Version classiqueVersion mobile

Sports et environnement

 | 
Jean-Paul Callède

Thème 4 - "Sportifs constructeurs ?"

L’équipement olympique de la Savoie : bilan positif

Charles-Noël Berrehouc

Texte intégral

Charles-Noël Berrehouc,

Inspecteur des Sites à la Direction Régionale de l'Architecture et de l'Environnement Rhône-Alpes-Lyon

1Je suis affecté aux trois départements des Alpes du Nord : Savoie, Haute-Savoie et Isère. Vous êtes en droit de savoir où passent les quelques centimes de vos impôts qui nous permettent de vivre, et vous êtes en droit de savoir ce que recouvre le travail des inspecteurs de sites. Pour simplifier, je dirais qu'il en existe une soixantaine en France et que nous sommes les fantassins de la protection du paysage et de la nature. Je vais vous lire cinq lignes définissant ma mission personnelle dans les trois départements et vous verrez aussitôt l'utilisation qui est faite de vos impôts.

2Ma mission consiste :

  1. à veiller au respect de l'intégrité des espaces protégés ;
  2. à préserver les espaces les plus sensibles et à les classer ;
  3. à contenir les expansions des aménagements dans des limites raisonnables ;
  4. à prescrire après travaux toutes les mesures de réhabilitation ;
  5. à encourager les partis urbanistiques et architecturaux de qualité.

3Dans une région Rhône-Alpes et sur un territoire aussi vaste géographiquement, avec une cinquantaine de vallées ayant la caractéristique d'être toutes fort belles, très densément peuplées et qui ont connu un essor économique grâce au sport et surtout — on l'évoquait hier soir — la nuance importante qu'il y a entre la pratique sportive et le loisir sportif, et on le verra tout-à-l ‘heure en survolant les sites de Tarentaise, c'est que ce ne sont naturellement pas les sportifs de très haut niveau qui s'attachent à l'environnement, c'est beaucoup plus la multiplication des pratiques sportives et des infrastructures que l'on veut mettre sur la grand place pour les pratiquer.

4Mon collègue Hugues Lambert parlera aussi des moyens et surtout des mesures qui visent à faire en sorte que, désormais, il y ait un tout autre comportement.

5Cela va probablement être lassant, très technique, surtout lorsque je vais vous parler procédure tout à l'heure. Aussi vais-je élever le débat et vous citer des découvertes. Hier soir, on était à la recherche de moyens, de pistes pour coexister tous ensemble, ceux de l'environnement et les sportifs.

6Je précise d'ailleurs que, très personnellement, je suis un environnementaliste de conviction et de profession. J'ai été et je suis encore un sportif pratiquant ayant eu une jeunesse très active, avec un classement en tennis et une bonne pratique du ski de piste et de la randonnée.

7Je vais vous proposer une citation de Jacques Prévert qui, à mon avis, est le meilleur slogan — bien qu'il n’ait pas été inventé par un quelconque publicitaire — pour motiver l'individu, le citoyen avec son rapport à la nature, au milieu de laquelle il vit. Je ne désespère pas. J'ai apposé cette formule sur le mur du bureau d'un de mes collègues de la D.D.E. de Savoie. Nous étions des partenaires, mais nous étions surtout professionnellement en conflit car sa mission naturelle est d'aménager et la mienne de protéger.

8Cette citation est toute simple, c'est "Soyez poli avec la terre et avec le soleil".

9Le grand thème que je vais traiter maintenant sera abordé en relation avec une application très actuelle : les Jeux olympiques. Hugues Lambert parlera aussi de l'appréhension, de l'approche technique des J.O. J'ai participé à ce dossier dans le cadre de mes fonctions, dans les années 1985-86, lorsque le dossier de candidature montait en puissance. L'administration de l'environnement avait naturellement été associée pour apprécier quels étaient les sites retenus, et donner son avis. Ensuite, il y a eu les J.O. obtenus aux Deux-Alpes. Le jour J a été l'obtention des J.O. en Haute-Savoie et tout naturellement il y a eu des dossiers techniques de réalisation des équipements. Ensuite les Jeux olympiques ont été excellemment organisés avec un succès mondial indéniable. A présent, il y a tout ce qui reste, en matière d'équipements et d'aménagements, et ce que l'on peut encore améliorer ou ce que l'on peut mieux gérer encore.

