, au niveau du C.I.O., la discipline du bobsleigh sera maintenue éternellement, provoquant des problèmes financiers et d'environnement, et d'autant plus si l'on songe à comparer ce coût aux nombres de licenciés et de pratiquants — sans doute ridiculement limité — de cette discipline ?

Un intervenant

6Je ne crois pas qu'il y ait un choix volontaire pour dire : on ne va faire que de la saison d'hiver ou que de la saison d'été. Je crois que toutes les stations veulent rentabiliser les infrastructures en été comme en hiver. Si elles ne le font pas, c'est qu'elles n'ont peut-être les moyens financiers de réhabiliter un paysage pour la saison estivale, mais sinon elles font tout pour s'ouvrir aux deux saisons. Je vous conseille un jour d'aller voir Avoriaz. A Avoriaz, durant l’été, il y a quinze ans, il n'y avait pas un brin d'herbe, il n'y avait que des cailloux, c'était abominable. Or, l'architecture d'Avoriaz est une architecture qui a été reconnue comme magnifique et merveilleusement bien réussie. Je crois qu'Avoriaz est engagé dans une campagne de repaysagement de nos stations. Il faut voir ça maintenant. C'est un véritable jardin alpin. Ils ont planté des arbres de six mètres de haut et chaque arbre coûte 12 ou 15 000 francs. Ils ont mis du gazon partout, ils ont dépensé des milliards, mais maintenant la station d'été d'Avoriaz rapporte sûrement autant d'argent que la station d'hiver. Le beau paysage se vend bien. Allez voir les stations dites villageoises comme Villard-de-Lans, comme Corrençon ou La Cluzas : il y a un monde fou l'été, justement parce qu'il y a eu un effort sur le paysage. (...)

Un intervenant à la tribune

7Aujourd'hui encore, c'est l'Etat, avec le Ministère de l'Environnement, qui a compétence nationale pour apprécier. Les autorisations d'unités de logistiques nouvelles en montagne sont déconcentrées, non pas décentralisées, mais déconcentrées sur la région. Alors, très brièvement, pour répondre à votre question, quels sont les critères de choix sur le plan technique permettant de faire ou ne pas faire tel ou tel aménagement en montagne ? Je crois que c'est très simple. Notre critère, que l'on veut le plus scientifique et le plus raisonnable possible, consiste à évaluer s'il y a oui ou non compatibilité avec la richesse du milieu et l'aménagement en question. Et alors là, depuis treize ans, il est passé entre mes mains 227 dossiers d'U.P.M. J'en ai vu de toutes les couleurs, des petits, des moyens, des gros, des géniaux et des totalement stupides. L'évaluation des impacts et la prétention de l'aménageur potentiel étaient parfois d'une logique absolue et aussi parfois d'une débilité absolue. Donc, dans les décisions que nous rendons, en tour de table administratif, avec des techniciens, c'est justement d'apprécier non seulement la faisabilité technique du projet mais son cadre général : station ou nature. Il existe des sites, pour aller dans les extrêmes, qui ont double vocation. Qui ont une vocation, de par la nature des pentes, de par l'exposition, de par l'altitude, qui pourraient parfaitement recevoir une éventuelle future station de sports d'hiver, mais lorsque l'on a une vocation de milieu naturel avec une plus-value patrimoniale, patrimoine nature ou biologie et patrimoine paysage, à ce moment-là, il y a évidemment affrontement, et ce n'est pas toujours nous qui gagnons.

