Version classiqueVersion mobile

Sports et environnement

 | 
Jean-Paul Callède

Table ronde « sports et environnement »

Synthèse de la table ronde

Ernest Gibert

Texte intégral

Ernest Gibert

1Au moment où nous allons devoir nous quitter après plus de deux heures de réflexion et de discussion en commun, il faudrait essayer de tirer rapidement les leçons, et je dois vous avouer que j'en suis parfaitement incapable. Pourquoi ? J'en suis incapable parce que non seulement la discussion a été très riche mais elle a accentué ce que nous avions pressenti en construisant le sujet : c'est qu'il est kaléïdoscopique, qu'il faut essayer de le saisir sous différents éclairages, que cela demandera du temps, que nous ne pouvons pas avoir la prétention d'apporter aujourd'hui des réponses toutes faites. Mais cela ne doit pas être un prétexte pour ne pas apporter de réponses du tout, c'est une invitation à l'humilité.

2De ce que nous avons dit ce soir, je crois qu'on peut tirer trois observations.

3La première observation, c'est que nous avons eu la confirmation que l'environnement comme peut-être le sport est une notion ambiguë. Que l'environnement soit ou non une construction intellectuelle, dont le centre est oui ou non l'homme — c'est en effet un vaste débat — l'important n'est pas de fournir une réponse. C'est de constater que l'environnement est d'abord dans la conscience individuelle et/ou collective et, qu'en effet, il n'a de sens qu'en fonction du centre qu'on lui prête. Que ce centre soit l'homme, et pour ceux qui militent à l'intérieur d'une université sportive d'été, se serait une conclusion plutôt satisfaisante. Mais il peut y avoir d'autres conclusions. N'attendons sûrement pas d'avoir une réponse conceptuelle pour nous intéresser aux problèmes de l'environnement, mais soyons conscients qu'en raison de sa nature même, il se transforme et que la première chose à faire c'est d'intégrer ces phénomènes d’évolution.

4Le deuxième constat, c'est celui que, contrairement aux idées reçues, si les rapports entre monde du sport et monde de l'environnement ne sont pas idylliques, s'il existe des points indiscutables de friction, ni l'un ni l'autre monde sont plus près de se comprendre qu'on ne le croit habituellement. Je crois que ce constat, qui ne suffit pas pour régler les questions, est très satisfaisant. C'est en nouant, comme on l'a dit tout à l'heure, des rapports fraternels entre les uns et les autres qu'on fera peut-être avancer le sujet qui nous préoccupe. La fraternité, c'est une version de l'amour atténué ou amplifié, chacun jugera selon son appréciation, mais aimer ne fait pas perdre la raison, aimer n'a de sens ou d'avenir que si l'on connaît, et on ne peut connaître que si l'on comprend.

5Et c'est la troisième conclusion, me semble-t-il, qui s'impose ce soir. Ce n'est pas une découverte nouvelle, c'est le rôle de la formation. La formation peut intervenir de bien des manières, par l'école, par des institutions, de passage obligé ou non, par les médias, par les associations. Il y a bien des vecteurs. C'est une action conjointe du monde du sport et du monde de l'environnement au travers de chacun de ces médias qui permettra d'avancer vers la coexistence que j'évoquais tout à l'heure. En énonçant, en affirmant le rôle de la formation, nous n'avons rien découvert, mais nous pouvons peut-être saisir l'occasion d'attirer l'attention des Pouvoirs Publics sur la nécessité qu'il y a de réfléchir, pour la partie commune qui les intéresse, de réfléchir à la nécessité de combiner des exigences de la politique du sport avec celles de la politique de l'environnement.

6Nous aurions été, je dois le dire, très satisfaits, si pendant cette université, à un moment ou à un autre, nous avions eu simultanément la présence du Ministère de l'Environnement, du Ministère de la Jeunesse et des Sports, du Ministère de l'Education, du Ministère de la Communication, car cela eut été pour nous l'opportunité de montrer que cette action commune commence tout d'abord par le désir de ceux qui sont concernés, les sportifs, les défenseurs de l'environnement, mais elle n'a de chances d'aboutir que si ceux qui sont les décideurs au nom de tous les autres sont confiants, et qu'il est essentiel de mettre leurs moyens en commun pour que demain ces relations entre Sports et Environnement, qui sont encore aujourd'hui ambiguës, conflictuelles, deviennent des relations harmoniques.

7Je voudrais pour terminer remercier en votre nom tous ceux qui ont participé à cette table ronde et leur dire que naturellement nous les tiendrons au courant de ce que nous essaierons de faire.

8Ce n'était qu'une étape dans l'université d'été, qui continuera jusqu'à la fin de la semaine mais aussi, grâce à ceux qui sont ici, dans les semaines et dans les mois qui vont suivre. Merci.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search