Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sports et environnement

 | 
Jean-Paul Callède

Thème 4 - "Sportifs constructeurs ?"

Présentation

Daniel Bonzoms

Texte intégral

Daniel Bonzoms,

Président du Montpellier U.C.

Directeur du Service des Sports de l'Université Montpellier 1

1Nous avons choisi délibérément de nous préoccuper de l'environnement naturel. Une meilleure définition de ces rapports a été réalisée en tentant successivement de répondre aux interrogations suivantes : les sportifs sont-ils des profiteurs, sont-ils des médiateurs ou des promoteurs ? Enfin, hier soir, une table ronde a donné l'occasion de faire le point sur les rapports des sports avec l'environnement et nous a permis de constater à quel point le sujet proposé pouvait être traité, argumenté de diverses manières, donnant le champ libre aux opinions, suggestions, propositions et positions les plus diverses.

2Nous y avons trouvé une sorte de kaléidoscope, selon les termes qu'employait Ernest Gibert, au cours de sa tentative de synthèse, à l'issue de la table ronde.

3Le thème proposé ce matin "Sportifs constructeurs ?" semble contenir a priori une dimension plus positive à l'égard du sportif. Cette dimension positive était attendue par un certain nombre d'entre nous. Les sportifs ne semblent plus être des accusés, mais ils représentent au contraire une certaine source de valorisation de l'espace. Cependant, ce nouveau point de vue n'efface pas les contradictions qui existent entre la préoccupation de sauvegarde de la nature et le souci de l'aménagement des sites pour la pratique sportive. Aménagement des sites qui s'explique par deux impératifs, pour deux raisons : une raison d'ordre technique, qui engage à standardiser les sites sportifs, et une raison d'ordre sécuritaire. En d'autres termes, la question pourrait être : comment aménager, sans dénaturer, le caractère naturel des lieux ? Comment conserver un cadre naturel, sans oublier de mettre en place les conditions de sécurité optimales pour les pratiques sportives ? Pour répondre à cette problématique, deux conférenciers et un intervenant ont accepté de vous présenter leurs points de vue. Faut-il laisser se banaliser un accès trop facile à tel ou tel sommet, qui en d'autre temps aurait relevé d'un acte exceptionnel ? Doit-on faciliter l'accès de ces lieux au plus grand nombre, ou en limiter volontairement l'accès par une absence volontaire d'aménagement ?

4Mon deuxième exemple est pris dans le cadre des préoccupations de la section canoë-kayak du Montpellier U.C. J'ai amené quelques exemplaires de notre dernière revue pour montrer qu'au M.U.C. on se préoccupe sérieusement d'environnement. Claude Serret, le Président de la section de canoë-kayak, a fait un exposé à l'occasion de la dernière assemblée générale sur le thème : "Pratiques sportives et environnement". Comme vous le savez, le M.U.C. Canoë-Kayak est un des meilleurs clubs de France, dans cette spécialité. Pourtant, les conditions matérielles d'entraînement ne sont pas très bonnes, pas pour les cours d'eau en eux-mêmes, mais en raison de l'absence d'aménagement réel de la base. Depuis neuf ans déjà, le M.U.C. Canoë-Kayak dépose des projets de rénovation et d'aménagement de cette base. Tout le monde le sait, les difficultés sont nombreuses pour faire aboutir un tel projet, aussi bien pour la recherche de financement que pour l'intégration des aménagements nécessaires dans l'environnement paysagé et social. Les voisins ne voient pas forcément d'un bon œil l'installation d'une base de canoë-kayak, qui va recevoir des enfants qui risquent d'être bruyants. Etc. La surprise vient du fait que la plus grande difficulté, pour l'instant, se situe au niveau de la décision politique. Les accords politiques récents, la proximité d'échéances électorales et le rôle qu'y jouent les mouvements écologiques peuvent faire pencher la balance d'un côté ou de l'autre, et aucune décision d'aménagement de site naturel ne peut se prendre sans l'avis des écologistes, et même de tous les mouvements écologiques qui pourraient avoir une influence électorale. Nous nous y sommes essayés. Nous avons exposé le dossier devant certains responsables et nous n'avons pas encore eu de réponse à l'heure actuelle. La décision d'aménagement est donc pour l'instant suspendue.

5Mon troisième exemple sera plus optimiste. Il s'éloignera un peu de nos préoccupations centrées sur l'environnement naturel. Il concerne le projet d'aménagement d'une ancienne cave coopérative dans un village près de Montpellier. Les sportifs ont souhaité que cette cave coopérative soit aménagée en centre permanent d'escalade et en centre de spéléologie...

6A travers ces trois exemples, nous voyons poindre des questions sur le rôle des politiques, des élus, sur le rôle du législateur, sur le rôle des pouvoirs publics, ainsi que des interrogations sur les contradictions qui apparaissent dans les intérêts d'ordre général ou particulier, dans les intentions et les réalisations, dans les discours et au regard de l'action. Le sportif peut-il être une véritable source de propositions, ménageant l'un et l'autre, fédérant les avis et les réalisations ? En d'autres termes, et comme le thème de cette demi-journée nous le suggère, pouvons-nous être véritablement des constructeurs ?

7Je vais immédiatement donner la parole à monsieur Berrehouc, en lui laissant le soin de présenter ses charges professionnelles. Puis nous entendrons monsieur Lambert.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540