Michel Clare,

Chargé de Mission au Comité International Olympique

8Pour répondre à la question concernant le bobsleigh, je peux vous donner quelques informations. Actuellement le bobsleigh n'est pas exclu du programme olympique. On peut toujours organiser des épreuves de bobsleigh. Les nuances qui ont été apportées récemment consistent à dire que rien n'oblige un organisateur à inclure du bobsleigh dans son programme. Il y a un minimum de manifestations et d'épreuves à conserver, mais vous pouvez très bien supprimer le bobsleigh, comme en 1960 où il n'y a pas eu de bob. Que peut-on ajouter sur la position au moment de la candidature ? Au moment de la candidature d'Albertville, cela leur a été très difficile d'éliminer le bobsleigh parce que, d'une part, il y avait à Berchtesgaden (dans les Alpes Bavaroises), une piste de bob tout à fait remarquable et qui est régulièrement utilisée. Mais il y avait aussi à l'époque beaucoup d'adhérents au bobsleigh. Le mur de Berlin n'était pas encore tombé ; il y avait toute l'Allemagne de l'Est, et cela représentait vingt-cinq voix des pays de l'Est. Donc si le bobsleigh n'avait pas été admis, vous voyez le type de difficulté auquel il aurait fallu faire face. C'est en se rendant compte d'autres problèmes de risques de pollution chimique, que les principales questions ont été posées. Pas des problèmes d'environnement, finalement, parce que je crois que la piste de bob est très belle. Par rapport à toutes celles que j'ai vues à travers le monde, c'est une des plus belles réalisations. Et d'ailleurs, j'ai dit à Michel Barnier, que pour les utilisations futures, on pourrait inviter tous ceux qui aspirent à devenir ingénieurs des Travaux Publics pour voir le travail de soutènement et de garde du terrain qui a été fait. Je suis néophyte, mais je suis émerveillé par le travail qui a été fait. Le gros problème, c'est de ne pas prendre de risques avec les tonnes d'ammoniaque qui ont été entreposées là-bas, et je me souviens d'un entretien très ferme entre Brice Lalonde et Jean-Claude Killy. En chiffres, nous sommes passés d'un premier budget de 80 millions de francs à 160, à 220 et à l'arrivée, je crois que cela a dû revenir à 280 millions de francs. Mais c'est une très belle piste qui, au niveau de l'utilisation peut se discuter : il est évident que le bobsleigh a peu de pratiquants, surtout qu'il y a une piste près de Berchtesgaden qui déjà mobilise beaucoup de ressources possibles, puisque tous les gens viennent y faire des stages. Donc les avis sont très partagés. On voit par exemple quelle est également la situation au Canada, à Calgary. Les Canadiens ont également une piste de bobsleigh, mais qui est regroupée avec les tremplins de sauts, et cela constitue le Parc olympique qui est géré et essaie d'être rentable. On y propose des descentes de bob pour tout un chacun qui essaie de se donner des sensations. A ce propos, il y a un grand défenseur de cette discipline au Comité International Olympique, c'est le Prince Albert. Donc, c'est déjà un argument de choix. Néanmoins, à Calgary, tout le bénéfice du Parc olympique, ne se fait ni par le templin de saut, ni par la piste de bob, les gestionnaires ont simplement installé une grue où ils font faire du saut à l'élastique...

Claire Moynot,

Nice U. C. Rugby

9Je vais sans doute être encore hors sujet, terre à terre, je vais peut-être même être un peu vulgaire, mais je voudrais simplement faire une remarque tout à fait personnelle. L'idée que l’on taille la roche pour faire des cheminées dans la montagne, c'est quelque chose que je n'arrive pas du tout à admettre. Ceci étant dit, je ne suis absolument pas contre les réalisations et la qualité de la protection des sites que vous avez faites. Et en plus, je sais ce que peut être la qualité de ce travail.

10Ce qui me gêne énormément dans ce qui s'est passé ce matin, c'est qu'on n'a pas beaucoup parlé de sport, on n'a pas beaucoup parlé de la montagne, et qu'on a beaucoup parlé par contre d'argent et d'environnement socio-économique. On ne parle même pas de l'aménagement des stations par rapport aux sportifs, on parle de l'aménagement des stations par rapport au rendement de ce que l'on a à vendre. C'est vrai que généralement en montagne, on vend du sport. Et encore, pas forcément du sport ! Parfois, il s'agit d'activité pompeusement qualifiées d’"activités sportives". Et si on pouvait vendre des petits hommes verts pour améliorer la comptabilité des stations, on vendrait des petits hommes verts. Alors, je suis désolée mais je ne sais pas ce que l'on fait ici, et cela me choque énormément que l'on affiche un thème "Sports et Environnement" alors qu'on ne parle que de sport et de produit de vente. Le sportif là-dedans et le sport n'existent plus. Cela me gêne énormément.

