Version classiqueVersion mobile

Sports et environnement

 | 
Jean-Paul Callède

Thème 4 - "Sportifs constructeurs ?"

Les sites et les liaisons autoroutières

Hugues Lambert

Texte intégral

Hugues Lambert

1Vous voyez la photo du stade de réception des skieurs de ski de fond et des parkings, qui se trouvent au fond d'une cuvette naturelle. Lorsque l'on est sur le site de la station des Saisies, on ne voit pas du tout cette zone. Bien sûr, ce secteur a été très largement remanié. On ne peut pas dire qu'il n'y a pas d'impact, puisque c'était une ancienne zone tourbeuse qui a été très largement drainée. Il reste encore quelques engazonnements à faire, prévus cette année, quelques problèmes de type urbain liés à un hôtel qui a fermé ses portes.

2Cette photo est intéressante pour la partie gauche de l'image, car c'est là que se déploient les pistes de ski de fond : la gageure pour cet aménagement était à la fois de faire ces infrastructures sportives et de prendre sur le site ce qu'on appelle un arrêté de Biotope. C'est un site très riche constitué de multiples tourbières, zones relativement plates, horizontales, peu escarpées, qui subsistent grâce à des écoulements de surface très fins. Pour conserver ces tourbières, qui sont dotées d'une faune et d'une flore remarquables, il était impératif de ne pas y créer de terrassement en déblai M. Jean-Pierre Pierrat, le skieur de compétition qui avait commencé à tracer les pistes de ski de fond, n'avait pas pris ces critères en compte. Pour lui, l'élément important était la forêt, alors, sur tracé, il passait dans toutes les clairières qui correspondaient à ces tourbières. Le projet de M. Pierrat a été réajusté pour passer dans des zones moins sensibles, notamment des forêts d'épicéas et de myrtilliers qui ne sont pas des espèces rares en montagne. Nous avons donc protégé ces tourbières.

3Sachez que l'arrêté de Biotope a été pris par le Préfet et que les pistes de ski de fond, qui existent pourtant bel et bien, vous ne les voyez pas. En fait, ce sont des lanières qui suivent les mouvements du terrain. Très peu de terrassements ont été engagés. Les rares zones terrassées ont été réaménagées avec des pelles-marais pour les rares dessouchements et défrichages, chaque arbre coupé, déraciné et la racine enterrée et recouverte de terre végétale, replantée. On a transplanté... Vraiment, cela a été fait à "la petite cuillère". Quand on veut faire un aménagement de qualité dans l'espace naturel, il faut y mettre les moyens mais on peut y parvenir. L'image aérienne des stades est la plus négative, au moins pour l'une des pistes de ski de fond, mais vu au niveau du sol, il y a un consensus général sur les sites des Saisies.

4Il était utile de terminer cette visite des sites en diapositives par cette vue des Saisies.

5(...)

6Et puis, bien sûr, je vais donner quelques précisions sur les équipements routiers et autoroutiers dont je vous ai parlé tout à l'heure. Ces réalisations n'ont subi aucune critique. L’autoroute qui part sur la Savoie, Albertville et Chambéry, permet de découvrir une nouvelle Savoie, une nouvelle région, alors que la route nationale, qui était en ligne droite, était dégradée par un certain nombre de points noirs sur lesquels on va revenir, et la "deux fois deux voies" entre Albertville et Moûtiers n'a subi aucune critique parce qu'elle a été elle-même intégrée. On a profité de ce passage et de l'argent qu'on avait pour aller au-delà de l'emprise routière et gommer un certain nombre d'abominations paysagères. Ces fameux points noirs paysagers, fameux parce que c'est une action qu'on a menée en Savoie depuis 1987, à savoir l'inventaire sur tous nos axes de fréquentations principaux, l'inventaire de toutes les "cochonneries" qu'on a dans le département. Ce qui fait qu'on a développé toute une action de réhabilitation de ces sites. C'est une paysagisme très glorieux, très conceptuel, mais c'est très efficace, et on profite de ces grands aménagements linéaires pour requalifier, et tout le monde se plaît à dire que la route a valorisé le paysage. Vraiment, on n'a peut-être pas tout nettoyé, parce que c'est difficile, mais les "cochonneries", qui jonchaient cette vallée en ces temps industriels, ont été supprimées. Il y a encore quelques industries, mais plus beaucoup, et cette vallée est largement requalifiée.

7Tout cela pour vous faire le lien avec ce qui a été initié par les Jeux olympiques et ce traitement de qualité qui était un véritable impératif. Il y a toute une politique de paysage et de l'environnement qui a été finalement aidé par les Jeux olympiques, même si elle avait été initialisée avant que les Jeux olympiques ne soient donnés à Albertville, parce que Monsieur Michel Barnier avait déjà mis en place cette politique, mais je crois que les Jeux ont permis d'accélérer les choses et toute une politique paysagère en Savoie. Ce n'est pas un hasard si Michel Barnier est actuellement Ministre de l'Environnement, et, je crois, reconnu comme assez exemplaire dans son action. Je ne vais pas entrer dans les détails, mais je répondrai au hasard des questions et, si cela vous intéresse, notamment sur cette politique paysagère et les crédits qui ont été mis en place pour la traiter, parce que si vous n'avez pas d'argent vous ne pouvez rien faire. Et si maintenant on s'occupe de l'autoroute de Maurienne avec le même souci de qualité, je crois que là aussi c'est une incidence indirecte de tout ce qui a été fait avec les Jeux olympiques.

8Je ne peux pas tout détailler pour vous expliquer comment on a procédé, mais si vous voulez savoir avec quel degré de finesse on conduit les études lorsqu'on fait un aménagement linéaire de type autoroutier, je vais vous en donner un bref aperçu. J'ai des études extraordinaires où il y a des propositions faites par des écologues, on fait des analyses très précises pour permettre le passage de faune sous l'autoroute, on a un tracé autoroutier qui serpente autour des zones les plus intéressantes pour la protéger, avec une localisation des plans de paysage très détaillée. Une charte environnement-paysage est signée par tous les principaux partenaires, dont le Conseil Général, mais aussi la société autoroutière qui va reprendre toutes les démarches, les études sur les zones d'extraction qui sont nécessaires pour avoir des matériaux pour l'autoroute, des études plus ciblées sur l'intégration de l'architecture dans le paysage pour éviter les impacts, des études pour l'utilisation des déchets, des études sur les incidences secondaires de l’aménagement, c'est-à-dire entre autres la prolifération des zones d’activités, que nous avons malheureusement beaucoup de difficultés à freiner lorsqu'on crée des autoroutes avec des échangeurs, parce que chaque maire veut avoir sa zone d'activité.

9Comme vous pouvez le constater, il s'agit d'études extrêmement élaborées. Et c'est probablement ce qui explique la réussite de ce vaste ensemble de réalisations.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search