Version classiqueVersion mobile

Sports et environnement

 | 
Jean-Paul Callède

Thème 4 - "Sportifs constructeurs ?"

Les sites olympiques : visite guidée

Charles-Noël Berrehouc

Texte intégral

Charles-Noël Berrehouc

1Je ne pense pas que ce soit indispensable de rester longtemps sur les diapositives. Toutefois, il est important de procéder à un commentaire détaillé de quelques documents.

2Je vais vous paraître manichéen, mais le message va être d'une part "les J.O. : bilan satisfaisant", sans aucun doute. Par contre l'antériorité de l'aménagement des stations de sport d'hiver demeure assez catastrophique et assez déplorable, tant au point de vue de l'urbanisme, qu'en terme d'impact sur le lieu même.

31 - Survol de la Tarentaise, avec une première approche de Val-D’isère. Pour ceux qui ont connu Val-D’isère, petit village des années cinquante, il faut savoir désormais qu'il y a une vingtaine de sites touristiques... Si ce n'est que pour Val-D’isère, je donnerai un petit satisfecit dans le cadre de la préparation olympique où il y a eu incontestablement un effort de réhabilitation paysagère qualitative du centre, une restructuration urbaine, car l'effet de l'aménagement des décennies 60, 70, 80 avait donné lieu à une anarchie, à des dysfonctionnements assez extraordinaires.

42 - On voit ici la face de Bellevarde qui est l'un des sites olympiques, la fameuse descente. Là, j'ai une précision à apporter : dans le dossier de candidature, ce n'était pas Bellevarde qui était retenu pour être la piste olympique. Puis un conseiller technique, ancien champion de la F.F.S, a découvert avec la famille de Jean Claude Killy, originaire de Val d'Isère, que se serait à la fois médiatique et techniquement fort intéressant de faire ce qu’on appelle la face de Bellevarde, la face Est qui domine Val-D’isère.

5Les clichés "J.O." datent de septembre 1992. C'est une mission officielle que nous menons sous le double sceau de la Préfecture et du Conseil Général, avec le principe suivant : les Jeux ont été exemplaires en termes d'organisation, et en termes d'impact médiatique. Sur les sites olympiques, en termes d'environnement, soyons aussi exemplaires. D'où le suivi de ce qui reste des impacts. Sur cette piste de Bellevarde, on voit très bien la raquette, au bas, et il faut savoir également que ce secteur-là recevait la descente du combiné, le slalom géant, deuxième manche. Là, on est à 1 800 m, on a encore des interventions à faire. Hugues Lambert va en dire quelques mots : la difficulté qu'il y a à "revégétaliser" à cette attitude-là : 1 600/2 000 mètres, cela ne pose pas de problème, mais dans les strates supérieures, là, on a de très gros problèmes.

63 - On voit un écorché vif du dos de la face, et l'on aura d'énormes difficultés à réhabiliter ce secteur. Au-dessus de 2 000 m, il est illusoire de penser que la pelouse alpine va se reconstituer. Elle a mis des siècles à se constituer elle-même, donc la moindre écorchure mérite d'être reprise immédiatement, sauf à des altitudes très élevées comme ici où on ne sait pas trop quoi faire sur cette partie vitale de la piste qui est très vulnérable. On peut éventuellement imaginer y monter des parties organiques. Le traitement sera essentiellement de colorer, car nous avons des techniques de coloration qui recréent des fausses patines.

7Ces grands problèmes ont déjà été évoqués et nous nous trouvons désormais dans la partie de la face, et on va aborder les Trois Vallées et les sites de grandes vallées... Et là, non seulement il y a moins de problèmes mais surtout ceux-ci ont été largement évoqués dans l'aspect extrême positif ou négatif, dans la première partie.

8Au passage, c'est simplement pour témoigner sur l'ensemble des sites olympiques. Ici, nous avons Pralognan, qui supportait la patinoire du Curling uniquement. C'est le grand bâtiment gris... Et là on a à la fois une réalisation architecturale qui est très bien intégrée et des abords restitués immédiatement après les J.O. qui sont tout à fait exemplaires.

94 - Ici, il s'agit du tremplin de Saint-Bon Courchevel, dans le chantier. Le tout début du chantier. C'est en fait le défrichement préalable à l'installation des tremplins de saut. Alors, là aussi, petit rappel : notre approche du tremplin olympique. On a parlé beaucoup de la dégradation du site, toujours notre approche globale sur la Tarentaise et la montagne Alpes du Nord en général, avec une consigne qui était de dire aux organisateurs : trouvez des sites qui soient déjà quelque peu altérés et concentrez vos équipements. Le Bras de Saint-Bon qui est la première station en altitude de Courchevel, c'est plus près du chef-lieu, pouvait parfaitement convenir. Non seulement on avait un site récepteur qui était assez parfait mais, en plus de cela, on pouvait considérer que cet équipement était un équipement péri-urbain.

105 - Photo des tremplins. Retour au 15 septembre 1992. Voilà comment "s'intégraient" les deux tremplins de 70 et 90 m à l'automne dernier. Certainement que le cliché que nous prendrons dans quelques jours va attester d'une bonne réhabilitation des zones basses qui ont déjà été revégétalisées et très certainement que dans quinze jours, trois semaines, j'aurai une comparaison 1992/1993 qui tendra à l'opération exemplaire. Il y a quand même des problèmes, non pas d'insertion paysagère, mais de stabilité des sols, parce que la sanction, là aussi, est tombée. Le défrichement, le déboisement ont provoqué — cela avait été peut-être mal évalué dans les études géologiques — déstabilisation, changement du cours des eaux de surface et quelques gros problèmes et surcoûts également dans le chantier. La pérennité des ouvrages, je ne la garantis pas à 50 ans, sans grandes interventions supplémentaires.