Hugues Lambert

11Vous avez parfaitement le droit d'intervenir là-dessus. J'ai assisté à votre excellent débat d'hier soir et où il m'est apparu, en fait, que précisément ce n'était pas vraiment le sport qui était en cause dans son impact sur l'environnement, les pratiques sportives individuelles ou pluridisciplinaires, mais que ce thème aurait dû être élargi sur tout ce qui gravite autour de la pratique sportive de tout niveau et c'est incontestable. J'ai évoqué cela tout à l'heure en rapport avec le sport de très haute compétition. Je suis de la génération de ceux qui sont sortis du G.U.C. C'est évident que la pratique d'élite, de même que la pratique d'élite d'aujourd'hui, tous sports confondus, représente epsilon dans l'impact sur l'environnement au sens global où nous l'avons entendu ici toute cette semaine. Par conséquent, moi, agent de l'Etat, chargé de faire respecter l'environnement, je n'ai pas de doigt accusateur à mettre sur les sportifs. Pas du tout. C'est epsilon par rapport aux pratiques de masse, de sport où je mettrais des guillemets, mais tout naturellement avec les problèmes que l'on a évoqués ce matin, c'est toute la pratique des sports d'hiver, et ce que cela nécessite comme infrastructures.

Charles-Noël Berrehouc

12Un petit point sur le problème de la couleur des roches. Je voulais quand même vous rassurer. Je crois que sur l'ensemble du territoire national, vous trouverez au plus trois hectares qui ont été traités sous cette mesure-là. C'est le grand maximum. Sur toute la France.

Daniel Bonzoms

13Avant de donner la parole à Robert Denel, je voudrais pour compléter ce qui a été dit, rappeler que le sous-thème d'aujourd'hui s'intitule : "De la pratique sportive olympique à l'apprentissage d'une gestion réfléchie de l'environnement..."

Robert Denel

14J'aurais voulu demander votre avis sur deux questions. La première est inspirée par un souvenir. C'est, je crois, à Clichy, que j'ai vu un circuit d'eau vive pour l'entraînement du canoë-kayak. Dans le fond, c'est un site naturel entre guillemets que l'on a construit artificiellement. Et je voudrais savoir si cela donne satisfaction aux sportifs et si cela donne satisfaction aux gens de l'environnement, et s'il y a d'autres exemples de sports que l'on pratique dans certains lieux et qui peuvent être pratiqué de cette façon.

15Et puis, j'aurais voulu que l'on aborde une deuxième question dans le cadre du chapitre "Sportifs constructeurs ?" J'habite une région qui est favorisée sur le plan naturel, c'est le Nord-Pas-de-Calais. Les sportifs y ont aménagé les sentiers de promenade, ils ont réimplanté des essences qui prolifèrent dans ce type de sol et actuellement il y a des gens qui s'entraînent pour la course en montagne. Et maintenant il y a aussi des pistes de VTT, et je pense qu'on va même aménager des zones d'élan pour la pratique du delta-plane. Alors, je voulais quand même signaler cela parce que, justement, on a montré que parfois les sportifs étaient des destructeurs et non pas des constructeurs. Or là, en fait, dans les exemples que je donne, ce sont des constructeurs et ils réaménagent. Il y a parfois des zones particulièrement insalubres, complètement détériorées, sur lesquelles on a réalisé des plans d'eau ; on a aménagé des installations sportives, et le sport, dans ce cas, a très largement contribué à réaménager l'espace et à le valoriser. Je voulais donc savoir s'il y avait d'autres exemples, et si cela ne valait pas la peine d'être traité ici pour sortir un peu, et je m'en excuse auprès des montagnards, de la montagne. Vous savez qu'actuellement des gens de la région Nord-Pas-de-Calais et de la Belgique envisagent un projet très ambitieux, celui d'accueillir les Jeux olympiques en 2004 ou en 2008. Et le thème qui a été mis en œuvre, c'est : comment préserver le paysage, mais aussi comment améliorer l’environnement par l'importation de l’ensemble des sites de la pratique sportive depuis la mer jusqu'à l'intérieur pour que les J.O. donnent une image plus belle. (...)