10Pour aller vite, je vais vous lire une page qui pose quelques grands problèmes très largement développés par la grande presse. Il y a eu une déferlante non pas véritablement "anti J.O." mais on doit se souvenir que le mouvement associatif français relayé par des médias, anglo-saxons surtout, ont démesurément grossi les impacts négatifs qu’auraient eu les Jeux olympiques d'hiver.

11En ce qui nous concerne, au Ministère de l'Environnement, et en tant qu'acteur de terrain à la DIREN (Direction Régionale Environnement), l'analyse que j'ai faite de la situation montre, tout au contraire, que les J.O. ont amélioré l'environnement en Savoie. Je vais vous dire pourquoi.

12Je lis la page. C’est une petite plaquette qui a été remise à monsieur Samaranch, lors de sa visite d'après J.O., en juin dernier. "L'organisation des 16ème J.O. d'hiver en Savoie a-t-elle eu des effets positifs ou négatifs sur la qualité de l’environnement ? Avant de répondre à cette question, il ne paraît pas inutile d'en poser quelques autres et d'y répondre brièvement. Sans les J.O., la vallée Tarentaise aurait-elle vu la mise en œuvre accélérée du deuxième plan routier permettant d'en finir avec les catastrophiques embouteillages les jours de grand flux touristiques ? Certainement pas. Sans les J.O., les communes de Tarentaise auraient-elles entrepris de combler l'important retard qu'elles avaient accumulé en matière de traitement des effluents et des déchets ? Probablement pas. Dès le stade de la candidature, la dispersion des sites d'épreuves était-elle un facteur pénalisant pour l'environnement ? Incontestablement non. Imagine-t-on malgré toutes les précautions de bonne intégration ce qu'auraient pu représenter les impacts cumulés d'une concentration sur un, deux ou même trois sites de l'ensemble de l'aménagement nécessaire ? De plus, les stations auraient-elles, dans ce cas, amorcé les réhabilitations architecturales et paysagères, rendues indispensables après vingt années d'essor pendant lesquelles les options quantitatives avaient trop souvent pris le pas sur les options qualitatives ? Dernière question : dans le choix des sites récepteurs d'aménagement lourd existait-il des secteurs présentant une valeur naturelle patrimoniale recensée, à l'exception notoire du site très sensible des Saisies, affecté par les épreuves de ski de fond ? Il n'en était rien. Ainsi est-il possible de répondre à l'interrogation initiale. De façon incontestable, les J.O. ont eu des effets positifs sur l'environnement en général. Dans le détail, site par site, en ce printemps 1993, il est possible d'établir le bilan suivant :

  1. les sites qui ont subi une mutation paysagère radicale, ayant pour effet d'améliorer considérablement la situation antérieure. C'est le cas pour La Plagne, Moûtiers..., Albertville ;
  2. les sites d'épreuves olympiques affectant des espaces déjà fortement artificialisés dans les stations. C'est le cas de Val-D’isère, Tignes, Bourg-Saint-Maurice, etc. ;
  3. les sites urbains d'altitude supportant des aménagements structurants. C'est le cas pour plusieurs localités souvent situées en milieu extrêmement sensible.

13Voilà en un résumé très ramassé ce que nous pensons de la situation. Mais il y a un revers à la médaille. Si nous dressons ce bilan positif, pourquoi parle-t-on tant d'impacts négatifs ? Il se trouve que c'est la pratique d'aménagement de la montagne extrêmement agressive des années soixante et quatre-vingt, et on verra tout-à-l ‘heure le rôle de l'Etat dans la projection que je vais vous proposer de ces stations, le rôle historique de l'Etat aujourd'hui encore, alors que la décentralisation prévoit des répartitions de compétences. Qui doit réglementer ? Les pratiquants, les responsables locaux ou l'Etat ? Bien entendu, c'est jamais l'un sans les autres ; cela doit être un carrefour, cela doit être une pratique sinon consensuelle, du moins partenariale, mais incontestablement il faut tout de même, en matière de préservation des sites et de la nature, maintenir l'Etat, car — on le verra tout à l'heure à partir de quelques exemples — s'il y a trop d'intérêts catégoriels ou très locaux, alors il y a d'énormes risques de déroute.

14Voilà la toute première partie de mon exposé. Nous allons passer maintenant à la projection : c'est un état des sites en septembre 1992.

15Suit une série de projections de diapositives permettant aux participants de l'U.S.E. de se faire une idée précises des réalisations liées aux Jeux olympiques d'Albertville.

16Bien. Je reviendrai plus tard sur les équipements et les aménagements sportifs des J.O. Je vais maintenant passer le micro à Hugues Lambert.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search