116 - Les parkings. On attirait du public au bras de Saint-Bon pour les formidables épreuves de saut et de biathlon, il fallait stocker les voitures. Là, il y a eu un système de transfert, l'écorchure que l'on vient de voir dans la forêt, les remodelages nécessaires pour installer le tremplin sont passés en stockage, en remblai ici tout près. Le tremplin est à gauche de la photo. Là aussi, il y a encore des efforts de réhabilitation à faire, probablement que la campagne 1993 aura contribué à redorer le blason du secteur.

127 - Rappel, toujours d'un point de vue comparatif, de l'impact relatif "J.O." et de l’impact antérieur "station", Courchevel 1950, avec, là aussi, une génération de stations des années soixante où l'urbanisme et l'architecture étaient livrés à eux-mêmes, sans grande directive, sans grande intervention de l'Etat, et cela donnait une anarchie joyeuse : Courchevel est un site extrêmement propice pour le ski, mais il n'empêche qu'il y a encore de grandes bavures dans le paysage et dans l'organisation de la station qui impliquent des dysfonctionnements dans la fréquentation courante.

138 - Les Allues avec la patinoire de la Chioudanne. Le constat que l'on pouvait faire à l'automne dernier, c'est que le bâtiment est de facture architecturale très qualitative mais, par contre, il y a de gros efforts à faire dans l'aménagement des abords. La commune et tous les partenaires locaux du tourisme nous disent qu'il y en a pour plusieurs années, y compris dans la définition de ce que l'on veut faire de cette grande plaque tournante des trois vallées, puisque là on va être au cœur, vers le sud, c'est la seule liaison avec les Menuires, et devant nous c'est la liaison avec Courchevel.

149 - Voilà la piste du Roc-de-Fer. On retrouve notre patinoire où ont eu lieu toutes les épreuves dames. Là on voit l'estrade et on constate très bien une petite confortation de la largeur des pistes puisqu'elles recevaient toutes les épreuves dames. Il y a des cicatrices en limite de forêt, dont le ruban de la partie haute est remodelée également.

1510 - Cette vue est intéressante. Là aussi impact d'une station qui n'a rien à voir avec les J.O. On voit que construire sur un versant raide, c'est un impact paysager considérable, toujours, et particulièrement visible lorsque la neige se retire.

1611 - Le stade de slaloms des Menuires. Là aussi, on a un exemple flagrant du peu d'impact des J.O. La piste se situe très exactement sur le ruban qui a été parfaitement revégétalisé, et qui se trouve à gauche du petit timbre-poste forestier que M. Cumin, maire de Saint-Martin-de-Belleville, s'acharne à faire pousser à 1 800 m. L'embryon de forêt — les deux timbres-poste que l'on voit — date de vingt ans. Les arbres ont à peu près 2,50 m, 3 m à présent. Par conséquent, le ruban revégétalisé du slalom spécial est totalement intégré dans le décor et c'est là où l'on voit la relativité J.O. également, car il y a un ravage de l’aménagement touristique, je n'ai pas peur de le dire, été comme hiver, aux abords : ce ne sont pas les J.O. qui ont détériorés la station des Menuires, loin s'en faut.

1712 - Val-Thorens : 2 150m d'altitude. On est là à la limite extrême de végétation, avec quelques améliorations qui ont été apportées au lieu de vie de la station, récemment, notamment en été, mais cela demeure des sites qui en été sont de fréquentation difficiles : il faut vraiment du courage pour aller y vivre.

1813 - Voici des sites de plaines, liés aux J.O., sans équipement sportif, mais liés à l'organisation des J.O. A Moûtiers, nous avions le centre de presse, audio-visuel principalement, qui a pris la place d'une friche industrielle, et qui est à présent restitué à la commune, en espaces à vocation sociale, ludique et de logement.

19Ce deuxième site a subi une mutation radicale mais en bien. De l'autre côté de l'Isère, vers nous, existaient carrément des terrils de déchets, de scories industrielles des deux très grandes usines de Notre-Dame-De-Briançon. C'était un dépotoir, une zone d'aucune valeur et même extrêmement nuisible, qui pénalisait les abords du parc thermal. Considérablement. Là, dans un projet intégré, il y a eu ce centre de presse écrite, avec une intégration paysagère, une passerelle piétonne a été lancée sur l'Isère, et maintenant il y a gymnases, salles de conférence, logements médiatiques. Le grand parking, le 15 septembre 1992, était en travaux de restructuration, et maintenant cette aire est pour partie revégétalisée, et pour partie en parking.

2014 - Albertville. Le secteur de la patinoire olympique que l'on voit au premier plan. Je vous signale que le demi-tube brillant à droite de la patinoire a été vendu au Conseil Général du Nord-Pas-De-Calais. C'est la patinoire d'entraînement, d'échauffement des athlètes. Toute de suite au-dessus, on a le stade en plein air du patinage de vitesse, qui a été transformé en stade omnisports dès ce printemps. M. Samaranch est venu l'inaugurer début juin.

2115 - Il y aura le plus à dire sur cette dernière diapositive. L'aménagement du site olympique des Saisies, en son état, septembre 1992, a été réalisé pour l'intégration de tout ce qu'exigeaient les besoins sportifs de la Fédération. Il a été reconnu comme exemplaire.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search