Denis Cheminade

16Je représente le Comité Olympique dont le Président vous transmet ses encouragements. Avant d'être au Comité Olympique, j'ai été responsable pendant quelques années du problème des équipements à la Fédération de Canoë-Kayak et on m'a parlé de l'Isère comme d'un exemple de réhabilitation. Les gens du pays se rappellent ces tristes événements. Il y avait eu une coulée de boue qui avait descendu dans l'Isère et tout balayé sur son passage. Depuis, l'Isère, et notamment la portion sur laquelle il y a eu les championnats du monde il y a quelques années, n'est plus du tout un équipement naturel. C'est un équipement entièrement contruit. C'est-à-dire que l'on s'est retrouvé devant une coulée de boue dans laquelle il passait de l'eau. Il a fallu tout réorganiser. On a donc, à la petite cuillère, configuré un espace naturel en implantant des cailloux, et c'est un exemple d'aménagement dans lequel on a utilisé les plans d'eau, les amortis d'eau, etc., des éléments naturels pour reprofiler cette rivière en fonction de critères sportifs. C'est si bien fait qu'aujourd'hui la végétation a recolonisé cet espace et qu'aujourd'hui plus personne ne se rappelle, qu'à un moment, il y a eu une saignée. C'est-à-dire qu'il y avait de la boue, du schiste, des cailloux, mais qu'il n’y avait plus de végétation (...). Un sentier a été aménagé sur les vingt kilomètres de rivière. Ce qui fait qu'aujourd'hui, on a rendu la rivière à sa vallée. Je pense que les gens du pays viennent se promener au bord de l'Isère qui était un espace oublié progressivement par les adultes. Mais des problèmes de surfréquentation se sont posés. Il faut savoir aussi que l'implantation d'un plan sportif a bloqué, provisoirement sans doute, un projet E.D.F. qui visait à remettre en tuyaux une partie de l'Isère et notamment à court-circuiter toute la partie d'eau vive de l'Isère. Cette installation sportive a empêché qu'une partie de l'Isère ne passe en tuyaux. Globalement, on s'aperçoit que ce n'est peut-être pas aussi négatif de remoduler ainsi le milieu "naturel" (...). De même, les pêcheurs ont repassé au bout de deux ans ces parcours de rivière en réserve de pêche. On a donc passé un accord avec le CEMAGREF et on arrive actuellement à faire un certain nombre de choses en commun. J’ai cité un exemple dans un domaine que je connais bien, mais il en existe aussi dans le domaine de la montagne. Je crois que les activités sportives peuvent participer et participent déjà à la réhabilitation d'un certain nombre d'espaces.

Daniel Bonzoms

17Il nous reste un quart d'heure. Si vous voulez bénéficier de la présence de nos conférenciers, je pense que vous pouvez regrouper les questions par thème.

Pierre-Yves Chateaureynaud,

Bordeaux E. C.

18J'aurais une question à poser qui concerne l'utilisation à long terme des équipements des Jeux olympiques. Je pense par exemple à l'anneau de vitesse ou au tremplin qui ont été construits en 1968 pour les Jeux de Grenoble. La deuxième question concerne la diapositive que vous avez passée tout à l'heure en disant que le complexe avait été construit sur une ancienne décharge industrielle. J'aimerais savoir ce que l'on a fait des déchets. Est ce qu'ils ont été déplacés ? Ont-ils simplement servi de remblai ? Ou le procédé utilisé est-il autre ?

Un intervenant

19Sur la pérénité des outils olympiques, hier soir, Monsieur Machefaux, Conseiller Municipal à Grenoble, nous a bien dit que, de 1968 à nos jours, ces outils sportifs ont d'abord enregistré une vétusté naturelle. Et puis le grand problème, si on évoque Grenoble, c'est le fameux tremplin de Saint-Dizier. Monsieur Clare a évoqué aussi le cas de la piste de bobsleigh qui avait été construite en plein soleil et qui obligeait donc à disputer les épreuves à quatre heures du matin ! Ce qui n'était pas très médiatique pour nous. On a fait des progrès. Mais, il n'empêche que pour les outils extrêmement lourds, comme la piste de bobsleigh de La Plagne, et qui s'adressent à des pratiquants sportifs dont le nombre est extrêmement réduit, le problème reste entier.

Charles-Noël Berrehouc

20Sur la question très technique que vous avez posée, j'aurai une réponse toute simple. Ce que je citais en excellent exemple de réhabilitation d'une jachère industrielle — des usines de Notre - Dame-de-Briançon —, de stockage des terrils, il y a tout simplement eu rabottage et, à ma connaissance, il n'a pas eu de transferts de matériaux.

Un intervenant dans la salle

21On construit des installations gigantesques pour les Jeux olympiques. Elles sont gigantesques, moins pour les pratiquants que pour les spectateurs. Je pense que cela nuit effectivement à l'environnement. "De la pratique sportive olympique à la restructuration du paysage..." Tel est le sujet de nos échanges. Pensez-vous qu’il faille toujours aller vers le gigantisme ?

