Version classiqueVersion mobile

Sports et environnement

 | 
Jean-Paul Callède

Thème 4 - "Sportifs constructeurs ?"

Le plan routier de Savoie : une réussite pour l'environnement

Hugues Lambert

Texte intégral

Hugues Lambert,

Ingénieur Paysagiste, chargé de mission Paysage au service Infrastructure et Environnement à la Direction Départementale de l'Equipement de Savoie, Conseil Général de l'Isère

1Je suis ingénieur paysagiste au CEMAGREF de Grenoble depuis vingt ans. C'est un important bureau d'étude du Ministère de l'Agriculture et de la Recherche. J'ai été détaché il y a six ans en Savoie, pour travailler auprès du Conseil Général et de la D.D.E. donc, moitié pour le Département, moitié pour la D.D.E. Mon rôle est celui d'un paysagiste de terrain, soit pour développer une politique paysagère dans le département, soit pour accompagner des grands projets d'aménagement, tels que ceux liés aux Jeux olympiques d'Albertville, jusqu'en 1992, et maintenant la réalisation de l'Autoroute de Maurienne. Dans ma mission au Conseil Général de Savoie, j'ai été détaché auprès du C.O.J.O. (Comité d'Organisation des Jeux olympiques d'hiver d'Albertville et de la Savoie) pour traiter des problèmes paysagers et environnementaux. A ce titre-là, je suis intervenu sur les principaux sites olympiques, avec la collaboration d'un certain nombre de bureaux d'étude.

2Comment avons-nous travaillé par exemple sur certains sites sensibles des Saisies ? Avec un groupe de plusieurs personnes, comprenant des écologues, un hydrobiologiste, moi-même et le contrôle continuel de l'Office National des Forêts qui, après la rédaction d'un cahier des charges assez draconien pour le C.O.J.O., en matière de protection et de respect de l'environnement pendant les travaux, a suivi la réalisation des travaux au jour le jour, avec un conducteur restant en permanence sur le chantier. A l'arrivée, nous avons obtenu un travail d'extrême qualité, dont parlera M. Berrehouc. Ce dernier vous a décrit précédemment tous les aménagements qui ont eu lieu à l'occasion des J.O. Nous allons parler du plan routier de Savoie. C'est en fait l'un des éléments les plus bénéfiques des J.O. en matière d'environnement.

3En quatre ans, ont été réalisés des aménagements routiers qui auraient demandé, compte tenu de leur importance, une trentaine d'années. Les gens, qui se rendaient auparavant dans les stations d'altitude, se souviennent que, pour aller de Chambéry à Albertville, ils pouvaient passer des heures dans les bouchons. L'image touristique de la Savoie en pâtissait. On a donc réalisé ces aménagements qui consistent en une autoroute entre Chambéry et Albertville, concédée à la Société Autoroutière AREA et une route "deux fois deux voies" réalisée avec la maîtrise d'œuvre de l'Equipement, entre Albertville et Moutiers, puis des aménagements des routes d'accès aux sites olympiques. Tout cela a été réalisé avec un objectif précis, imposé par Michel Barnier, Président du Conseil Général de Haute-Savoie, à savoir que cela ne pouvait se faire au détriment de l'environnement. Celui-ci a exigé une qualité paysagère et environnementale poussée. Pour vous préciser, par exemple un chiffre : entre Albertville et Moûtiers, sur une vingtaine de kilomètres, ont été dépensés 25 millions de francs de plantations paysagères à caractère naturel et d'engazonnement. Cela représente une somme assez colossale, avec des milliers d'arbres et d'arbustes. Ce n'est qu'un chiffre, mais le souci de la qualité transparaît également à travers de nombreux faits. Par exemple, la qualité architecturale, tant ce qui concerne les ponts, les murs de soutènement, les têtes de tunnel : tous ces ouvrages ont été accompagnés d'une recherche d'intégration dans le paysage, d'une qualité, d'une réflexion architecturale très poussée également. Sachez que, au sein de l'équipe de l'Equipement, a été formé un "groupe paysage". Il s'agissait de quelque chose de novateur, créé en Savoie, constitué, sous la tutelle et la présence continuelle du Directeur de l'Equipement de l'époque. Ce "groupe paysage" réunissait les principaux chefs de cellules et y participaient tous les ingénieurs routiers et les architectes qui venaient avec leurs projets et une série de variantes. On choisissait, on tranchait... Tous les partis étaient passés au crible. On peut aimer ou ne pas aimer les aménagements architecturaux réalisés, mais lorsque l'on se rend aujourd'hui à Moûtiers, on constate une unité de grande qualité, où le moindre détail a été travaillé. Je crois que ce n'est pas beaucoup plus coûteux de réaliser une autoroute de ce style, mais c'est beaucoup plus difficile, parce qu'il faut réfléchir au moindre détail, se donner la peine de le réaliser. Je crois que maintenant, et avec l'exemple supplémentaire des dernières autoroutes créées dans le Massif Central, on est arrivé à une phase ou l'on peut exiger que des grands aménagements soient d'une qualité exemplaire.

4J'ai apporté des études réalisées dans le cadre de ces grands équipements pour vous montrer le degré de finesse tant sur le plan du paysage que de l'environnement. Il y a quelques années, on faisait encore beaucoup de paysagisme visuel, alors que maintenant on a tendance à améliorer notre manière de procéder. On prend plus en compte l’environnement au sens large. Je crois que ces grands équipements linéaires ont un impact essentiel sur l'environnement, sur la faune, sur la flore, sur les régimes hydriques, sur les passages de batraciens... Maintenant, on fait plutôt du "paysage environnemental".

5Je reviendrai sur le problème des grands aménagements linéaires, liés aux Jeux olympiques d'Albertville parce qu'à travers eux, s'est développée toute une politique du paysage dans le Département et l'on peut dire que les J.O. ont été "le coup de pouce" pour développer de nombreuses autres actions en Savoie.

Auteur

Ingénieur Paysagiste, chargé de mission Paysage au service Infrastructure et Environnement à la Direction Départementale de l'Equipement de Savoie, Conseil Général de l'Isère

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search