Michel Clare

22Je crois qu'en ce qui concerne le Comité International Olympique, qui a axé toute sa politique sur la médiatisation par la télévision, on ne souhaite pas un développement gigantesque des travaux et des infrastructures lourdes. D'ailleurs cela fait partie des nouvelles questions qui sont posées aux organisateurs afin de savoir quel sera l'impact de leurs installations futures et surtout de l'intérêt qu'elles présentent pour une utilisation post-olympique. En revanche, on a d'autres problèmes, comme par exemple avec la Fédération de Football qui exige des stades de 100 000 places, et on se retrouve confronté à un problème difficile. En ce qui concerne le grand public, vous avez vu qu'Albertville a résolu le problème de façon assez révolutionnaire puisqu'il y avait un immense stade provisoire. Est-ce que cela aurait été possible de le faire aujourd'hui ? Autrement dit, si Albertville avait eu l’idée de le faire après Furiani au lieu de le réaliser avant ? Je ne crois pas. Le travail des ingénieurs et le respect du Comité d'Organisation avaient été considérables parce que les travaux avaient été vérifiés de telle façon que les hola qui ont eu lieu pendant les Jeux ne puissent pas faire trembler la structure des gradins. Mais le Comité Olympique va sûrement freiner les infrastructures lourdes lorsqu'on n'a pas la ferme assurance d'une utilisation postérieure. En revanche, elle s'inquiète pour le "grand stade". Et là, il y a eu un problème parce que le Ministère de l'Environnement a interdit de construire le grand stade comme le souhaitait le Comité Olympique Français, c'est-à-dire à Vincennes.

Robert Denel

23Est-ce que vous pensez que c'est un abus, finalement, que d'aller dans ce sens ? Est-ce que c'est encore sensé de construire un stade de 100 000 places alors qu'il y a des milliards de téléspectateurs ?

Michel Clare

24Non, je suis d'accord avec vous, je pense que c'est un abus. Sur le problème du tremplin, je suis plus optimiste. Je pense que du fait de la réalisation du tremplin d'été et justement de la médiatisation des épreuves de saut, et surtout maintenant avec le développement du saut au Japon, avec les moyens financiers qu'ont les chaînes de télévision japonaises et américaines, c'est désormais une affaire rentable. D'autant que c'est une station riche qui gère le tremplin, ce qui n'était pas le cas de Saint-Dizier. Finalement, Saint-Dizier, cela a d'abord été un problème économique qui a fait que l'on ne peut pas utiliser le tremplin d'été.

Daniel Bonzoms

25(...) Vous voyez comme on arrive à s'entendre et à faire de l'aménagement. Je crois que c'est un peu le souhait exprimé avec la relance des grands équipements qui est actuellement prônée par les Ministères de l'Equipement et de l'Environnement. Et je crois que l'on peut arriver, sur certains aménagements même grandioses, commes les aménagements d'autoroute et même ceux qui concernent le TGV, à faire des choses de qualité.

Henri Viaux

26Vous parlez beaucoup de l’olympisme, mais on parle moins, dans les milieux sportifs en général, des activités sportives qui ne sont pas forcément des activités de compétition, mais qui sont pourtant celles du grand nombre, du plus grand nombre. Je ne parle pas simplement des activités de randonnée pédestre, mais des activités de randonnée en général, plus exactement des activités qui se déroulent sur des stades de plein air. Car, qu'est-ce d'autre, en effet, que ce réseau de sentiers de grande randonnée ou de sentiers de VTT ? Ce sont des stades. Si on veut bien étendre la notion de stade, un réseau de sentiers de randonnée, c'est un stade ; les sentiers de randonnée de ski de fond, ce sont des stades. Je parle du ski de fond qui se déroule hors des lieux de compétitions. Or il s’en est créé dans toute la région Est de la France, et plus particulièrement dans le Jura. Il y a tout un réseau de randonnée qui est très utilisé. Ce sont des activités qui sont un peu trop négligées par rapport au sport olympique et dans la perspective de vouloir faire des Français des gens qui aiment le sport — pas pour le regarder à la télévision mais pour le pratiquer — et qui sachent se conduire de manière responsable dans des sites de nature.

Daniel Bonzoms

27Nous devons clore nos travaux. Je remercie les conférenciers et les intervenants pour la contribution qu’ils ont apporté les uns et les autres au dernier débat de l'Université Sportive d'Eté.

Auteurs

Docteur en Droit, Président d'Honneur de la Fédération Française de Randonnée Pédestre

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540